Chloroquine : le Pr Christian Perronne est désormais visé par l’Ordre et par l’AP-HP

Bonjour

25/06/2020. C’est fait : il y a bien, en appendice de l’intense médiatisation raoultienne, une « affaire Christian Perronne ». Rappel : au départ, un pamphlet 1 doublé d’un premier entretien médiatisé (Le Figaro Magazine) pour le lancer : « Covid et chloroquine: un spécialiste dénonce ‘’l’union de l’incompétence et de l’arrogance’’ ». Auteur : le Pr Christian Perronne, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Garches (AP-HP) personnalité controversée.

Un pamphlet alimenté d’une colère nourrie par la «chloroquine» : l’administrer sous une forme préventive aux patients fragiles aurait selon lui permis de réduire considérablement le nombre de morts en France. Et le Pr Perronne, comme hier le Pr Didier Raoult devant la Commission d’enquête parlementaire, d’évoquer des conflits d’intérêts, d’accuser des membres du Conseil scientifique ou du Haut Conseil de la santé publique d’avoir écarté la chloroquine à cause de liens d’argent avec des laboratoires concurrents. Une semaine plus tard une pétition ciblait l’auteur, réclamant que le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) se saisisse du cas soulevé par le Pr Perronne.

« Celui-ci affirme que « 25 000 morts » auraient pu être évités en France si la combinaison hydroxychloroquine et l’azithromycine avait été prescrite massivement. Il poursuit en prétendant que le service de maladies infectieuses du CHU de Nantes et les médecins de l’hôpital auraient « laissé crever son beau-frère ». Christian Perronne accuse ainsi directement, à de multiples reprises, sans aucune retenue ni preuve médicale ou scientifique, des collègues médecins d’avoir refusé de prescrire un traitement et laissé « crever » des gens du fait d’intérêts financiers, entretenant ainsi l’idée que ses collègues sont des « criminels » au service de l’industrie pharmaceutique. »
 
Quatre jours plus tard l’Ordre est en marche. « Alerté par les propos tenus par le Pr Christian Perronne, le Conseil national a saisi le conseil départemental de l’ordre des Hauts-de-Seine », dont dépend ce médecin en tant que chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches,  vient d’annoncer le CNOM sur Twitter.

Le conseil départemental de l’ordre des Hauts-de-Seine doit désormais « instruire le dossier » et « informer le CNOM des suites données », a poursuivi ce dernier, confirmant une information du Figaro (Cécile Thibert). Il pourra décider de porter plainte contre le Pr Perronne devant les instances disciplinaires s’il le juge nécessaire. Pour manquement à la confraternité ?

 « Le fonctionnaire exerce ses fonctions avec dignité, impartialité, intégrité et probité »

Ce n’est pas tout. Une autre action est lancée par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Dans une lettre datée du 24 juin, Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, demande à son collège de déontologie de donner un avis « avant la fin du mois de juillet » sur le cas du Pr Christian Perronne. La question est de savoir « s’il peut y avoir des manquements à des obligations d’ordre déontologique (…) dans un cas de figure où des propos sont tenus avec l’autorité conférée à une fonction de responsabilité dans un hôpital public universitaire ».

La lettre de l’AP-HP, dont l’AFP a « obtenu copie », évoque notamment l’accusation, lors d’une interview télévisée, portée par le docteur Perronne à l’égard des médecins du CHU de Nantes d’avoir « laissé crever » son beau-frère, au motif qu’il ne lui aurait pas été délivré d’hydroxychloroquine. Ce traitement, promu par le Pr Didier Raoult, est aussi chaudement préconisé par le docteur Perronne comme ayant fait ses preuves, « alors que cette efficacité n’est pas établie », rappelle l’AP-HP.

Martin Hirsch évoque d’autres propos qui « doivent retenir l’attention » de ses déontologues : prétendre que l’hydroxychloroquine aurait permis d’éviter 25 000 morts si elle avait été prescrite largement en France ; « enfin, mettre en cause la probité d’autres médecins de la même institution dans la manière dont ils ont émis des avis sur la crise, en affirmant que leur attitude a provoqué des milliers de morts ».

Prudent comme toujours Martin Hirsch prend grand soin de préciser qu’il « ne s’agit bien entendu pas de remettre en cause la liberté d’expression (…), ni bien évidemment de considérer que l’on ne pourrait pas librement apporter sa contribution au débat sur la manière dont une crise sanitaire est gérée et émettre des critiques, fussent-elles virulentes ».

Pour autant il demande à son collège de déontologie de dire si les propos litigieux sont contraires à l’article 25 de la loi du 13 juillet 1983 sur les droits et les obligations des fonctionnaires :

« Le fonctionnaire exerce ses fonctions avec dignité, impartialité, intégrité et probité. Dans l’exercice de ses fonctions, il est tenu à l’obligation de neutralité. Le fonctionnaire exerce ses fonctions dans le respect du principe de laïcité. A ce titre, il s’abstient notamment de manifester, dans l’exercice de ses fonctions, ses opinions religieuses. Le fonctionnaire traite de façon égale toutes les personnes et respecte leur liberté de conscience et leur dignité.

« Il appartient à tout chef de service de veiller au respect de ces principes dans les services placés sous son autorité. Tout chef de service peut préciser, après avis des représentants du personnel, les principes déontologiques applicables aux agents placés sous son autorité, en les adaptant aux missions du service. »

A demain @jynau

1 Perronne C, « Y a-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise ? : Covid-19, l’union sacrée de l’incompétence et de l’arrogance » (Albin Michel). 

Une réflexion sur “Chloroquine : le Pr Christian Perronne est désormais visé par l’Ordre et par l’AP-HP

  1. L’article 25 de la loi du 13 juillet 1983 est-il toujours d’actualité depuis la loi Bachelot qui a replacé les médecins hospitaliers sous la compétence de l’ordre national des médecins?
    En médecine, il ne peut y avoir qu’une seule déontologie. Celle du code de déontologie médicale, par ailleurs inscrit dans le code de la santé publique et dont l’Ordre est le garant vis à vis des citoyens.
    Ainsi le collège de déontologie de l’AP-HP devrait être rebaptisé « commission chargée du respect des obligations des fonctionnaires. Mais là encore, les praticiens hospitaliers ne sont que des agents non titulaires de la fonction publique qui exercent une mission de service public !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s