Face à la paralysie des antibiotiques, que penser des phages thérapeutiques de Géorgie ?

Bonjour

16 novembre 2018. « Se soigner sans antibiotiques c’est possible ! » clame la manchette du Parisien (Elsa Mari). Qui ajoute : « Un traitement étonnant : la phagothérapie » Et Aujourd’hui en France de vanter les possibles mérites d’une thérapeutique « très répandue en Géorgie » et qui « apparaît comme une solution crédible ». Tout en mentionnant l’existence d’un circuit actif de tourisme médical (« Se soigner en Géorgie » 1).

Le cadre promotionnel est parfait avec la « Semaine mondiale pour le bon usage des antibiotiques » et les innombrables interventions médiatiques expliquant l’épuisement progressif de ces médicaments et la gabegie dont il font l’objet. Le Parisien :

 « Alors, dans ce tableau si noir, des patients se chuchotent un traitement de la dernière chance, miracle pour certains, la phagothérapie. De quoi parle-t-on ? De la médecine des phages, des virus naturels que l’on trouve partout, dans les sols, les eaux des lacs, des égouts et capables de manger les bactéries mêmes les plus coriaces, responsables d’infections des os ou des poumons. »

Médecine abandonnée

C’est aussi, un siècle plus tard, la redécouverte d’une approche pasteurienne. Et le quotidien de citer le Dr Alain Dublanchet, médecin microbiologiste :  « Avant d’être enterrée définitivement, en France, dans les années 1980, face au succès des antibios, elle avait guéri des milliers de patients. On avait des collections de phages dans les labos de Pasteur, tout a été jeté. On a abandonné cette médecine ». « En 2016, une société française est parvenue à fabriquer des phages de bonne qualité, testés, chez quelques malades graves principalement à l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon, en complément des antibiotiques, ajoute Le Parisien. La plupart souffraient d’infections très sévères. ‘’Sur les 5 traités, 4 n’ont plus de signe d’infection, se réjouit Tristan Ferry, chef du service adjoint adjoint au département des maladies infectieuses. C’est un énorme succès, on est dans un tournant de l’histoire de la phagothérapie’’. ».

Pourquoi ne pas importer les phages thérapeutiques de Géorgie ? Le Dr Caroline Semaille (Agence nationale de sécurité du médicament) explique n’avoir  « aucun moyen de connaître leur qualité ». « Si cette thérapie suscite encore beaucoup d’interrogations, elle est pleine d’espoir. Dès qu’il y aura une production plus importante, on délivrera des autorisations temporaires d’utilisation ».

 A demain

1 Site où l’on peut lire ceci :

« Puis-je être soigné par phagothérapie ? Contactez-nous, communiquez nous de quelle infection (bactérie) vous êtes atteint, et fournissez nous le plus d’informations possibles sur vos antécédents médicaux. Nous vous répondrons dans un premier temps pour vous dire si vous êtes a priori éligible à ce traitement. Si la réponse est favorable, nous vous ferons passer des tests pour trouver le phage virulent contre votre infection et vous soigner.

 « La phagothérapie est interdite en France, Parce qu’en dépit des recherches en cours qui lui sont toutes favorables (lisez les nombreux exemples, et visionnez les vidéos), cela ne rentre pas dans les cases administratives de nos pays occidentaux. La phagothérapie n’est pas un médicament, il n’y a qu’à se baisser pour trouver des phages, sa validation, non brevetable, couterait très cher sans rien rapporter!  »

Cigarette électronique : les buralistes sont-ils les mieux placés pour lutter contre le tabagisme ?

Bonjour

C’est une photo du tonnerre. On y voit Gérard Darmanin et Philippe Coy : le ministre des Comptes public coude-à-coude avec  le patron des buralistes – sous les ors de la mairie de Tourcoing. Et ce dernier d’arborer une grande affiche : « Chez votre buraliste, Novembre le mois de la Vape » Une cigarette électronique et ce sous-titre : « Le vapotage c’est aussi notre métier ». Ainsi donc le diable est dans ce détail, dans cet « aussi » qui sous-entend précisément son contraire.

Gérard Darmanin a-t-il été piégé, à Tourcoing, par le patron des buralistes ? Quelle est la position de l’exécutif sur ce sujet ? Où sont les choix politiques opérés en matière de santé publique sur ce chapitre essentiel de l’addiction fiscalisée ? Silence total.

Reste ainsi, entière, la question de la cigarette électronique, de sa distribution et de l’apprentissage de son usage. C’est là une question au cœur de la Révolution des Volutes ; une question soudain réactivée par Philippe Coy et son puissant réseau. La grande majorité des buralistes français est bien décidée, autant que faire se peut, à ne pas laisser échapper ce marché jusqu’ici le plus souvent développé par des militants experts dans le maniement de cet outil majeur de réduction des risques tabagiques.

Marisol Touraine et Agnès Buzyn

Une fraction des buralistes a compris l’ampleur du défi de leur survie. Celle-ci passe-t-elle par la cigarette électronique ? On peut très raisonnablement en douter. Buralistes et réduction des risques ne riment qu’en surface. Il leur faudra trouver ailleurs et avec l’aide de la puissance publique des raisons d’espérer. Elles ne manquent pas dans les territoires désertés.

Reste la découverte, l’apprentissage, le maniement de la cigarette électronique, le lent cheminement de cette itinérance mémorielle que sont ces  douloureuses désaccoutumances. C’est un sujet éminemment addictologique, éminemment politique. Jamais traité comme tel par l’exécutif (Cf Marisol Touraine et Agnès Buzyn) qui se suicide dans la fiscalisation des addictions légales.

« Photo du tonnerre », superbe cliché parlant. Contrairement à certaines lectures affûtées Coy n’a nullement « piégé » Darmanin. Le ministre des Comptes publics est consubstantiel du patron des buralistes. Une seule question : jusqu’à quand ?

PS. Conseil de lecture signé Sébastien Béziau , vice-président de Sovape:  la déclaration, majeure, de Ghyslain Armand,  de Vaping Post : « Indépendant de l’industrie du tabac Notre position face à la présence de l’industrie du tabac dans le monde de la vape »

A demain

@jynau

 

 

Homéopathie politique : un sondage du Parisien embarrassera au plus haut point Agnès Buzyn

Bonjour

Sur fond de grogne carburante montante voilà un sondage qui hérissera l’exécutif. Publié aujourd’hui dans Le Parisien il établit que près de trois Français sur quatre sont opposés au déremboursement des spécialités homéopathiques (assuré aujourd’hui par la Sécurité sociale à hauteur de 30 %). Des résultats politiquement bien embarrassants.

On connaît le contexte. Au départ, en mars dernier, une tribune au vitriol anti-homéopathie de cent-vingt quatre praticiens dans Le Figaro. Suivie d’une très mauvaise communication de la ministre de Solidarités et de la Santé. Puis l’organisation de la résistance médiatique du camp homéopathique.

Puis après mille et un atermoiements et propos contradictoires la décision prise par Agnès Buzyn de demander à la Haute Autorité de santé (HAS) d’évaluer l’efficacité de cette pratique et le bien-fondé de son remboursement par la collectivité. Et ce alors même que cette même HAS (hier encore présidée par Mme Buzyn) a d’ores et déjà fait connaître sa position « anti ». C’était en juillet dernier :

« La Commission s’étonne du maintien du taux de remboursement à 30% des médicaments homéopathiques à nom commun compte tenu du taux de remboursement à 30% voire 15% de médicaments ayant fait la preuve de leur efficacité ».

Et puis voici l’automne et ce sondage auprès de 2 000 citoyens  : 77% des Français ont déjà pris des spécialités homéopathiques et en ont une « bonne image » et 74 % sont opposés à l’arrêt de leur remboursement.

Radicalisation

« Il est clair que l’arrêt de n’importe quel remboursement génère une opposition de l’opinion mais celle-ci est tout de même à mettre en relation avec les bénéfices dont les Français disent tirer de l’homéopathie, qui a un véritable ancrage dans leur pratique de soins », analyse Luc Barthélémy, directeur santé d’Ipsos.  « Nous voulons porter le débat au niveau scientifique et interpeller le public, dire que le réflexe homéopathie peut créer des retards de prise en charge pour certaines pathologies », attaque le Dr Céline Berthié, porte-parole du collectif « anti » qui plaide pour le déremboursement.

Face à cette radicalisation peut-on imaginer que l’état de d’opinion publique soit pris en compte par un exécutif rationaliste ? Quels seront les ressorts politique de la prise de décision ? En avril dernier Agnès Buzyn déclarait sur RMC-BFMTV  que l’homéopathie continuerait à être remboursée. Et ce même si c’est « probablement un effet placebo » (sic).  « Les Français y sont attachés, si cela peut éviter le recours à des médicaments toxiques (re-sic), je pense nous y gagnons collectivement, expliquait-elle…  ça ne fait pas de mal ! ». Puis en mai, sur France Inter elle expliquait que si elle était utile, elle resterait remboursée. « Si elle est inutile, elle arrêtera de l’être, indiquait la ministre de la santé. Le problème de l’homéopathie est qu’elle n’a jamais été évaluée comme les médicaments. »

Puis à nouveau sur France Inter, en septembre :

 « La première question c’est : est-ce qu’il faut continuer à rembourser à 30 % l’homéopathie alors que tous les médicaments remboursés aujourd’hui par la Sécurité sociale sont évalués pour leur efficacité. J’ai simplement demandé à la Haute Autorité de Santé qu’elle évalue l’homéopathie comme n’importe quel médicament. Si elle montre que c’est efficace, ça continuera à être remboursé. Mais ce n’est pas parce que ce n’est plus remboursé que ça ne pourra plus être prescrit (…) moi je fais confiance à ce qui est évalué scientifiquement. « Car je suis rationnelle. Je suis incroyablement rationnelle. Je crois en la science et donc je crois en la preuve scientifique. »

 Quid, dans ce paysage, des méandres de la politique et de ceux de l’effet placebo ?

A demain

 

 

Temps modernes : le Crédit Agricole s’attaque au désert médical de la Place de la Concorde

Bonjour

Que restera-t-il demain du souvenir des années profondément houellebecquiennes que nous traversons ? Quelles images marquantes ? A coup sûr celles de la désertification médicale de la France – une France désormais constituée de cités et de territoires. Il ne restera plus qu’à dissoudre l’Assurance Maladie pour retrouver, hurlants, les loups du Moyen-Age.

Un symptôme nous est adressé depuis les luxueux bureaux en acajou du Crédit Agricole, cette chère vieille « banque verte » (sic) qui vogue sur son deuxième centenaire et sur plus de trente-deux milliards d’euros de chiffre d’affaire. Le Crédit Agricole qui a industrialisé nos campagnes, endetté à vie nos jeunes paysans avant de s’étendre à l’international. Et puis, soudain, ce mail du Crédit Agricole d’Ile-de-France:

« Avec seulement 93,2 médecins pour 100.000 habitants, Paris n’est que 20ème du classement des villes de France les mieux dotées en médecins généralistes. Le Crédit Agricole d’Ile-de-france, en tant que banque mutualiste et régionale, souhaite lutter contre les inégalités territoriales à l’accès aux soins et s’engage dans un partenariat exclusif. »

Lisons. En partenariat avec Initiative Ile-de-France et plusieurs collectivités, le Crédit Agricole d’Ile-de-France a mis en place un partenariat pour accompagner les professions libérales de santé et faciliter leur installation. Cette collaboration permet concrètement :

« 1. La création d’un fonds de dotation, alimenté par le Crédit Agricole d’Ile-de-France, la Région Île-de-France et la Caisse des Dépôts, dont le but est de distribuer des Prêts d’honneurs Santé Initiative (PSI) aux jeunes qui s’installent. Ils pourront bénéficier d’un prêt à taux 0% pouvant atteindre 30 000€ sur cinq ans, compléter par un prêt sur-mesure de la banque régionale pour financer le reste du projet d’installation.


« 2. Un accompagnement spécifique des jeunes professionnels de Santé par des experts spécialisés pour assurer le succès de leur installation et pérenniser leur activité. »

Prochaines étapes pour le Crédit Agricole dans le domaine de la Santé : « être davantage présents auprès des futurs professionnels de santé au cours de leurs études », conclut Alain Levallois, responsable du « marché des professionnels » (sic).

SansMonDoc

Que restera-t-il demain du souvenir de nos années profondément houellebecquiennes ? Ceci, peut-être, adressé aux journalistes étiquetés « santé ».

« Noël arrive à très grands pas et beaucoup de français profitent de cette période des fêtes pour se retrouver en famille. Mais, entre le froid, la neige ou la fatigue accumulée de l’année, c’est également à ce moment que beaucoup tombent malades. Grâce à MesDocteurs.com, l’unique plateforme interactive de téléconseil et de téléconsultation médicale en France, docteurs et spécialistes répondent 7 j/7, 24 h/24, sans prise de rendez-vous ou de délai d’attente de diagnostic, à toutes les questions d’ordre médical !

Médecine générale, mais aussi pédiatrie, gynécologie, ORL, dentaire, dermatologie ou encore psy… L’objectif premier de MesDocteurs est de délivrer des informations médicales fiables, de mettre en contact des personnes en attente de conseils médicaux et des médecins qualifiés. Les médecins de la plateforme sont donc diplômés en France et garantissent évidemment le secret médical.   Quel coût ?  Via le chat, ou par téléphone, les tarifs vont de 1,9 € à 5,9€ par question et le site offre la première question. Le patient n’a rien à craindre pour ses données qui sont entièrement sécurisées. »

Et d’ajouter : « Depuis le 15 septembre dernier, l’Assurance-maladie rembourse les téléconsultations pratiquées par les médecins traitants, au même tarif qu’une consultation classique : 25 euros pour un généraliste, 30 euros pour un spécialiste. MesDocteurs a, à cette occasion, développé son nouveau service, AvecMonDoc, qui permet aux médecins et à leurs patients d’effectuer des téléconsultations par visioconférence remboursées comme des consultations classiques (sic) ».

A demain

@jynau

Cholestérol et médiatisation : Philippe Even et Bernard Debré satisfaits de leur opération ?

Bonjour

Alerter ou applaudir ?  La proportion d’adultes traités par hypolipémiant a baissé de près de 30 % entre 2006 et 2015, révèle une étude sur le LDL-cholestérol (LDL-c) en France publiée dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (BEH) et reprise dans Le Quotidien du Médecin (Dr Irène Drogou).

Chacun sait que l’hypercholestérolémie est un facteur de risque cardiovasculaire important  – pour autant elle n’est pas, loin s’en faut, toujours diagnostiqué ». En 2006, 18,8% des adultes avaient en France un cholestérol-LDL (LDL-c) supérieur à 1,6 g/l. Et depuis ? Les auteurs ont travaillé sur la base de l’étude Esteban – une étude transversale menée entre 2014 et 2016 sur un échantillon représentatif de la population de France métropolitaine (hors Corse). Elle incluait une enquête par questionnaires et un examen de santé avec un bilan lipidique chez les adultes de 18 à 74 ans. Conclusions :

« La proportion d’adultes avec un LDL-c >1,6 g/l, relativement élevée par rapport aux autres pays industrialisés, n’a pas évolué depuis 2006 ; la proportion d’adultes déclarant avoir déjà eu un bilan lipidique et celle des adultes traités par hypolipémiants ont diminué. Ce nouvel état des lieux témoigne d’une situation qui reste préoccupante en France, dans la mesure où l’hypercholestérolémie-LDL est souvent associée à d’autres facteurs de risque cardiovasculaire. (…) Il y a une tendance à l’augmentation à la fois du cholestérol moyen et de la proportion des patients ayant un taux très élevé de LDL-c > 1,9 g.»

Il apparaît de plus, dans cette étude, que la proportion d’adultes avec un traitement hypolipémiant a significativement diminué entre 2006 et 2015 (-29,6%). « Cette diminution est cohérente avec les données publiées par l’Assurance maladie, qui a mis en place dès le début des années 2000 une communication sur les recommandations de prise en charge de l’hypercholestérolémie (démarrage du traitement après échec de mesures hygiéno-diététiques) écrivent les auteurs. La baisse significative de la proportion d’adultes avec un traitement hypolipémiant observée dans notre étude pourrait également être liée à la polémique sur les statines 2 (fortement médiatisée en France à partir de 2013) et à la défiance qu’elle a pu susciter à la fois chez les prescripteurs et chez les patients. Sans pouvoir établir de lien de causalité avec la polémique sur les statines, Bezin et coll. avaient déjà observé un arrêt des statines plus important en 2013 qu’en 2012 et 2011 chez tous les patients traités, avec un risque d’arrêt augmentant inversement au risque cardiovasculaire du patient 3. »

 Aujourd’hui en France le repérage d’une anomalie lipidique est recommandé dans le cadre d’une évaluation du risque cardiovasculaire global chez les hommes après 40 ans et chez les femmes après 50 ans, mais aussi lors d’une prescription d’une contraception hormonale œstroprogestative ainsi qu’en présence de certains événements de santé ou facteurs de risque (maladie cardiovasculaire, HTA, diabète, insuffisance rénale, tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de trois ans, notamment). « Cette méconnaissance de l’hypercholestérolémie interroge sur le dépistage et/ou le suivi de l’hypercholestérolémie et sur l’information du patient après le dépistage et/ou sa compréhension des résultats » observent les auteurs.

Effet Mediator

Voir ici l’effet direct du discours amplement médiatisé des deux anciens mandarin ?  « Sans doute, une partie de la diminution de prescription lui est imputable, a expliqué au Quotidien du Médecin Valérie Olié, épidémiologiste à Santé publique France (SPF) et co-auteure de l’étude. Plus largement, il y a sans doute une défiance vis-à-vis des médicaments cardiologiques, suite au scandale du Mediator, comme cela a été constaté dans notre analyse précédente dans l’hypertension artérielle  . On n’aurait pas dû voir une baisse aussi importante et on ne se l’explique pas encore très bien.»

« Suite à la polémique des statines, beaucoup de médecins ont embrayé en ne prescrivant pas de statines en prévention primaire. L’argumentation scientifique est très faible : faut-il réellement attendre l’infarctus du myocarde (IDM) pour traiter ? Il faut vraiment abandonner l’idée simpliste de décider de traiter ou ne pas traiter en opposant prévention primaire/prévention secondaire et évaluer le risque cardiovasculaire global » explique pour sa part le Pr Jacques Blacher, cardiologue à (Hôtel-Dieu, AP-HP).

« Soyons pragmatiques, ajoute-t-il. Les médecins ne s’en servent pas, de l’échelle de risque de la HAS et il faut arrêter de recommander des outils peu utilisés. En revanche, tous les médecins savent reconnaître les facteurs de risque  cardiovasculaires, tels que le tabac, l’HTA, le diabète et les antécédents familiaux. La décision de traiter peut se prendre sur l’âge, le niveau du LDL-c et ces quatre facteurs de risque, plus ou moins associés au  niveau d’HDL-cholestérol. Avec cette cote mal taillée, charge aux médecins de discuter avec son patient du rapport bénéfices/risques et de l’informer qu’avec un hypolipémiant, il peut faire baisser de 30 % son risque d’accident cardiovasculaire. C’est une décision médicale individualisée. »

Les polémistes patentés feront observer que le Pr Jacques Blacher n’est pas sans liens d’intérêt.

A demain

@jynau

1 Cholestérol LDL chez les adultes en France métropolitaine : concentration moyenne, connaissance et traitement en 2015, évolutions depuis 2006

Camille Lecoffre1, Anne-Laure Perrine1, Jacques Blacher2,3, Valérie Olié1
1 Santé publique France, Saint-Maurice, France
2 Centre de diagnostic et de thérapeutique, Hôtel-Dieu, AP-HP, Paris, France
3 Université Paris-Descartes, Paris, France

Liens d’intérêt : Jacques Blacher déclare avoir des liens d’intérêt, en dehors du cadre de cette étude, avec les laboratoires Astra-Zeneca, BMS, MSD, Novartis, Pierre Fabre, Pfizer, Sanofi-Aventis et Servier, qui commercialisent des produits hypocholestérolémiants.

2 Sur ce thème : « L’affaire des statines pourrait être la première d’une longue série de nouvelles crises sanitaires » Slate.fr 26 juin 2018

3 Bezin J, Francis F, Nguyen NV, Robinson P, Blin P, Fourrier-Réglat A, et al. Impact of a public media event on the use of statins in the French population. Arch Cardiovasc Dis. 2017;110(2):91-8.

Drogues : 30 ans après Michèle Barzach, Agnès Buzyn et la réduction des risques en jachère

Bonjour

Il y a trente-et-un ans Michèle Barzach faisait acte de courage 1, dans un gouvernement de droite. Soutenue par quelques militants éclairés de gauche, face à la toxicomanie et au VIH, elle mettait en place les bases de ce qui deviendrait au fil du temps 2 un embryon de politique de Réduction des Risques (RDR).

Aujourd’hui c’est un appel de détresse lancé au nom de la RDR par l’association SAFE. Cette dernière a notamment pour objet de favoriser l’accès aux matériels de consommation à moindres risques pour les usagers de drogues. Elle assure le développement et la promotion des outils et des modalités d’intervention les plus adaptés en matière de lutte contre les contaminations virales, bactériennes et fongiques.

En pratique elle permet d’accéder gratuitement et chaque jour aux matériels de consommation à moindre risque (injection, inhalation, sniff), aux préservatifs, aux kits de dépistage du VIH/SIDA et des hépatites B et C. Elle peut aussi orienter vers des professionnels de santé qui peuvent accompagner les toxicomanes qui peuvent en exprimer le besoin.

SAFE explique aussi gérer un dispositif régional d’automates d’échange de seringues et de diffusion de kits d’inhalation en Ile-de-France (actuellement plus de soixante sites sur Paris, le 91, le 92, le 93 et le 95) – ce qui inclut l’approvisionnement et la maintenance des machines, la gestion des containers de collecte de seringues usagées, la distribution de matériels de prévention directement aux usagers, ou par l’intermédiaires de pharmacies, associations et services hospitaliers partenaires ou un programme de RDR à distance –  www.rdr-a-distance.fr 01 40 09 04 45 ou contact@safe.asso.fr.

Depuis 2011 la « Réduction des Risques à Distance » est un dispositif national qui s’adresse aux usager.e.s de drogues qui ne peuvent pas ou ne veulent pas avoir recours aux structures spécialisées ou aux pharmacies pour diverses raisons : éloignement, handicaps, matériels distribués non adaptés, peur de la stigmatisation….

« Ce programme permet d’accueillir par téléphone ou par email tou.te.s les usager.e.s de drogues, de leur proposer un conseil personnalisé et de leur adresser par voie postale les seringues et tous les matériels de prévention nécessaires et adaptés à leurs besoins afin de réduire les risques infectieux : VIH, hépatite C etc. explique SAFE. Inclus dans le dernier Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et conduites addictives, ce programme a fait ses preuves pour améliorer significativement l’accès aux matériels de consommation à moindre risques auprès des personnes les plus éloignées des dispositifs. »

Et puis ce communiqué :

« L’association SAFE est contrainte depuis le 1er octobre 2018 de suspendre le dispositif de RDR à distance dans les régions où cette action n’est plus financée : Bourgogne Franche-Comté, Corse, Normandie, Pays-de-la-Loire, Provence Alpes Côte d’Azur, Territoires de l’Outre-Mer. »

Plus précisément, depuis le 1er octobre, l’association  a été contrainte pour la première fois depuis vingt-neuf ans, de cesser la distribution de seringues aux personnes usagères de drogues dans les régions où son action n’est plus financée. « Cette suspension intervient malgré plusieurs alertes à la Direction Générale de la Santé restées sans suite, et alors que le nombre de bénéficiaires du dispositif ne cessait d’augmenter, expliquent ses responsables 3. Cette situation est totalement inacceptable du point de vue de la santé publique et risque d’entraîner une recrudescence de nouvelles infections (VIH et hépatites). »

Nécessité absolue

En 2015, la Direction Générale de la Santé avait choisi de décentraliser ce dispositif en confiant le financement aux agences régionales de santé (ARS) et la gestion aux structures spécialisées en région. Cette régionalisation a été l’objet de multiples dysfonctionnements dus à l’inadaptation des pratiques administratives et aux délais de mise en œuvre, mais aussi à une allocation de crédits très inférieure à l’évaluation initiale. A ce jour, certaines ARS n’ont toujours pas débloqué de fonds, ni identifié de structures pour mettre en œuvre le dispositif. D’autres structures ont reçu un financement dédié mais le dispositif n’est toujours pas opérationnel faute de formation des équipes. Six régions françaises sont concernées : Bourgogne Franche-Comté, Corse, Normandie, Pays-de-la-Loire, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et l’outre-Mer. Ces deux dernières régions font état d’une prévalence au VIH et au VHC particulièrement importantes, l’’accès au matériel de RDR représente une nécessité absolue.

Jusqu’au 30 septembre 2018, les usager.e.s de ces régions étaient toujours accueilli.e.s et suivi.e.s par SAFE sans qu’aucun financement ne soit versé à l’association pour ces régions. Alors que la Ministre de la santé promeut ce dispositif et a fixé comme objectif d’atteindre une diminution de 90 % des nouvelles infections à l’hépatite C l’association réclame « des actes en cohérence et un engagement à la hauteur de cet enjeu ».

Elle demande, simplement « un financement suffisant de la Réduction Des Risques à Distance pour les structures engagées dans ce dispositif ». « Une réflexion commune associant institutions, associations et acteurs de terrain est essentielle pour un déploiement rationnel du dispositif en fonction des besoins et permettre une véritable couverture nationale. Nous exigeons une action urgente pour un rétablissement immédiat du service explique  Catherine Duplessy directrice de SAFE.

Pour ces soignants « l’accès aux seringues et matériels de prévention pour les personnes usagères de drogues est un droit et une obligation de santé publique ». C’est ce qu’avait compris Michèle Barzach, ministre de la Santé. Il y a trente-et-un ans. Et maintenant ?

A demain

@jynau

1 « Sida et toxicomanie: les bénéfices massifs de la politique de réduction des risques en trois graphiques » Slate.fr 12 avril 2014

2 « Vive la clope et l’alcool, à bas la coke et l’héro », par Bernard Kouchner Slate.fr, 25 mai 2018

3 Contacts Presse : Act UP Paris : Robin DREVET robin.drevet@actupparis.org – 06 47 72 99 76 ; AIDES : Antoine HENRY ahenry@aides.org – 06 10 41 23 86 ; Médecins du Monde : Fanny MANTAUX fanny.mantaux@medecinsdumonde.net 01 44 92 13 81 ; PsychoActif : Pierre CHAPPARD pierre.chappard@gmail.com – 06 63 55 65 54 ; SAFE : Catherine DUPLESSY catherine.duplessy@safe.asso.fr – 06 84 81 07 77

 

 

«Recertifiés» les médecins français auraient-ils été meilleurs que ceux du passé ?

Bonjour

Voici un beau rapport. Destiné à remplir l’un des innombrables tiroir des bureaux en acajou du pouvoir. On le retrouvera ici (69 pages) : « Mission de recertification des médecins » Et ici ses auteurs 1. Accompagné d’un communiqué de presse transmis aux journalistes par la ministre des Solidarités et de la Santé. Le Dr Agnès Buzyn rappelle à ses confrères  qu’elle avait demandé à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation « une mission permettant de  définir une procédure  pour l’actualisation régulière des compétences des médecins ». Et ce rapport a été remis aujourd’hui même aux deux ministres.

Rien de bien révolutionnaire ici. Ni de bien contraignant. Chaque docteur en médecine connaît par cœur l’article 11 de son bréviaire de déontologie. Il dispose depuis toujours que « tout médecin entretient et perfectionne ses connaissances dans le respect de son obligation de développement professionnel continu ». « Cette notion de formation et de mise à jour régulière des connaissances et compétences professionnelles est chaque jour un peu plus d’actualité : on estime que 50% des connaissances médicales ont évolué au bout de cinq ans – « rendant impérative une poursuite de la formation au-delà de la délivrance du diplôme » fait souligner le Dr Buzyn.  Un certain nombre de pays anglo-saxons et européens ont d’ailleurs adopté des procédures de certification et de recertification des médecins. » Et la France ?

« Prendre soin »

On se reportera ici, dans l’avenir, au précieux rapport : il préconise une certification et une valorisation périodique du parcours professionnel et des acquis tous les six ans. Et ce pour tous les médecins, et tous les modes d’exercices. « Plus qu’un contrôle, la procédure proposée se veut un exercice de promotion et de valorisation, voire d’évolution des compétences » tempère toutefois le document – et une « démarche » qui  s’appliquerait à « tous les médecins diplômés à partir de 2021, dans le cadre du 3ème  cycle rénové des études médicales ». Qui plus est cette mesure serait entièrement dématérialisée, « chaque professionnel disposant d’un espace personnel numérique, et qu’elle repose en grande partie sur l’auto-évaluation ».

« La certification pourrait reposer sur cinq critères d’évaluation et un critère de valorisation. Parmi les critères d’évaluation, le rapport inclut deux éléments spécifiques : le médecin doit montrer qu’il s’inscrit dans une démarche d’amélioration de la relation médecin-patient. C’est le ‘’prendre soin’’ qui est ici valorisé. La procédure donne également une place à la qualité de vie et à la santé du professionnel. »

Que tous les médecins se rassurent : ce précieux rapport (69 pages) est désormais bien rangé dans l’un des innombrables tiroir des bureaux en acajou du pouvoir.

 A demain

@jynau

 1 Composition de la « mission Recertification » : Président : Pr Serge Uzan, doyen honoraire de la Faculté de Médecine de Pierre et Marie Curie, Assesseur : Pr Yves Matillon, Université de Lyon, Pr Djillali Annane, vice-président de la conférence des doyens de facultés de médecine, Mr Jean-Baptiste Bonnet, président de l’Intersyndicale nationale des internes (Isni), Dr Patrick Bouet, président du Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM), Pr Michel Claudon, président de la conférence des présidents de CME de CHU, Pr Pierre-Louis Druais, président du Collège de la Médecine Générale (CMG), Pr Olivier Goëau-Brissonnière, président de la Fédération des Spécialités Médicales (FSM), Pr Dominique Le Guludec, présidente de la Haute Autorité de Santé (HAS), Mr Samuel Valero, puis Mr Thomas Iampietro, Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf), Mr Maxence Pithon, président de l’Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (Isnar-IMG)Mme Claude Rambaud, vice-présidente du Lien, Dr Jean-François Thébaut, président du haut conseil du Développement Professionnel Continu (DPC), Pr Jean-Pierre Vinel, président de l’université de Toulouse.