Cigarette électronique : fin du déni officiel ; commentaire éditorialisé des buralistes français

Bonjour

« Un tournant ». Pour le site des buralistes français ce sont quelques lignes qu’il faut encadrer : celles de l’éditorial de Francois Bourdillon, Directeur Général de Santé Publique France.  

« Parmi les outils d’aide au sevrage tabagique, la cigarette électronique est le plus utilisé par les fumeurs pour arrêter de fumer. Cette utilisation s’inscrit depuis quelques années dans une stratégie de réduction des risques. Les données du Baromètre de Santé publique France soulignent pour la première fois l’accroissement de l’usage de l’e-cigarette : 3,8% l’utilisent quotidiennement versus  2,7% en  2017, soulignant les modifications de l’usage de cet outil de sevrage tabagique. »

Et le site des buralistes, en écho, d’éditorialiser :

« Alors que les autorités sanitaires françaises s’étaient montrées jusqu’ ici timorées sur le sujet – voire carrément hostiles – nous enregistrons un discours, plus réaliste, constatant que les fumeurs utilisent la cigarette électronique « parmi les outils d’aide au sevrage ». Loin des prises de position carrément idéologiques d’il y a encore peu de temps quand le vapotage était avant tout présenté comme « un piège » aux multiples facettes (les inconnues scientifiques … les mineurs ciblés … les fabricants derrière, etc., etc. … on connait les éléments de ce langage négatif).

« Aujourd’hui, nous avons affaire à un discours officiel plus nuancé, réaliste et ouvert. Espérons que ce discours réaliste préfigure le débat, ouvert et dépassionné, qui a toujours manqué en France jusqu’à maintenant. Un débat sur l’apport de cigarette électronique et des autres produits de nouvelle génération. Un débat sur l’information et la communication concernant ces produits, puisqu’il est désormais reconnu que les fumeurs les prennent en considération comme alternative. »

Où l’on en viendrait, presque, à espérer. A croire en l’action amplificatrice d’une ministre des Solidarités et de la Santé. Une ministre qui accepterait, enfin, de reconnaître ses erreurs et de mettre en œuvre, ici, une véritable politique de réduction des risques.

A demain

@jynau

En France le nombre des fumeurs baisse et celui des vapoteurs monte : cherchez l’erreur

Bonjour

« 1,6 million de fumeurs en moins » : on sait que rien ne permet de l’affirmer 1 – mais c’est désormais le chiffre officiel repris en cœur depuis mars dernier par la quasi-totalité de la sphère médiatique nationale. On le retrouve aujourd’hui en tête de l’éditorial du Bulletin épidémiologique hebdomadaire ; un texte signé de François Bourdillon Directeur Général de Santé Publique France 2.  

« 1,6  million de fumeurs en moins en deux ans, tels sont les résultats issus des Baromètres annuels de Santé publique France. Il s’agit d’une baisse d’ampleur inédite, de l’ordre de 12% en deux ans. Après plusieurs années de stabilité, la prévalence du tabagisme, qui avait diminué d’un million entre 2016 et 20171 , poursuit sa baisse avec 600 000 fumeurs en moins entre  2017 et  2018. La prévalence du tabagisme quotidien est, en 2018, de 25,4% ; elle a baissé de 4 points en deux ans. Il faut comprendre que 1,6 million de fumeurs en moins traduit non seulement l’arrêt du  tabac par les fumeurs, mais aussi la réduction du nombre de jeunes qui entrent dans le tabagisme. »

Ce responsable de la politique de santé publique ne craint pas l’auto-satisfecit. Il écrit ainsi concernant la première cause de mortalité prématurée évitable (75 000 par an) :  

« Ces bons résultats traduisent l’impact de la politique publique cohérente, déterminée et de ses nombreuses mesures parmi lesquelles : l’augmentation régulière des prix du tabac ; la mise en place au 1er janvier 2017 du paquet neutre ; le remboursement des substituts nicotiniques ; des temps de communication récurrents et coordonnés portés par le ministère de la Santé, Santé publique France, l’INCa et l’Assurance maladie ; et bien sûr l’opération Mois sans Tabac, qui se déroule depuis 2016 tous les mois de novembre, événement majeur d’incitation au sevrage tabagique et à la « dénormalisation » du tabac. »

Mais il lui faut aussi diminuer les risques auxquels, dans notre espace démocratique, il s’expose. A commencer par l’absence de corrélation statistique robuste entre cette victoire affichée sur le tabagisme et les volumes des ventes chez les buralistes. Car si cette baisse des ventes existe « il convient également de prendre en considération [sic] les achats transfrontaliers en augmentation, la contrebande, notamment par internet ou par l’intermédiaire des ventes de rue, qui se développent en raison des prix élevés du tabac, et le fait que les fumeurs quotidiens fument moins de cigarettes par jour ».

Les pauvres et ceux qui ne le sont pas

La vérité vraie, au lendemain des élections européennes, c’est aussi que la France « garde un taux de prévalence du tabagisme quotidien très élevé en comparaison d’autres pays de même niveau économique, avec de très fortes inégalités sociales ». On peut le dire ainsi : les pauvres fument plus que ceux qui ne le sont pas. Ou comme cela :

« Deux groupes se différencient significativement : les plus diplômés (>Bac), avec une prévalence du tabagisme quotidien de 19,4%, et le reste de la population, incluant les personnes sans diplômes et celles ayant un diplôme inférieur ou égal au Bac, avec un tabagisme quotidien de 28,2%. »

Après son auto-satisfecit le directeur général de Santé Publique France évoque aussi une situation « dramatique » :

« Depuis 15 ans, le nombre de décès attribuables au tabac chez les femmes augmente de plus de 5% par  an en moyenne. Ils témoignent du tabagisme féminin qui a progressé entre les années 1970 et 1990. Ces données dramatiques sont autant d’éléments de plaidoyer pour renforcer encore la lutte contre le tabagisme en France. Pour l’année 2015 tous sexes confondus, 75 000 décès sont attribuables au tabac, soit 13% des décès survenus en France métropolitaine. »

Où l’on en vient, enfin et après des années de coupable déni officiel, à la cigarette électronique :

«  Une augmentation de l’usage de l’e-cigarette Parmi les outils d’aide au sevrage tabagique, la cigarette électronique est le plus utilisé par les fumeurs pour arrêter de fumer. Cette utilisation s’inscrit depuis quelques années [re-sic] dans une stratégie de réduction des risques. Les données du Baromètre de Santé publique France soulignent pour la première fois l’accroissement de l’usage de l’e-cigarette : 3,8% l’utilisent quotidiennement versus  2,7% en  2017, soulignant les modifications de l’usage de cet outil de sevrage tabagique. »

En conclusion le Directeur Général de Santé Publique France, aujourd’hui sur le départ,  estime, au vu du contexte actuel qu’il faut « maintenir les politiques publiques ». Et peut-être même « les accentuer ». Ne serait-ce pas trop demander ?

A demain

@jynau

1 Les données du « Baromètre de Santé publique France » proviennent d’une simple « enquête aléatoire téléphonique » réalisée entre janvier et juillet 2018 auprès de 9 074 adultes âgés de 18 à 75 ans résidant en France métropolitaine. « Ce ne sont pas 1,6 million de personnes qui ont arrêté le tabac entre 2016 et 2018, comme l’avaient annoncé plusieurs médias en mars, observe justement Le Monde (François Béguin). Pour marquer les esprits, le chiffre mis en avant par l’agence publique prend en compte à la fois ceux qui ont arrêté de fumer et la « réduction du nombre de jeunes qui entrent dans le tabagisme », sans qu’il ne soit possible de les différencier. »

2 Bourdillon  F. Éditorial. 1,6 million de fumeurs en moins en deux ans, des résultats inédits. Bull Epidémiol Hebd. 2019;(15):270-1. http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/ 2019/15/2019_14_0.html

Tuberculose : cette fille de la précarité et de la promiscuité s’installe dans la capitale

Bonjour

Ces sont quelques chiffres qui en disent malheureusement long. On les trouve dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire 1. Où l’on apprend que le taux de déclaration de la tuberculose (qui avait diminué en Ile-de-France depuis  2000 et qui s’était stabilisé de 2011 à 2014) est en augmentation. Cette publication porte sur les cas de « tuberculose-maladie » déclarés en Ile-de-France entre 2015 et 2017.

En 2015, 1 758 cas de tuberculose confirmés ou probables ont été déclarés en Ile-de-France, 1 809 en 2016 et 1 927 en 2017, soit une croissance de 9,6 %. L’incidence (nombre de nouveaux cas rapportés à la population) est également en hausse : 15,8 cas pour 100 000 habitants en 2017 contre 14,6 en 2015.

Tous les départements franciliens ont franchi le seuil de dix cas de tuberculose/10 000 habitants en 2017. Des disparités infra-régionales sont observées avec notamment une augmentation du nombre de cas plus importante dans la capitale, atteignant un taux de 16,8/10 000  habitants en 2017.

Ce sont quelques mots qui disent tout :

« Le taux de déclaration chez les personnes nées à l’étranger a augmenté contrairement à celui observé chez les personnes nées en France qui, lui, a diminué. Parmi les cas de tuberculose déclarés en Île-de-France, une hausse est observée chez les hommes, chez les résidents en collectivité et, parmi les personnes nées à l’étranger, chez les primo-arrivants. 

« Les populations concernées par cette augmentation sont celles souffrant le plus de précarité et de promiscuité, notamment les personnes nées à l’étranger, en hébergement collectif ou sans domicile fixe et celles arrivées récemment en France. »

Conclusion apolitique des auteurs : «  Ces observations incitent à poursuivre et renforcer l’adaptation du dépistage de ces populations à risque ». On attend la confirmation des services de la (bien nommée) ministre des Solidarités et de la Santé.

A demain

@jynau

1 Mathieu P, Mounchetrou Njoya I, Calba C, Lepoutre A, Marc E, Silue  Y. Épidémiologie de la tuberculose en Île-de-France  : une augmentation des cas déclarés en 2016 et en 2017 ? Bull Epidémiol Hebd. 2019;(14):256-62. http://beh.santepublique france.fr/beh/2019/14/2019_14_2.html

Jeux d’argent et de hasard interdits aux mineurs ? De qui Bruno Le Maire ose-t-il se moquer ?

Bonjour

8 mars 2019. Actualité : la privatisation de la Française des Jeux (FDJ) entreprise hautement rentable se nourrissant de l’addiction d’une fraction croissante de citoyens devenus dépendants. Une affaire suivie de près par les buralistes, premiers concernés. Hier les députés ont donné leur feu vert au projet de privatisation de la Française des Jeux (FDJ), dans le cadre de l’examen en commission du projet de loi Pacte.

En première lecture, début octobre, l’Assemblée nationale avait autorisé le transfert au privé de la majorité du capital de la FDJ, actuellement détenu à 72 % par l’État, malgré de vives critiques de l’opposition dénonçant la logique économique de l’opération et les risques accrus d’addiction aux jeuxLe Sénat s’y était ensuite opposé en février.

Cohérence avec le tabac et l’alcool

Mais en démocratie force revient toujours à la majorité : via un amendement du gouvernement, défendu par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, les députés ont rétabli leur version en commission. Des sous-amendements, portés par le député Christophe Blanchet (LREM, Calvados), ont ajouté au texte des dispositions pour renforcer la protection des mineurs. En d’autres termes possibilité, via une future ordonnance, de la « mise en place d’une amende sanctionnant la vente ou l’offre » de jeux d’argent et de hasard à des mineurs.

Que croyez-vous qu’il arriva ? M. Le Maire s’est dit « favorable à renforcer toutes les garanties et les protections». « L’idée d’avoir une amende qui sanctionne la vente de jeux aux mineurs, c’est cohérent par rapport à ce que nous demandons aussi en matière de vente de tabac ou de vente d’alcool ».

Posons, avec tout le respect dû à un ministre de la République, la question à Bruno Le Maire : de qui vous moquez-vous ?

Dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire François Bourdillon, directeur général de Santé ­publique France, use d’un euphémisme en écrivant, dans son éditorial  que « l’interdiction de vente aux mineurs peut être considérée comme non respectée ». Les derniers résul­tats d’une enquête officielle (Escapad – OFDT)  démon­trent qu’en France les mineurs de 17 ans et moins « n’éprou­vent aucune difficulté à s’approvisionner en alcool ». Ceux qui déclarent avoir bu des boissons alcooliques « les ont achetées en magasin pour 91 % d’entre eux ». Mieux : « ils sont 77,5 % à en avoir consommé dans un débit de boissons » précise François Bourdillon.

« En 2017, 85,7 % des adolescents de 17 ans ont déclaré avoir déjà bu de l’alcool au cours de leur vie. L’usage régulier d’alcool (au moins dix fois dans le mois) concernait un jeune sur dix (8,4 %) et 44 % des jeunes de 17 ans ont déclaré une alcoolisation ponctuelle importante (API) au cours du mois. La majorité d’entre eux (52,7 %) a déclaré n’avoir jamais eu à présenter de carte d’identité pour justifier de son âge lors d’un achat en bar ou en restaurant. »

Répression de l’ivresse publique

Or, et M. Le Maire ne saurait l’ignorer, le code de la santé publique, au nom de la « protection des mineurs » et de la « répression de l’ivresse publique » dispose qu’il est interdit de vendre de ­l’alcool à des mineurs de moins de 18 ans. La personne qui délivre la boisson peut ainsi exiger du client « une preuve de sa majorité », notamment par la production d’une pièce d’identité. Il est de même ­interdit d’offrir de l’alcool à titre gratuit à des mineurs dans les débits de boissons et tous commerces ou lieux publics. Et il est interdit de recevoir dans les débits de boissons alcooliques des mineurs de moins de seize ans qui ne sont pas accompagnés de l’un de leurs parents ou d’un majeur responsable.

Et M. Le Maire n’ignore pas qu’il en va de même pour les ventes de tabac chez les buralistes. Et ce alors que depuis 2003, en France, la vente de tabac est interdite aux mineurs. Afin d’évaluer l’application de cette mesure et pour connaître la perception des jeunes sur cette mesure, deux enquêtes ont été menées pour le Comité national de lutte contre le tabagisme. Il est apparu que 62 % des buralistes étaient en infraction et ont vendu du tabac à des mineurs de 12 et 17 ans – plus d’un tiers des buralistes ­acceptant de vendre du tabac à des enfants de 12 ans. Et 60 % des jeunes fumeurs ­indiquent qu’ils se procurent, sans difficulté, du tabac chez les débitants. Et ­faudrait-il rappeler que, conséquence ­immédiate de cet interdit bafoué, plus d’un jeune Français de 17 ans sur trois est, déjà, un consommateur de tabac ?

Où l’on comprend bien ici que, loin d’une politique de réduction des risques, nous sommes, compte tenu de ce que l’on sait des addictions, avec un pouvoir politique qui, par démission, mène de facto une politique d’amplification des risques. Qui se souvient que le candidat Macron avait fait de la prévention l’une des clefs de voûte de la nouvelle cathédrale politique qu’il entendait construire au sein d’un nouveau monde ?

A demain

@jynau

 

Alcool – tabac : le pouvoir a renoncé à faire respecter les interdits de vente aux adolescents 

Bonjour

« L’interdiction de vente aux mineurs peut donc être considérée comme non respectée ».  La phrase est officielle. Elle est signée de François Bourdillon, directeur général de Santé publique France. Et elle est extraite de l’éditorial publié dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) thématique consacré à l’alcool en France ; éditorial au goût d’oxymore titré « Alcool et réduction des risques » 1.

On dispose sur ce thème des résultats de l’enquête « Escapad – OFDT » menée chez les jeunes mineurs de 17 ans 2.  On y apprend que les jeunes mineurs, en France, « n’éprouvent aucune difficulté à s’approvisionner en alcool ». Ceux qui déclarent avoir bu des boissons alcooliques « les ont achetées en magasin pour 91% d’entre eux ». Mieux : «  ils sont même 77,5% à en avoir consommé dans un débit de boisson » précise François Bourdillon.

« En 2017, 85,7% des adolescents de 17 ans ont déclaré avoir déjà bu de l’alcool au cours de leur vie. L’usage régulier d’alcool (au moins dix fois dans le mois) concernait un jeune sur dix (8,4%) et 44 % des jeunes de 17 ans ont déclaré une alcoolisation ponctuelle importante (API) au cours du mois. Par ailleurs, malgré l’interdiction de vente aux mineurs, les adolescents qui ont déclaré avoir bu des boissons alcoolisées dans le mois étaient 91,0% à en avoir acheté en magasin et 77,5% à en avoir consommé dans un débit de boissons. La majorité d’entre eux (52,7%) a déclaré en outre n’avoir jamais eu à présenter de carte d’identité pour justifier de son âge lors d’un achat en bar ou en restaurant. »

Rappel de l’interdit quotidiennement bafoué :

 « PROTECTION DES MINEURS ET RÉPRESSION DE L’IVRESSE PUBLIQUE

Il est interdit de vendre de l’alcool à des mineurs de moins de 18 ans. La personne qui délivre la boisson peut exiger du client une preuve de sa majorité, notamment par la production d’une pièce d’identité. Il est interdit d’offrir de l’alcool à titre gratuit à des mineurs dans les débits de boissons et tous commerces ou lieux publics. Il est interdit de recevoir dans les débits de boissons alcooliques des mineurs de moins de seize ans qui ne sont pas accompagnés de l’un de leurs parents ou d’un majeur responsable. LE NON-RESPECT DE CES INTERDICTIONS EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES. CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE : ART. L. 3342-1, L. 3342-3 ».

 Vendre du tabac à des enfants de 12 ans

On sait qu’il en va de même pour les ventes de tabac aux mineurs chez les buralistes. L’affaire est connue de longue date. Depuis 2003, en France, la vente de tabac est interdite aux mineursAfin d’évaluer l’application de cette mesure et pour connaître la perception des jeunes sur cette mesure deux enquêtes ont été menée pour le Comité national de lutte contre le tabagisme). Il est apparu que 62 % des buralistes étaient en infraction et ont vendu du tabac à des mineurs de 12 et 17 ans. Et plus d’un tiers des buralistes ont accepté de leur vendre du tabac à des enfants de 12 ans.  Et 60% des jeunes fumeurs indiquent qu’ils se procurent, sans difficulté, du tabac chez les débitants. Et faudrait-il rappler que plus d’un jeune de 17 ans sur trois consomme du tabac ?

Rappel de cet autre interdit quotidiennement bafoué :

« Interdiction de vente de tabac aux mineurs de moins de 18 ans Il est interdit de vendre ou d’offrir gratuitement, dans les débits de tabac et tous commerces ou lieux publics, à des mineurs de moins de dix-huit ans des produits du tabac ou leurs ingrédients, y compris notamment le papier et le filtre. La personne qui délivre l’un de ces produits, exige du client qu’il établisse la preuve de sa majorité.  CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE, ART. L.3512-12 et R.3515-5  Le non respect de cette interdiction est passible de poursuites judiciaires. »

Nous ne sommes plus, ici, à parler d’une politique de réduction des risques mais bien, compte-tenu de ce que l’on sait des addictions, d’un pouvoir politique qui, par démission, mène de facto une politique d’amplification des risques.

 A demain

@jynau

1 Bourdillon  F.  Éditorial. Alcool et réduction des risques. Bull Epidémiol Hebd. 2019;(5-6):88-9. http://invs.santepublique france.fr/beh/2019/5-6/2019_5-6_0.html

2 Philippon A, Le Nézet O, Janssen E, Cogordan C, Andler R, Richard  JB, et  al. Consommation et approvisionnement en alcool à 17 ans en France : résultats de l’enquête ESCAPAD 2017. Bull Epidémiol Hebd. 2019;(5-6):109-15. http://invs. santepubliquefrance.fr/beh/2019/5-6/2019_5-6_3.html

Agnès Buzyn : autosatisfaction des résultats contre le tabac, étrange éloge de l’insoumission

Bonjour

Achevant son discours lors des Rencontres de l’Institut national du cancer de ce 4 février, Agnès Buzyn a innové. La ministre des Solidarités et de la Santé a expliqué aux participants qu’ils venaient d’avoir la chance d’entendre Raphaël Enthoven. Ce dernier « proposait une analyse de la remise en cause de l’expertise médicale face aux croyances non fondée et créatrice de  ‘’fake news’’ ».

« Dans ses ‘’ Morales provisoires ‘’ ; il rappelle que ‘’ le courage, c’est se jeter à l’eau. C’est un geste sans cause, sans motif et sans explication. C’est une insurrection de l’individu, une façon de ne pas être soumis’’ a déclaré la ministre. Mesdames et messieurs, ne soyons pas soumis. Agissons ! »

Peu de temps Agnès Buzyn dressé un bilan des progrès accomplis dans le domaine de la lutte contres les maladies cancéreuses. Extraits :

« Quels sont les progrès dont nous pouvons nous prévaloir ? D’abord, cette année, nous avons pu objectiver la nette réduction de la prévalence tabagique en France, et j’en suis particulièrement heureuse et fière. Près d’un million de fumeurs quotidiens en moins entre 2016 et 2017, en particulier chez les personnes aux revenus les plus faibles avec un passage de 38,8 % en 2016 de fumeurs réguliers à 34 % en 2017. Nous avons donc aussi réussi à agir sur les inégalités de santé.

« Ces résultats sont le fruit d’une politique intégrée que nous avons tous défendue, et qui repose sur l’intervention auprès des populations les plus éloignées du système de santé, notamment via des appels à projets financés pour la première fois cette année par le fonds de lutte contre le tabac qui bénéficie d’une enveloppe de 100 millions d’euros. D’autres moyens y participent également, avec les augmentations successives du prix du paquet de cigarettes ainsi que les campagnes récurrentes d’information du grand public de l’Institut national du cancer et l’opération ‘’Mois sans tabac’’ ».

Sans nullement vouloir faire preuve d’inoumission, force est bien ici d’agir et de rappeler l’extrême fragilité du chiffre « d’un million de fumeurs quotidiens en moins entre 2016 et 2017 » -une donnée désormais reprise de manière récurrente depuis près d’un an par le pouvoir exécutif. D’où provient-il ? D’un texte signé de François Bourdillon, directeur général de Santé publique France dans le BEH daté du 29 mai 2018 : « Baisse du tabagisme en France : un million de fumeurs quotidiens de moins entre 2016 et 2017. Un succès pour la santé publique » :

« Selon les données du Baromètre santé 2017 de Santé publique France, enquête représentative de la population française, la baisse du tabagisme en France entre 2016 et 2017 est de 2,5 points, ce qui est considérable. Cela représente un million de fumeurs quotidiens de moins en un an. Ainsi, la prévalence du tabagisme quotidien passe de 29,4% en 2016 à 26,9% en 2017. Cette baisse touche particulièrement les jeunes hommes de 18 à 24 ans et les femmes de 55 à 64 ans. Elle est la plus marquée en Île-de-France et en Normandie en comparaison des données de 2014. Enfin, elle concerne particulièrement les personnes ayant les niveaux de diplômes et de revenus les moins élevés ainsi que les demandeurs d’emplois, ce qui permet de stopper, pour la première fois, l’accroissement observé depuis le début des années 2000 des inégalités sociales en matière de tabagisme. »

Un constat d’autant plus fragile et discutable que les autorités sanitaires français, comme l’expliquent les responsables de l’étude PETAL 1 n’ont pas mis en place d’ « évaluations robustes » et systématiques pour disposer d’éléments permettant de savoir si les mesures du Programme national de réduction du tabagisme ont été efficaces. Un programme lancé officiellement il y a, précisément, cinq ans.  Agissons !

A demain

@jynau

1 « Programme d’Etudes sur le Tabagisme des Adolescents en vue de sa Limitation » (PETAL). Ce projet vise à mieux comprendre les comportements liés au tabagisme des jeunes Français. L’objectif général est de documenter l’efficacité et l’équité de politiques publiques de lutte contre le tabagisme des jeunes et d’identifier des opportunités d’interventions pour le futur. PETAL mobilise des méthodes statistiques robustes afin de produire les résultats les plus justes possibles au regard des données disponibles actuellement.

Ce projet a débuté en novembre 2017 et il est financé pour 24 mois par La Ligue contre le cancer dans le cadre de l’appel à projets 2017 Priorité Cancers Tabac de La Ligue contre le cancer et l’Institut national du cancer (INCA). Les équipes de recherche impliquées sont les unités mixtes de recherche 1178 (Santé mentale et santé publique, INSERM-Paris Descartes-Paris Sud) et U1136 (Institut Pierre Louis d’épidémiologie et de santé publique, INSERM-Sorbonne Université), l’Observatoire Français des drogues et des toxicomanies (OFDT), Santé Publique France, l’Université de Californie San Diego et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

 

Cigarette électronique : vers un procès des politiques pour défaut de réduction des risques  

Bonjour

Il faut, pour mesurer l’ampleur des contradictions politiques et sanitaires, lire l’éditorial publié dans le dernier Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire. Intitulé « Mesurer les parts de cancers évitables pour mieux guider la lutte et la prévention » il est signé de Christopher P. Wild, directeur du Centre international de recherche sur le cancer (OMS), Norbert Ifrah, président de l’Institut national du cancer et François Bourdillon, directeur général de Santé publique France.

Ces trois responsables de haut niveau présentent ici les résultats d’un vaste travail de plus de quatre-vingts experts travaillant dans les principales institutions de recherche ou de santé publique françaises. C’est, depuis quelques jours, un travail repris à l’envi (mais sans commentaires) par les médias généralistes. Un travail qui conclut qu’en France quatre cancers sur dix environ étaient, en 2015, attribuables aux « facteurs de risque liés au mode de vie et à l’environnement ». En d’autres termes « 142 000 cancers auraient pu être évités, par des actions de prévention primaire, sur les 346 000 nouveaux cas diagnostiqués chez les adultes ». Un travail, aussi, qui inclut de nouveaux facteurs de risque comme l’alimentation (consommation de viandes rouges et de charcuteries, par exemple) et des expositions professionnelles plus nombreuses (trichloréthylène et gaz d’échappement diesel, par exemple).

Corollaire : une part importante des cancers est donc potentiellement évitable par une suppression ou une réduction  de l’exposition à ces facteurs de risque. « Mesurer cette part évitable permet de cibler des priorités d’action pour la prévention du cancer » expliquent doctement les trois auteurs. Ces derniers se gardent bien, toutefois, de faire ici la part entre l’action préventive politique volontariste et la responsabilité personnelle du citoyen informé de ces données.

Et cætera desunt 

Prenons, ici, l’exemple du tabac. Tabac légalement commercialisé et qui constitue le principal facteur de risque dans une France où sa consommation est parmi la plus importante d’Europe. « Les résultats soulignent à nouveau le poids de la consommation de tabac en France, cause de 20% des cancers en 2015, écrivent les trois auteurs. Aussi, la stratégie de réduction du tabagisme doit-elle être maintenue et renforcée dans les futurs plans de santé publique, ce qui est le cas avec la récente annonce de la ministre de la Santé d’un nouveau plan national de lutte contre le tabac. Le million de fumeurs quotidiens de moins entre 2016 et 2017 [chiffre contesté] est un premier signe très encourageant, de même que les augmentations programmées du prix du tabac (passage à 10 € le paquet en 2020), l’amélioration du remboursement de substituts nicotiniques, etc. »

On appréciera cet « et cætera » locution adverbiale issu du latin médiéval « et cætera desunt » utilisée pour montrer qu’une liste n’est pas exhaustive. Les trois auteurs confirment, ici, que le pouvoir exécutif français n’a toujours pas intégré la cigarette électronique parmi les outils de lutte contre le fléau du tabagisme.

« La communication des résultats de l’étude du BEH auprès du public constitue un autre point crucial, comme le montrent les résultats alarmants des Baromètres cancer sur la perception des facteurs de risque de cancer dans la population en France » écrivent encore MM Wild, Ifrah et Bourdillon. Ils révèlent qu’une étude à paraître « montrera que la part de certaines fausses croyances sur les causes de cancer a encore augmenté par rapport aux enquêtes précédentes ». « Ainsi, trop de personnes enquêtées se représentent que boire des sodas ou consommer des hamburgers serait aussi mauvais pour la santé que boire de l’alcool, ou que la pollution atmosphérique causerait davantage de cancers que l’alcool » expliquent-ils.

A qui la faute ? Et qui peut, d’ores et déjà, être tenu pour responsable de ne pas encore avoir, en France, accordé à la cigarette électronique la place qui doit être la sienne dans une politique de réduction des risques contre une consommation responsable d’un cancer sur cinq ?

A demain