Brutalités : où en sommes-nous arrivés pour faire «évacuer une maternité par la gendarmerie» ?

Bonjour

C’est, en quelques mots, un résumé de notre époque. Les « forces de l’ordre » ont, dans la matinée du 30 novembre 2018, procédé à l’évacuation de la maternité du Blanc (Indre). Cette maternité était occupée depuis une huitaine de jours pour protester contre une décision de fermeture prise par l’État. Les accouchements y étaient suspendus depuis juin, la maternité ayant été jugée « dangereuse » par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.

« L’évacuation a débuté vers 4 h 30. Nous étions 70 personnes sur place, dont une dizaine d’enfants », a expliqué à La Nouvelle République  une des occupantes, Laure Courgeau, évoquant « la résistance sans violences mais le corps mou ». Après les forces de l’ordre, la direction managériale de l’hôpital : elle a fait vider les locaux de leur mobilier avant d’en condamner l’accès. Une fois la maternité évacuée, les manifestants se sont dirigés vers l’Hôtel des Impôts (14, rue Jules-Ferry) qu’ils ont occupé à son tour. « L’État ferme la maternité. Nous, on ferme l’Etat. Nos impôts n’ont pas la même valeur que ceux des autres puisque nous ne pouvons plus accoucher à moins de soixante kilomètres de chez nous », a résumé Laure Courgeau au quotidien régional. Contactée à plusieurs reprises, la préfecture de l’Indre (Châteauroux)  n’a pas fait de commentaire.

« Nous avons droit à un gros déploiement de forces de l’ordre comme réponse de l’État, a commenté Wilfried Robin, adjoint au maire du Blanc et occupant de la maternité. C’est scandaleux alors que nous sommes pacifiques et non violents et que nous avons pris soin de maintenir les locaux en l’état ». Il y a deux semaines, Agnès Buzyn avait invoqué les « très mauvaises pratiques » mises au jour dans un « audit » très contesté dans sa méthode même. Aujourd’hui le collectif d’habitants à l’initiative de l’occupation souhaite, comme les élus locaux et les habitants, rencontrer la ministre de la Santé. « On veut un vrai dialogue avec l’État. Tout ce qu’on a eu jusqu’à présent, ce sont les CRS. »

Déserts en série

Quelle sera, demain, la « pression médiatique » qui permettra d’établir ce « vrai dialogue » avec l’Etat ? Un sujet traité par Arrêt sur Images : (Daniel Schneidermann )

« Apparemment l’expulsion s’est passée sans violence. Aussi ne fait-elle pas l’ouverture des journaux radio du matin. Avec quelques incidents, quelques belles photos, on en aurait parlé davantage. Mais Le Blanc (Indre), c’est loin de tout. L’expulsion par la gendarmerie de femmes qui occupent leur maternité menacée de fermeture, ça ne mobilise pas les medias parisiens. Surtout si elle se déroule sans violences. Pourquoi en parler ici, sur un site consacré aux medias ? Parce que les medias nationaux s’en fichent. Il y a un suivisme des sujets que tout le monde traite en même temps. Il y a aussi un suivi des sujets que personne ne traite. Les medias n’en parlent que lorsque soixante maires locaux démissionnent, accrochent les portraits de Macron aux grilles, ou que les habitantes manifestent, déguisées en servantes écarlates.

 Le processus de fermeture va donc se poursuivre dans l’indifférence générale. Malgré les visites, le week-end dernier, de Benoit Hamon et de Philippe Poutou. Malgré le soutien de Jean-Luc Mélenchon. Malgré, surtout, la mobilisation inhabituelle du quotidien régional La Nouvelle République du Centre Ouest (dite la Nounou, à en croire la rumeur locale), qui non seulement suit l’affaire au jour le jour, mais s’est engagée, en fustigeant le « jacobinisme » du ministère de la Santé. »

 « Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la fermeture de cette maternité de treize lits (taux d’occupation 46%) ne serait donc pas une question d’argent, ni de rationalisation des coûts, poursuit Arrêt sur Images. Ce serait une question de sécurité. La ministre de la Santé l’a dit. Le « référent LREM de l’Indre », sans doute très compétent sur la question, l’a répété. Tous deux se fondent sur un audit, publié dans son intégralité par la Nounou. L’impression que l’on retire de cet audit, c’est celle d’une spirale. La désertification de la région du Blanc rend impossible l’organisation de gardes de nuit d’obstétrique. Du coup, on va fermer la maternité du Blanc, ce qui accélérera la désertification de la région du Blanc. Et conduira, un jour, après un  autre audit, à fermer l’hôpital tout entier. Et peut-être, un jour, à fermer la ville entière. »

Et Daniel Schneidermann, en usant de la première personne du singulier, de conclure sur la complexité des rapports entre le journalisme et la santé publique:

« Moins spécialiste de l’obstétrique que « le référent LREM de l’Indre », je ne saurais me prononcer sur le fond de cet audit, qui relève plusieurs manquements à des procédures de sécurité. Je note juste qu’aucun media (à ma connaissance) n’a tenté de savoir si cet audit était fiable, ou bien était un audit – alibi (par exemple en faisant réagir le personnel de la maternité). Au terme d’une rapide web-enquête matinale, je suis donc incapable de dire si la fermeture est justifiée. Le désert médical peut cacher un désert journalistique. »

Au cours des deux dernières décennies, Le Blanc a vécu avec l’arrêt d’une section électrotechnique au lycée de la ville et la fermeture de l’antenne locale de Pôle emploi. Puis l’Hôtel des Impôts a diminué ses horaires d’ouverture et la sous-préfecture ne compte plus qu’une poignée de salariés. Hier l’Etat a fait évacuer la maternité par les forces de l’ordre locales. Et la direction de l’hôpital en a condamné l’accès. Avant que Paris, demain, ne fasse murer l’entrée de ce centre hospitalier ?

A demain

@jynau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que fera Agnès Buzyn soudain confrontée à une épidémie de cris d’alarme hospitaliers? 

Bonjour

Suppliques et doléances hospitalières dans toute la France. Les applaudissements médiatisés ayant salué le plan « Ma santé 2022 » ne sont plus. Rideau tiré et retour à la triste réalité du dénuement et de la perte d’identité. Et déjà un événement auquel est directement confronté le gouvernement ; face aux importantes difficultés auxquelles sont confrontés les établissements de santé et médico-sociaux, les quatre fédérations hospitalières (FEHAP, FHF, FHP, Unicancer) ont pour la première fois décidé d’unir leurs voix. Conférence de presse le mardi 6 novembre à 14H30. Objectif : « lancer un cri d’alarme sur la dégradation des conditions d’activités de soins dans leurs établissements ».

« En effet, même si l’ensemble des fédérations saluent les ambitions du Plan ‘’Ma santé 2022’’, ces mesures ne pourront produire leurs effets que dans quelques années. L’urgence est aujourd’hui de donner enfin aux établissements de santé les moyens indispensables pour continuer à remplir pleinement les missions au service des patients, à prodiguer à tous et partout la même qualité des soins, et à investir pour opérer les transformations indispensables des établissements. »

Antoine Dubout, président de la FEHAP, Frédéric Valletoux, président de la FHF, Lamine Gharbi, président de la FHP et le Professeur Patrice Viens, président d’Unicancer, présenteront lors de cette conférence de presse les propositions qu’ils portent d’une seule et même voix. Une voix unissant public et privé, également angoissé.

Dans le même temps la Conférence nationale des présidents de commission médicale d’établissement (CME) des centres hospitaliers vient de publier une enquête 1  édifiante sur le moral altéré des troupes médicales et la situation budgétaire dégradée dans 192 hôpitaux – hors CHU. Présidée par le Dr Thierry Godeau (CH de La Rochelle) la conférence fait état d’une « situation très inquiétante » dans ces établissements de petite ou moyenne taille (42 % ont un budget annuel inférieur à 60 millions d’euros).

« Selon les remontées déclaratives des médecins, 78,5 % des établissements accusent un déficit, 16,8 % sont à l’équilibre et 4,7 % seulement affichent un excédent. 41,6 % des hôpitaux enregistrent un déficit supérieur à 3 % de leur budget, résume Le Quotidien du Médecin (Anne Bayle-Iniguez).  Mais surtout, trois présidents de CME sur quatre (76 %) estiment que leur employeur ne dispose pas de ‘’marges de manœuvre significatives’’ pour retrouver l’équilibre budgétaire. »

Moral médical profondément altéré

« Si les résultats définitifs seront probablement minorés en fin d’année par des mesures techniques qui touchent à leur limite (reprise sur provision, dégel éventuel des dotations, etc.), cela traduit la désespérance régnant dans la majorité des établissements (…) L’orthodoxie budgétaire supplée les enjeux de qualité des soins et de réponses aux besoins des usagers. Au point que la politique de recherche d’économies devient, pour les structures,  insoutenable ».

Dans ce contexte, le moral des praticiens hospitaliers (PH) est « profondément altéré ». Ils sont 72,4 % à manifester des « difficultés de fidélisation avec une accentuation des départs de praticiens ». Loin d’être nouvelle, la problématique de la pénurie médicale « s’aggrave ». Des « déserts hospitaliers » apparaissent et même « s’étendent avec l’arrêt d’activités hospitalières de proximité par manque de médecins ».

Corollaire : les présidents de CME sont également préoccupés par le « malaise hospitalier » actuel, qui se traduit par une augmentation des signalements des risques psychosociaux à l’hôpital, la « violence » de certains mouvements sociaux (grève dure et de longue durée, séquestration, grève de la faim, etc.) et la démission de responsables médicaux, « autant de signaux d’alertes qui devraient pourtant pousser à agir sans attendre ».

Or ces praticiens estiment qu’à ce stade, « visiblement rien » n’est fait par le gouvernement pour répondre à court terme au trouble hospitalier.  Et d’en appeler solennellement le gouvernement à revoir sa copie s’il veut éviter de « laisser l’hôpital mourir dans l’indifférence ». Agnès Buzyn ne manque jamais une occasion pour rappeler qu’elle connaît bien le monde et le système hospitalier auquel elle se dit attachée. Le moment est venu, au-delà de quelques services de l’AP-HP, de le démontrer.

A demain

@jynau

1 Enquête menée du 26 septembre au 8 octobre auprès de 192 présidents de CME de centres hospitaliers.

 

La Nouvelle République du Centre Ouest part en guerre contre Agnès Buzyn, ministre jacobine

Bonjour

C’est un événement : le réveil brutal d’un quotidien régional habituellement mesuré et trop souvent émollient. « Ce qui ne passe plus avec Mme Buzyn » titre aujourd’hui La Nouvelle République du Centre-Ouest. Un méchant réveil à la lumière de l’annonce de la mort de la maternité du Blanc (Indre) – et de la surprenante révolte qui a suivi l’annonce de ce décès. Une résistance qui, pour le quotidien régional, « met au jour la gestion verticale et jacobine de la ministre de la Santé ». Echos :

 « Nous sommes là parce que nous voulons rencontrer Mme Buzyn afin d’obtenir une nouvelle expertise de notre maternité. Elle sera menée en toute indépendance, par des médecins issus du collectif et du comité de défense ».

« A chaque passage de journalistes les mêmes arguments, désormais éprouvés roulent, peut-on lire dans la ‘’Nounou’’ La décision verticale, technocratique, jacobine en un mot, du ministère de la Santé prise début octobre sur la foi d’un audit jugé mince, indigne. L’ouverture par compensation d’un centre périnatal, gérant l’avant puis l’après-grossesse fait figure de camouflet dans ce territoire enclavé et désormais ouvertement méprisé.

L’assertion de la ministre énoncée le mardi précédent à la radio tourne en boucle sur les réseaux « La maternité du Blanc est dangereuse […] l’audit que j’avais demandé montre de très mauvaises pratiques ». Le ton est froid, professionnel, inémotif [sic] Clinique. »

Et la « Nounou » de recenser la liste des abcès : « Partout la fronde monte Clermont dans l’Oise, Bernay dans l’Eure, Thann et Altkirch en Alsace, la liste et le calendrier des fermetures de ‘’petites’’ maternités s’allongent ces jours derniers. Chaque fois l’argument de la sécurité des patientes et de leurs enfants est avancé, chiffres, statistiques et audits à l’appui. Ces arguments de papier portant le timbre du ministère ne suffisent plus à convaincre les populations et indignent leurs élus. »

Manque de respect au député

Et de citer un élu LREM ivre de colère :

« ‘’Nous ne sommes pas respectés quoique issus du suffrage populaire, l’administration qui ne tient sa légitimité que d’un arrêté de nomination nous balade, fulmine François Jolivet, député LREM de l’Indre. Les Agences régionales de santé, contrairement aux préfets n’ont aucune vision globale et se retrouvent complètement déconnectées des territoires’’. Hors de lui, le parlementaire qui réexprime pourtant son soutien verbal au gouvernement voudrait pouvoir adresser un vote de défiance à la seule ministre de la Santé. Ce ressentiment a conduit les défenseurs de la structure de Bernay à envisager une assignation judiciaire pour dénigrement contre Agnès Buzyn après son passage en Normandie, estimant qu’elle avait porté préjudice à l’établissement autant qu’à son personnel. »

Pour finir on citera l’éditorial signé Denis Daumin :

« La voix d’Agnès Buzyn, neutre, déroule le tableau clinique. « Mauvaises pratiques […] méconnaissance des procédures d’urgence […] cette maternité est dangereuse. » Dans les collines du Blanc, au fond de l’Indre, loin des hauts murs des ministères parisiens l’enregistrement audio tourne en boucle. Viral en somme et presque contagieux.
Au même moment, les Alsaciens de Thann et d’Altkirch, les quasi-Picards de Clermont dans l’Oise, les Jurassiens de Saint-Claude ligués contre la fermeture de leurs hôpitaux de campagne et leurs petites maternités montent au parapet, eux aussi. Jusque devant les tribunaux désormais, pour les Normands de Bernay.


Au-delà des chiffres, des motifs et de l’argumentaire, ce qui heurte, froisse et blesse c’est la manière dont ils sont utilisés. Froide, verticale, jacobine, elle pulvérise d’emblée la petite entreprise de raccommodage avec les territoires, le cocooning des placettes et clochers confiée à l’expérimentée Jacqueline Gourault.

« Entendez-vous dans ces campagnes… » Mais Mme Buzyn a choisi de ne rien entendre. Elle déduit et décompte au terme d’irréprochables et très paramétrées procédures. Elle se promettait tout récemment de mieux faire de la politique. C’est mal parti pour celle qui ne néglige jamais de se placer sous l’étoile tutélaire de Simone Veil. « Elle est experte, elle sait. Point », commente l’urgentiste Patrick Pelloux qui ne l’aime pas beaucoup. On songe à Raymond Aron désabusé par ses échanges avec les futures élites auxquelles il offrait un dernier vernis. « Ils savent tout sur tout. Et rien d’autre. » 

Message clair. Entendre les campagnes de préférence aux territoires. Respecter, écouter, ne pas casser, pour mieux soigner. Agnès Buzyn fera-t-elle le déplacement du Blanc (Indre) ? La maternité y ressuscitera-t-elle ?

A demain

Ubu roi des urgences : donner de l’argent à l’hôpital pour qu’il «réoriente» ses malades ?

Bonjour

Le Dr Olivier Véran est spécialiste de neurologie, député (LRM, Isère) et rapporteur général de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. C’est un homme qui connaît bien le monde hospitalier. Et c’est aussi lui qui, aujourd’hui, vient de faire une proposition paradoxale pour « désengorger les services hospitaliers d’urgence ». Son amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale propose d’intéresser financièrement ces services  pour qu’ils réorientent les patients présentant les pathologies les moins graves vers la médecine de ville.

On sait que la fréquentation des urgences hospitalières augmente de 2 % à 3 % chaque année (environ 23  millions de passages annuels) et que nombre de ces consultation (un quart selon le Dr Véran) auraient (théoriquement) parfaitement pu être pris en charge par un médecin généraliste.

« Pour inciter l’hôpital à renoncer à une source de revenus (chaque passage aux urgences rapportant en moyenne 161,50 euros, selon la Cour des comptes en 2014), le député propose de créer un  » forfait de réorientation  » de 20 à 60 euros, précise Le Monde (François Béguin). L’hôpital le toucherait pour chaque patient venu aux urgences à qui aurait été proposé un rendez-vous dans un bref délai chez un médecin de ville, dans une maison médicale de garde ou auprès d’une consultation hospitalière spécialisée. »

Curieuse idée

Le Dr Véran estime qu’un tel dispositif permettrait de réorienter jusqu’à six  millions de patients chaque année. Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF) juge la proposition « irréaliste ».  Un « coup médiatique » selon lui.

« Voilà une bien curieuse idée, digne du pays d’Ubu, commente le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF.  La collectivité va financer une structure hospitalière pour qu’elle ne soigne pas complètement un patient ! L’hôpital concerné va engager sa responsabilité en réorientant le patient vers la prise en charge en médecine de ville. Cette orientation sera-t-elle faite par une infirmière d’orientation, ou par un médecin urgentiste ? Le médecin va recevoir le montant d’une consultation habituelle pour prendre en charge complètement le patient, avec prescription médicale, alors que l’hôpital perçoit un forfait nettement supérieur pour simplement l’orienter. Quelle logique ! Comment imaginer qu’un directeur d’établissement de soins préférerait facturer un forfait d’orientation plutôt qu’un forfait d’urgence qui lui rapporterait une somme bien supérieure ? »

Pour sa part le député de l’Isère assure que son initiative a le soutien d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé. « Ne serait-il pas plus simple de créer un forfait de prise en charge d’une urgence de ville lorsque des médecins libéraux sont organisés pour répondre à ce besoin de la population, demande le Dr Ortiz. Bien des structures regroupées, MSP, cabinet de groupe, centre médical, etc., seraient ainsi incités à s’organiser pour accueillir des ‘’urgences de ville’’ dans des conditions adéquates. »

Et ce syndicaliste, loin du surréalisme d’Alfred Jarry, d’appeler les parlementaires, médecins ou pas, à un minimum de bon sens.

A demain

Bras de fer du tonnerre à Saint-Brieuc : cent-vingt médecins défient leur direction hospitalière

Bonjour

Comment « manager » un hôpital contre son corps médical ? Phénomène sans précédent au centre hospitalier de Saint Brieuc (Côtes d’Armor) :  près de cent-vingt médecins, dont les quarante-huit membres de la commission médicale d’établissement (CME), viennent de démissionner de leur fonction administrative dans les différentes commissions (médicale, matériel, gardes et astreintes, lutte contre les infections nosocomiales) de l’établissement. Tous ont écrit et signé un courrier que le président de la CME a remis sur le bureau de la direction. « C’est près d’un tiers des personnels médicaux de l’hôpital qui signifie ainsi leur désapprobation. Tous continuerons en revanche leur activité de soins » résume Le Quotidien du Médecin (Martin Dumas Primbault).

Pourquoi ? A cause, dit-on, de « plusieurs décisions controversées de la direction ». A commencer par le non-remplacement de quarante-deux CDD au sein de différents services de l’établissement  (1 247 lits et places répartis sur deux sites principaux). Mais celle qui agace le plus les médecins, c’est le projet de création d’un nouveau pôle ambulatoire qui coûterait 25 millions d’euros, explique au « Quotidien » le Dr Christian Brice, urgentiste au sein de l’hôpital. « À côté de cela, aucun autre projet proposé par la communauté médicale n’avance », se désole le praticien encarté à l’Association des médecins urgentistes de France. Dans son service, huit postes ont été supprimés dont celui de l’agent de sécurité chargé de protéger les personnels des violences aux urgences.

Objectif de la démission groupée : « rompre tout lien médico-administratif » avec une direction privilégiant une transmission verticale. Pour sa part la direction a pris acte de la démission des médecins qu’elle attribue à « un contexte de déficit important depuis l’année dernière, situation que l’établissement n’avait pas connue depuis de nombreuses années ». Elle se propose aussi de « faire évoluer le management de l’établissement et relever les enjeux de l’hôpital de demain ».

Une grave crise du management

L’affaire est également traitée par Medscape France : « Médecins du CH de Saint-Brieuc : les vraies raisons de leur démission » (Philippe Anaton). Où l’on apprend que les démissionnaires ne remettent pas en cause les projets de restructuration portés par le centre hospitalier. Bien au contraire. Dans un communiqué expliquant leur geste, la communauté médicale de Saint-Brieuc dit ainsi approuver, par exemple, « le projet de bâtiment ambulatoire, projet qui a été mené en concertation avec les soignants ».

La communauté médicale de Saint-Brieuc n’a pas non plus démissionné pour protester contre un manque de personnel. « La démission collective des médecins de Saint-Brieuc est le résultat d’une crise du management vieille de dix-huit mois, analyse Medscape. Cette crise a débuté en mai 2017, suite à une réunion médicale exceptionnelle organisée par le président de la CME, Benoit Moquet, et la vice-présidente, le Dr Cinthia Garignon. Cette réunion avait pour but de répondre à un malaise grandissant dans la communauté médicale. Quatre-vingt médecins réunis avait alors exprimé leur défiance vis-à-vis de la direction de l’établissement (…) »

Nouvelle crise aujourd’hui, et nouvelle mobilisation des médecins qui ont de nouveau fait part de leur inquiétude quant à l’évolution de leur établissement et du GHT des Côtes d’Armor auquel il appartient. La direction a proposé de nouveau une médiation, rejetée du revers de la main par la communauté médicale. « Plutôt qu’une médiation, nous demandons qu’un véritable diagnostic soit porté sur le mode de gouvernance de cet établissement », écrivent les médecins dans leur communiqué. Comment mieux dire ?

Si l’on en croit l’Agence de Presse Médicale, la direction aurait indiqué avoir « entendu les attentes exprimées par la communauté médicale et souhaite retrouver rapidement la voie d’un travail collaboratif en confiance ». Pour autant la situation est plus bloquée que jamais. Et voici Paris qui s’inquiète : une enquête de l’Inspection générale des affaires sociales a été ouverte.

A demain

Quatre ans après, un médecin s’est à nouveau suicidé au centre hospitalier de Châteauroux

Bonjour

La tragédie se poursuit. « Le corps sans vie d’un radiologue a été découvert ce mercredi 10 octobre, au petit matin, dans les locaux du centre hospitalier de Châteauroux (Indre). Le praticien a mis fin à ses jours, vient de rapporter La Nouvelle République du Centre Ouest.  « C’était un vrai défenseur du service public et un homme adorable », soupire l’un de ses collègues, des larmes plein les yeux. »

Ce médecin exerçait depuis plus d’une vingtaine d’années dans cet établissement hospitalier. Le quotidien régional précise que ce médecin avait été victime d’un burn out au printemps. « Reconnu et estimé il était de retour à l’hôpital depuis quelques semaines » ajoute-t-il. .

Gil Avérous, maire (LR) de Châteauroux, par ailleurs président du conseil de surveillance du centre hospitalier, a immédiatement réagi : « Mes premières pensées vont à la famille du défunt qui est confrontée à cette terrible épreuve, et à la communauté médicale dont il était un remarquable élément. Il est trop tôt pour commenter le contexte, l’enquête le dira. L’heure est au respect du deuil de la famille , les autres commentaires viendront quand les éléments complémentaires seront connus. » Évelyne Poupet-Sommier, directrice de l’établissement a précisé que tout était mis en place « pour prendre en charge les professionnels médicaux et non médicaux très affectés par ce décès ».

Précédent dramatique

La Nouvelle République rappelle un précédent dramatique : en mars 2014 le Dr Simona Zahan, médecin anesthésiste de 37 ans, avait mis à ses jours en s’injectant une dose mortelle de produits médicaux utilisés au bloc opératoire.

Elle s’était donné la mort dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 mars. A la fin de sa garde. Pas de justification écrite à son geste. «Toujours est-il qu’elle a attendu le moment où il régnait un calme absolu, dans son service, pour s’administrer une dose mortelle de produits, par intraveineuse, dans sa chambre de garde, avait alors rapporté le quotidien. C’est le collègue venu la relever, le dimanche matin, qui a fait la macabre découverte.»

Mise en place immédiate d’une cellule psychologique (sous la direction du chef du service de psychiatrie de l’établissement). «C’est une nouvelle brutale et effrayante, expliquait alors le directeur-adjoint du centre hospitalier. Nous sommes tous choqués. Que dire ? Nous allons tout faire pour apporter le soutien nécessaire au personnel, ainsi qu’à sa famille.»

Agée de 37 ans, le Dr Simona Zahan était mère d’un petit garçon en bas âge. Jusqu’ici praticien contractuel, elle venait tout juste d’obtenir le statut de praticien hospitalier. Elle faisait partie de l’équipe de huit anesthésistes du service de l’hôpital, qui fonctionne par successions de permanences, 24 heures sur 24. «La fonction d’anesthésiste, dans un hôpital, est très exigeante, très exposée, et impose de très grosses responsabilités, observait le directeur-adjoint. Mais elle était une excellente professionnelle, qui répondait parfaitement à la mission qui lui avait été confiée. Nous n’avons connaissance d’aucun conflit ou problème qui aurait pu justifier son acte.»

Conditions de travail ? Problèmes personnels ? Une infirmière du centre hospitalier : «Oui, c’est vrai que c’est un service soumis à un fort rythme. Mais il y a tellement de raisons qui peuvent pousser un être humain à se suicider… Elle était bien insérée professionnellement, respectée et appréciée de ses collègues. Elle était maman, mariée… Elle semblait avoir tout pour être heureuse.» Une enquête fut néanmoins demandée par le parquet.

Inspection du travail

Six mois plus tard, toujours La Nouvelle République du Centre Ouest : «L’inspection du travail met en cause le Centre hospitalier de Châteauroux dans le rapport concernant le suicide d’une anesthésiste survenu en mars dernier. La direction du centre hospitalier se défend avec la plus extrême fermeté.»

L’inspection du travail observe que la semaine précédant son décès, le Dr Zahan avait effectué 78 heures de travail, dont deux gardes de 24 heures, de mardi 11 à mercredi 12 mars, et de samedi 15 à dimanche 16 mars.

«Au terme de l’enquête et de tous les éléments recueillis, nous estimons que le non-respect, par l’employeur, de ses obligations a pu jouer un rôle dans la souffrance ressentie par Mme Zahan, et donc dans son suicide. De plus, même dans l’hypothèse (peu probable compte tenu des circonstances) où les conditions de travail de Mme Zahan n’auraient pas présidé à son geste, il est certain que son état de fatigue physique et mentale a contribué à abolir ou amoindrir ses capacités de discernement et, ainsi, priver MmeZahan de sa capacité à sortir de l’impasse.»

La direction du centre hospitalier s’était défendue: «Les griefs présentés dans ce rapport ne sont pas fondés et sont sans lien avec le suicide du Dr Zahan qui était parfaitement intégrée au sein de l’établissement et qui venait d’être reçue au concours national de praticien hospitalier. L’inspection du travail met gravement en cause la réputation et l’honneur de l’établissement en considérant, sur la base de pures conjectures, que ce dernier a pu jouer un rôle dans le suicide du Dr Zahan. Le centre hospitalier apportera prochainement une réponse argumentée à ce rapport.»

En mars, au lendemain du drame, Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, avait déclaré : «C’est une triste affaire mais, a priori, elle n’aurait aucun lien avec l’hôpital. Cette dame, d’origine roumaine, venait d’être titularisée, ce qui était plutôt une bonne nouvelle. En revanche, on croit savoir qu’elle se sentait loin de chez elle et qu’elle était mal dans sa peau.»

Il est toujours hasardeux de parler des raisons d’un suicide. Plus encore quand il se produit dans un centre hospitalier et que l’on est ministre de la Santé.

A demain

 

 

Agnès Buzyn laissera-t-elle longtemps gonfler l’abcès psychiatrique de Saint-Etienne ?

Bonjour

Un esprit dérangé rirait de la coïncidence.

C’est un communiqué de presse de la Haute Autorité de Santé : « Améliorer la coordination des soins dans le domaine de la santé mentale ».

C’est une enquête de France Bleu : « La folle mise au ban de la psychiatrie à Saint-Étienne » (David Valverde). Où l’on  retrouve l’invraisemblable abcès psychiatrique stéphanois.   Le service hospitalier de psychiatrie est maintenant en grève depuis le 13 septembre. Une révolte pour dénoncer le manque criant de moyens dont les malades mentaux sont les premières victimes.

« Malgré les propos rassurants de la direction de l’hôpital sur l’antenne de France Bleu Saint-Étienne Loire ces dernières semaines, il semble que les choses ne s’améliorent pas, bien au contraire. La situation ne cesse de se détériorer selon les professionnels de santé et les familles de malades que France Bleu a pu rencontrer. Ce mardi matin, les psychiatres sont « convoqués par le directeur de l’hôpital. Depuis dix-huit mois, ce sont dix-huit médecins qui ont quitté leur poste.  

« En novembre et décembre prochains, trois d’entre eux vont quitter la Charité et laisseront 315 patients sans suivi. Aujourd’hui, faute de médecins, 140 patients sont sur liste d’attente pour être soignés, liste qui grandit chaque jour, car depuis début juillet, aucun nouveau malade n’est accepté, sauf ceux qui passent par les urgences.  Les personnes condamnées par la justice à des obligations de soins ne peuvent plus être suivies. Il n’y a pas la place.  Aujourd’hui, les courriers envoyés par les professionnels de santé, par les associations de familles de malades à l’Agence Régionale de Santé et au ministère de la santé sont restés lettres mortes. » 

Aujourd’hui, poursuit France Bleu,  il n’y a plus assez de médecins expérimentés pour accompagner des étudiants internes, parfois parachutés, par défaut à des postes à responsabilité, à des salaires d’assistants. Les familles de malades et les personnels soignants redoutent qu’il faille un jour un drame impliquant un malade mal ou non suivi pour que des mesures nettes soient prises pour redonner des moyens à la psychiatrie hospitalière stéphanoise.

A Paris la Haute Autorité de Santé estime que dans la prise en charge des patients souffrant de troubles mentaux, la coordination entre les médecins généralistes et les autres acteurs de soins (psychiatres, psychologues, infirmiers, etc.) est « insuffisamment développée ».

Pour un peu on en rirait.

A demain