Migraine : sans le bon géant Novartis, pourrait-on en parler dans les hôpitaux français ?

Bonjour

Le temps ne passe pas. Réception d’un message adressé par le service de presse du géant pharmaceutique suisse Novartis :

« Dans le cadre du mois’’consacré à la Migraine’’, le Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier, en partenariat avec Novartis, organise une  Journée de sensibilisation dédiée à la migraine le jeudi 19 septembre 2019 au Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier

« A cette occasion, le Professeur Anne Ducros, Chef du service Neurologie et présidente de la SFEMC (Société Française d’Étude des Migraines et Céphalées) animera la conférence ‘’Migraine : mieux la connaître pour la combattre’’ ».

Enjeux médicaux et sociétaux

Sans doute ne combat-on bien que ce que l’on connaît. Aussi le géant suisse mettra-t-il à disposition des visiteurs, un stand d’information sur la migraine dans le hall du CHU. Les « patients migraineux » mais aussi le « grand public » pourront-ils ainsi « se documenter » sur cette pathologie. Pour résumer l’affaire :

« Le Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier et Novartis s’engagent à accompagner les patients migraineux dans la prise en charge et l’accompagnement médical de leur pathologie et à sensibiliser le plus grand nombre en réalisant ensemble cette journée de sensibilisation dédiée à la migraine. »

D’autres établissements hospitaliers français sont concernés. Ainsi la même opération, le même jour, sera organisée grâce à Novartis avec le Centre d’Évaluation et de Traitement de la Douleur du Centre Hospitalier de Valenciennes. A cette occasion, plusieurs stands d’information, de prévention et de dépistage seront tenus par des professionnels de santé et des experts au sein de cet établissement hospitalier – et ce « afin d’aborder les enjeux médicaux et sociétaux de cette maladie comme, notamment, la migraine au travail ou le risque d’abus médicamenteux ».

Ne pas abuser, voilà la clef.

A demain @jynau

Mediator® : le procès va bientôt commencer, Philippe Douste-Blazy ne sera pas inquiété

Bonjour

A compter du 23 septembre, en fanfare et pour six mois, procès du Mediator® . Renvoyées devant le tribunal correctionnel quatorze personnes physiques et onze personnes morales.  Où l’on reviendra sur les dérives, scandales et désastres d’une époque médicamenteuse que beaucoup espèrent révolue. Et un procès qui peinera à traiter de tous les aspects, politiques et médicaux d’une affaire tentaculaire – avec son corollaire : un traitement médiatique trop souvent réducteur.

Une affaire avec ses sous-tiroirs, oubliés ou presque. « Mediator : la justice d’endort sur le cas Douste-Blazy » titre Le Canard enchaîné (Isabelle Barré). La suite d’une « information disjointe » ouverte en 2014 concernant celui qui fut (notamment) deux fois ministre de la Santé – avant un départ sous les cieux onusiens. Possibles « délits d’abus sociaux » chez celui qui fut longtemps en relation avec les Laboratoires Servier et leur célèbre dirigeant, aujourd’hui disparu.

« Un ancien ministre de la Santé a-t-il eu des liaisons dangereuses avec le laboratoire Servier, à l’origine de l’affaire du Mediator s’interrogeait en 2011 Le Parisien.  Des lettres saisies lors d’une perquisition au siège des laboratoires Servier le 7 février dans le cadre de l’enquête sur le Mediator montrent que le groupe a financé des activités promues par Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de la Santé notamment entre 2004 et 2005, révèle Le Canard enchaîné. Dans son édition datée du 22 juin, Le Canard cite des extraits de lettres témoignant de liens d’intérêt répétés entre Jacques Servier et Philippe Douste-Blazy, au cours des années 1990.

Les infarctus du myocarde de Haute-Garonne

« Dans l’un de ces courriers, datant de 1992, Philippe Douste-Blazy écrit ainsi au fondateur du groupe Servier pour le remercier «très sincèrement» d’une subvention mise «à la disposition du Forum européen de la santé afin d’organiser la première université de la santé». Dans une autre lettre, datant du 19 février 1993, l’ancien ministre demande un financement pour le ‘’projet Monica’’ consacré à l’étude ‘’des infarctus du myocarde de Haute-Garonne’’. Financement accordé quelques mois plus tard, avec un chèque de 85 392 francs (environ 13 000 euros), selon Le Canard enchaîné.

« Autre échange évoqué par le quotidien satirique : un chèque de 300 000 francs (environ 45 000 euros) signé par Servier le 10 avril 1998 à l’attention de la section rugby du FC Lourdes, ville dont Philippe Douste-Blazy était alors le maire. Réponse de l’ancien ministre dans un courrier : ‘’Merci pour votre amitié, que je savais déjà fidèle’’».

Auditionné à cette époque par la mission parlementaire sur le Mediator, Philippe Douste-Blazy avait assuré n’avoir jamais eu de «liens d’intérêt (…) vis-à-vis du laboratoire Servier». «Je n’en ai jamais eu à part un, mais c’est lorsque j’étais jeune chef de clinique. Je faisais partie d’un groupe de quinze chefs de clinique qui se réunissaient. Une fois en effet j’ai participé à une réunion de formation, c’était sur la leucémie aiguë».

Le FC Lourdes ne domine plus le rugby français, ne fait plus rêver. Il évolue aujourd’hui en Fédérale 2  l’équivalent d’une quatrième division. Et Philippe Douste-Blazy n’est plus le maire. Aujourd’hui Le Canard précise que l’ancien ministre vient d’être auditionné par la police. Le quotidien cite ses délicieux propos : « C’était très cool [sic]. Ils n’ont rien trouvé et ont bien compris que je n’avais aucun lien, de près ou de loin, avec toute cette affaire du Mediator. Jamais je ne suis intervenu en faveur d’un médicament de Servier. Quand ils m’ont raccompagné, les enquêteurs m’ont dit : ‘’Merci d’être venu, vous n’entendrez plus parler de nous’’. »

Où l’on voit que la police peut, parfois, faire preuve d’urbanité. Et que le procès du Mediator® peut, enfin, commencer.

A demain @jynau

Augmentation des risques : Donald Trump se pique soudain des cigarettes électroniques

Bonjour

Il ne manquait plus que lui : Donald Trump a fait savoir, en ce 11 septembre de sinistre mémoire, qu’il envisageait une interdiction aux Etats-Unis des cigarettes électroniques – du moins les liquides « aromatisés ». « Trump administration moves to ban flavored e-cigarettes » résume CNN (Maegan Vazquez and Betsy Klein) Une annonce qui survient alors que la « maladie sans nom » a été associée à six décès corrélés à des inhalations de THC ou d’autres substances.

« Cela crée plein de problèmes, a -cité par l’AFP– analysé Donald Trump dans le Bureau ovale de la Maison Blanche. Les gens pensent que c’est une solution facile aux cigarettes. C’est nouveau et cela s’est développé tellement vite». «Nous allons peut-être devoir décider quelque chose de ferme.» Alex Azar, ancien ponte de Big Pharma, aujourd’hui secrétaire à la Santé, a précisé qu’un texte réglementaire serait publié dans plusieurs semaines.

Mangue, meringue, fruits rouges

« La FDA a déjà engagé de multiples offensives contre les fabricants de cigarettes électroniques accusés de cibler les jeunes dans leur marketing, souligne l’AFP. En août, elle a sommé quatre fabricants de retirer 44 recharges et autres liquides aromatisés de la vente: des goûts à la mangue, à la meringue, aux fruits rouges.. ».

L’AFP ajoute : « ces goûts sont censés attirer les consommateurs les plus jeunes, dans les collèges et les lycées, ce qui a fait plonger selon les autorités sanitaires une nouvelle génération d’Américains dans l’accoutumance à la nicotine. En dehors du problème de la dépendance à la nicotine de jeunes qui ne fumaient pas auparavant, il existe depuis quelques mois une urgence sanitaire liée au vapotage de certains e-liquides vendus sur le marché noir. »

Outre Atlantique les cigarettes électroniques sont (officiellement) interdites à la vente aux mineurs (18 ou 21 ans selon les Etats). Si les autorités interdisaient les cigarettes aromatisées, les liquides standard à la nicotine resteraient vraisemblablement sur le marché. Ils sont actuellement promus comme une méthode permettant de ne pas consommer de tabac carbonisé cancérigène. Une promotion faire au nom de la réduction des risques – et ce dans un pays dont le président semble n’avoir de cesse de les augmenter.

A demain @jynau

Baisse des séroposivités VIH à Paris mais polémique montante sur la stratégie de la PrEP

Bonjour

Lundi 9 septembre 2019. Mandé de Londres, où se tient la première Conférence des villes engagées pour mettre fin au sida Fast Track Cities 2019. Annonce d’une baisse de 16 % des nouveaux diagnostics d‘infection à VIH à Paris entre 2015 et 2018, principalement chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH).

« En 2018, 906 Parisien·ne·s ont appris leur séropositivité, contre 1078 en 2015, soit un recul de 16%. Cette baisse est particulièrement marquée chez les hommes ayant des rapports sexuels entre hommes (HSH, -22%), qui représentent 45% des nouveaux cas en 2018, et parmi eux chez les HSH nés en France (-28%) » (Vers Paris sans sida, Ville de Paris, Agence régionale de santé d’Île-de-France). Ces résultats, ajoute-t-on, sont portés au bénéfice de l’augmentation du dépistage et du déploiement de la PrEP à Paris.

La PrEP (Prophylaxie Pré-Exposition ou Pre-Exposure Prohylaxis) est une stratégie de réduction du risque de contracter une infection par VIH. Elle se fonde sur l’utilisation de médicaments antirétroviraux à prendre au cours d’une période d’exposition à un risque potentiel (mais connu) de contamination. Officiellement, cette stratégie médicale doit être accompagnée « d’un suivi renforcé et individualisé en santé sexuelle ». Cette même PrEP constitue aussi un bouleversement majeur dans la lutte contre l’épidémie de VIH/sida: utiliser un arsenal médicamenteux jusqu’ici uniquement curatif à des fins exclusivement préventives. Et avoir recours à cet arsenal alors même qu’une autre arme préventive, mécanique, (le préservatif masculin) a amplement fait la démonstration de son efficacité contre l’infection par le VIH mais aussi contre l’en semble des infections sexuellement transmissibles. En France la PrEP est intégralement prise en charge par la sécurité sociale.

 Pour l’association AIDES, aucun doute : « Ces résultats spectaculaires confirment l’efficacité de la stratégie promue depuis des années par AIDES, dont les actions de dépistage, de prévention et de promotion de la PrEP ciblent spécifiquement les populations les plus vulnérables au VIH ».

Au même titre que ses actions de dépistage, AIDES met tout en œuvre pour faire connaître la PrEP auprès des « publics cibles ». En 2018, AIDES a ainsi accompagné à Paris près de 2 500 personnes sous Prep. Elle est également, depuis mai 2017, co-investigatrice de l’étude ANRS « Prévenir » pour laquelle, les militants-es recrutent et assurent l’accompagnement des participants, HSH séronégatifs à haut risque d’infection à VIH. Les dernières données de cette étude ont permis de confirmer l’excellente efficacité de la Prep quotidienne ou à la demande, au moment des rapports sexuels, pour se protéger de l’infection par le VIH. Si les HSH utilisent de plus en plus la Prep, d’autres populations concernées, notamment les femmes migrantes, restent quant à elles largement exclues.

Diminution du recours au préservatif et drogues psychoactives

Tous les spécialistes ne partagent pas cet enthousiasme quant à la PrEP. Aini les auteurs de « Retour des infections sexuellement transmissibles : vers une épidémie de l’ampleur du sida ? » (The Conversation, 7 août 2019) : Eric Caumes, professeur de maladies infectieuses et tropicales à l’UPMC et chef du service des maladies infectieuses à la Pitié Salpêtrière, Sorbonne Université ; Caroline Petit, biologiste, chargée de recherche au CNRS, École normale supérieure (ENS) ; Jacques Leibowitch, Maître de conférences émérite en médecine, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines – Université Paris-Saclay ; Myriam Kirstetter, spécialiste en médecine interne à la Pitié Salpêtrière, et Hervé Latapie, activiste gay. Ils écrivent notamment :

« Ces dernières années, le développement de la PrEP n’a pas arrangé la situation des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) dans la population des HSH. Disponible en France depuis 2016, ce protocole consiste pour les personnes séronégatives, donc non porteuses du virus, à prendre en prévention le traitement contre le VIH. Les 12 000 à 15 000 personnes qui ont recours à la PrEP prennent des médicaments en continu (un comprimé tous les jours) ou “à la demande” (un comprimé avant un rapport, puis un comprimé durant au moins 2 jours après une prise de risque sexuel).

« Des études récentes, en France comme en Australie, confirment malheureusement que cette prévention médicamenteuse – efficace uniquement contre le VIH tant que la personne prend le traitement – entraîne une diminution du port du préservatif et une augmentation des prises de risque. Ce qui se traduit sans surprise, par une augmentation des autres IST. Même s’il faudrait mieux les prévenir, traiter les IST doit rester une priorité de santé publique. La prévention et l’encouragement au dépistage ont en effet leurs limites, comme le montre le cas du VIH : chaque année, plus de 6000 nouvelles contaminations ont encore lieu en France.

« Autre problème : il est difficile de dépister les IST en cas de prises de risques trop fréquentes et répétées. Enfin, le retour des pratiques à risque chez les HSH s’accompagne souvent de l’usage de drogues psychoactives. Cette vague de toxicomanie qui grossit depuis 2010 augmente les transmissions d’IST (et y ajoute le risque de maladies transmises par voie sanguine, hépatites notamment). »

Où l’on voit, une nouvelle fois que la lutte contre les IST ne saurait, sans danger pour les individus comme pour la collectivité, être fragmentée.

A demain @jynau

Mediator®, dans quelques jours et pour six mois: procès d’un «scandale» ou d’un «désastre» ?

Bonjour

S’attendre, bientôt, à des rafales médiatiques judiciaires et moutonnières : le procès pénal du Mediator® s’ouvrira le 23 septembre devant le tribunal de grande instance de Paris. Pour une durée annoncée de … six mois. Un procès sanitaire à grand spectacle et à forte charge symbolique – dans la lignée de celui des affaires dites du sang contaminé. En toile de fond, des morts prématurées et un lien de causalité. La justice va donc, enfin, se prononcer sur les délits reprochés à la firme Servier, mais aussi à feu l’Agence française du médicament, et à certains de leurs responsables.

« La firme Servier et des filiales sont poursuivies à divers titres » rappelle Prescrire dans sa livraison de septembre dans une synthèse fondée sur l’ordonnance de renvoi (Emmanuelle Robinson, avec Claire Thépault, 30 août 2017, 677 pages). Les juges d’instruction du pôle de santé publique de Paris ordonnaient, conformément aux réquisitions du parquet, que soient renvoyées devant le tribunal correctionnel quatorze personnes physiques et onze personnes morales. 

« Blessures et homicides involontaires par violations manifestement délibérées »

 Prescrire : L’« obtention indue d’autorisation » fait référence au fait d’avoir obtenu un renouvellement de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du benfluorex pour des indications liées aux troubles métaboliques, en particulier le diabète, en dissimulant ses effets anorexigènes (« coupe faim »). La firme devra aussi répondre de « tromperie sur les qualités substantielles et les risques inhérents à l’utilisation du Mediator° avec mise en danger de l’homme ». Elle sera aussi jugée pour « blessures et homicides involontaires par violations manifestement délibérées », notamment pour n’avoir pas informé les patients et les médecins de tous les effets indésirables du benfluorex, alors que les dangers étaient connus et que des cas de valvulopathies et d’hypertension artérielle pulmonaire liés à son usage avaient été signalés.

« Il est reproché à l’Agence française du médicament des « homicides involontaires par négligence » et des « blessures involontaires par négligence », notamment pour avoir tardé à suspendre l’AMM du benfluorex, et ne pas avoir prévenu patients et médecins de ses effets anorexigènes et de ses effets indésirables. D’autres délits seront aussi jugés, notamment « escroquerie », « trafic d’influence » et « prise illégale d’intérêts » pour des responsables nommément désignés. »

On observera que le mensuel indépendant de l’industrie pharmaceutique qualifie aujourd’hui cette affaire de « désastre » alors que chacun, dans les médias, usait aisément du terme de « scandale ». On pourra voir là, au choix, un lapsus ou, déjà, un commentaire.

A demain @jynau

1 « La firme Servier et l’Agence française du médicament devant le tribunal » Rev Prescrire 2019 ; 39 (431) : 700-701. (pdf, réservé aux abonnés)

Naloxone® pour ne pas mourir, en France, d’une overdose aux opiacés : qui ment, qui dit la vérité ?

Bonjour

Les surdoses ont, elles aussi, leur journée. Cela s’appelle « La Journée internationale de sensibilisation aux surdoses » (Overdose Awareness Day) – organisée la veille de la rentrée des classes, le 31 août. A cette occasion l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) a réalisé un point de situation sur l’offre thérapeutique des antidotes aux opioïdes en France. Une occasion, pour cette Agence de vanter son action :

« Depuis 2015, l’ANSM s’est mobilisée pour permettre aux usagers de drogues, aux patients en situation de surdosage et à leur entourage un accès large et facilité à la naloxone pour le traitement d’urgence des overdoses aux opioïdes médicamenteux tels que la morphine et la méthadone, ou illicites tels que l’héroïne ou les fentanyloïdes de synthèse, dans l’attente d’une prise en charge médicale. »

En vérité il fallut bien des atermoiements, bien des crises et des noms de certains oiseaux pour en arriver à la situation réglementaire présente :  deux autorisations de mise sur le marché (AMM) pour des kits de naloxone prête à l’emploi : depuis 2018 pour Nalscue ®, naloxone par voie nasale et, depuis mai 2019 pour Prenoxad ®, naloxone injectable. Et afin que les patients puissent les obtenir sans ordonnance obligatoire (ce qui est loin d’être un détail, l’ANSM a également proposé, après avis de la Commission des stupéfiants et des psychotropes, des modifications de la réglementation en ce sens.

Ainsi actuellement, officiellement, « sont disponibles en France et à la portée de tous via les kits prêts à l’emploi » :

Prenoxad ® solution injectable intramusculaire en seringue préremplie (0,9 mg/ml) : 
Disponible depuis mai 2019 dans les établissements de santé, en Centres de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA), en Centres d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques pour Usagers de Drogues (CAARUD). Il est également disponible dans les pharmacies de ville,   Nalscue ®, solution pour pulvérisation nasale en récipient unidose (naloxone 0,9mg/0,1mL) : Disponible dans les établissements de santé, les CSAPA et les CAARUD.  

D’autres kits de naloxone prête à l’emploi et sous forme de spray nasal (Nyxoid ®, Naloxone Adapt ® et Ventizolve ®) ont obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM européennes) et, assure l’ANSM, « vont être commercialisés ».

Loin de l’ANSM, une autre réalité

Dans le même temps d’autres voix se lèvent qui disent une autre réalité. Ainsi Aides. « La consommation d’opioïdes ayant plus que doublé en dix ans en France et les décès par surdose ne cessant d’augmenter » souligne l’assiociation qui lance une semaine d’actions spécifiques  partout en France, du 2 au 6 septembre dans tout son réseau. La « Semaine de la naloxone » sera, prévient-elle, l’occasion d’interpeller les pouvoirs publics sur la nécessité de rendre la naloxone, antidote puissant aux overdoses d’opioïdes, effectivement accessible et de sensibiliser les usagers-es et leurs proches. Ecoutons Aides :

« Aujourd’hui, en France, environ 400 personnes succombent à une surdose d’opioïdes – licites (traitement anti-douleurs) ou illicites – chaque année. Dans la palette de dispositifs de réduction des risques existants, la naloxone a une place particulière. En effet, la naloxone est un médicament qui permet de neutraliser les effets d’une surdose d’opioïdes et de sauver ainsi des vies.

« Morphine, méthadone, héroïne, fentanyl, tramadol, nombreux sont les produits licites et illicites à base d’opioïdes. En plus de l’injection intraveineuse et des médicaments l’associant à des traitements de substitution que peuvent délivrer des professionnels de santé habilités, deux formes de naloxone sont disponibles à la distribution aux usagers-es via les CAARUD (Centres d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques pour Usagers de Drogues) et les CSAPA (Centres de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) : un spray nasal et une injection intramusculaire. »

Des vies qui ne sont pas sauvées

Et Aides de rappeler, en écho de l’ANSM, que la  naloxone est promue par le Plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022 – un Plan qui préconise de « veiller à l’accessibilité physique et économique de la naloxone, faciliter en particulier la délivrance de la naloxone dite ‘’take home’’ par des structures spécialisées (CSAPA / CAARUD) et non spécialisées, et développer la formation des professionnels-les, des intervenants-es, des usagers-es concernés-es et de leurs proches ».  

« Néanmoins concrètement rien n’est fait pour que ces recommandations soient suivies d’effets, bien au contraire ! accuse Aides. Le grand écart est visible à plusieurs endroits. Au niveau de l’offre tout d’abord, Indivior, le laboratoire qui produit  le seul spray nasal disponible aujourd’hui en France a annoncé la fin de sa commercialisation parce que non rentable financièrement. Pourtant reconnue par les professionnels-les de santé et les usagers-es pour sa facilité d’utilisation, fin 2020, les usagers-es seront donc privés-es d’une des deux modalités  de prise à leur disposition aujourd’hui. 

« Sur sa diffusion et son déploiement ensuite, ajoute l’association. Pour une efficacité optimale du dispositif, la distribution des kits doit être doublée d’une formation des personnes concernées, à la fois les usagers-es mais aussi leurs proches qui doivent être aptes à réagir rapidement et à administrer l’antidote le plus vite possible. A ce stade, et malgré la mobilisation des structures communautaires, la capacité à délivrer le produit et former les personnes reste trop faible. »  

Pour Aides, il est primordial que ces deux formes de naloxone demeurent disponibles en France, « avec une meilleure accessibilité effective aux personnes concernées ». Et Aides de dénoncer « l’absence de dotation de kits de naloxone aux services de premiers secours, malgré leurs demandes ». En tant que premiers acteurs du système de santé à entrer en contact avec les victimes de surdoses, ils doivent absolument être en mesure d’administrer la naloxone et ainsi assurer leur mission : sauver des vies.

A demain @jynau        

Antalgiques opiacés, esclavage pharmaceutique : un grand reportage dans les Appalaches

Bonjour

Karen Lajon. Profession : grand reporter au JDD. « Elle parcourt la planète depuis plus de trente ans et a couvert les principaux conflits contemporains, dit-on d’elle. Elle pratique un journalisme de terrain et donne la parole aux gens, loin de la communication officielle des gouvernements. »

Aujourd’hui elle signe « Les zombies des Appalaches ». La démonstration des vertus du reportage « de terrain », cette discipline journalistique que l’on dit en perdition. Epidémie amaricaine d’antalgiques opiacés ? On avait eu vent du scandale américain et de la culpabilité de Big Pharma –  et notamment Purdue Pharma, avec son tristement célèbre OxyContin. On savait que depuis les années 1990 la distribution-prescription  massive d’antidouleurs hautement addictifs avait fait des centaines de milliers de morts prématurées par overdose outre-Atlantique. On apprend ici comment des laboratoires pharmaceutiques ont délibérément ciblé les classes moyennes et inférieures blanches du « South East » désindustrialisé.

Karen Lajon, envoyée spéciale à Saint-Charles (Virginie), Welch (Virginie-Occidentale) et Louisville (Kentucky). Elle nous a mandé un long papier porteur des lumières que peut transmettre un grand reporter. Elle narre ce que l’on pourrait nommer « la malédiction des Appalaches ». C’est, écrit-elle, « une guerre qui ne dit pas son nom ». C’est là, dans un régal de montagnes et de forêts que s’est nouée « l’une des pires tragédies de l’histoire moderne américaine ». La Virginie-Occidentale : épicentre de la crise-scandale des opiacés, le « ground zero » de la hillbilly heroin. « Une métaphore de l’Amérique » écrit l’écrivain Ron Rash, auteur de deux nouvelles prémonitoires Back of Beyong et The Ascent.

Puis vinrent les révalations du Washington Post, en juillet dernier, fondées sur des données de la Drug Enforcement Administration (DEA). « De 2006 à 2012, une dizaine de grand groupes pharmaceutiques ont bel et bien ciblé la région des Apalaches, écrit Karen Lajon. ‘’Ils ont apréhendé ce territoire comme n’importe quel autre marché, s’insurge l’écrivain. Ils n’on jamais eu l’intention de soigner les gens, mais plutôt de faire un maximum de cash’’. » Un un maximum de casse humaine.

Le nouveau marché du Narcan®

Au fil de ce grand reportage on croise un autre grand écrivain, apallachien : David Joy. « Il y a toujours eu une culture de la drogue aux Eats-Unis, explique-t-il. Mais pour la première fois les classes moyennes et supérieures ont été touchées. Et l’on était plus dans le fun, mais dans le désespoir. Les grans industriels étrangers, aux Appalaches, nous ont colonisés. Ils ont pris le charbon, le bois, et maintenant la dernières ressources, les gens. » Une métaphore de l’Amérique, une métaphore du capitalisme, une résurgence de l’esclavage qui fiat un maximum de cash.

On découvrira, sous la plume de Karen Lajon les premières observations du Dr Art Van Zee, l’action du shérif Martin West aux chuassures remarquables de sophistication, et celle de Me Mark Troy, avocat de Charleston. Et partout ce mal rampant face auquel l’exécutif et les politiques sont ongtemps restés les bras ballants. Comme le rapporte un autre journaliste, du Guardian, Chris McGreal, auteur du remarquable American Overdose (Public Affairs), malheureusement non traduit en français.

On lira la suite de ce remarquable grand reportage et le quotidien des anciens narcodépendants, la distribution de seringues, celles et ceux qui carburent désormais à l’héroïne ou à la meth, la proposition faite du Narcan ® (naloxone) qui, comme on le sait, permet de « récupérer » des overdoses. Les ventes de Narcan® sont passée de 21 millions de dollars en 2011 à 274 millions en 2016. Nouvel esclavage. Après le scandale, le marché continue.

A demain @jynau