Le pédiatre du Cher soupçonné d’escroquerie, Roselyne Bachelot et Eric Dupond-Moretti

Bonjour

07/07/2020. Eût-il nommé le Pr Didier Raoult à la Santé, la table politique aurait été véritablement renversée. Mais Emmanuel Macron n’aura pas osé. « Eric Dupond-Moretti nommé à la justice et Roselyne Bachelot à la culture sont les seules véritables surprises d’un nouveau gouvernement qui consacre l’évolution du macronisme vers la droite » résume fort justement Le Monde. Les médias généralistes commentent à l’envi la composition du nouveau gouvernement. Ils prévoient quelques solides tempêtes place Vendôme et (certains) se gaussent du retour, rue de Valois, d’une ancienne pharmacienne, ancienne ministre devenue amuseuse publique (« Les Grosses Têtes », RTL) et qui avait juré ne plus jamais mettre un pied en politique.

D’autres médias traitent aussi d’autres riches sujets. Comme cette étrange affaire qui voit un médecin, « pédiatre du Cher » mis en examen pour « escroquerie aggravée » au préjudice de la Sécurité sociale pour plus d’un million d’euros. Annonce faite par le procureur de la République de Bourges, cité par l’AFP. « Pour l’instant, on est aux environs d’1,2 million d’euros (de préjudice), mais il reste à savoir quand il a démarré, a expliqué le procureur Joël Garrigue. Ça reste à déterminer, mais il s’agit de plusieurs années. C’est aussi l’objet de l’enquête. (…) On peut dire que cela a commencé à devenir très visible ces deux dernières années. La CPAM, dans le cadre de ses contrôles, a constaté que le montant (des prestations) de ce pédiatre était anormalement élevé ». L’assurance-maladie a alors porté plainte.

« ‘’Un pédiatre à l’écoute’’, commente un patient sur Internet. ‘’Un pédiatre exceptionnel’’, dit un autre. ‘’Pédiatre excellent ! ‘’ salue un troisième. Installé à Bourges et à Vierzon (Cher), ce praticien de 65 ans promettait il y a quelques années dans la presse locale ‘’la pédiatrie du futur’’» rapporte Le Parisien (Vincent Gautronneau)

« Mode opératoire bien rodé pour gonfler ses honoraires »

L’Assurance maladie en était venue à noter que le praticien pratique bien plus d’actes que ses confrères. Comment en aurait-il pu être autrement ? « À lui seul, il était remboursé de pratiquement la moitié des consultations pédiatriques du département, précise Le Parisien. Une plainte est déposée, et la police judiciaire d’Orléans est chargée des investigations en début d’année 2020. Leurs investigations permettent alors de constater que le médecin a un mode opératoire bien rodé pour gonfler ses honoraires. « Lorsqu’il réalisait un test de surdité, il ne facturait pas seulement le patient qu’il avait examiné mais passait la carte vitale de toute une fratrie, explique une source judiciaire. Cela lui permettait d’être remboursé pour plusieurs actes médicaux au lieu d’un seul. »

« Les policiers ont notamment constaté que le médecin facturait à certains enfants un test de vue, bien plus rentable qu’une simple consultation, presque toutes les semaines, ajoute encore Le Parisien, mieux informé que ses confrères régionaux. Certains actes facturés à l’Assurance maladie étaient par ailleurs simplement inventés. Et les patients, souvent des titulaires de la CMU et qui ne payent pas leur rendez-vous médical, ne se rendaient pas compte des magouilles du docteur. » « Les investigations financières ont d’autre part mis à jour un important patrimoine immobilier au Liban, son pays d’origine, ainsi qu’en France », note le procureur de Bourges. Plus de 300 000 euros ont par ailleurs été découverts sur ses comptes en banque.

« Le docteur El Moussaoui exerce la profession de médecin depuis plus de 35 ans, précise Le Berry Républicain. (Marion Lapeyre). Contactée, Me Sandrine Barré, indique que son client « conteste les faits ». « L’enquête sera longue et devra être très minutieuse, poursuit l’avocate berruyère. Je ne me contenterai pas de statistiques. Je veux des faits avérés pour chaque acte considéré comme litigieux. Une interdiction d’exercer ainsi qu’un cautionnement de plusieurs milliers d’euros avaient été requis contre mon client, ajoute Me Barré. Je suis parvenue à lever l’interdiction d’exercer. Quant à la décision de cautionnement, j’ai décidé de faire appel. »

Placé sous contrôle judiciaire le médecin peut continuer à exercer. Une affaire banale, en somme, qui ne remontera pas jusqu’à la place Vendôme ; et dont se désintéressera la nouvelle ministre des Arts, ancienne ministre de la Santé.

A demain @jynau

Une réflexion sur “Le pédiatre du Cher soupçonné d’escroquerie, Roselyne Bachelot et Eric Dupond-Moretti

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s