VIH : les généralistes pourront prescrire la prophylaxie pré-exposition (Agnès Buzyn)

Bonjour

C’est un communiqué dont deux lignes vont alimenter une polémique discrète mais montante sur les risques infectieux associés à la prophylaxie pré-exposition (PrEP). Un communiqué de presse intitulé : « Recul du VIH en France, Agnès Buzyn salue un progrès pour la santé sexuelle en France ». Un communiqué publié à la veille de la tenue à Lyon de la  « sixième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme » , La ministre des Solidarités et de la Santé, se félicite des dernières données de 2018, publiées par Santé publique France, qui montrent un recul du VIH en France : le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité au VIH diminue de manière significative par rapport à 2017 (-7%). Objectifs inchangés : « mettre fin à l’épidémie de sida d’ici 2030 » (sic) et  « faire évoluer les représentations sociales ».

« Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité VIH en France (données issues de la déclaration obligatoire) a été estimé à 6 200 en 2018. La diminution observée entre 2013 et 2018 pour les personnes nées en France est de 16% pour les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), et de 22% chez les personnes contaminées par rapports hétérosexuels. En revanche ce nombre reste stable chez les femmes hétérosexuelles nées à l’étranger, et a significativement augmenté chez les HSH nés à l’étranger de +38% sur la même période. »

Conclusion : il est nécessaire de poursuivre les actions engagéeset derenforcer, en parallèle d’une approche en population générale, une approche ciblée en direction des populations les plus exposées au VIH. Traduction : l’importance de la prévention diversifiée doit être rappelée:le dépistage du VIH, le traitement comme prévention  (une charge virale indétectable = pas de transmission du VIH), la prophylaxie pré exposition (PrEP) et le traitement post-exposition (TPE). Sans sans oublier que « le préservatif qui reste l’outil de base de la prévention protégeant également des autres infections sexuellement transmissibles (IST) ».

Pour Agnès Buzyn « le déploiement de la PrEP doit se poursuivre et des travaux sont en cours pour permettre aux médecins généralistes d’initier une telle prophylaxie ». Ce faisant la ministre des Solidarités et de la Santé semble ignorer les alertes lancées (avec quelques difficultés dans les médias généralistes) 1 par des spécialistes des maladies sexuellement transmissibles, au premier rang desquels le Pr Eric Caumes chef du service des maladies infectieuses à la Pitié Salpêtrière et ses confrères auteurs de « Retour des infections sexuellement transmissibles : vers une épidémie de l’ampleur du sida ? » (The Conversation) :

« Ces dernières années, le développement de la PrEP n’a pas arrangé la situation des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) dans la population des HSH. Disponible en France depuis 2016, ce protocole consiste pour les personnes séronégatives, donc non porteuses du virus, à prendre en prévention le traitement contre le VIH. Les 12 000 à 15 000 personnes qui ont recours à la PrEP prennent des médicaments en continu (un comprimé tous les jours) ou “à la demande” (un comprimé avant un rapport, puis un comprimé durant au moins 2 jours après une prise de risque sexuel). Des études récentes, en France comme en Australie, confirment malheureusement que cette prévention médicamenteuse – efficace uniquement contre le VIH tant que la personne prend le traitement – entraîne une diminution du port du préservatif et une augmentation des prises de risque. Ce qui se traduit sans surprise, par une augmentation des autres IST. »

A demain @jynau

1 Sur ce thème : Infections sexuellement transmissibles: le procès fait à la PrEP Rev Med Suisse 2019; volume 15. 1640-1641

Vaccinations et journalisme : Michel Cymes ou la méchante tentation de la censure médiatique

Bonjour

Où l’on découvre, une fois encore, que la tentation du mieux est l’ennemi mortel du bien. Et que le diable n’est pas toujours où l’on croit. Ainsi, aujourd’hui, l’ex-animateur du magazine de la santé, de France 5. Omniprésent dans les médias, il leur demande de ne plus donner la parole aux « anti-vaccins ». Michel Cymes, le 18 septembre sur le plateau de C à vous, l’émission de … France 5 :

« Arrêtez de donner la parole aux anti-vaccins et tout rentrera dans l’ordre », a déclaré le médecin (ORL de formation). C’est selon lui d’autant plus important que la suspicion à l’égard de la vaccination est plus importante en France que dans le reste de l’Europe. « 20 % de la population européenne, en moyenne, a des doutes sur l’innocuité des vaccins. On est à 40 % en France ! », a-t-il rappelé devant les caméras de France 5 ajoutant que, « on est dans une situation dramatique parce qu’on laisse parler tous ces gens là ».

Cette sortie médiatique a, dit-on, été très diversement appréciée sur le Web, certains internautes accusant cet animateur-médecin de vouloir restreindre la liberté d’expression. Et Michel Cymes de se justifier : « Ce sont des gens dangereux, et vous venez de montrer la dangerosité de ces gens qui font circuler des fake news, des rumeurs pour des réalités scientifiques. » 

L’ORL répondait ici à une question sur l’insuffisance de la couverture vaccinale contre certains papillomavirus humains. Cette vaccination est aujourd’hui recommandée pour toutes les filles entre 11 et 14 ans (avec rattrapage éventuel entre 15 et 19 ans), ainsi que pour les hommes de moins de 26 ans ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. Or le taux de la couverture vaccinale complète des jeunes filles de 16 ans dépasse à peine les 20%. Il s’agit d’un des plus faibles taux de tous les pays qui ont recommandé cette vaccination.

Censurer pour faire taire ? L’histoire, sans parler de démocratie ni même de Voltaire 1, démontre à quel point cette solution est sans issue. Souvent pire que le mal que l’on veut combattre. Mieux vaut, ici, quitter Cymes et France 5 pour gagner Libération et  Jeremy Ward, chercheur postdoctoral en sociologie au Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne (Gemass) : « Hésitation vaccinale : la France championne du monde ? ». Voici un large extrait de cette tribune :

« (… Dans l’espace public, la diffusion récente de ces méfiances [vis-à-vis de certains vaccins] est le plus souvent expliquée par le développement d’Internet et par la montée de la défiance envers les institutions, voire envers la science. Il est vrai qu’Internet facilite l’accès aux arguments critiques des vaccins et que, depuis vingt ans, les autorités sanitaires ont été au cœur d’une série de scandales publics qui ont durablement entaché leur réputation. Cependant, se focaliser sur ces deux éléments occulte trois phénomènes cruciaux, comme nous le rappelons avec mes quatre coauteurs dans une récente publication 2.

L’augmentation de la part de la population ayant des réserves quant au vaccin a surtout eu lieu depuis la controverse sur la campagne de vaccination contre la grippe A en 2009 (même si une controverse émerge à la fin des années 90 autour du vaccin contre l’hépatite B). Puis suivit une succession de débats en continu portant sur le vaccin contre les papillomavirus, le recours aux vaccins multivalents, et l’usage d’aluminium dans la composition du vaccin.

On tend à penser que la défiance à l’égard des vaccins est le produit d’un manque de compréhension scientifique de la vaccination et que, par conséquent, les médecins, principales sources d’information et de conseil sur ces questions, devraient être immunisés contre ces doutes. Ce n’est pourtant pas le cas. Les résultats d’une étude réalisée en 2014 par mes collègues de Marseille montrent que près de 14 % des médecins généralistes avaient des doutes sur l’utilité ou la sécurité de certains vaccins et que près de 20 % d’entre eux pensaient que l’on vaccine contre trop de maladies. Cela traduit notamment la détérioration des relations entre médecins et autorités sanitaires dans un contexte de multiplication des scandales, de crise de financement de l’hôpital public et de négociations tendues autour de l’assurance maladie.

« On parle beaucoup des «antivaccins» : ces militants, qui n’ont jamais accepté le principe scientifique de la vaccination, préfèrent les médecines alternatives et nient la légitimité de l’Etat (corrompu) à s’introduire dans le corps de leurs enfants. Seulement, les mouvements antivaccins ont historiquement été très peu puissants en France, notamment en comparaison aux Etats-Unis ou à la Grande-Bretagne. Cela s’est notamment traduit par l’absence des controverses sur la sécurité des vaccins avant le milieu des années 90 alors que l’Angleterre a connu des débats sur la vaccination contre la coqueluche à la fin des années 70 et les Etats-Unis sur le vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche au début des années 80.

Travailler, restaurer la confiance

« Or, les groupes au cœur de ces controverses récentes ont choisi de se distancier des antivaccins traditionnels. Ces nouveaux acteurs restreignent leur critique à un nombre limité de vaccins ou de substances qu’ils contiennent (par exemple celui contre les papillomavirus ou l’usage d’aluminium) tout en affirmant publiquement leur attachement au principe de la vaccination. Ces patients, médecins, militants, sont plus proches de mouvements sociaux mainstream (droits des patients, santé environnementale…) que des mouvements radicaux associés à l’antivaccinalisme (médecines alternatives, complotisme…). Ce positionnement moins radical explique en partie la succession des controverses évoquée plus tôt. Il permet à ces acteurs d’apparaître plus crédibles auprès du public, des journalistes et des médecins. Ce changement dans le paysage de la critique vaccinale se retrouve au niveau du public : les suspicions sont concentrées sur ces vaccins controversés et une toute petite minorité rejette toute forme de vaccination.

« Face à cette situation et à l’efficacité limitée des outils de communication à leur disposition, les autorités françaises ont opté pour la coercition. Depuis le 1er janvier 2018, les enfants doivent être à jour des 11 vaccins recommandés s’ils veulent être gardés en collectivité. La France est loin d’être seule à faire ce choix. Depuis cinq ans, de nombreux gouvernements ont renforcé leurs obligations et sanctions pour non-vaccination (Italie, Australie, Californie…) ou envisagent cette possibilité (Allemagne, Pologne…). Il est vrai que les obligations ont souvent eu pour effet d’augmenter les taux de vaccination. Cependant, leur mise en place a parfois eu pour résultat de générer de larges mouvements de résistance ainsi qu’une méfiance dans une large portion du public, comme en Angleterre au XIXe siècle ou en ce moment en Allemagne.

« Après un an, les premières conséquences de cette nouvelle loi semblent être positives. Les taux de vaccination ont augmenté et la part de Français se méfiant des vaccins semble avoir diminué. Mais près d’un tiers des parents se déclarent toujours opposés à ces obligations et plus de 20 % sont encore «hésitants». Face à ces résultats encourageants, le risque principal est donc de devenir complaisant et de laisser l’obligation faire tout le travail. Il faut continuer à travailler à restaurer la confiance dans les vaccins. Surtout, la défiance vis-à-vis de ces derniers reflète des problèmes plus larges dans le système de santé public français, comme la rupture entre certains médecins et les autorités sanitaires. Restaurer la confiance dans les vaccins ne peut que passer par un travail sur le système de santé dans son ensemble. »

Censurer ? Nullement. S’expliquer ? Souvent. Abdiquer ? Jamais.

A demain @jynau

1 « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. » Il s’agit ici d’une phrase non sourcée, sans doute jamais écrite mais peut-être dite, reflète parfaitement l’homme, sa pensée, sa vie et même son style. D’où la fortune historique et somme toute méritée de cette citation apocryphe.

2 «Vaccine Hesitancy and Coercion : All Eyes on France», Jeremy K. Ward, Patrick Peretti-Watel, Aurélie Bocquier, Valérie Seror and Pierre Verger, Nature Immunology, 2 septembre 2019.

« Migration sanitaire » et prothèses mammaires: le nouveau chantier de Christophe Castaner

Bonjour

Bruno Retaillau, 58 ans, ancien proche de Philippe de Villiers, est aujourd’hui le chef des sénateurs Les Républicains. Il est interrogé ce matin par France Inter sur les dernières déclarations droitières d’Emmanuel Macron concernant l’immigration et le droit d’asile 1. M. Retaillau plaide ouvertement pour une réduction du panier des soins délivrés aux immigrés dans le cadre de l’Aide Médicale d’Etat (AME) – un peu moins d’un milliard d’euros par an. Rappelons que cette dernière « est destinée à permettre l’accès aux soins des personnes en situation irrégulière au regard de la réglementation française sur le séjour en France ». Elle est attribuée « sous conditions de résidence et de ressources » . Hors de question, dit en substance M. Retaillau concernant les immigrés concernés, de les laisser mourir de maladies infectieuses. Mais réduire d’urgence le panier des soins – comme son groupe le réclame depuis des années.

Aurélien Taché, 35 ans, ancien socialiste, est député macroniste (Val d’Oise). Hier, quelques heures avant la rencontre entre Emmanuel Macron et les parlementaires de son camp sur la question de l’immigration il était, le 16 septembre, l’invité de franceinfo. Où l’on traitait, déjà, de l’avenir de l’AME. Extraits :

« Des voix dans votre camp demandent qu’on durcisse l’accès à l’aide médicale d’État qui permet aux sans-papier d’être soignés. Y êtes-vous favorable ?

« Je crois que ce sujet de l’aide médicale d’État, il faut d’abord là aussi regarder un petit peu précisément de quoi il s’agit. Aujourd’hui, on a plus de 80% des gens qui y auraient droit qui n’y ont pas accès. Il faut objectiver les choses. S’il y a des dérives, s’il y a de la fraude, contrôlons les fraudes parce que c’est très important de pouvoir être intraitable sur ces fraudes pour pouvoir préserver l’aide médicale d’État. C’est un des fondements de notre pacte social. En France, oui, quand quelqu’un a besoin de se faire soigner, quand quelqu’un risque pour sa vie parce qu’il a besoin de soins, on ne lui demande pas s’il a ou non ses papiers. [En revanche, dans notre parti] personne ne veut supprimer l’AME.

« Le Premier ministre est venu mardi matin devant les parlementaires, a dit que c’était vraiment dingue qu’on puisse penser une seconde que ce gouvernement veuille supprimer l’AME. C’est justement parce qu’on y est très attachés qu’on veut pouvoir regarder si aujourd’hui il faut la réformer ou non et s’il y a des abus ou non. Mais, moi je le redis, l’AME est quelque chose d’extrêmement utile, on a tous encore en tête ce drame terrible qui s’est passé à Grenoble l’autre jour où on avait quelqu’un qui était en situation de détresse psychique, qui était psychiatriquement atteint avec ce crime qui a été commis, ce jeune homme qui a perdu la vie face à un migrant qui était en situation de déséquilibre psychiatrique, donc je ne crois pas que ce soit en réduisant les soins par exemple psychiatriques qu’on pourrait répondre à ce type de situation. Au contraire, on voit bien que les gens qui arrivent, il faut immédiatement regarder où ils en sont et s’il y a des difficultés ou non.

Le patron de LREM Stanislas Guérini déclarait il y a quelques jours que certaines femmes en profitaient pour se faire poser des prothèses mammaires. En avez-vous la preuve ? Avez-vous des chiffres ?

« Je crois que la première chose à faire, c’est bien de vérifier s’il y a des chiffres ou non. Pour l’instant, je n’ai pas connaissance de ces chiffres et peut-être qu’il peut y avoir ce type d’abus. Mais attention à la manière dont on présente les choses, parce que s’il y a un, deux, dix cas comme ça, sur plusieurs dizaines de milliers de personnes qui ont vraiment besoin de l’aide médicale d’État, n’instillons pas dans l’esprit des Français que ce serait avant tout des abus auxquels donnerait lieu l’AME parce qu’on pourrait avoir un sentiment et un résultat inverses à ceux recherchés. »

Reste que le gouvernement n’exclut plus de « réformer » le dispositif, assurent les Echos (Cécile Cornudet) estimant qu’« il y a trop d’opérations non urgentes que demandent des soi-disant demandeurs d’asile». « Les ministres, Christophe Castaner en tête, travaillent aux moyens de réduire une certaine‘’attractivité du territoire’’, et notamment le ‘’phénomène de migration sanitaire » en provenance de pays comme la Géorgie. Sans toucher à l’enveloppe globale et aux conditions d’accès, l’idée serait de redéfinir le panier de soins auquel ouvre l’AME. ‘’Il y a trop d’opérations non urgentes que demandent des soi-disant demandeurs d’asile’’, assure le gouvernement – ciblant notamment les prothèses mammaires. » Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, travaille-t-elle, ici, aux côtés de Christophe Castaner ?

A demain @jynau

1 Le 16 septembre 2019 Emmanuel Macron a affirmé à sa majorité qu’il fallait regarder le sujet de l’immigration «en face» et ne pas être «un parti bourgeois» car ce sont les classes populaires «qui vivent avec» et ont migré vers l’extrême droite. «C’est un sujet en soi qu’il faut prendre avec maturité et calme. La France a toujours été une terre d’immigration», a affirmé, selon des participants, le président devant quelque deux cents parlementaires et membres de sa majorité, quinze jours avant le débat parlementaire sur l’immigration prévu les 30 septembre et 2 octobre. Nous n’avons pas le droit de ne pas regarder ce sujet en face. La question est de savoir si nous voulons être un parti bourgeois ou pas. Les bourgeois n’ont pas de problème avec cela: ils ne la croisent pas. Les classes populaires vivent avec. On est comme les trois petits singes: on ne veut pas regarder. Vous n’avez qu’un opposant sur le terrain: c’est le Front national (devenu Rassemblement national). Il faut confirmer cette opposition car ce sont les Français qui l’ont choisie. Il y a deux projets : celui du repli, tout faire peur ou bâtir une solution ouverte mais pas naïve».

Maladie de la «vache folle » : que fera l’Etat après la mort d’Emilie, chercheuse à l’INRA ?

Bonjour

Nous rapportions en juin dernier le cas douloureux d’une chercheuse âgée de 33 ans, qui venait de mourir de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Sa famille avait porté plainte contre l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) où elle avait travaillé et où elle aurait été contaminée, en 2010, par un prion responsable de cette maladie. L’affaire avait été révélée, le vendredi 21 juin, par Mediapart (Pascale Pascariello) et confirmée par les avocats de la famille de même que par l’INRA. Ce dernier affirmait alors, que « tous les éléments relatifs à l’accident et aux mesures de sécurité seront communiqués aux autorités sanitaires et à la justice ».

L’accident qui pourrait être à l’origine de la contamination date de 2010, lorsque la jeune femme travaillait (en contrat à durée déterminée) à l’unité de virologie et immunologie moléculaire de Jouy-en-Josas (Yvelines), un laboratoire sécurisé spécialisé dans l’étude des prions. Sous certaines conditions ces structures protéiques naturelles peuvent devenir hautement pathogènes : l’un des variants est responsable d’une forme de la maladie de Creutzfeldt-Jakob: l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la « vache folle »).

« Le 31 mai 2010, la jeune femme, assistante-ingénieure âgée de 24 ans, participait à des études sur la neurotoxicité de ces agents pathogènes sur différentes lignées de souris transgéniques. Elle s’est alors piqué le pouce droit avec une pince, qui a traversé ses deux gants en latex et entraîné un saignement, rapportaient encore plusieurs médias -dont Le Monde (Hervé Morin). Dans la ‘’déclaration d’accident de service’’ rédigée le même jour, il est précisé que la ‘’plaie saignante’’ a été soignée après contact téléphonique avec l’infirmière du centre, le médecin étant absent. »

L’INRA, qui ne contestait pas l’accident en 2010, avait rendu public, vendredi 21 juin, un communiqué. Extrait :

« L’INRA a répondu à la famille et aux autorités sanitaires en transmettant les pièces qui étaient demandées, et réaffirme son engagement de transparence : tous les éléments relatifs à l’accident et aux mesures de sécurité seront communiquées aux autorités sanitaires et à la justice. Car il est essentiel que toute la vérité soit faite, c’est essentiel pour sa famille, mais aussi pour l’ensemble de la communauté scientifique..»

Plainte déposée pour homicide involontaire

Trois mois après la mort l’affaire rebondit aujourd’hui dans les colonnes de La Nouvelle République (Julien Coquet). Où l’on apprend qu’une audience s’est tenue le 3 septembre au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche – une autre deux jours plus tard avec les conseillers du président de la République, au palais de l’Élysée :

« Armel Houel, veuf d’Émilie Jaumain, veut voir en ces rencontres au sommet de l’État des premiers signes de ‘’considération’’. Trois jours avant son décès, la diplômée en génie biologique de l’IUT de Tours, son époux et ses parents ont déposé plainte pour « homicide volontaire » (…)  Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a confirmé, la semaine dernière, avoir diligenté une mission d’inspection nationale sur la sécurité des laboratoires confinés manipulant des prions. ‘’Si cet audit vient à dire que les réglementations, bien que draconiennes, ne sont pas toujours appliquées par les scientifiques, cela nous concerne’’, présente Me Julien Bensimhon, conseil de la famille. »

L’avocat nourrit l’espoir de voir un juge d’instruction nommé d’ici la fin de l’année. L’enclenchement d’un travail judiciaire qui s’annonce long 1. En parallèle, une procédure de référé a été initiée pour obtenir la désignation d’un expert. Il sera chargé de vérifier si un lien entre l’accident de travail d’Émilie Jaumain et la déclaration de sa maladie (donc de son décès) est établi. C’est, explique le quoidien régional, « une étape dans le bras de fer qui oppose leurs clients à l’Inra quant aux responsabilités engagées. Et puis on lit cet encadré :

« Suite au décès d’Émilie Jaumain, Santé publique France a eu à se prononcer sur les causes du décès de la laborantine tourangelle. Les conclusions de l’établissement public, placé sous la tutelle du ministère de la Santé, renvoient à ‘’un cas probable de variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob’’ dû ‘’possiblement à une exposition dans son enfance par voie alimentaire à l’instar de la population générale’’. La lecture des travaux de Santé publique France évoque également ‘’une possible exposition à des protéines prions d’origine humaine dans un contexte professionnel’’.»

Une mort due « possiblement à une exposition dans son enfance par voie alimentaire à l’instar de la population générale ». « Une possible exposition à des protéines prions d’origine humaine dans un contexte professionnel ». A trop élargir le champ des possibles on dépasse, parfois, celui du raisonnable, sinon de l’acceptable.

A demain @jynau

1 Un groupe de soutien à Émilie Jaumain a été créé: « Justice pour Emilie. Collectif de soutien à Emilie décédée de la maladie Creutzfeldt-Jakob »

Baisse des séroposivités VIH à Paris mais polémique montante sur la stratégie de la PrEP

Bonjour

Lundi 9 septembre 2019. Mandé de Londres, où se tient la première Conférence des villes engagées pour mettre fin au sida Fast Track Cities 2019. Annonce d’une baisse de 16 % des nouveaux diagnostics d‘infection à VIH à Paris entre 2015 et 2018, principalement chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH).

« En 2018, 906 Parisien·ne·s ont appris leur séropositivité, contre 1078 en 2015, soit un recul de 16%. Cette baisse est particulièrement marquée chez les hommes ayant des rapports sexuels entre hommes (HSH, -22%), qui représentent 45% des nouveaux cas en 2018, et parmi eux chez les HSH nés en France (-28%) » (Vers Paris sans sida, Ville de Paris, Agence régionale de santé d’Île-de-France). Ces résultats, ajoute-t-on, sont portés au bénéfice de l’augmentation du dépistage et du déploiement de la PrEP à Paris.

La PrEP (Prophylaxie Pré-Exposition ou Pre-Exposure Prohylaxis) est une stratégie de réduction du risque de contracter une infection par VIH. Elle se fonde sur l’utilisation de médicaments antirétroviraux à prendre au cours d’une période d’exposition à un risque potentiel (mais connu) de contamination. Officiellement, cette stratégie médicale doit être accompagnée « d’un suivi renforcé et individualisé en santé sexuelle ». Cette même PrEP constitue aussi un bouleversement majeur dans la lutte contre l’épidémie de VIH/sida: utiliser un arsenal médicamenteux jusqu’ici uniquement curatif à des fins exclusivement préventives. Et avoir recours à cet arsenal alors même qu’une autre arme préventive, mécanique, (le préservatif masculin) a amplement fait la démonstration de son efficacité contre l’infection par le VIH mais aussi contre l’en semble des infections sexuellement transmissibles. En France la PrEP est intégralement prise en charge par la sécurité sociale.

 Pour l’association AIDES, aucun doute : « Ces résultats spectaculaires confirment l’efficacité de la stratégie promue depuis des années par AIDES, dont les actions de dépistage, de prévention et de promotion de la PrEP ciblent spécifiquement les populations les plus vulnérables au VIH ».

Au même titre que ses actions de dépistage, AIDES met tout en œuvre pour faire connaître la PrEP auprès des « publics cibles ». En 2018, AIDES a ainsi accompagné à Paris près de 2 500 personnes sous Prep. Elle est également, depuis mai 2017, co-investigatrice de l’étude ANRS « Prévenir » pour laquelle, les militants-es recrutent et assurent l’accompagnement des participants, HSH séronégatifs à haut risque d’infection à VIH. Les dernières données de cette étude ont permis de confirmer l’excellente efficacité de la Prep quotidienne ou à la demande, au moment des rapports sexuels, pour se protéger de l’infection par le VIH. Si les HSH utilisent de plus en plus la Prep, d’autres populations concernées, notamment les femmes migrantes, restent quant à elles largement exclues.

Diminution du recours au préservatif et drogues psychoactives

Tous les spécialistes ne partagent pas cet enthousiasme quant à la PrEP. Aini les auteurs de « Retour des infections sexuellement transmissibles : vers une épidémie de l’ampleur du sida ? » (The Conversation, 7 août 2019) : Eric Caumes, professeur de maladies infectieuses et tropicales à l’UPMC et chef du service des maladies infectieuses à la Pitié Salpêtrière, Sorbonne Université ; Caroline Petit, biologiste, chargée de recherche au CNRS, École normale supérieure (ENS) ; Jacques Leibowitch, Maître de conférences émérite en médecine, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines – Université Paris-Saclay ; Myriam Kirstetter, spécialiste en médecine interne à la Pitié Salpêtrière, et Hervé Latapie, activiste gay. Ils écrivent notamment :

« Ces dernières années, le développement de la PrEP n’a pas arrangé la situation des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) dans la population des HSH. Disponible en France depuis 2016, ce protocole consiste pour les personnes séronégatives, donc non porteuses du virus, à prendre en prévention le traitement contre le VIH. Les 12 000 à 15 000 personnes qui ont recours à la PrEP prennent des médicaments en continu (un comprimé tous les jours) ou “à la demande” (un comprimé avant un rapport, puis un comprimé durant au moins 2 jours après une prise de risque sexuel).

« Des études récentes, en France comme en Australie, confirment malheureusement que cette prévention médicamenteuse – efficace uniquement contre le VIH tant que la personne prend le traitement – entraîne une diminution du port du préservatif et une augmentation des prises de risque. Ce qui se traduit sans surprise, par une augmentation des autres IST. Même s’il faudrait mieux les prévenir, traiter les IST doit rester une priorité de santé publique. La prévention et l’encouragement au dépistage ont en effet leurs limites, comme le montre le cas du VIH : chaque année, plus de 6000 nouvelles contaminations ont encore lieu en France.

« Autre problème : il est difficile de dépister les IST en cas de prises de risques trop fréquentes et répétées. Enfin, le retour des pratiques à risque chez les HSH s’accompagne souvent de l’usage de drogues psychoactives. Cette vague de toxicomanie qui grossit depuis 2010 augmente les transmissions d’IST (et y ajoute le risque de maladies transmises par voie sanguine, hépatites notamment). »

Où l’on voit, une nouvelle fois que la lutte contre les IST ne saurait, sans danger pour les individus comme pour la collectivité, être fragmentée.

A demain @jynau

Urgent – Listériose: retrait et rappel de produits laitiers d’une célèbre ferme bio alsacienne

Bonjour

C’est un petit coup de tonnerre dans un monde en expansion, paré de toutes les vertus. Un coup de semonce qui frappe une exploitation de renom. Les ministères de la Santé et de l’Agriculture viennent d’annoncer que  sept personnes atteintes de listériose, infectées par la même souche de Listeria, ont été identifiées par le Centre national de référence des Listeria. Une huitième personne pourrait être concernée.

D’ores et déjà les investigations menées par Santé publique France et les services de la Direction générale de l’alimentation ont permis d’identifier l’origine du mal: la consommation de « produits laitiers bio » – puis de faire le lien avec les produits fabriqués par la Ferme DURR (Boofzheim, Bas-Rhin) à la suite d’analyses réalisées sur des prélèvements alimentaires. Ces produits sont commercialisés en vente directe à la Ferme DURR, sur les marchés et en magasins sur tout le territoire français.

La Ferme DURR (FR 67-055-001 CE), en lien avec les autorités sanitaires, procède dès ce 7 septembre au retrait de la vente et à un rappel de tous ses produits laitiers bio de la marque DURR (yaourts nature et aux fruits, crèmes, fromages blancs et fromages) quelle que soit la DLC/DDM – à l’exception, notable, de ses flans. Toute la production de cet établissement est à l’arrêt jusqu’à nouvel ordre.

Institution alsacienne de renom

Une institution que la « Ferme DURR » qui affiche haut et fort son historique et ses convictions sur « la vraie nature du lait ».

« Depuis plus de trente ans, la Ferme Durr – exploitation agricole de polyculture et élevage – élabore des produits certifiés de l’agriculture biologique, dans le respect des hommes, des animaux et de la terre.

Les techniques agricoles utilisées alliées au savoir-faire issu des techniques traditionnelles, et au plaisir de proposer des produits artisanaux de grande qualité, nous permettent de garantir à nos clients, des produits sains et savoureux.  Produire localement, sainement, des spécialités artisanales souvent abandonnées au profit de productions industrielles, proposer ces produits à des consommateurs avertis pour recréer le lien affectif essentiel, voilà, dès le départ, la ligne de conduite de la Ferme Durr .

« Notre production, enrichie d’une palette de tomes bien typées au lait cru, puis d’un large choix de charcuteries et de viandes emballées issues de notre élevage a permis à l’entreprise de se faire reconnaître rapidement comme référence en agriculture biologique, nous ouvrant les portes du marché bio spécialisé, notamment en région parisienne.

« Les années passant, nous avons élargi notre gamme de produits laitiers avec l’élaboration du probiotic’k décliné sous 2 formes : nature et en bicouche à la confiture.
Il y a deux ans, la production « tartes flambées » est venue se rajouter à notre production. Parallèlement, l’exploitation laitière a quitté ses vieux locaux et les vaches ont inauguré la nouvelle étables avec, pour remplacer la salle de traite, un robot. »

Jusqu’à huit semaines d’incubation

Aujourd’hui les autorités sanitaires nationales « appellent à la vigilance des consommateurs vis-à-vis des produits commercialisés avant la mesure de retrait ». Les personnes qui détiendraient les produits laitiers concernés ne doivent pas les consommer et sont invitées à les rapporter au point de vente où elles les ont achetés.

Les personnes qui en auraient consommé et qui présenteraient de la fièvre, isolée ou accompagnée de maux de tête, et des courbatures sont invitées à consulter leur médecin traitant en lui signalant cette consommation. Des formes graves avec des complications neurologiques et des atteintes maternelles ou fœtales chez la femme enceinte peuvent également parfois survenir. Les femmes enceintes ainsi que les personnes immunodéprimées et les personnes âgées doivent être particulièrement attentives à ces symptômes.

On rappellera que listériose est une maladie qui peut être grave et dont le délai d’incubation peut aller jusqu’à huit semaines.

A demain

Vape news et «maladie sans nom» : l’hypothèse infectieuse désormais abandonnée par les CDC

Bonjour

Toutes les situations pathologiques de ce type renvoient au même casse-tête : cause infectieuse ou toxique ? D’un côté les univers bactériens et viraux (sans oublier les agents transmissibles non conventionnels). De l’autre le monde clos des substances chimiques incompatibles avec l’humain. La « maladie sans nom » qui émerge et inquiète outre-Atlantique d’échappe pas à cette grille d’analyse.

Tout converge aujourd’hui pour laisser penser que le vecteur commun (la « cigarette électronique ») n’est pas la cause première des tableaux cliniques pulmonaires aujourd’hui observés et recensés. De la même manière, oserait-on dire, que l’anophèle femelle n’est pas l’agent du paludisme. Faire la part entre la transmission et la cause première.

Il faut ici (merci à Umberto Ucelli, fidèle critique) se reporter aux remarquables informations destinées à la presse et diffusées par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des Etats-Unis : «  CDC, FDA, States Continue to Investigate Severe Pulmonary Disease Among People Who Use E-cigarettes ».

Effet Werther

Où l’on apprend que rien, en l’état des données disponibles, ne permet plus de retenir l’hypothèse d’un agent infectieux unique. Pour autant aucun agent toxique n’a été identifié qui permettrait d’expliquer les symptômes observés chez les 149 patients atypiques identifiés dans quinze Etats (CA, CT, IL, IN, IA, MN, MI, NC, NJ, NM, NY, PA, TX, UT, and WI) entre le 28 juin et le 20 août.

Tout indique donc que l’on ne peut conclure. Et d’ores et déjà se pose la question de l’impact de la diffusion de ces informations sur une possible amplification du phénomène. Entre « effet Werther » et « prophétie semi-auto-réalisatrice ». Mais, comme rien n’est simple, se pose aussi dans le même temps, au vu du nombre des personnes concernées par la vape en France, la question du silence total, sur ce sujet, de la Direction Générale de la Santé.

A demain  @jynau