Roselyne B. n’est plus à la Santé. Les Français ont de plus en plus peur de se faire vacciner

 

Bonjour

Hasard ou fatalité ? En parlera-t-elle lors de son talk show quotidien sur RMC ? Dans un édito de Nice Matin ? Sur France Musique ? C’est l’histoire de la politique devenue people mais néanmoins rattrapée par son passé : Roselyne Bachelot n’en aura jamais fini avec le vaccin contre la grippe A(H1N1). Démonstration en deux actes avec l’aide de nos confrères du Monde (Paul Benkimoun et Stéphane Foucart).

Acte I. Les chiffres

C’est une étude à paraître dans revue EBioMedicine : Recognizing the Importance of Vaccine Confidence” ; « l’étude la plus large menée sur les opinions à propos des vaccins ». Entendre : leur importance, leur efficacité, leur innocuité et leur caractère compatible avec la religion pratiquée. Auteurs principaux : des chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine et de l’Imperial College de Londres analysant les données récoltées auprès de 65 000 personnes dans 67 pays entre septembre et décembre 2015.

Pour résumer : l’importance positive de la vaccination est globalement reconnue, avec toutefois des différences notables entre pays. Notamment la France, queue de peloton : 41 % des Français interrogés estiment que les vaccins ne sont pas sûrs.

« La région Europe de l’OMS ne laisse pas d’inquiéter : 8 % des personnes interrogées ne trouvent pas important de faire vacciner les enfants, 17 % ne pensent pas que les vaccins sont sûrs et 11,3 % jugent qu’ils ne sont pas efficaces. Pire : en France 11,7 % ne considèrent pas les vaccins infantiles comme  importants et un peu plus de 17 % doutent de leur efficacité.

Acte II.  Pourquoi ?

41 % de sa population française mettant en cause la sécurité des vaccins…  « Je m’attendais à des résultats allant dans ce sens, mais je ne pensais pas qu’ils seraient aussi marqués », explique au Monde le sociologue de la santé Jocelyn Raude (Ecole des hautes études en santé publique, IRD), spécialiste de la perception des risques sanitaires, qui n’a pas participé à ces travaux. Ecoutons-le :

 « Entre 2009 et 2010, en quelques mois, nous avons vu un retournement de l’opinion française sur ce sujet,. A l’issue de la campagne, on est passé très rapidement de 10 % d’avis globalement défavorables sur la vaccination, à près de 40 %. Nous sommes revenus en 2015 à environ 20 % d’opinions globalement défavorables, mais cela reste un niveau important. » 

Cette campagne de vaccination (lancée et menée sous l’autorité de Roselyne Bachelot) a fait naître dans la population une suspicion, ajoute en substance M. Raude, celle que les politiques vaccinales puissent être motivées par des impératifs autres que purement sanitaires, en particulier économiques. Ce n’était peut-être pas le cas. Mais on peut partager l’opinion de M. Raude. La suspicion est aussi un symptôme, mais la suspicion est bien là.

Marisol Touraine a remplacé Roselyne Bachelot à la Santé. Avant l’été elle avait annoncé le lancement d’un grand débat national sur la vaccination. Objectif : en finir avec la dissociation vaccinations « obligatoires » et vaccinations « recommandées ». Ce débat est-il toujours d’actualité ? Faut-il écouter RMC ?

A demain

 

L’histoire d’une ancienne ministre de la Santé qui perd tout en disant n’importe quoi

 

Bonjour

Certains y verront une déchéance. Une déchéance collective s’entend – ou le symptôme peu glorieux d’un parcours personnel qui voit une ancienne pharmacienne devenue responsable politique de haut niveau faire aujourd’hui carrière chez les amuseurs-bouffons-bateleurs. Soit de « reconversion dans les médias », d’infotainment. On peut aussi dire, bien poliment, qu’il y a une vie après avoir été ministre de la Santé. Sans doute. Quelle vie ? Une vie de semi-people, une vie dont on tire désormais des portraits dans les magazines télé.

Rires de gorge

Aujourd’hui, une exception : Libération qui ose un « Roselyne Bachelot : 100% reconvertie ». Soit une vie en 266 signes (espaces compris) :

« 24 décembre 1946 : Naissance à Nevers (Nièvre). 1988-2002 : Députée RPR du Maine-et-Loire. 2002-2004: Ministre de l’Ecologie. 2007-2012: Ministre de la Santé, puis ministre des Solidarités. 2012 : Chroniqueuse dans le Grand 8. Août 2016 : Anime 100% Bachelot sur RMC. »

 Miracle des ondes et des carnets d’adresses : Le « Grand 8 » de Laurence Ferrari est déprogrammé ? Elle en est chagrinée. Aussitôt embauchée pour un talk-show quotidien sur RMC. Des blagues bien grasses lavées avec une chronique hebdomadaire sur France Musique. Sans oublier des entrechats éditoriaux du week-end pour Nice Matin (un feuillet sur le burkini ?). Rires de gorge et un désinhibé surjoué : la recette résonne devant les micros. Tout fait ventre pour qui sait faire.

Une œillade canaille

Libé, en voisin, est allé jusqu’à RMC. L’ancienne ministre de Raffarin et de Fillon t travaille avec  le «carrément» droitier Eric Brunet et l’ancien rugbyman Vincent Moscato. Il y a un concept : c’est elle, qui rebondit sur l’actualité. («Merci de m’accueillir chez vous, j’attends vos témoignages, vos coups de gueule, vos solutions» … une œillade canaille… – «Waouh, il fait chauuud dans le studio !» Aujourd’hui on débat sur «la France est-elle raciste ?», «les partis ont-ils un avenir ?» « Benzema doit-il revenir chez les Bleus ?»

Franck Lanoux, DG de RMC voit en elle «une personnalité, une patte, une chair». «Ils sont rares aujourd’hui à avoir un avis sur tout et Roselyne entre dans cette catégorie.» Formidable « avoir un avis sur tout ». Ce n’est pas très rare, en France. Chez Roselyne c’est plus cher :

«Mon bilan 2015 se chiffrait à 80 000 euros de bénéfices. En 2016, pour toutes mes activités, ça devrait être un petit peu plus.»

Christine Ockrent

 La pelote va encore grossir. On la retrouvera celle en librairie fin septembre. Chez Flammarion Documents et Essais  (moins de 20 euros).Une somme girly titrée « Bien dans mon âge ». En couverture, brushing gonflé et maquillage pêchu. :

« L’ancienne ministre délivre des astuces, des idées et des anecdotes dans des domaines tels que la mode, la santé, la sexualité, la beauté, la cuisine, l’argent, la décoration et les loisirs, à destination des femmes qui ont passé le cap des 60 ans, sous la forme d’un magazine féminin »

 Roselyne y parlera aux « sexa+ » : « On leur a mis dans la tête que la vie s’arrêtait à la retraite mais on n’est pas forcé de passer ses après-midi un chat sur les genoux, à regarder ‘’Questions pour un champion’’». Voilà une saine vérité. On peut passer les mêmes après-midi à pleurer de rire en écoutant une ancienne ministre sur RMC. Il y a aussi Les Grosses Têtes. C’est sur RTL. Avec Christine Ockrent.

A demain