Cigarette électronique et additifs alimentaires: ne pas désespérer, et garder les pieds sur terre

Bonjour

Ne pas désespérer, résister à une adversité dont il faut comprendre les motivations profondes. Le passage des fumées toxiques du tabac carbonisé à la vapeur d’eau, nicotinée ou pas, ne peut se faire sans souffrances. C’est à cette aune qu’il faut lire les passions nourries par le contenu des e-liquides. On vient de voir ce qu’il en est de la question, nullement négligeable, des additifs alimentaires : « Cigarette électronique ; nouvelle dramatisation (…) ».

Restons un instant sur ce sujet alimenté par des chercheurs de la faculté de santé publique de l’université de Harvard (Massachusetts) et leur publication de la revue Environmental Health Perspectives :  “Flavoring Chemicals in E-Cigarettes: Diacetyl, 2,3-Pentanedione, and Acetoin in a Sample of 51 Products, Including Fruit-, Candy-, and Cocktail-Flavored E-Cigarettes”.

Philippe Presles

« J’ai vu l’étude d’Havard sur l’analyse de la vapeur des e-liquides, nous dit le Dr Philippe Presles. Concernant le diacétyl, le problème est que cette étude n’a pas comparé ses résultats avec ceux obtenus dans la fumée du tabac, 10 à 100 fois plus élevés. Le diacétyl est un additif alimentaire (goût beurre caramélisé) pour les croissants, etc. Sous forme de trace, il existe dans les fruits à coques : café, chocolat et dans la vapeur des e-cig.

Il existe à dose toxique dans la fumée du tabac. Et dans les usines de pop corn américaines, on a observé de rares cas de bronchite oblitérante chronique. »

Philippe Presles poursuit : « En France les principaux industriels (Alphaliquides, VDLV) ne mettent pas de diacétyl dans les e-liquides. La norme AFNOR qui va paraître en janvier 2016 interdira l’utilisation du diacétyl dans la fabrication des e-liquides. La dose tolérée dans la vapeur sera de 22 ppm. Dans l’étude américaine, sur 51 produits dont la vapeur était analysée, 3 étaient légèrement au-dessus des 22 ppm et un était franchement au-dessus (mais à une dose dix fois moindre que dans la fumée du tabac). Au total : encore du foin ! »

Bertrand Dautzenberg

L’affaire fait parler. Et c’est heureux.  Grosse couverture du Figaro qui donne la parole à Jacques Le Houezec « fervent défenseur de l’e-cigarette et membre de l’équipe de recherche en addictologie à l’Inserm » :

«L’étude de Harvard ne mentionne pas du tout que ces substances sont également présentes dans la fumée des cigarettes de tabac à des concentrations 10 fois pour le diacétyle, et 100 fois pour l’acétyle propionyle, plus élevées. Personne ne dit que l’e-cigarette est inoffensive, le risque zéro n’existe pas dans la vie. Même respirer l’air de nos villes ou boire l’eau du robinet ne sont pas sans risques. Mais il est clair que, pour un fumeur, l’exposition à la vapeur d’e-cigarette est bien moins problématique que de continuer à fumer.»

Jacques Le Houezec

Le Figaro donne aussi la parole au Pr Bertrand Dautzenberg « président de la commission AFNOR (Association française de normalisation) sur l’e-cigarette et professeur de pneumologie à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière » :

«Aux Etats-Unis, l’absence de règles rend la situation compliquée. En France, nous connaissons le problème du diacétyle depuis longtemps. Nous avons mis en place une commission AFNOR avec les fabricants français de cigarettes électroniques et les associations de consommateurs, afin d’élaborer ensemble des normes visant à encadrer la qualité de ces produits (…) Il faut éviter d’acheter sur internet lors des premiers achats. Il est préférable de se rentre en boutique et de demander la composition. En France, l’affichage de tous les composants dont la concentration est supérieure à 1% est obligatoire (…) Mais au fond, même une mauvaise e-cigarette est moins nocive que le tabac. »

Marisol Touraine

Achevons avec Libération : « Arômes toxiques : la cigarette électronique donne des vapeurs aux consommateurs » :

« C’est l’histoire d’un magnifique balancier que celle des effets sur la santé de la cigarette électronique. Un coup c’est bon, un coup ça ne l’est pas, affirment les experts d’un jour, oubliant que sa principale qualité est la réduction des risques, et non leur disparition (…) En France, en tout cas, les vapoteurs se disent en colère, mais pour une autre raison, à savoir le vote la semaine dernière par les députés d’un article de la loi santé qui assimile la cigarette électronique aux produits du tabac.

« Des milliers de messages de protestation ont été adressés à Marisol Touraine. «La cigarette électronique risque d’être reléguée au rang des souvenirs. Cet outil de sevrage, dont l’essor a fait décrocher la vente de tabac en 2013, sera demain non pas interdit mais dépossédé des atouts qui en font une arme efficace dans la lutte contre le tabagisme», argumente Jacques Le Houezec, pharmacologue et tabacologue. »

Avenir rose

Jacques Le Houezec le même jour dans Libération et dans Le Figaro ? C’est là une démonstration parmi d’autres de l’intérêt qu’il y a à ne pas désespérer.  Et ce d’autant que l’avenir n’est pas rose :

 « Assimilée  aux produits du tabac, la cigarette électronique risque de tomber sous le coup de la directive européenne qui concerne ce domaine dès mai 2016, lorsque son application sera transposée en droit français. Son usage sera donc interdit dans les établissements scolaires, les moyens de transport et sur les lieux de travail. Toute forme de publicité ou de propagande directe et indirecte sera interdite. »

Où sera, alors, Marisol Touraine ?

A demain

Cigarette électronique : nouvelle dramatisation des risques inhérents à l’inhalation d’additifs alimentaires

Bonjour

Dépêche matinale de l’AFP aussitôt reprise par Le Point, France Inter etc. : « Des substances chimiques dangereuses dans les cigarettes électroniques ? D’après des scientifiques, elles seraient aromatisées avec des substances chimiques dangereuses, dont une liée à une maladie pulmonaire grave. Ces derniers plaident pour des actions urgentes afin de déterminer l’ampleur des risques et appellent à une réglementation fédérale aux Etats-Unis. »

‘’Barbe à papa’’ et  ‘’cupcake’’

De quoi s’agit-il ? Du diacétyle, « substance liée à une maladie pulmonaire grave », a été trouvé dans plus de 75% des cigarettes électroniques aromatisées et des recharges testées par ces chercheurs de la faculté de santé publique de l’université de Harvard (Massachusetts). «  Deux autres substances nocives ont également été détectées dans un grand nombre d’essences aromatiques, dont des variétés prisées par les jeunes vapoteurs comme la ‘’barbe à papa’’ ou le ‘’cupcake’’. Ceux-ci ont publié leurs résultats dans l’édition de décembre de la revue Environmental Health Perspectives». 

On trouvera cette publication ici :  “Flavoring Chemicals in E-Cigarettes: Diacetyl, 2,3-Pentanedione, and Acetoin in a Sample of 51 Products, Including Fruit-, Candy-, and Cocktail-Flavored E-Cigarettes”.

Conclusions: “At least one flavoring chemical was detected in 47 of 51 unique flavors tested. Diacetyl was detected above the laboratory limit of detection 39 of the 51 flavors tested, ranging from < limit of qualification (LOQ) to 239 μg/e-cigarette. 2,3-pentanedione and acetoin were detected in 23 and 46 of the 51 flavors tested at concentrations up to 64 and 529 μg/e-cigarette, respectively.”

Transpirations-fermentations

Diacétyle ? « Le diacétyle ou butane-2,3-dione C4H6O2 est une cétone liquide, volatile, jaune, à odeur de fromage ou, suivant la concentration, de transpiration fermentée (pieds sales, aisselles). Produit secondaire de la fermentation, la butanedione est présente dans le beurre, crèmes fraîches, produits lactés et boissons alcoolisées auxquels elle confère une note caractéristique de beurre. Cette molécule se forme lorsqu’on incube la crème avec des bactéries. Le diacétyle est utilisé comme additif alimentaire pour donner aux aliments industriels un goût de beurre ou de fromage. A des concentrations trop élevées, ce produit dégage une odeur organique fétide. »

La question des additifs alimentaires et de la cigarette électronique n’est pas vraiment nouvelle : « Les arômes contenus dans les e-liquides représentent-ils un danger encore méconnu pour la santé ? ». Aujourd’hui on ajoute que le diacétyle, inhalé, « peut provoquer une bronchite oblitérante chronique [bronchopneumopathie chronique obstructive] assez rare, apparue la première fois il y a une dizaine d’années chez des ouvriers d’unités de production qui respiraient des effluves d’arôme artificiel de beurre utilisé dans le popcorn ».

Arômes de bonbons

« Le diacétyle et d’autres substances chimiques sont également utilisés dans de nombreux arômes artificiels pour les cigarettes électroniques, comme ceux de fruits, de boissons alcoolisées et, dans cette recherche, de bonbons », explique Joseph Allen, professeur adjoint de santé environnementale à l’université de Harvard, et premier auteur de la dernière publication dont l’orchestration est parfaitement assurée.

L’Agence France Presse ajoute : « Alors que la popularité et l’usage de ces cigarettes continuent de grandir, il y a un manque d’informations sur leurs effets potentiels sur la santé, déplorent ces chercheurs. Ces cigarettes ne sont pas actuellement réglementées, contrairement au tabac (sic) ».

Simplicité française

Pour sa part l’American Lung Association (ALA) conteste l’argument des fabricants de e-liquides selon lequel les additifs alimentaires seraient sans risques au motif qu’ils sont autorisés par la FDA. La Dr Gina Lundberg, cardiologue (Emory University School of Medicine, Atlanta) est en phase avec l’ALA : « Nous ne pouvons pas savoir avec certitude si les cigarettes électroniques sont vraiment sûres.  Des réglementations de la FDA fourniraient ainsi une assurance aux utilisateurs que la liste de toutes les substances indiquées sur le label correspond bien à la réalité ».

En France ? Tout est nettement plus simple: pour les autorités sanitaires et politiques tout se passe  comme si la cigarette électronique n’existait pas.

A demain

1 Sur cette étude on se reportera avec le plus grand intérêt à l’analyse éclairante et mesurée du Dr Konstantinos Farsalinos : « A new study finds diacetyl in e-cigarettes but exaggerates risks and fails to discuss about smoking »