Agnès Buzyn la scientifique relance la polémique sur les remboursements homéopathiques

 

Bonjour

#DemandeTonRemboursement. Derrière la ministre, la scientifique. Interrogée le 19 avril 2018 sur la polémique et les éclats de rires qui avaient suivi ses surprenants propos sur l’homéopathie, Agnès Buzyn, a affirmé sur Europe 1 que les médications homéopathiques sont remboursées « comme tous les médicaments qui ont un service médical rendu faible à 15 % ».

« Il y a toute une catégorie de médicaments dont on sait que l’efficacité n’est pas… très…  prouvée. C’est ce qu’on appelle l’effet placebo (rires) En tant que scientifique, je considère que l’homéopathie ne peut pas fonctionner autrement (rires) que par l’effet placebo ! Dans tous les cas, rien n’a été prouvé autrementSi on doit se poser la question du remboursement, on doit plus généralement se poser la question du remboursement de médicaments très peu efficaces. »

Maigres vaches

C’est bien la question que l’on aimerait, en période de maigres vaches, que se pose la ministre des Solidarités et de la Santé. Et c’est précisément la question qu’Agnès Buzyn ne se pose pas. Pour elle, pour le gouvernement, pour le Premier ministre et le président de la République, ce n’est pas « une priorité ».  « Ce qu’il faut savoir c’est que ça représente une somme assez réduite pour la Sécurité sociale. C’est quelques dizaines de millions d’euros (sic). Ce n’est pas ça qui va permette de faire des économies importantes par rapport aux enjeux financiers de remboursement des soins. Ce n’est pas une priorité

Et c’est ainsi que le pouvoir exécutif associé aux responsables de la santé et de la recherche médicale, laisse, sous le tapis de la raison, bien des poussières d’incohérence. Où l’on en vient à l’essentiel : pourquoi traiter ainsi, par une forme de mépris, ce défi lancé à la science qu’est l’effet placebo ? Et pourquoi ne le rembourser qu’à hauteur de 15% ?

A demain

L’homéopathie selon Agnès Buzyn : rires et satires sur #DemandeTonRemboursement

 

Bonjour

C’est une déferlante. Compte-tenu de sa formation hospitalo-universitaire et de ses fonctions actuelles Agnès Buzyn a tenu des propos proprement ahurissants sur l’homéopathie, son efficacité et sa prise en charge par la collectivité. Elle a, de ce fait, soulevé le couvercle d’un chaudron politique en ébullition. Et créé une affaire polémique là où le calme était revenu.

Nous étions à l’aube du 12 avril, dans la matinale RMC/BFM TV. Invitée : la ministre des Solidarités et de la Santé. Question : continuer ou pas à rembourser l’homéopathie ? Oui a, en souriant, assuré Agnès Buzyn.

Ecoutons l’argumentaire ministériel

1 L’homéopathie est « probablement un effet placebo ».

2 « Les Français y sont attachés »

3 « Cela peut éviter le recours à des médicaments toxiques »

4 « Nous y gagnons collectivement »

5  « Cela ne fait pas de mal ».

L’affaire commence a être décortiquée ici ou là et il ne sera guère difficile de démonter les incohérence et le syllogisme de ce petit chapelet qui ne fait que reprendre des propos entendus ici ou là, à commencer par les repas familiaux et les cafés du commerce. Ce fut, aussitôt, un embrasement sur les réseaux sociaux. Avec un phare :  le hashtag, #demandetonremboursement créé dans la foulée par @JeSuisBigPharma, un compte satirique  sur Twitter :

« J’adore ce nouveau jeu. Voici les règles: – Trouve une activité ou un produit qui te fait du bien et qui n’est pas dangereuse. – Explique le à @agnesbuzyn. – Demande comment on procède pour obtenir le remboursement – Ajoute le hashtag #DemandeTonRemboursement »

C’est une lecture réjouissante, parfois méchante, souvent politique. Mais aussi

Parfois électronique :

«Falken Vape‏ @FalkenVape 

Bonsoir @agnesbuzyn, vapoter, cela me fait le plus grand bien et n’est pas nocif. Quelle est la procédure pour le remboursement ? #DemandeTonRemboursement »

 Parfois marseillaise et culturelle :

« Brige_Bb  @Brige_Bb

#DemandeTonRemboursement Bonjour @agnesbuzyn Aller voir les Rolling Stones à Marseille le 26/06 me serait très bénéfique et je vois qu’il reste quelques places à 825 € – catégorie qui serait aussi très bénéfique à mon bien être. Je paye la FNAC avec ma carte vitale c’est ça ? »

 Parfois pharmaceutique et neurodégénérative :

« Yves BRASEY @YvesBRASEY

Arrêtez de vous moquer… elle a fait pareil avec les médicaments pour Alzheimer… ça ne sert à rien, mais la sécu rembourse. Et là 99% des intervenants ne sont pas intervenus ! #DemandeTonRemboursement »

 Parfois philosophique :

« Béatrice Kammerer‏ @MmeDejantee 13 avr.

Le bénéfice du « bien être » peut-il justifier le remboursement de l’homéopathie comme le prétend Agnès Buzyn ? Juliette Ferry-Danini, philosophe des sciences répond. #DemandeTonRemboursement https://twitter.com/MmeDejantee/status/984679908810153984 … »

 Parfois psychologique et décentralisée :

« MinouDez‏ @MinouDez 

Bonjour @agnesbuzyn et @s_cluzel , les psychologues à même de diagnostiquer (et assurer un suivi) adultes et enfants en Auvergne sont rares et chers. On peut échanger avec l’homéopathie? Parce qu’en cas de petit bobo, je donne un smarties, c’est pareil. #DemandeTonRemboursement »

 Parois écologique :

« StéthoMarto @StethoMarto64 

 Quitte à rembourser du sucre, autant commencer par l’eau ! https://reporterre.net/En-France-un-million-de-personnes-n-ont-pas-acces-a-l-eau … #DemandeTonRemboursement »

Ou encore incitant à une réflexion citoyenne :

« Stéphanie Calvin a retweeté RMC

@agnesbuzyn Liste (non exhaustive) des choses bénéfiques sans être nocives et qui ne sont pas remboursées : – un logement salubre (amiante, plomb, etc) – trois repas par jour – de l’eau potable pour tous – des conditions d’hygiènes décentes – etc. #DemandeTonRemboursement »

Reste un sujet essentiel à creuser : depuis quand les spécialités homéopathiques sont-elles, en France, prises en charge par la collectivité. Et à quel titre ?

A demain

Homéopathie : Agnès Buzyn a créé l’événement avec #demandetonremboursement

Bonjour

C’était une information de poids distillée en quelques secondes et qui, aujourd’hui, ruisselle en cascade, grossit les rivières, suscite au choix l’ire ou l’hilarité. Avec cette question : une bourde à coup sûr, mais une bourde volontaire ou pas ?

Rappel : invitée le jeudi 12 avril 2018 de la matinale RMC/BFM TV, Agnès Buzyn a traité d’une question essentielle  quant à la place du rationnel en médecine et, plus largement, dans notre système de protection sociale et de solidarité nationale : continuer ou pas à rembourser l’homéopathie ?

L’homéopathie continuera à être remboursée a, en souriant, assuré Agnès Buzyn. Et ce même si c’est « probablement un effet placebo » (sic).  « Les Français y sont attachés, si cela peut éviter le recours à des médicaments toxiques (re-sic), je pense nous y gagnons collectivement …. ça ne fait pas de mal ! ».

Ce fut, aussitôt, un embrasement sur les réseaux sociaux. Moins sur la question des spécialités homéopathiques (« cette eau diluée dans le l’eau » disent les rationalistes) que sur les prolongements que l’on peut faire à partir de ce raisonnement.

Dans la foulée le hashtag, #demandetonremboursement a été créé dans la foulée par @JeSuisBigPharma, un compte satirique  sur Twitter :

« J’adore ce nouveau jeu. Voici les règles: – Trouve une activité ou un produit qui te fait du bien et qui n’est pas dangereuse. – Explique le à @agnesbuzyn. – Demande comment on procède pour obtenir le remboursement – Ajoute le hashtag #DemandeTonRemboursement »

La lecture en est réjouissante, parfois acidulée :

« Citron Alcalin  🍋‏ @CitronAlcalin

Rebonsoir @agnesbuzyn, j’ai un partenariat avec différentes marques de sirop (Monin, Teisseire…) qui font beaucoup de bien aux gens sans que ce soit nocif. Serait-il possible d’avoir un remboursement ? C’est surtout du sucre mais vous avez l’habitude. #DemandeTonRemboursement »

 Parfois acerbe :

 « Sophie 👩‏ @orthosophie

#DemandeTonRemboursement @agnesbuzyn je fais des Pilates chaque semaine afin de rester zen face à mes patients et leur prodiguer la même qualité de soins tt au lg de l’année. ça m’évite aussi d’être violente à votre égard, étant donné le mépris que vs m’opposez. Vous remboursez ? »

 Parfois floral et politique :

« tellinestory‏ @tellinestory

Chère @agnesbuzyn, j’ai semé des cosmos et des tournesols. Ce n’est pas nocif, ça me fait beaucoup de bien et ce n’est même pas cher. J’en ai eu pour 3€75. J’accepte le remboursement à 35% même si je déplore qu’en Alsace il puisse atteindre 90%. #DemandeTonRemboursement »

 La liste ne cesse de s’allonger. Chacun peut participer : cinquante ans après l’imagination est à nouveau au pouvoir !

A demain

 

Homéopathie : un banal « placebo » qui restera remboursé par la collectivité (Agnès Buzyn)  

Bonjour

C’est une information de poids qui tient en quelques lignes. Invitée ce jeudi 12 avril 2018 de la matinale RMC/BFM TV, Agnès Buzyn a fait le point sur plusieurs chantiers sensibles – dont l’homéopathie.

Jean-Jacques Bourdin (et non Edwy Plenel) a interrogé la ministre des Solidarités et de la Santé sur la question de sa prise en charge par la collectivité. Une affaire financière autant que symbolique quant à la place du rationnel thérapeutique dans notre communauté.

Virulence

On se souvient que dans une publiée par Le Figaro le 19 mars, des médecins s’en étaient pris avec virulence à l’homéopathie. D’autres praticiens, plus que favorables à cette pratique, ont répliqué en portant plainte devant l’Ordre des médecins contre leurs confrères signataires.

Continuer à rembourser ou pas ? L’homéopathie continuera à être remboursée a, en souriant, assuré Agnès Buzyn. Et ce même si c’est « probablement un effet placebo » (sic).  « Les Français y sont attachés, si cela peut éviter le recours à des médicaments toxiques (re-sic), je pense nous y gagnons collectivement …. ça ne fait pas de mal ! ».

Voilà, tout est dit. Mme Buzyn précise que parmi les médecines « non conventionnelles » l’homéopathie est « aujourd’hui  la seule à être remboursée ». On peut raisonnablement se demander pourquoi tant il existe de pratiques auxquelles les Français sont attachés, pratiques qui peuvent éviter le recours à des procédés allopathiques toxiques – et qui ne font pas de mal.

A demain

Mélatonine : Agnès Buzyn osera-t-elle en finir avec sa commercialisation en vente libre ?

Bonjour

C’est un marché fructueux qui pourrait ne pas durer. On vend chaque année en France environ 1,4 million de boîtes de mélatonine, présente dans diverses formes de compléments alimentaires. Or la mélatonine est tout sauf un aliment: il s’agit d’une hormone naturellement sécrétée la nuit par une glande cérébrale, l’épiphyse, qui informe le cerveau que l’heure est venue de s’endormir. À ce titre, elle peut être utilisée comme une forme «douce» et «naturelle» de somnifère.

Mais elle devrait alors pour cela rentrer dans le cadre très réglementé des médicaments, comme c’est le cas dans de nombreux pays européens –Belgique, Allemagne, Danemark, République Tchèque, Royaume-Uni, Slovénie et Suisse. Au Canada et aux États-Unis, elle est en vente libre. Or en France, comme en Lettonie, elle est autorisée dans les compléments alimentaires, en dessous de deux milligrammes par prise et par jour.

La situation française ne va sans doute pas perdurer. Dans un avis rendu public le 11 avril, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) estime que le moment est venu, pour des raisons médicales, d’en finir avec ce laxisme commercial.

La suite sur Slate.fr : « Comment la mélatonine a-t-elle pu être proposée en vente libre ? »

A demain

 

 

Alerte : ne plus prendre Optimizette®, pilule contraceptive sans principe actif contraceptif

Bonjour

Comment peut-on en arriver là ? Comment ne pas douter de tout, y compris de l’industrie pharmaceutique ? L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) vient de lancer une alerte à toutes les femmes concernées par les boîtes et plaquettes du lot n°1958550 (péremption 07/2019) de la spécialité Optimizette® Gé 75 microgrammes (laboratoires Majorelle). Cette alerte fait suite à la découverte « dans une boîte d’une plaquette non conforme de 21 comprimés ne contenant pas de principe actif contraceptif » (sic).

Et l’ANSM d’expliquer, benoîtement, que « la prise de ces comprimés ne présente pas de danger ». « Aucun effet indésirable n’a été signalé jusqu’à présent » dit-elle. Et d’ajouter : « le seul risque identifié pour les patientes est l’inefficacité contraceptive de la pilule » (re-sic). Les patientes sont donc invitées à « rapporter les boîtes et plaquettes du lot 1958550 à leur pharmacie pour échange ».

En savoir plus ? « Ce rappel de lot fait suite au signalement par une patiente de la présence d’un blister contenant 21 comprimés différents des deux autres blisters de 28 comprimés, confie l’ANSM. Selon les laboratoires Majorelle, ce défaut ne concerne que quelques boîtes sur la totalité des 36700 boîtes distribuées entre le 26 janvier et le 5 avril 2018. Seul le lot 1958550 est concerné. »

Les pharmaciens d’officines et des établissements de santé se doivent de contacter « par tous les moyens dont ils disposent » les patientes susceptibles de détenir et/ou d’avoir utilisé la spécialité du lot concerné par ce rappel.

L’ANSM demande aussi aux patientes en possession de boîtes Optimizette® Gé 75 microgrammes de vérifier si elles ne contiennent pas de blisters anormaux.

« Si les blisters sont normaux, les femmes doivent continuer le traitement sans interruption ; une boîte d’un autre lot leur sera fournie gratuitement par leur pharmacien lorsqu’elles rapporteront la boîte du lot 1958550, précise l’ANSM. Dans l’attente de cet échange avec le médecin, et parce que la patiente est exposée à un risque de grossesse, elle devra utiliser une méthode contraceptive mécanique (préservatif, diaphragme…). »

Question : combien de femmes concernées liront ce communiqué de l’ANSM ?

A demain

 

Véridique et politique : gratuité annoncée des médicaments nicotiniques du sevrage tabagique

Bonjour

C’est un événement.  Ou plus précisément un événement à venir. Une mesure que certains (dont nous sommes) réclamaient depuis des années : la prise en charge intégrale, comme les autres médicaments) de substituts nicotiniques dans l’indication du sevrage tabagique. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a, enfin, abordé officiellement le sujet ce 26 mars 2018 en compagnie d’Edouard Philippe, Premier ministre.

On connaît le contexte : En France, plus de 13 millions de personnes fument et plus de la moitié des fumeurs souhaitent, aujourd’hui, arrêter de fumer. Le tabac est la source majeure de cancers, de maladies cardiovasculaires et d’insuffisance respiratoire, et est responsable de 73 000 décès prématurés chaque année. Il existe d’autre part, depuis quatre ans, un Plan national de réduction du tabac (PNRT) qui a pleinement fait la preuve de son inefficacité. Ce PNRT prévoit un « forfait à 150 euros par an » pour les substituts nicotiniques, traitement du sevrage tabagique.

Déni de la cigarette électronique

« L’un des freins majeurs actuels du recours aux traitements de sevrage est la nécessité de faire systématiquement l’avance de frais dans le cadre du forfait » reconnaît, enfin, le ministère de la Santé. L’objectif aujourd’hui affiché par Agnès Buzyn est de « développer l’accessibilité aux traitements d’aide à l’arrêt tabagique pour l’ensemble des fumeurs souhaitant arrêter de fumer, et en particulier les plus défavorisés ». «  Il s’agit aujourd’hui de franchir une nouvelle phase dans le soutien au sevrage tabagique : passer du forfait d’aide au sevrage de 150€ par an et par assuré à un remboursement classique comme pour tous les médicaments remboursables, explique la ministre. Cela permet à la fois de lever les freins liés à l’avance de frais systématique et d’avoir le même tarif pour un produit sur tout le territoire, tout en permettant une durée de traitement adaptée à la dépendance. »

Malheureusement ce mouvement sera progressif car il implique une démarche des firmes pharmaceutiques qui commercialisent ces médicaments du sevrage. « Un premier produit sera inscrit dès cette semaine au remboursement par le gouvernement, précise Mme Buzyn. Le forfait disparaîtra donc au profit d’une prise en charge classique plus accessible et efficace pour les fumeurs et plus simple pour les professionnels de santé. »

Cette mesure s’inscrit dans le cadre du prochain Plan de national de réduction du tabagisme qui sera annoncé prochainement par le Gouvernement qui renforcera les actions en faveur de la protection des jeunes et de l’accompagnement des fumeurs, notamment par le soutien du fonds de lutte contre le tabac. Agnès Buzyn en finira-t-elle, alors, avec son déni de la cigarette électronique ? Pourra-t-on, alors et enfin, applaudir ?

A demain