Rugby et psychologie de Sébastien Vahaamahina: mais pourquoi a-t-il perdu son sang-froid ?

Bonjour

Il y avait eu le célébrissime « coup de tête » de Zidane Zinédine (9 juillet 2006). Il y aura le tragi-comique « coup de coude » de Vahaamahina Sébastien (20 novembre 2019).  Une nouvelle fois, dans les médias, on a invoqué le « coup de folie ». Avant que l’homme ne soit voué aux gémonies par une large fraction de l’Ovalie. Et ce pour ne pas avoir, devant les caméras, su garder son sang-froid 1.

L’Equipe, quotidien sportif cherche à comprendre. Et invite Meriem Salmi à éclairer notre gouverne : l’homme est « psychologue du sport ». « Il voulait probablement trop bien faire et il s’est laissé emporter. L’homme a débordé du joueur. Il n’y a pas d’intervention volontaire de faire mais simplement un débordement émotionnel qui n’a pas du tout été géré ».

Autre psychologue appelé au chevet : Christian Ramos qui a travaillé avec la Fédération Française de Rugby. Il nous par le mécanisme réflexe, du cerveau reptilien qui sommeille en nous, « siège de nos instincts de survie ». Il nous parle aussi de néocortex, plus lent que le reptilien. Il nous dit aussi que l’harmonie n’est que « le juste équilibre entre les intelligences émotionnelles, rationnelles et situationnelles ».

Ni Hasard ni Fatalité

Une page plus loin, toujours dans L’Equipe, notre toujours excellent et sévère confrère Pierre-Michel Bonnot. Il ausculte d’autres profondeurs. Selon lui, ce jour là, c’est l’inconscient qui, structuré comme un coude, parla chez Sébastien Vahaamahina. Le désir, finalement, de rentrer à Clermont-Ferrand, la fatigue de jouer dans un quinze national depuis longtemps à côté de ses souliers et sous la coupe de ses dirigeants contestés.

« Coup de folie » ? Peut-être pas. Mais beaucoup de non-dits. Finalement, un bien beau cadrage-débordement réussi du vieux reptilien sur le jeune néocortex. Et la France qui perd son sang-froid et le match contre les Gallois.

A demain @jynau

1 Sang-froid : Aptitude à garder, en toutes circonstances, présence d’esprit et maîtrise de soi; cette même possession de soi-même. Synon. aplomb, assurance, impassibilité; anton. Affolement

« Le sang-froid est une vertu curieuse et on a raison de la vanter, bien qu’elle implique un certain mépris de l’homme et une grande considération pour la fatalité » (Chardonne, Claire, 1931, p. 143).

 

Féminicides et violences conjugales: comment diable le politique a-t-il a pu oublier l’alcool?

Bonjour

Celles et ceux qui s’intéressent à la politique féministe gouvernementale, à l’alcool et à la réduction des risques se doivent, aujourd’hui, de lire deux « lettres ouvertes » 1 publiées dans Le Figaro : «Violences contre les femmes: n’oublions pas le rôle de l’alcool !». Ces textes ont été adressés adressées à la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn et à la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa. Dans les deux cas les signataires dénoncent l’absence de mesures de prévention et de prise en charge de l’alcoolisme et des addictions dans la lutte contre les violences conjugales. Actualité : le « Grenelle contre les violences conjugales » :

« Ce grand dispositif se conclura le 25 novembre 2019, journée internationale contre la violence à l’égard des femmes. Durant cette période, une centaine de Grenelle locaux seront organisés un peu partout sur le territoire national.
 Le Grenelle réunit autour de la table de nombreux acteurs : ministres, parlementaires, élus locaux, administrations, associations, familles et proches de victimes, avocats, médias, professionnels de la santé, du logement, forces de l’ordre…
 Avec un objectif : prendre des engagements concrets et collectifs visant à lutter toujours plus efficacement contre les violences conjugales. Cet objectif implique différents ministères, et s’articule autour de trois grands axes : Prévenir 
; Protéger et prendre en charge ; Punir pour mieux protéger »

Marlène Schiappa et Agnès Buzyn

Or l’analyse des morts violentes au sein du couple survenues en 2018 et plus particulièrement des  121 féminicides, publiée par la délégation d’aide aux victimes, montre que dans 55% des cas au moins l’un des deux, auteur ou victime, est sous l’emprise d’une substance (alcool, stupéfiants, etc.). Faudrait-il rappeler que l’alcool altère les capacités d’autocontrôle, accroît l’impulsivité, l’agressivité et diminue également les capacités de défenses des victimes ?  

« Chez les femmes vivant en couple avec un consommateur dépendant le risque de subir des violences est trois fois plus important que dans la population générale », explique l’un des signataires, le Pr Michel Reynaud, président du Fonds Actions Addictions sur la base d’une synthèse d’études portant sur 80.000 personnes. S’il n’est pas le seul facteur en cause impliqué dans ces souffrances et ces drames, c’est un élément très fréquent, massif », et surtout évitable sur lesquels les pouvoirs publics peuvent agir »

Les associations réclament notamment l’application d’une obligation de soins par la justice, un plan de soutien aux proches aidants de malades alcooliques ainsi qu’une campagne nationale d’information sur les répercussions de la maladie alcoolique sur l’entourage. Préconisation : création d’un registre des violences liées à l’alcool et aux psychotropes (avec leurs dosages systématiques) et analyse précise du rôle de ces consommations dans les féminicides pour mieux cerner l’ampleur du phénomène.

Où l’on en vient à se demander pourquoi le gouvernement en général, Marlène Schiappa et Agnès Buzyn tout particulièrement, avaient oublié de chapitre essentiel de la réduction des risques.

A demain @jynau

1 La première lettre ouverte est signée par: Pr Michel Reynaud (psychiatre et addictologue, président du Fonds Actions Addictions), Pr Laurent Bègue (professeur de psychologie sociale à l’Université Grenoble Alpes), Bernard Basset (vice-président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie – ANPAA), Pr Amine Benyamina (psychiatre, addictologue, Président de la Fédération Française d’Addictologie), Pr Mickaël Naassila (Professeur de physiologie à l’université de Picardie Jules Verne et Président de la Société française d’alcoologie) et Dr Jean-Michel Delile (psychiatre addictologue, président de la Fédération addiction).

La seconde lettre ouverte est signée par: Betty Morisset pour le CoPMA (Collectif de proches de malades alcooliques), Françoise Gaudel pour la FPEA (France patients experts addictions), Felix Le Moan pour la CAMERUP (Coordination des associations et mouvements d’entraide reconnus d’utilité publique – aide et accompagnement des personnes en difficulté avec l’alcool et de leur entourage), Jean-Claude Tomczak pour les Amis de la Santé.

Accouchement et transparence: à quand la liste des maternités françaises «malveillantes» ?

Bonjour

La quête de la transparence et la volonté de classement sont désormais sans limites. Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) n’est pas épargné. Il vient, rapporte l’AFP, de présenter un nouveau « label » : il sera attribué aux maternités «qui s’engagent à mettre la bienveillance au centre» de leurs activités et «qui acceptent la transparence» sur leurs pratiques.

Cette initiative, dont le projet avait été annoncé fin 2017, est l’une des réponses de la profession aux récentes, récurrentes et troublantes accusations de «violences obstétricales», gestes médicaux « inappropriés » ou « pratiqués sans consentement » – accusations qui s’étaient multipliées sur les réseaux sociaux et dans différents médias généralistes.   

Les maternités labellisées «CNGOF» s’engagent à respecter douze critères (possibilité pour les patientes de «vivre un accouchement démédicalisé» en l’absence de facteur de risque ; amélioration de l’information des femmes enceintes ;  transparence sur les taux d’épisiotomie, d’accouchements déclenchés et de césariennes etc). Le mécanisme a été expliqué pat le Pr Israël Nisand, président du CNGOF au cours d’une conférence de presse. L’évaluation du respect de ces critères ? Elle sera en partie confiée «aux femmes elles-mêmes», avec un questionnaire «trois jours, puis trois mois après leur accouchement».

Appel politique à Agnès Buzyn et à Marlène Schiappa.

 «Nous sommes la première spécialité médicale à procéder ainsi et chaque établissement labellisé disposera d’un précieux baromètre de qualité», souligne le Collège. Une soixantaine d’établissements ont d’ores et déjà demandé à en bénéficier et une dizaine sont déjà labellisés de façon provisoire – sur la base de leurs statistiques d’activité actuelles et de leur engagement à respecter cette démarche de «bientraitance». Par la suite le respect des critères sera ensuite vérifié tous les ans pour prolonger ou retirer le label.

Mieux encore : l’amélioration de l’information des patientes s’appuie sur le site internet Maternys (vidéos thématiques et infographies en 3D illustrant le suivi de la grossesse, le déroulement de l’accouchement et la prise en charge post-natale) – son coût (5 euros par patiente) sera pris en charge par les maternités labellisées. Cette plateforme servira également de support pour recueillir la satisfaction des femmes sur leur suivi de grossesse et le déroulement de leur accouchement.

Pour mieux diffuser cet outil, le Pr Nisand demande publiquement un « soutien politique » à la ministre de la Santé Agnès Buzyn et à la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa. Il semble d’ores et déjà acquis que cette dernière répondra.

A demain @jynau

 

Qui a tué le boxeur Patrick Day, où sont les véritables responsables et pourquoi est-il mort ?

Bonjour

On parle ici de « noble art » Et l’on réécoute Graeme Allwright s’interroger sur la mort de Davy Moore. Nous sommes ici à la lisière du sport et du combat, de l’argent et du spectacle. A deux pas des gladiateurs, à un doigt de l’inacceptable. « 17 octobre 2019. AFP-. Le boxeur américain Patrick Day, qui était dans un état critique depuis le violent K.O. dont il a été victime, est mort à 27 ans mercredi 16 octobre des suites de sa lésion cérébrale, a annoncé le promoteur de combats Lou DiBella. «Patrick Day est décédé aujourd’hui, le 16 octobre 2019, des suites de la lésion cérébrale traumatique qu’il a subie dans son combat» des super-welters contre son compatriote Charles Conwell, indique le communiqué. «Il était entouré de sa famille, d’amis proches et de membres de son équipe, dont son mentor, ami et entraîneur Joe Higgins. Au nom de la famille de Patrick, de son équipe et de ses proches, nous sommes reconnaissants pour les prières, le soutien et les marques d’amour adressés à Pat depuis sa blessure», a poursuivi Lou DiBella. »

C’est au 10e round que Patrick Day avait « subi son K.O. », le 12 octobre, dans la Wintrust Arena de Chicago, après un « terrible crochet gauche » de Conwell, sa tête ayant heurté lourdement le tapis. L’homme avait déjà vacillé juste avant sur une droite de son adversaire. Le boxeur américain a aussitôt été évacué inconscient sur une civière et transporté à l’hôpital Norhtwestern Memorial de la ville, où il a ensuite subi en urgence une opération de chirurgie cérébrale. Dans le coma depuis, il se trouvait dans le service de soins intensifs de l’hôpital.

Le boxeur argentin Hugo Santillan est décédé en juillet après un combat à San Nicolas, au nord de Buenos Aires. Sa mort était survenue deux jours seulement après celle du Russe Maxim Dadashev des suites d’une lésion cérébrale subie au cours d’un combat contre le Portoricain Subriel Matias dans le Maryland. Dans son communiqué, le promoteur de combats DiBella a appelé indirectement les autorités à adopter des normes de sécurité plus strictes autour d’un combat de boxe. «Il est très difficile d’expliquer ou de justifier les dangers de la boxe dans un moment pareil, a-t-il déclaré. Cependant, l’heure est venue de passer à l’action. Bien que nous n’ayons pas les réponses, nous savons les nombreuses questions à poser et nous avons les moyens d’y répondre de manière responsable, pour rendre la boxe plus sûre pour tous les participants.»

Une boxe « plus sûre » ? Moins de sang versé ? Et l’on réécoute Graeme Allwright s’interroger sur la mort de Davy Moore.

A demain @jynau

A Paris, quatre policiers sont tués, poignardés par un cinquième, abattu : un « coup de folie » ?

Bonjour

Dans les médias, soudain, une nouvelle vague montante d’émotion nourrie d’incompréhension. Un agent administratif de la préfecture de police de Paris (informaticien, vingt ans de maison) a, le 3 octobre, tué quatre fonctionnaires à l’arme blanche, sur son lieu de travail, avant d’être abattu. L’agression s’est produite en début d’après-midi dans les locaux de la préfecture, l’un des lieux les plus sécurisés de la capitale française, sur l’île de la Cité. « Le mobile à ce stade n’est pas connu », a déclaré Loïc Travers, secrétaire national adjoint Ile-de-France du syndicat Alliance.  Les circonstances laissent supputer qu’il a commencé dans le cadre et à proximité de son bureau avant d’en sortir et d’attaquer d’autres collègues ». 

L’assaillant est membre de la Direction du renseignement (DR-PP), qui aurait eu « un coup de folie » et « porté des coups de couteau avant d’être abattu par des fonctionnaires de police dans la cour de la préfecture ». Sourd et muet, l’agresseur a d’abord tué sa supérieure hiérarchique puis a poignardé deux autres personnes dans un escalier puis un dernier dans la cour de la préfecture où il a été abattu par un de ses collègues.

« Jamais de difficultés comportementales« 

Le parquet national antiterroriste, « en observation », a fait savoir à Reuters qu’il ne s’était pas saisi de l’affaire à ce stade. « C’est malheureusement un fait divers » (sic), a dit sur BFM TV Jean-Marc Bailleul, secrétaire général du syndicat des cadres de la sécurité intérieure. Frédéric Guillot, délégué CGT à la préfecture de police de Paris : « On connaît avec beaucoup de tristesse un épisode de suicides dans la police, mais qu’un collègue se retourne contre d’autres, de mémoire ça n’est jamais arrivé ».

« L’agression s’est déroulée sur fond de malaise latent dans les rangs de la police, rappelle Reuters. Plusieurs milliers de fonctionnaires ont manifesté la veille à Paris pour exiger une amélioration de leurs conditions de travail, mais aussi clamer leur mal-être face à une ‘’haine du flic’’ qu’ils jugent de plus en plus préoccupante en France. Cinquante-deux policiers se sont suicidés depuis janvier. »

L’assaillant « n’avait jamais présenté de difficultés comportementales », a déclaré le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, ce que confirment plusieurs syndicats de police. Un « conflit personnel » ? Pour l’heure ni le ministre, ni les syndicats ni les médias n’expliquent ce que peut désigner la formule « coup de folie ». Et, déjà, certains médias annoncent que l’auteur de l’attaque s’était converti à l’islam depuis 18 mois – ajoutant aussitôt ne pas savoir s’il existe un lien entre sa conversion et ce « passage à l’acte ».

A demain @jynau

Greta Thunberg: les outrances du Dr Alexandre, les mots sans violence de Jean-Marie Le Clézio

Bonjour

On se souvient peut-être de ces lignes, glanées cet été dans le flots des tweets et signées du Dr Laurent Alexandre, 59 ans :

  @dr_l_alexandre : « Je ne suis pas jaloux de @GretaThunberg. J’aimerais pas (sic) avoir des TOC graves, une dépression infantile, un mutisme sélectif, un Asperger avec monoideation et des troubles alimentaires graves me conduisant à être minuscule! Je respecte l’enfant malade mais regrette sa manipulation »

Une fraction de la Toile s’indigne. Réponse du Dr Laurent Alexandre , :

« Je rappelle que ce sont les parents de @GretaThunberg qui ont révélé son dossier psychiatrique (pas moi). Et je pense que cela devrait être un délit de révéler le dossier médical de son enfant mineur ! Je trouve cela dégueulasse ! Signalez les parents de @GretaThunberg ».

Le Dr Alexandre n’était pas le seul à se déchaîner contre la jeune Greta Thunberg 1. Il y eut aussi, fort heureusement pour la médecine, une tribune publiée dans Le Monde signée du Dr Marion Robin, psychiatre pour adolescents à l’Institut mutualiste Montsouris et auteure d’« Ado désemparé cherche société vivante » (Odile Jacob, 2017).

Loin de l’urologue transhumanisant elle expliquait voir en Greta Thunberg, 16 ans, le symbole d’une jeunesse qui ne peut plus se permettre de rester en adolescence. Ou plus précisément cette psychiatre cherchait à comprendre ce qui se trame  au-delà de l’« effet Greta Thunberg », qui « insupporte certains adultes ».

Le sourire ironique des adultes

Et puis, aujourd’hui, dans Libération, un long texte signé de Jean-Marie Le Clézio,79 ans, prix Nobel de littérature 2008 :  « Greta Thunberg, la gravité de la Terre ». Extraits :

« Son visage nous est devenu familier. Elle est sérieuse comme on l’est quand on n’a pas encore 17 ans, elle regarde l’objectif sans ciller, elle lit ses discours d’une voix posée, dans un anglais parfait, ses nattes sages encadrent ses joues rondes, ses yeux nous fixent sans une hésitation, elle se tient bien droit, les bras le long du corps, elle ressemble un peu à une gymnaste, ou à une déléguée d’un groupe de collégiennes. Elle est devenue la combattante la plus crédible du mouvement de défense de notre planète menacée par le gaspillage des ressources naturelles et la disparition des espèces animales. Elle est reçue par les plus grands, des présidents, des directeurs d’industrie, des éminences des banques. (…)

« Elle dit que nous – les adultes, les responsables, les acteurs de notre monde égoïste et rapace -, nous n’avons rien fait, et que les enfants du futur nous demanderont des comptes. Elle dit même une chose plus terrible, que lorsque nous ne serons plus là, dans dix, vingt ou trente ans, elle y sera encore et que c’est à elle que les enfants demanderont des comptes. Elle nous accuse, de sa voix douce et calme, d’avoir oublié que la Terre nous est prêtée, pas donnée. Est-ce que nous pouvons l’entendre ? (…)

« Et il lui faut du courage, à Greta, pour affronter le sourire ironique des adultes. Pourtant, quand elle apparaît, sur nos écrans, dans les pages de nos journaux, avec son visage grave et ses traits doux, et qu’elle dit de sa voix de colère contenue que nous devons paniquer, que nous devons réagir, nous indigner, commencer la lutte, changer notre façon d’être, notre rapport au monde et aux animaux qui l’habitent avec nous, que nous devons nous inquiéter de l’absence des saisons, de la disparition des insectes et des oiseaux, du dépeuplement des mers et du blanchissement des coraux, de cette sorte de silence assourdissant qui s’étend peu à peu sur la planète nature, au profit des vacarmes des villes, du mouvement fébrile des hommes, de l’exploitation à outrance des richesses du sol et des forêts, comment ne pas ressentir un coup au cœur, un tressaillement, comment ne pas être envahi par la nostalgie du futur, à l’idée de ce que nous n’avons pas fait, de ce que nous avons laissé se défaire, de notre regard qui s’est détourné, du grincement cynique de nos égoïsmes ? Comment ne pas l’entendre ? (…) »

Comment dès lors, entendre les tweets du Dr Laurent Alexandre ?

A demain @jynau

1 Nau J-Y Greta Thunberg : pourquoi tant et tant de haines ? Rev Med Suisse 2019; volume 15. 1468-1469

L’affaire du chirurgien pédophile de Jonzac : l’Ordre des médecins était bel et bien informé

Bonjour

« Le chirurgien pédophile de Jonzac ». C’est une affaire sans précédent connu, face à laquelle les médias avancent à pas menus. Il y eut, après les révélations de La Charente Libre (Antoine Beneytou), celles du JDD ( Pierre Bafoil) : « Les secrets effarants du chirurgien de Jonzac, accusé de viols sur mineurs ». Puis, aujourd’hui les déclarations faites au Quotidien du Médecin (Marie Foult) par le Dr Pascal Revolat, président du conseil départemental de l’Ordre des médecins de Charente-Maritime.

Le JDD avait eu accès à plusieurs pièces de l’enquête mettant en cause le Dr Joël Le Scouarnec, accusé de viols et agressions sexuelles sur mineures. Et les carnets retrouvés à son domicile, qui dévoilent les fantasmes cachés du médecin, pourraient mener à un grand nombre d’autres victimes.

« Lorsque les gendarmes font irruption dans la maison d’une rue tranquille de Jonzac, début mai 2017, ils ne s’attendent pas à découvrir un capharnaüm parsemé d’indices menant vers ce qui pourrait être, si les faits sont avérés, la plus grande affaire de pédophilie jamais mise au jour en France. Le propriétaire des lieux, Joël Le Scouarnec, chirurgien gastrique à l’hôpital de cette petite ville de Charente-Maritime, vient d’être interpellé pour une agression sexuelle, dénoncé par la fille de ses voisins, âgée de 6 ans.

Dans l’intérieur chaotique de la maison du médecin, ils trouvent des documents pédopornographiques ; des godemichets ; des films où il se met en scène affublé de longues perruques. Ils tombent également sur 20 poupées apprêtées, dont l’une a les poignets enchaînés. Une autre, plus grande, de 1 mètre environ, trône sur le canapé. A quoi servent-elles? « A remplacer une vraie petite fille lors d’un acte sexuel, lors de la masturbation », lâche Le Scouarnec aux enquêteurs le 30 mai 2017, lors d’une audition que le JDD a pu consulter. Tout au long de l’enquête, l’homme parle cru et affiche un penchant pédophile décomplexé et assumé. »

Egalement poursuivi pour le viol de sa voisine de 6 ans

Le Dr Le Scouarnec, aujourd’hui âgé de 68 ans, avouera bientôt cinq agressions sexuelles précises, outre celle de sa jeune voisine. Certaines correspondent à des récits et à des noms figurant dans les carnets. Trois sont prescrites. Deux non, qui concernent ses nièces. Il est mis en examen pour atteintes sexuelles sur l’une, viol aggravé sur l’autre. Au terme de l’enquête, il est également poursuivi pour le viol de sa voisine de 6 ans, après qu’une expertise gynécologique de la fillette a confirmé une pénétration. Il  parle alors d’ « autres attouchements sur des enfants hospitalisés » à Loches (Indre-et-Loire), où il a exercé auparavant.

« Devant les enquêteurs, le chirurgien, 68 ans aujourd’hui, fait remonter le début de ses penchants aux années « 1985-1986 », alors qu’il vit à Loches, sa première affectation en tant que praticien, précise le JDD. A cette époque, ses relations avec son épouse, la seule femme qu’il ait connue « intimement » et avec laquelle il s’est marié en 1974, se détériorent. « J’ai reporté ma sexualité sur cette petite fille, dit-il. [Elle] a été l’élément déclencheur. » Cette première victime, aujourd’hui quadragénaire, est sa nièce par alliance. »

Voici les informations données, sur ce sujet  par La Nouvelle République du Centre Ouest : « A Loches, le praticien a exercé de 1984 à 1989, à la clinique de La Fontaine, fermée depuis, et au centre hospitalier. L’hôpital de Loches indiquait ‘’s’être tenu à la disposition de la justice pour les besoins de l’enquête’’. Au conseil départemental de l’Ordre des médecins d’Indre-et-Loire  on explique que les membres « actuels » de l’instance n’ont pas connaissance de ce médecin ni de « plaintes enregistrées » à son encontre. »

Le JDD fournit ici quelques repères :

1983 : Première affectation à Loches, en tant que chirurgien gastrique 2005 : Condamnation à quatre mois de prison avec sursis pour détention d’images pédopornographiques 2008 : Arrivée au centre hospitalier de Jonzac Avril 2017 : Plainte de ses voisins pour agression sexuelle sur leur fille de 6 ans, requalifiée en viol Mai 2017 : Perquisition et découverte des carnets à son domicile Mars 2019 : Mise en accusation devant la cour d’assises de Charente-Maritime pour deux viols et deux agressions sexuelles sur mineurs

Tout le monde pointe l’Ordre du doigt !

Que peut répondre l’Ordre des médecins de Charente-Maritime ? Le Dr Pascal Revolat, président du conseil départemental depuis mars 2018 explique que con conseil avait bien eu connaissance de la première condamnation du chirurgien pour détention d’images pédopornographiques en 2005 ?

«  Oui, c’était connu. En 2008, l’Ordre de Charente-Maritime a eu les mêmes renseignements que l’Ordre du Finistère, c’est-à-dire la mention de sa condamnation en 2005 par le tribunal de Vannes. L’hôpital avait également cette information. Cette condamnation avait été transmise à l’époque à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales, sous l’autorité de laquelle se trouvaient les médecins hospitaliers jusqu’en 2009. Mais il n’y a jamais eu de réponse de l’administration ! »

Que se passe-t-il en 2008 lorsque le chirurgien s’installe à Jonzac ?

« Comme pour toutes les demandes d’inscription et les transferts de dossiers, le médecin a été reçu par un conseiller ordinal – aujourd’hui décédé – en entretien. Et l’Ordre départemental a ensuite validé son inscription. À l’époque, tout le monde a estimé que la décision judiciaire était souveraine. Le médecin était condamné avec du sursis, sans obligation de soins, suivi psychologique ni interdiction d’exercice. D’après Le Télégramme, les faits ont été à l’époque qualifiés d’infraction à la suite d’une jurisprudence de la Cour de Cassation selon laquelle la consultation de sites pornographiques mettant en scène des mineurs ne suffit pas à caractériser un délit. Cela a peut-être été vu comme moins alarmant… »

Le Quotidien du Médecin (Marie Foult) lui fait observer qu’il semble suggérer que c’est la justice qui a été défaillante. Réponse :

« Non, la justice n’a pas été défaillante. Mais je constate que tout le monde pointe l’Ordre du doigt et personne ne remet en cause l’institution judiciaire. Certes, elle a jugé en fonction des faits de l’époque, bien différents de ceux reprochés au médecin aujourd’hui. Et tous les médecins auteurs d’infraction ne sont pas interdits d’exercer… Cela aurait-il changé quelque chose ? À ce stade, les faits pour lesquels le médecin est en détention se seraient déroulés hors du cadre professionnel. S’il avait été interdit d’exercice, ces faits auraient malheureusement quand même pu se dérouler. »

« Je ne vois pas comment un chirurgien pourrait se retrouver en consultation seul avec des enfants – qui sont forcément accompagnés de leurs parents – ou pendant le trajet opératoire, que ce soit au bloc opératoire ou en salle de réveil, ajoute le président de l’Ordre. Je serais sidéré que cela ait pu se passer comme cela. Mais ce sera aux enquêteurs de le démontrer. Si tout cela s’est passé, c’est tout simplement ahurissant ! Cela met à mal l’image de la profession. C’est d’autant plus choquant au niveau éthique. Les médecins prêtent le serment d’Hippocrate 1…»

A demain @jynau

1 « Au moment d’être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité (…) Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité (…) Reçu à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs. (…) Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré et méprisé si j’y manque. »