Chimiothérapie : combien d’années avant que les vraies perruques soient remboursées ?

Bonjour

21 décembre 2018. C’est une « info RTL-première radio de France » : La Sécurité sociale va prendre en charge dès avril prochain le remboursement des perruques de classe 1 pour les patientes sous chimiothérapie.

« C’est beaucoup plus qu’un accessoire esthétique, beaucoup plus qu’une simple prothèse… La perruque pour les femmes traitées pour un cancer, c’est un peu de moral retrouvé, de la confiance en soi… Ce petit plus qui fait qu’on se sent un peu moins mal. Ces perruques sont actuellement remboursées 125 euros, ce qui est assez loin de leur coût réel. Mais dans quelques semaines, en avril prochain, elles seront intégralement remboursées, permettant ainsi aux nombreuses patientes sous chimiothérapie de se procurer une perruque de bonne qualité sans aucun reste à charge.

Cette perruque de classe 1 sera vendue 350 euros maximum, les fabricants de prothèses capillaires ayant accepté de baisser leur prix tandis que la Sécurité sociale en remboursera la totalité. Pour des perruques plus luxueuses, avec plus de cheveux naturels, vendues aujourd’hui jusqu’à 700 euros, le montant du remboursement sera de 250 euros. 1

RTL ajoute que ce combat a été remporté par l’association Rose magazine qui réclamait cette mesure depuis plusieurs années – une mesure pourtant prévue dans le plan cancer mais le dossier était cependant bloqué.

« Dossier bloqué » ? Qui nous dira par qui, comment et pourquoi ? En juin dernier, une pétition avait été lancée  et Agnès Buzyn s’était engagée à  trouver une solution. C’était le 21 juin, sur C News :

« Bien sûr, c’est une mesure que j’ai rédigée moi-même quand j’ai écrit le Plan cancer pour le gouvernement précédent [lorsqu’elle présidait l’Institut national du cancer]. On s’était aperçu [sic] qu’on avait un problème de reste à charge et que les femmes étaient obligées de dépenser beaucoup pour leur perruque malgré un forfait de prise en charge. La Haute Autorité de santé a été saisie et elle détermine les caractéristiques d’une perruque pour qu’elle soit remboursée. Ce sera fait. »

Rédiger soi-même une mesure une mesure quand on « écrit le Plan cancer pour le gouvernement précédent » (avant 2014) …. Devenir (en 2017) ministre des Solidarités et de la Santé… Et devoir encore attendre encore (2019) pour qu’une mesure à ce point importante se concrétise….

Faut-il chercher l’erreur ? Faut-il, ce qui serait pire, conclure qu’il n’y en a pas ?

A demain

@jynau

1 Pour plus de précisions « Bientôt une perruque de qualité avec un «reste-à-charge 0» » (Céline Lis-Raoux)