Les supporters vont-ils devoir s’alcooliser dans les stades pour sauver le sport français ?

Bonjour

19/06/2020. C’est, bien évidemment, en bonne place dans L’Equipe, quotidien en grande souffrance depuis le début de l’épidémie et la fin des spectacles sportifs : « Un rapport du Sénat propose un assouplissement de la loi Evin ». C’est également sur le site du HuffPost : « Un rapport du Sénat propose d’assouplir la loi Évin pour renflouer les clubs après le Covid ».

A la manœuvre, la sénatrice Catherine Morin-Desailly (UC – Seine-Maritime). Dans un rapport remis à la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat, les sénateurs s’inquiètent de voir les dispositifs d’aide mis en place par l’État (chômage partiel, report de charges) prendre fin alors même que « le plan de relance du secteur du sport se fait toujours attendre » et que la question du huis clos (et les retombées économiques qui en découleraient) n’est pas encore totalement réglée.

Pour éviter une catastrophe économique, les élus demandent donc, sans surprise, le maintien des dispositifs mis en place en mars « jusqu’à la reprise effective des compétitions » ainsi que « l’adoption d’un bouquet de mesures permettant de soutenir vigoureusement le secteur du sport ».  Parmi les 10 mesures qu’ils préconisent on retrouve, une fois encore « l’assouplissement de la loi Évin de 1991, qui interdit les boissons alcoolisées dans les stades, ainsi que les publicités encourageant à la consommation d’alcool.

« Les liqueurs comprenant moins de 18° d’alcool »

Aujourd’hui les stades et enceintes sportives ne bénéficient que de dix dérogations par an pour vendre de l’alcool, lesquelles sont accordées par le préfet ou le maire. « Par ailleurs l’interdiction de vente d’alcool ne touche ni les carrés VIP, ni les clubs amateurs, ni les matchs de rugby, assure le HuffPost. Dans le détail, les sénateurs proposent d’autoriser la consommation des alcools comme le vin, la bière, le cidre ou encore les liqueurs comprenant moins de 18° d’alcool et de certaines publicités jusqu’à la fin de la saison 2021/2022, avant une ”évaluation” pour pérenniser ou non le dispositif. »

Selon eux cette modification permettrait de rapporter « entre 30 et 50 millions d’euros aux clubs professionnels » tout en encourageant les supporters à retourner dans les stades une fois les restrictions sanitaires levées. Serait-ce dire que trente ans après sa promulgation la loi Evin doit être à nouveau « détricotée » ? Pour ces sénateurs les arguments sécuritaires et surtout sanitaires qui avaient conduit à son adoption en 1991 seraient « dépassés » :  « les circonstances ont changé du tout au tout depuis une vingtaine d’années, assurent-ils. Les problèmes se concentrent aujourd’hui sur les abords des enceintes sportives où la consommation d’alcool n’est pas contrôlée ». Air connu.

Où l’on voit réapparaître aujourd’hui une hydre bien connue.  Ce n’est pas la première fois que la loi Évin est remise en question sous le mandat d’Emmanuel Macron. En juillet 2019 déjà, 70 députés de la majorité LREM avaient fait beaucoup pour « assouplir » la loi Evin. Eux aussi dénonçaient « l’hypocrisie » de la consommation d’alcool dans les loges VIP et proximité des enceintes sportives. Pourquoi ne pas autoriser l’alcool dans les gradins ? A l’époque l’exécutif avait résisté au nom de la santé publique et d’une certaine éthique sportive. Rien ne dit qu’il en sera de même aujourd’hui, dans ce secteur qui vivait trop souvent bien au-dessus de ses moyens et qui, se découvrant plus que fragile, est prêt à toutes les régressions.

A demain @jynau

Une réflexion sur “Les supporters vont-ils devoir s’alcooliser dans les stades pour sauver le sport français ?

  1. C’est tout simplement scandaleux et irresponsable de la part d’élus de sacrifier la santé publique pour maintenir à flot des clubs qui manient des millions en veux-tu en voilà !
    Sans compter le coût pour la collectivité : ivresses sur la voie publique qui embolisent certains soirs les urgences des hôpitaux, agressivité qui mobilise les forces de l’ordre plus souvent qu’à leur tour. Sans compter également le message délivré à la population qui va à l’encontre de ce pour quoi se battent les victimes de débordements liés à la consommation excessive d’alcool.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s