Rage : le petit garçon mordu il y a deux mois par un chiot au Sri Lanka n’a pas survécu

Bonjour

Le petit garçon de dix ans victime de la rage après avoir été mordu par un chiot au Sri Lanka est mort le 17 octobre à Lyon. Hormis quelques cas exceptionnels la rage est toujours mortelle une fois que les signes cliniques sont apparus : l’enfant avait présenté les premiers symptômes neurologiques évocateurs le 1er octobre.

Originaire du Rhône, le garçon avait été mordu à la mi-août alors qu’il caressait un chiot sur une plage de Dikwella, dans le sud du Sri Lanka. Une morsure alors perçue comme « banale » et qui n’avait pas inquiété la famille. L’enfant n’avait pas reçu de traitement prophylactique après exposition, ni sur place ni à son retour en France. Il n’avait été hospitalisé à Lyon que le 4 octobre et avait d’emblée été placé en réanimation – diagnostic de rage confirmé peu après.

Vaccination de masse des chiens

Une soixantaine de personnes, membres de la famille de l’enfant, mais aussi des élèves et des personnels de son école, ont bénéficié d’une vaccination, dont la deuxième phase aura lieu ce 19 octobre, selon l’Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes.

Il n’y a plus eu de cas de rage autochtone chez l’homme en France métropolitaine depuis 1924. Les seuls cas répertoriés récemment concernent des personnes ayant contracté la maladie à l’étranger : 23 cas enregistrés depuis 1970, le dernier remontant à 2014. Dans le monde la rage est toujours responsable de quelque 59.000 décès par an dans plus de 150 pays et territoires.  Selon les experts seule la vaccination de masse des chiens serait de nature à permettre d’éradiquer la maladie chez l’homme.

A demain