Voici les nouveaux salariés : avec une puce RFID sous-cutanée, greffée entre pouce et index

Bonjour

C’est une information à faire froid dans le dos. Après la BBC  ou Le Figaro on la retrouve  développée, dans Le Monde, par Corinne Lesnes.  A partir de demain, 1er août 2017, les employés salariés de la compagnie Three Square Market de River Falls (Wisconsin) évolueront plus librement dans leur espace de travail ; du moins celles et ceux qui auront accepté l’offre (gratuite) de leur employeur : se faire implanter une puce électronique sous la peau, entre le pouce et l’index. Cinquante employés sur quatre-vingt ont ainsi signé pour être greffés.

« La puce, de la taille d’un grain de riz, leur sera gratuitement introduite entre le pouce et l’index, par un personnel médical « qualifié », lors d’une « chip party » au siège de la compagnie, précise Le Monde. Après quoi, un simple mouvement suffira au porteur pour ouvrir les portes, payer la cantine, débloquer son ordinateur et utiliser les photocopieuses. ’L’implantation élimine le besoin de transporter des données’’, résume la bienveillante direction. » La légèreté, nouvelle définition de la liberté : légèreté des données ingérées.

Prolétaires-cobayes

La puce-cyborg coûte, à l’unité, 300 dollars (255 euros). Elle est développée par le fabricant suédois Biohax qui est déjà passé à l’acte en Suède. Sa puce a été approuvée par la Food and Drug Administration américaine. C’est une identification par radiofréquence (RFID, Radio Frequency Identification), une technologie courante pour suivre les livraisons en transit, et qui repose sur l’utilisation de champs électromagnétiques de capturant automatique les données 1.

C’est la première fois, souligne Le Monde, qu’aux Etats-Unis une entreprise propose à ses employés de servir de cobayes aux puces RFID. Donald Trump ou pas, nous sommes toujours en démocratie : les salariés hésitants pourront bénéficier d’une « bague » ou d’un « bracelet » en lieu et place de l’implant. On ajoutera, cela ne s’invente pas, que Three Square Market est une entreprise qui commercialise un logiciel pour les distributeurs de snacks dans les entreprises.

Cette firme pionnière espère bénéficier de la publicité gratuite que lui vaut son initiative. Conscient des risques, son directeur tente toutefois de dissiper les inquiétudes relatives aux atteintes à la vie privée. La puce ne sera dotée d’aucun « dispositif de traçage de type GPS ». On se demande pourquoi. Quant aux données, elles sont cryptées comme pour les cartes de crédit. Un souci ? Un regret ? Le « microchip » pourra être retiré à tout moment « en deux secondes, comme une écharde ».

 Sisyphe et son mythe

Echarde est le mot : petit corps effilé et pointu, de bois ou de métal, qui se fiche accidentellement dans la peau ou dans la chair. Car que faire d’une écharde à moins qu’on ne cherche à l’extraire ? Une vieille affaire littéraire :

« Il n’est pas un de ses personnages [de Dostoïevski] qui ne porte cette écharde dans la chair, qui ne l’irrite ou qui n’y cherche un remède dans la sensation ou l’immoralité ». Camus, Le Mythe de Sisyphe,1942, p. 151.

Sisyphe avec RFID entre pouce et index ? Certains ne veulent voir là que la déclinaison de la technique de la carte de « paiement-contact ». Interrogé par KSTP-TV, Todd Westby, le directeur de Three Square Market, affirme que l’implantation de puces électroniques sous la peau humaine est «la prochaine grande avancée inévitable » et entend bien que lui et son entreprise ne soient pas les derniers. Cette dystopie à portée de main sera-t-elle intégrée dans la refonte du Code du Travail français ?

Comment ne pas voir que nous sommes là aux premières frontières du transhumanisme, aux marches du Temple des « hommes augmentés » ? Comment ne pas entendre Philip K. Dick et ressentir comme une sorte de froid dans le dos ?  Pour le Washington Times il faut voir là une nouvelle étape dans l’accès des êtres humains à une nouvelle liberté : celle de payer. C’est assez bien résumé.

A demain

1 Sur ce thème on peut se reporter avec grand intérêt à l’ouvrage de notre confrère Michel Alberganti : « Sous l’œil des puces : la RFID et la démocratie » Éditions Actes Sud.

« Le charme discret de la guérison d’Alzheimer » Bientôt dans toutes les librairies

 

Bonjour

Un clone, ou presque. Après le raz-de-marée éditorial du «  Charme discret de l’intestin » voici « Guérir Alzheimer Comprendre et agir à temps ».

Couverture d’un même vert néo céladon, mêmes dessins en blanc et noir (Jill Enders), même titillement de la curiosité qui pousse à l’achat. Et même corps humain à mille et une facettes. Avec, au cœur, le cerveau. Hier il était en connexion directe avec les immensités obscures de notre tube digestif. Aujourd’hui il est en questionnement central sur lui-même.

A compter du 1er février les éditions Actes Sud (bientôt quarante ans) publient un texte provocateur du Dr Michael Nehls – traduit de l’allemand par Isabelle Liber (420 pages, 22,50 euros). L’auteur ? L’éditeur le présente ainsi :

« Après un doctorat de médecine et une thèse de génétique moléculaire, Michael Nehls a développé au sein de grandes entreprises pharmaceutiques, des médicaments soignant les maladies dites “ de civilisation ” comme le diabète ou les troubles cardiovasculaires. Il a collaboré à de nombreuses publications et dirigé des recherches dans plusieurs universités en Allemagne et aux Etats-Unis. Il est l’auteur de quatre ouvrages dont deux sur la maladie d’Alzheimer [Die Alzheimer-Lüge: Die Wahrheit über eine vermeidbare Krankheit. Heyne, 2014 / Alzheimer ist heilbar. Rechtzeitig zurück in ein gesundes Leben. Heyne, 2015]. »

Agir avant la maladie

Sa profession de foi : « En remédiant à temps aux carences existantes, on peut stopper la progression de l’Alzheimer. Et en intervenant encore plus en amont, il est même possible d’inverser le processus… et de guérir. » On explique qu’en 2013, aux Etats-Unis, lors d’études cliniques d’un genre nouveau, les premières « guérisons » de la maladie d’Alzheimer ont pu être constatées ; que « grâce à une thérapie ‘’systémique’’, les patients ont retrouvé toutes leurs facultés cognitives et une vie normale » ; que « ces résultats spectaculaires sont réalisables lorsque le traitement est entamé dès les premiers stades de la maladie ».

Et que tout cela « confirme les travaux de recherche du Dr Michael Nehls » – des travaux qui mettent en évidence que la maladie d’Alzheimer serait une maladie « de civilisation » qui demande « une approche globale de ses causes et de son développement » et que « l’origine de la maladie n’est pas l’âge avancé des patients, mais un ensemble de carences dont souffre le cerveau ». Corollaire : si on « comble ces carences à temps », le bon fonctionnement cérébral « peut se rétablir ».

Sans commentaires

Le lecteur découvrira au fil des chapitres comment, fort de ces postulats, l’auteur détaille les « prescriptions non médicamenteuses combinées de la thérapie systémique » – mode de vie, alimentation, sommeil, sport, bon équilibre hormonal, stimulation cognitive etc. Il découvrira aussi comment, à chaque étape du traitement, une fiche conseil baptisée « ordonnance ». Extraits en ligne.

Actes Sud, une nouvelle fois, vise très très large :

« Ce livre, aussi rigoureux que stimulant, est un guide précieux pour les malades, pour leurs proches mais aussi pour les médecins. Prenant en compte toutes les dimensions d’Alzheimer, y compris anthropologiques, il invite à un véritable changement de paradigme (…).

« Ces résultats spectaculaires apportent la preuve que certaines prescriptions non-médicamenteuses combinées (mode de vie, alimentation, détox, sommeil, sport…) non seulement empêchent la progression de la maladie mais suppriment les symptômes déjà apparus. Un jour, de plus en plus de patients pourront dire : J’avais Alzheimer. »

Pour l’heure, sans commentaires.

A demain

 

Etienne Klein, physicien plagiaire flashé au-delà de la vitesse de la lumière

Bonjour

C’est un nouveau cas de plagiat. Il est épinglé dans un article pendable de L’Express (Jérôme Dupuis). Le coupable désigné est une célébrité : Etienne Klein, physicien omniprésent depuis des années sur les meilleures ondes. Des compétences outrancières. Un CV de rêve :

« Directeur de recherche au Commissariat à l’énergie atomique (CEA), dirige actuellement le « Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière », installé à Saclay. Aparticipé à divers grands projets, en particulier la mise au point du procédé de séparation isotopique par laser et l’étude d’un accélérateur à cavités supraconductrices. Président de l’IHEST depuis le 29 septembre 2016. »

Le monde selon lui

A enseigné pendant plusieurs années la physique quantique et la physique des particules à l’École centrale Paris. Professeur de philosophie des sciences et spécialiste de la question du temps en physique A notamment démontré qu’il est possible de traiter de la mécanique quantique sans tomber dans le travers consistant à la présenter avec les ingrédients de la mécanique classique. Etienne Klein a 58ans. Il a écrit d’innombrables ouvrages, tenu mille et une conférences, virevolte sur France Culture où il a un monde selon lui.

Habituellement le plagiaire est dans le déni, évoque l’intertextualité. Tel n’est pas le cas ici : il a immédiatement reconnu les « emprunts » mis en lumière par le journaliste Jérôme Dupuis. Ce dernier est un expert, nous dit Wikipédia :

« Il a notamment révélé, en janvier 2011, et surtout démontré, citations à l’appui, le plagiat commis par Patrick Poivre d’Arvor dans son livre sur Hemingway, Hemingway, la vie jusqu’à l’excès, où il a démarqué une centaine de pages inspirées d’une biographie d’Hemingway par Peter Griffin, publiée en France chez Gallimard en 1989. L’ouvrage de Patrick Poivre d’Arvor avait été envoyé – pratique courante – avant sa mise en vente aux journalistes spécialisés et dédicacé de la main même de l’auteur. »

Ancien chroniqueur à La Croix, Etienne Klein a quant à lui signé une kyrielle de livres sur la science et l’histoire des sciences, en particulier sur la révolution de la physique quantique au début du XXe siècle. « Dans son dernier livre, Le pays qu’habitait Albert Einstein (Actes Sud) il se rend sur deux roues dans la Suisse où Albert Einstein a séjourné, nous raconte Le Monde (Julie Clarini). Cette promenade personnelle sur les traces d’un homme qui eut si peu d’ancrages correspond bien à Etienne Klein : il aime par-dessus tout les paradoxes – ses livres regorgent de ceux dont la vie et la physique sont fertiles. »
Recopié « sans guillemets »

Or le voici flashé hors sol, bien au-delà du plausible : il a recopié « sans guillemets » des formules appartenant (entre autres)  à Gaston Bachelard, Louis Aragon, Emile Zola ou Stefan Zweig.  « J’ai pris beaucoup de notes de lecture et, en les intégrant à l’ouvrage, j’ai pu oublier qu’elles provenaient d’autres auteurs et croire qu’elles étaient de moi. C’est ce qui a pu se passer pour les emprunts à Bachelard, par exemple », a-t-il répondu l’intéressé à L’Express. Fera-t-il pénitence ? IL explique qu’il a voulu répondre à la demande de son éditeur qui exigeait un ouvrage littéraire : « C’est peut-être pour cela que j’ai intégré un passage d’Aragon sans le citer. C’était une erreur. »

Une erreur ou une faute ? « Certains auteurs contemporains voient des paragraphes ou des images leur être volés » accuse Le Monde. C’est le cas de l’écrivain Philippe Claudel ou du théologien François Cassingena-Trévedy , moine de Saint-Martin de Ligugé, ancien élève de l’ENS (Ulm), docteur en théologie, maître de conférences à l’Institut catholique de Paris, par ailleurs membre associé du Laboratoire d’études sur les monothéismes.  Michel Houellebecq, accusé lui aussi de plagiat-Wikipédia, s’était lui également imprégné de Saint-Martin de Ligugé. Saint-Martin : symbole chrétien du partage.

La chrétienté ? L’Express évoque encore un « gigantesque copier-coller » dans une chronique donnée à La Croix« Je plaide coupable pour certains copier-coller dans mes chroniques, notamment celles données à La Croix au printemps 2016, répond le physicien. J’aurais dû citer mes sources ou réécrire les extraits empruntés à d’autres. »

C’est Etienne Klein, aussi, qui nous dit que l’on peut s’étonner ou s’émerveiller de ce que La vitesse de la lumière soit l’anagramme de Limite les rêves au-delà. 

A demain

Nobel 2015 : une Française sur la photo-finish ? Les paris sont ouverts et le sujet fait polémique

Bonjour

Les prix Nobel  coïncident (sous nos latitudes) avec le brâme du cerf . Ils font aussi l’objet de multiples supputations et alimentent de solides paris entre paillasses, cornues et salles de rédaction médiatiques.

D’abord celui de médecine (décerné aujourd’hui 5 octobre autour de midi, heure française). On évoque Kazutoshi Mori (Université de Kyoto) et Peter Walter (Université de Californie, San Francisco). Ce couple de biologistes moléculaires s’est déjà partagé le prix Lasker l’an dernier pour des travaux qui sont vulgarisés ici-même. Il s’agit, en substance, de l’impact du repliement-dépliement des protéines transmembranaires sur notre santé. Assez délicat à vulgariser.

Regards chimiques

Autre prétendant, très connu dans le milieu  : Jeffrey I. Gordon (Université de Washington, St. Louis) pour ses travaux (voir son labo) sur les relations entre notre alimentation et le métabolisme de notre microbiote intestinal – un sujet vulgarisé avec le succès que l’on sait par Giulia Enders et son  charme discret de nos intestins (Actes Sud). Ce serait un Nobel pour notre deuxième cerveau. Troisième choix : Alexander Rudensky (Memorial Sloan Kettering Cancer Center), Shimon Sakaguchi (Université d’Osaka), et Ethan Shevach (Instituts nationaux américains de la santé) pour leurs découvertes concernant certaines cellules immunitaires (les « T régulatrices ») et plus particulièrement l’un de leurs régulateurs « Foxp3 ».

Mais tous les regards sont déjà tournés vers le Nobel de chimie (7 octobre), comme le soulignait il y a quelques jours une dépêche de l’agence Reuters (Julie Steenhuysen – Intellectual Property & Science unit of Thomson Reuters). Et multiples paris sur un Nobel pour le CRISPR-cas9. C’est une technique qui fait des ravages dans la maîtrise du vivant végétal et animal; une technique qui –depuis quelques mois – alimente une polémique naissante (mais considérable) de nature éthique : elle permettrait de modifier le patrimoine génétique de l’humanité – des transformations qui pourraient se faire sur un mode héréditaire. Non plus corriger le pathologique mais « améliorer » le génétique existant.

Sur Slate.fr et blog

Nous avons déjà évoqué ce sujet sur Slate.fr : « Maintenant que les Chinois peuvent modifier génétiquement les humains… » et sur ce blog : « Macaques humanisés chinois : trembler ou pas ? » ; « Quarante ans plus tard il faut réinventer la conférence d’Asilomar » ;  « Transformation génétique des embryons humains ; un responsable du comité d’éthique l’estime ‘’légitime’’ » ; « Bioéthique : l’homme doit-il modifier son patrimoine génétique ? ‘’Oui ! ‘’ dit The Economist » ;  « L’arrivée des embryons humains génétiquement modifiés est annoncée. La France totalement absente des débats » ; « Bioéthique : des biologistes anglais veulent modifier coûte que coûte le génome d’embryons humains ».

Un sigle à retenir: le CRISPR (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats). C’est, de l’avis même des généticiens, l’une des plus importantes révolutions technologiques de la biologie moléculaire de ces quarante dernières années. Une importance équivalente à celle des premiers «ciseaux génétiques», à celle des techniques de séquençage génétique «à haut débit» ou à celle de l’amplification génétique (PCR pour Polymerase Chain Reaction). Avec ce nouvel outil, il devient possible de cibler n’importe quel gène pour  l’«éteindre», l’«allumer», le «corriger», l’«améliorer»… Et ce dans l’ensemble du vivant, végétal et animal –dont l’humain. Le champ des possibles s’ouvre ainsi plus largement que jamais.

Emmanuelle Charpentier

En juin 2014, la généticienne française Emmanuelle Charpentierco-inventrice de l’outil CRISPR-Cas9, estimait que «cette technique fonctionne si bien et rencontre un tel succès qu’il serait important d’évaluer les aspects éthiques de son utilisation».  Or aujourd’hui Emmanuelle Charpentier (Helmholtz Center for Infection Research et dont le laboratoire est désormais à Berlin) est clairement en lice pour le Nobel de chimie. Mlle Charpentier a déjà été distinguée cette année par le Breakthrough Prize in Life Sciences, le Prix Louis-Jeantet de médecine et  le Prix Princesse des Asturies de recherche scientifique et technique en compagnie de l’Américaine Jennifer Doudna (Université de Californie, Berkeley) elle aussi en lice pour le prix suprême.

La dimension éthique se double d’une féroce compétition juridique quant à la propriété des brevets sur cette technique – comme l’évoque Reuters ainsi que la dernière livraison de The Economist (« Even CRISPR »). On parle beaucoup, ici, de Fen Zhang (Broad Institute, MIT Cambridge, Massachusetts). Ce chercheur a certes travaillé sur le sujet. A-t-il travaillé assez et assez tôt ? Sera-t-il sur la photo du Karolinska ? Faisons-nous fausse route ? L’avenir, très proche, nous le dira.

A demain