Plus de dix mille personnes à la rave party de la Lozère : que font la police et l’exécutif ?

Bonjour

11/08/2020. Pas de hasard sans humour : c’était à Hures-la-Parade (Lozère). Résumé édifiant de l’AFP : « Rave party en Lozère : entre 5000 et 7000 personnes encore sur place le 10 août dans la matinée. L’événement, interdit et illégal, est organisé depuis le 8 août sur un terrain agricole du parc national des Cévennes. » Où l’on en vient à se demander sur ce que fait – sur ce que peut faire – la police face à un tel phénomène. Et, au-delà, sur le regard porté sur un exécutif qui ne peut que laisser faire ce qu’il interdit.

«Deux escadrons de la gendarmerie mobile, soit 120 hommes, ainsi que 50 gendarmes départementaux se relaient sur place pour surveiller le site et éviter que les véhicules ne repartent pour des questions sanitaires, liées au risque de propagation du Covid-19, et aussi de sécurité routière», a indiqué la préfecture à l’AFP. «Beaucoup de personnes ne sont pas en état de conduire», a-t-elle ajouté.

Les gendarmes ont certes procédé à des verbalisations pour alcoolémie et usages de produits stupéfiants. Par ailleurs le rassemblement est situé sur un plateau calcaire, le Causse Méjean, traversé par des gorges, a rappelé la préfecture. Mais il était trop tard : le 8 août vers minuit, plusieurs centaines de véhicules avaient envahi ce terrain agricole sur la commune d’Hures-la-Parade pour installer une rave party géante 1.

Selon les agriculteurs, la mairie et les gendarmes interrogés par l’AFP, plus de 10.000 personnes étaient présentes le 9 août pour cet événement interdit et illégal (faut-il rappeler que les manifestations de plus de 5000 personnes sont toujours interdites en France en raison de l’épidémie de Covid-19 ?)

« Danser libre, quel que soit ton âge, ton genre, ton origine »

«Les Lozériens ont été très sérieux avec le Covid, ils ont respecté les gestes barrières et cette arrivée massive de gens qui ne respectent rien les a profondément choqués», a déclaré, impuissante, la préfète Valérie Hatsch. Seule initiative préventive : des gendarmes avaient barré (bien trop tard) les accès pour empêcher d’autres raveurs de rejoindre le site. De très jeunes enfants sont sur place, avait indiqué la préfète en évoquant le déploiement d’un poste médical avancé et la présence de la Croix-rouge. Magnanimes, les autorités ont distribué quantités de masques et de gel hydro-alcoolique aux raveurs… Ravé masqué et hydro-alcoolisé ?

Comprendre ? «  Free party dans les Cévennes par temps de Covid: ‘’La fête avant nos vies’’ résume Libération (Grégoire Souchay) :

« L’idée d’une grande free party dans le sud se murmurait depuis des semaines. Samedi 8 août, hors réseaux sociaux, c’est un unique point GPS qui circule dans la soirée et dès 23 heures des centaines de camionnettes suivies de la sono débarquent dans un creux de vallon près du hameau de Drigas, commune d’Hures-la-Parade (Lozère), au milieu du causse Méjean. Près de 5 000 personnes vivaient encore ce lundi ‘’la teuf de l’année’’. (…)

« Sur place, Esther s’enthousiasme ainsi de vivre ce ‘’un formidable espace de liberté’’. Le principe des free partys est toujours celui de l’autonomie et de l’autogestion. Chacun fait ce qu’il veut, ‘’dans un esprit de tolérance’’ avec pour seul but de ‘’danser libre, quel que soit ton âge, ton genre, ton origine’’, rappelle la pancarte à proximité des stands de prévention. Libre aussi de consommer les produits qu’il veut, mais avec le matériel mis à disposition pour ‘’limiter les risques’’. »

C’est précisément l’épidémie qui pour les raveurs, justifient  «un gros lâchage», au moment où les clubs et discothèques restent désespérément fermés. Corollaire de cette liberté, le milieu ne vit que dans le respect strict de l’anonymat et du secret. Silence radio donc du côté des initiateurs.  Et colère des éleveurs et des agriculteurs devant les dégradations de leur sol et de l’environnement. Qui paiera ? Que peut la police ? Que fait l’exécutif ? Où sont les épidémiologistes ?

A demain @jynau

1 Une rave party, ou simplement rave, est un rassemblement autour de la musique électronique underground, habituellement organisé en pleine nature, ou dans des lieux déserts (entrepôt désaffecté, usines abandonnées, etc.). Les bases idéologiques de ces rassemblements sont un refus des valeurs mercantiles du système et la recherche de la transcendance au travers de la musique. Une rave party est organisée par un sound system,  collectif d’artistes (musicaux ou visuels), de techniciens, de DJs, et de décorateurs. Ce collectif recherche dans un premier temps le lieu idéal pour organiser l’événement, et une fois ce lieu établi, il en fait circuler les coordonnées, puis installe la logistique nécessaire au bon fonctionnement du son ainsi que les décorations et lumières.

Une réflexion sur “Plus de dix mille personnes à la rave party de la Lozère : que font la police et l’exécutif ?

  1. COVID ou pas en règle , une « rave party » c’est un squat et une dégradation durable de terrains exploités par des paysans ou eleveurs qui roulent sur l’or : ce manque de respect de la propriété, du travail, d’individus qui après tout nourriessent l’Europe, est insupportable.

    J’espère qu’une loi permet de saisir et détruire les véhicules ? Non ? Légiférez !
    Qu’une loi permet de punir sévèrement ceux qu iorganisent ou relaient les messages .
    Non ? Légiférez avec compétence et prudence !

    Il faut comme d’habitude frapper au portefeuille . Un jour quelqu’un va se fâcher tout rouge et tirer dans la foule, ou se pendre après.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s