Cannabis thérapeutique : les patients français devront encore prendre leur mal en patience

Bonjour

Le 10 septembre 2018, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) créait un Comité Scientifique Spécialisé Temporaire (CSST). Objet : « l’évaluation de la pertinence et de la faisabilité de la mise à disposition du cannabis thérapeutique en France ».

13 décembre 2018. Ce comité s’est déjà réuni à trois reprises. Objet : « évaluer l’intérêt thérapeutique du cannabis dans le traitement de certaines pathologies ou certains symptômes de pathologies, analyser les expériences d’autres pays l’ayant déjà mis en place et de faire un état des lieux de la réglementation nationale et internationale sur le sujet. »

Méthode : « Le comité a auditionné les parties prenantes pour recueillir notamment les témoignages et points de vue des représentants de professionnels de santé et des patients sur l’utilisation du cannabis à visée thérapeutique. La retransmission de ces auditions est disponible sur la chaine Youtube de l’ANSM. »

Résultat : Les premières conclusions des experts du comité, basées sur l’ensemble de ces éléments, sont publiées aujourd’hui. Synthèse des avis du CSST :

« Le Comité estime, qu’il est pertinent d’autoriser l’usage du cannabis à visée thérapeutique pour les patients dans certaines situations cliniques et en cas de soulagement insuffisant ou d’une mauvaise tolérance des thérapeutiques, médicamenteuses ou non, accessibles (et notamment des spécialités à base de cannabis ou de cannabinoïdes disponibles). Cet usage peut être envisagé en complément ou en remplacement de certaines thérapeutiques. »

Qui pourrait être « éligible » ? Les situations thérapeutiques retenues par les experts pour l’usage de cannabis à des fins médicales sont les suivantes : dans les douleurs réfractaires aux thérapies (médicamenteuses ou non) accessibles ; dans certaines formes d’épilepsie sévères et pharmaco-résistantes ; dans le cadre des soins de support en oncologie ; dans les situations palliatives ; dans la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques. »

Souligner :  « Le Comité souhaite, pour que l’ensemble de ces propositions soit appliqué, qu’une évolution de la législation soit mise en œuvre ».

Ajouter : « L’ANSM décidera dans les prochains jours des suites à donner à ces travaux, notamment sur les modalités éventuelles de la mise à disposition du cannabis à visée thérapeutique en France ».

Regretter : l’impensable durée d’instruction d’un tel dossier ; l’hypocrisie sans cesse récurrente du pouvoir exécutif ainsi, triste corollaire, que les atermoiements d’Agnès Buzyn.

A demain

@jynau

 

[

 

Homéopathie, politique et remboursement : qui se moque de qui et jusqu’à quand ?

Bonjour

Ainsi donc Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a chargé la Haute Autorité de santé (HAS) d’évaluer le « bien-fondé du remboursement de l’homéopathie ». Ainsi donc la polémique a repris de plus belle entre les farouches pros et les définitifs antis. Pomme de discorde : le remboursement (partiel) des dilutions « infinies » par l’Assurance maladie.

Et puis, au moment où émerge un étonnant appel médiatisé de cent trente-et-un Académiciens anti-homéopathie voici un nouveau recul d’un pouvoir exécutif que l’on dit en cours de dilution. Où l’on apprend que la même HAS fait savoir qu’elle ne rendra pas son « avis » (consultatif) en février 2019, comme promis. Plus vraisemblablement au printemps. Peut-être vers l’été. Voire, qui sait, en automne. Et rien ne permet d’exclure 2020. Non pas une reculade assure la HAS mais bien en raison  « du travail d’évaluation à accomplir ».

Ce serait, nous confie la HAS, « un travail immense d’évaluer l’homéopathie et son maintien au remboursement. » Une « immensité » ? Tout n’a-t-il pas a été dit, écrit et publié sur le sujet ? C’est qu’il s’agit ici, pour la HAS, d’évaluer avec « la plus grande rigueur » et ce dans un immense esprit « d’ouverture » – « pour ne pas passer à côté d’éléments qu’on pourrait lui reprocher ». Et la HAS de souligner qu’il existait plus de 1 000 souches de granules – et autant d’opérations de soupèsement sur d’étranges trébuchets, transparents et ouverts à tous les vents.

Nous venons de résumer tout ceci. En omettant un détail – dans un dossier il est vrai chaque jour plus épais. Un détail daté de juillet dernier et imprimé sur la mémoire de ce blog : «  Remboursement de l’homéopathie : sérieux avertissement à Agnès Buzyn et au gouvernement ». Où nous citions un titre sans précédent  : « La Commission s’étonne du maintien du taux de remboursement à 30% des médicaments homéopathiques à nom commun compte tenu du taux de remboursement à 30% voire 15% de médicaments ayant fait la preuve de leur efficacité ».

Avertissement

C’était un avertissement on ne peut plus parlant de la Commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS) : une instance scientifique composée de médecins, pharmaciens, spécialistes en méthodologie et épidémiologie. Elle évalue les médicaments ayant obtenu leur autorisation de mise sur le marché (AMM), lorsque le laboratoire qui les commercialise souhaite les voir remboursés par la Sécurité sociale. Cette Commission a aussi pour mission de donner un avis aux ministres chargés de la Santé et de la Sécurité sociale sur la prise en charge des médicaments par la Sécurité sociale et /ou pour leur utilisation à l’hôpital.

Cette Commission avait alors dû réaliser l’évaluation de l’efficacité de quatre spécialités homéopathiques en vue de maintenir leur remboursement, procédure automatique programmée tous les cinq ans. Ces substances sont actuellement sur le marché sans indication thérapeutique ni posologie – charge revient aux prescripteurs de les déterminer en fonction de leurs patients.

Or, coup de théâtre, la Commission de la transparence affirmait d’entrée « ne pas pouvoir se prononcer sur le ‘’service médical rendu’’ par ces spécialités ».

Comment dès lors expliquer que le remboursement de ces produits soit toujours en vigueur alors que leur « Service Médical Rendu » n’a jamais été évalué ? Comment justifier cette situation alors que l’Académie de médecine comme les Académies des sciences européennes avaient, depuis longtemps, tranché la question scientifique : en l’absence de toute substance active détectable, les spécialités homéopathiques ne peuvent, en toute rigueur, avoir d’action propre.

« C’est là une exception française, rapportions-nous. Une exception qui date de trente-quatre ans : la publication au Journal Officiel d’un arrêté daté du 12 septembre 1984 signé par Georgina Dufoix, alors la ministre des Affaires sociales et de la solidarité nationale du gouvernement de Laurent Fabius.

Trente-quatre ans plus tard l’abcès tricolore reste entier. Depuis le dernier printemps Agnès Buzyn s’est plusieurs fois exprimée, la ministre des Solidarités et de la Santé variant notablement de position sur le sujet. Avant de déclarer  le 24 mai sur France Inter qu’elle envisageait de conditionner le remboursement de l’homéopathie à une évaluation scientifique stricte, ajoutant par ailleurs que le débat sur le déremboursement serait ouvert durant l’été.

C’était en mai. Puis vint la sortie symptomatique, en juillet, de la HAS. Puis nous voici en hiver. Celui des Gilets Jaunes.

A demain

 

 

Gilets Jaunes et Emmanuel Macron : combien devront-ils, demain, donner au Téléthon ?

Bonjour

La manne se tarit et la courbe chute : 80,3 millions en 2016-Garou, 75,6 millions en 2017-Zazie, 69,3 millions d’euros de promesses de dons pour l’édition 2018-Pascal Obispo qui vient de s’achever.  Une édition placée sous le thème de la « guérison »  mais organisée dans un « contexte perturbé » notamment par les Gilets Jaunes. Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’AFM-Téléthon  parle aussi politique « d’un climat et d’un contexte social que l’on connaît, qui englobe une pression fiscale sur certains de nos donateurs, notamment des retraités impactés par la hausse de la CSG ».

 « Le paradoxe, c’est qu’en cette année 2018, on a pu vraiment montrer des avancées exceptionnelles obtenues grâce à la générosité publique », a-t-elle ajouté – rappelant que l’on pouvait continuer pendant une semaine à faire des dons par téléphone (3637) et sur telethon.fr« On aurait aimé battre des records », mais « il y a des années plus difficiles que d’autres », a résumé à la fin de l’émission Sophie Davant, coprésentatrice historique du Téléthon (depuis 1997).

Baptisée « Vaincre la maladie », l’édition 2018 a témoigné des premiers succès de la thérapie génique pour guérir certaines maladies génétiques rares « du sang, du foie et du système immunitaire » – avec, comme toujours,  des témoignages de familles et de chercheurs.

Le mur de l’impossible

« France 2 a notamment diffusé des images émouvantes de l’évolution après traitement d’un bébé atteint d’une maladie rare des muscles, la myopathie myotubulaire  rapporte l’AFP. Cette anomalie génétique entraîne une faiblesse musculaire extrême et une insuffisance respiratoire sévère. Mais douze semaines après avoir reçu une injection lui apportant un gène sain, dans le cadre d’un essai clinique de la société Audentes Therapeutics, le bébé tient assis seul et attrape des objets. »

Parmi les « défis » proposés, l’AFM-Téléthon avait invité les Français à organiser une « soirée crêpes » avec amis, voisins ou collègues, puis à indiquer sur un site dédié le nombre de galettes consommées et à verser un euro pour chacune d’entre elles …  Une cinquantaine de « YouTubeurs » et de joueurs célèbres de jeux vidéo se sont aussi lancés pour la deuxième année dans un « Téléthon gaming » diffusé sur la plateforme Twitch.

Mais des animations et autres « défis » (prévus à Paris, Bordeaux ou Rouen) ont été annulés en prévision des violences tenues pour inhérentes l’acte IV des Gilets Jaunes. Par précaution, le plateau de France Télévisions, prévu à l’origine sous deux grandes bulles transparentes place de la Concorde avait été rapatrié en studio.

Pour autant la très grande majorité des 20 000 points d’animation prévus pour récolter des dons a cependant été maintenue, avec 250 000 bénévoles mobilisés dans tout le pays selon l’AFM-Téléthon. Le temps n’est plus où, de 2003 à 2008, on dépassait systématiquement les 95 millions d’euros de promesses de dons.  Le modèle de la fête-quête s’use-t-il ? La générosité s’épuise-t-elle ? La parole devient-elle inaudible ? Le transhumanisme prend-il la place de la correction de la pathologie génétique ?

Laurence Tiennot-Herment l’affirme :  « On est à un tournant historique du Téléthon, on a fait tomber un mur de l’impossible ». Que découvrira-t-on derrière ?

A demain

 

Homéopathie : cent trente-et-un Académiciens partent en guerre. On attend Agnès Buzyn

Bonjour

Nous vivons des temps jaunes et étranges, le retour de la violence et la résurgence de polémiques jamais éteintes. Comme celle qu’alimente l’homéopathie.

Dans l’attente d’un verdict politique (toujours repoussé), le dernier épisode en date est académique : cent trente-et-un académiciens réclament publiquement son déremboursement. Membres des Académies des sciences, de médecine et de pharmacie ils s’expriment (à titre personnel) dans une tribune publiée le 4 décembre dans L’Express : « Homéopathie: « Il faut dérembourser » ».

« Non, l’homéopathie n’est pas un médicament actif, même si elle bénéficie d’une autorisation de mise sur le marché et d’un remboursement. Un état de fait injustifié, car l’homéopathie, contrairement aux autres médicaments, n’a pas fait la preuve de son efficacité sur la base de démonstrations vérifiables et objectives reconnues par la communauté scientifique internationale.  

Non, les produits homéopathiques ne peuvent plus continuer à entretenir le flou sur leur composition, qui doit être indiquée sur leur conditionnement (quantité de préparations actives et excipients). De même, leurs indications doivent être précisées.

Non, l’homéopathie n’est pas plus efficace qu’un autre placebo, comme l’ont démontré toutes les études. Cet argument mis en avant pour justifier son « efficacité » démontre seulement qu’un granule de sucre peut faire de l’effet si le patient y croit et fait confiance à son médecin. 

Non, l’homéopathie n’est pas forcément inoffensive. Si un produit à base d’eau et de sucre ne peut évidemment pas faire de mal, il peut faire perdre du temps, voire mettre la vie en péril en cas de maladie aiguë ou chronique dont le traitement ne peut pas attendre. 

Non, l’homéopathie ne saurait invoquer un effet thérapeutique. Sa publicité se fonde trop souvent sur de simples allégations. Ainsi, contrairement à certaines des affirmations de ses promoteurs, l’homéopathie ne prévient pas les états grippaux, et il n’existe pas de « vaccin » homéopathique, comme a dû le rappeler l’Agence nationale de sécurité du médicament en 2016. 

Non, l’homéopathie ne doit plus être enseignée dans les facultés de médecine et de pharmacie, qui se discréditent en cautionnant une doctrine restée en marge de la science. 

Non, l’homéopathie ne coûte pas moins cher à la collectivité que la médecine conventionnelle. Une récente étude internationale démontre même que les patients soignés à l’homéopathie coûtent en réalité 20 % de plus aux assurances sociales.  » 

C’est pourquoi les signataires  réfutent le terme de « médicament » pour un produit qui ne fait pas la démonstration de son efficacité et réclament la fin de  son remboursement par la collectivité nationale.

Pour le Quotidien du Médecin cette peu banale sortie apporte indéniablement du crédit aux médecins du « collectif anti-fake médecine » – dont certains sont poursuivis devant l’Ordre pour non-confraternité par le Syndicat des médecins homéopathes. Les 131 académiciens mettent également brutalement la pression sur la direction de la  Haute Autorité de santé qui doit « prochainement » remettre un avis sur l’évaluation de ces « médicaments ». Un avis sur lequel devrait ensuite s’inspirer la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, pour se prononcer sur leur « éventuel » déremboursement.

Où l’on verra le politique croiser la médecine, la science et la pharmacie.

A demain

@jynau

1 Yves Agid (S), Jean-Claude Alvarez (P), Raymond Ardaillou (M), Michel Arock (P), Marcel Assicot (P), Alain Astier (P), André Aurengo (M), Jean-François Bach (S, M, P), Danièle Barthès (P), Rui Batista (P), Etienne Baulieu (S, M), Adrien Bedossa (P), Pierre Bégué (M, P), Pierre Benoit (P), Patrick Berche (M), Yvonnick Bézie (P), Joël Bockaert (S), Dominique Bonnefont-Rousselot (P), Philippe Bouchard (M), Thomas Bourgeron (S), Serge Braun (P), François Bricaire (M), Alexis Brice (M), Gérald Bronner (M), Jeanne Brugère-Picoux (M), Catherine Buffet (M), Yves Buisson (M, P), André Capron (S, M), Jean-Pierre Cazenave (M), René Céolin (P), Jean-Pierre Changeux (S), Patrick Charnay (S), François Chast (P), Philippe Chatron (P), Jean-Marc Chéron (P), Claude Choisy (P, M), Pierre Corvol (S, M), Pascale Cossart (S), Michel Cosson (M), Dominique Costagliola (S), Jean Costentin (M, P), Patrick Couvreur (S, M, P), François Cuzin (S), Antoine Danchin (S), Martin Danis (M), Frédéric de Blay (P), Jean-Luc de Gennes (M), Stanislas Dehaene (S), Jean-Luc Delmas (P), Marc Delpech (M), Michel Delseny (S), François Denis (M), Christian Doreau (P), Gérard Dubois (M), Jean Dubousset (M), Roger Ducousso (P), Bernard Dujon (S), Jean-Marc Egly (S), Anne Ephrussi (S), Pierre Faure (P), Jean Féger (P), Alain Fischer (S, M), Maurice-Bernard Fleury (P), Martine Galliot-Guilley (P), Marc Gentilini (M), Michèle German-Fattal (P), Marc Girard (M), Jean-Paul Giroud (M), Claude Guidicelli (M), Jean-Pierre Goullé (M, P), Alain Gouyette (P), Liliane Grangeot-Keros (P), Michel Hamon (M, P), Georges Hazebroucq (P), Roger Henrion (M), Henri-Philippe Husson (P), Alain Israël (S), Claude Jaffiol (M), Denis Jérome (S), Claudine Junien (M), Eric Karsenti (S), Dominique Kerouedan (M), Brigitte Kieffer (S), Fabien Koskas (M), Philippe Kourilsky (S), Paul Lafargue (P), Marc Lambert (P), Jean-Paul Laplace (M), Martine Largeron (P), Armand Lattes (P), Bernard Lechevalier (M), Jean-Roger Le Gall (M), Jean-Marc Léger (M), Daniel Louvard (S), Roland Masse (M), Marcel Méchali (S), Dominique Meyer (S), Philippe Meyer (S), Jacques Milliez (M), Claude Monneret (P), Gérard Orth (S), Rissane Ourabah (M), André-Laurent Parodi (M), Charles Pilet (S, M), Stanley Plotkin (M, P), Dominique Porquet (P), Eric Postaire (P), Jacques Pouysségur (S), Catherine Regnault-Roger (P), Dominique Richard-Lenoble (M), Henri Rochefort (S, M), José Sahel (S), Philippe Sansonetti (S, M), Fernand Sauer (P), Valérie Sautou (P), André Sentenac (S), Alain Serrie (M), Jean-Claude Stoclet (P), Anne-Marie Taburet (P), Yvan Touitou (M, P), Patrice Tran Ba Huy (M), François Trivin (P), Jean-Michel Vallat (M), Marc Vasse (P), Michel Vidal (P), Richard Villet (M), Jean-Luc Wautier (P), Jean Weissenbach (S), Jean-Louis Wemeau (M), Eric Westhof (S), Moshe Yaniv (S).

Dialyse rénale et « surmortalité » : mobilisation nationale  pour faire la lumière sur le citrate

Bonjour

Comment répondre, au mieux et au plus vite, à une interrogation sanitaire majeure ? Des « centaines de personnes » dialysées sont-elles, en France, mortes prématurément ? C’est la grave question soulevée il y a quelques jours  par Le Monde (Pascale Santi) : « Alerte sanitaire sur un produit utilisé pour la dialyse. Une étude montre une surmortalité de 40 % pour des personnes traitées avec un liquide de dialyse contenant du citrate ».

On sait désormais que la question se fonde sur une étude rétrospective pilotée par le Dr Lucile Mercadal ­ (Inserm, CESP 1018 et hôpital Pitié-Salpêtrière) et réalisée avec une équipe de néphrologues et de biostatisticiens français (REIN-Agence de la biomédecine ABM), à partir des données du registre national REIN. On sait aussi que cette étude a été présentée le ­3 octobre dernier lors du congrès de la Société francophone de néphrologie, dialyse et transplantation (SFNDT). Mais cette même étude n’a pas encore été publiée.

Comment progresser ? Comment informer au plus juste les dizaines de  milliers de personnes directement ou indirectement concernées ? C’est la tâche qui incombe- et à laquelle vient de s’atteler – l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui vient de réunir l’ensemble des parties prenantes concernées par «  une éventuelle
surmortalité liée à l’utilisation du dialysat au citrate ».

Les « dialysats au citrate » sont un des types de dialysat utilisés pour l’hémodialyse chronique. « A ce jour, sur les 45 000 patients hémodialysés, on estime à 15 000 le nombre de patients concernés en France » précise l’ANSM.

Ces différentes parties viennent de se réunir pour « partager les résultats de l’étude observationnelle »  et « définir des actions communes à destination des patients et des professionnels de santé ».

Le Dr Mercadal a présenté son étude (Etude du bénéfice potentiel de l’utilisation d’un dialysat sans acide acétique sur la survie dans le registre REIN ) en présence de l’équipe INSERM, des associations de patients Renaloo et France Rein, des professionnels de santé Fondation du Rein, Société francophone de néphrologie dialyse et transplantation (SFNDT), Club des jeunes néphrologues (CJN), de l’Agence de la biomédecine (ABM) et de l’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM). La possibilité d’un rôle défavorable des dialysats sans acide acétique mais avec citrate y est soulevée.

Conclusion :

« A l’issue de cette présentation et des discussions en séance, les participants estiment que ces résultats très préliminaires constituent un signal à prendre en compte mais qu’il est nécessaire de poursuivre les investigations avant de statuer sur un éventuel risque de surmortalité et d’effets indésirables tels que des crampes en cas d’utilisation du dialysat au citrate chez les patients en hémodialyse chronique. Dans ce contexte une attention particulière est recommandée pour l’utilisation du  dialysat au citrate. »

Les parties prenantes se sont accordées sur trois axes de travail : la mise en place d’une information renforcée à destination des patients et des professionnels de santé ; des recommandations d’encadrement et d’utilisation des différents types de dialysats pour les professionnels de santé ; des investigations complémentaires et indépendantes sur les données actualisées, élargies et individuelles sur les patients dialysés, en particulier avec des dialysats au citrate.

A demain

@jynau

Gilets Jaunes : 250 000 salariés de l’Hospitalisation Privée priés de ne pas manifester

Bonjour

A partir de quand, et de quel droit, un employeur peut-il restreindre le droit des ses salariés à manifester ? C’est la question d’actualité soulevée aujourd’hui par Lamine Gharbi 1 président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP). Ainsi ce peu banal message mandé à la presse française :

« Paris le 5 décembre 2018 – Notre pays connait depuis plusieurs semaines une situation de tension sociale intense avec le mouvement des « Gilets jaunes ». Cette crise prend aujourd’hui des proportions susceptibles de menacer le vivre-ensemble et les fondements du pacte républicain.

En tant qu’établissements de santé, les hôpitaux et cliniques privés ont un rôle important dans la cohésion de la société. La confiance que leur accordent les Français leur donne aujourd’hui la responsabilité d’appeler à l’apaisement et à la préservation des valeurs démocratiques, indispensables au bon fonctionnement des institutions.

Lamine Gharbi, président de la FHP :

« Alors que les prochaines mobilisations portent le risque de déborder du cadre républicain en engendrant de nouvelles violences, j’appelle les 250 000 salariés de l’ensemble des hôpitaux et cliniques privés à adopter une attitude responsable en évitant de prendre part aux manifestations annoncées samedi. Dans le contexte actuel, le rôle de chacun est de contribuer à apaiser les tensions et préserver les conditions du débat démocratique. »

France, 5 décembre 2018 : A partir de quand, de quel droit et jusqu’où peut-on tenter d’apaiser ?

A demain

@jynau

1 Docteur en pharmacie, Lamine Gharbi est titulaire d’un Mastère de management de l’industrie pharmaceutique (Ecole Supérieure de Commerce – Dijon) et d’un Mastère de DESS d’Economie et Gestion des Etablissements de Santé (CESEG – Université de Montpellier I). Il a débuté dans le secteur hospitalier privé en 1990, comme pharmacien de la clinique Pasteur à Pézenas (Hérault), avant de constituer progressivement un groupe régional d’établissements de santé Cap Santé, dont il est le président. Cap Santé accueille 120.000 patients chaque année, dont 70.000 dans ses 4 services d’urgence. 1.200 salariés y travaillent et plus de 300 médecins y exercent.

 

Déserts médicaux guerriers : adresser votre CV au Service de Santé des Armées françaises

Bonjour

Claude Angeli est l’un de ces (rares) journalistes français que l’on ne présente plus. Exclu (1964) du parti communiste, quand il a rejoint Le Nouvel Observateur – journal qu’il quitte pour entrer au Canard enchaîné (1971). Il y devient « chef des informations », puis « rédacteur en chef adjoint pour l’information politique », et « rédacteur en chef ». Intérêt marqué pour les sujets de politique étrangère (il dispose de « nombreuses sources » dans les milieux du renseignement militaire, de la diplomatie, et de la police).

Une telle mémoire ne saurait se taire : en 2012, l’hebdomadaire satirique annonce que Louis-Marie Horeau succède à Claude Angeli comme rédacteur en chef – ce dernier continuant néanmoins d’assurer une chronique de politique étrangère. Chronique que l’on retrouve chaque mercredi ouvré en pied de page 3.

Livraison datée du 5 décembre : « Désertions en masse au service de santé des armées ». Où l’on apprend que les soignants de ce service sont épuisés, sur-utilisés à 200% et hautement surchauffés. Diagnostic porté par la Commission sénatoriale des Affaires étrangères et de la Défense. Inconnue du plus grand nombre le Dr Maryline Guygax, patronne du Service de santé des armées françaises devra alors s’expliquer sur ce brûlant sujet devant la représentation démocratique.

Le Canard enchaîné est précis : depuis 2014 et la multiplication des interventions militaires française ce Service « a perdu 1600 médecins, infirmiers et techniciens ». « Tous des démissionnaires – ou des déserteurs si l’on a mauvais esprit- qui préfèrent rejoindre le secteur civil, pacifique et mieux rémunéré » écrit notre confrère Angeli. Conséquence : le SSA ne recense plus, aujourd’hui , que 700 médecins – toutes spécialités confondues.

En pratique: on recherche, d’active, « une centaine de chirurgiens, orthopédistes et dentistes ». Les CV ne sont (surtout) pas à adresser au Canard enchaîné (173 rue Saint-Honoré).

A demain

@jynau