Alcool: que peut nous dire une journaliste, critique œnologique, en période épidémique ?

Bonjour

11/07/2020. Les lecteurs du Monde ont appris à découvrir la plume d’Ophélie Neiman. Une journaliste connue ailleurs sous son appellation blogueuse « Miss glou-glou » (elle s’en explique ici). On connaît assez bien cette rubrique journalistique – une forme de critique comme il en existe pour la littérature ou le cinématographe. Une rubrique qui, dans les médias écrits généralistes souvent mise à l’ombre de celle dite « gastronomique ».

Dans le meilleur des cas cette rubrique aide le lecteur à s’ouvrir sur les innombrables univers culturels des vignes et des vins. Il arrive aussi, trop souvent, qu’elle se borne à de simples classements fondé sur le goût du critique. Où l’on voit se rejoindre le vin, la littérature et les arts florissants. On pouvait aussi, jadis, par chance, n’être critique œnologique qu’à ses heures, le reste de son activité journalistique étant consacrée à d’autres disciplines.

Ophélie Neiman, donc. Hier, marronnier d’été, elle sélectionnait pour Le Monde, les vins rosés : « (Château de la Grille, chinon, 2019. Quel joli nez de griotte nous monte aux narines dès qu’on approche le verre ! Ce 100 % cabernet franc est aussi bien en chair, gourmand et juteux. Et doté d’un très joli retour sur la cerise et la compote de fraise. C’en est presque régressif, mais on ne sombre jamais dans le bonbon pâteux.11 € ; Domaine du Four à Chaux, coteaux-du-vendômois-gris, 2019. Sous cette appellation peu connue de la Loire, au nord de Tours et de Blois, on trouve de jolis rosés à prix modique, comme celui de Sylvie et Dominique Norguet. Franc et gourmand, acidulé en bouche, avec des notes d’abricot cuit et de coing, voilà une très bonne affaire. 100 % pineau d’Aunis. 5,20 €. »

Avant-hier elle évoquait les conséquences de la pandémie sur le vignoble français. Aujourd’hui elle s’attaque, non sans courage à un tout autre sujet : « Gestes barrières : boire ou guérir, il faut choisir ». Sujet sanitaire et politique puisque « distanciation sociale et alcool font rarement bon ménage ». Question : la fête « raisonnable » est-elle un vœu pieux ?

« A chaque fois que j’ai bu, c’est parti en sucette »

Selon elle le confinement a aiguisé le besoin de contact, de toucher de la peau. Quid, dès lors de la fête alcoolisée ? « Elle va vite se compliquer, écrit-elle. Car enfin, comment rester raisonnable dans la bringue ? La ‘’ fête raisonnable’’ est un oxymore. Si on ne peut pas lâcher les manettes, autant rester chez soi. Pour autant, l’éventualité de se transformer en cluster ambulant ne fait pas vibrer, admettons-le (…) Car face au vœu pieux de la ‘’fête raisonnable’’, un élément entre en scène et force le destin. Le plus souvent, l’alcool. Son effet désinhibiteur est d’une efficacité redoutable. Au niveau neuronal, il perturbe l’action de la noradrénaline et de la sérotonine. La perception de l’environnement et le niveau de vigilance descendent une volée de marches. Parallèlement, l’alcool stimule la production de dopamine ; on se sent heureux, euphorique, tout baigne. »

« Et tout s’enchaîne. Le bol de cacahuètes égaré qui ne méritait pas un regard semble soudain irrésistible. La planche de charcuterie, dans laquelle on piochait consciencieusement avec sa fourchette, on y égare maintenant les doigts. On tripote le téléphone de la voisine pour zoomer sur une photo, on pousse le verre du voisin au passage, tant pis pour la trace d’empreinte grasse. Quant au pétard qui tourne, il passe gaiement de bouche en bouche. Autant rouler une pelle à tous les convives.Pour compenser, le fêtard repentant dégainera régulièrement son gel hydroalcoolique et s’en enduira comme un roux use son écran total sur une plage espagnole. Mais n’est-ce pas déjà trop tard ? »

Sans doute. Témoignage de Violeta, à peine quadra, qui confectionne elle-même son désinfectant, à base l’alcool pharmaceutique et d’huile essentielle de lavande : «L’alcool n’est absolument pas compatible avec les gestes barrières. A chaque fois que j’ai bu, c’est parti en sucette. La dernière soirée que j’ai faite, je l’ai commencée en disant bonjour du coude, je l’ai terminée en dansant enlacée et en tenant les mains de tout le monde. » 

On lit Ophélie Neiman et on parvient à sa chute :  « Ce qui amène à une question, mère du problème : est-ce qu’on se touche parce qu’on a bu ou est-ce qu’on boit pour se toucher ? ». Boire ou conduire ? Etre ou ne pas être ? On attend avec impatience de lire la réponse des spécialistes – dans la rubrique addictologie.

A demain @jynau

2 réflexions sur “Alcool: que peut nous dire une journaliste, critique œnologique, en période épidémique ?

  1. Mais non ! On boit parce qu’on a soif et les bons médecins nous recommandent de boire avant d’avoir soif.
    Et on se touche parce que ça nous démange !
    Ben

  2. Certains, les vilains, font suer le burnous.
    D’autres, des malins, exploitent leur plume.

    Et des maitres artisans du commentaire au mètre savent faire feu des uns comme des autres : c’est l’homme chantait Léo Ferré !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s