Cigares : Jean-Jacques Bourdin (RMC/BFM-TV) fatigué de la « police de la pensée »

Bonjour

Noël, donc. Et, sous peu, la nouvelle année. Dans son numéro 122 (Janvier/ février 2018), L’Amateur de Cigare donne la parole au célèbre journaliste Jean-Jacques Bourdin. Un confrère qui confie volontiers avoir été bercé dans le protestantisme – un confrère qui ne cache plus son goût pour Le Havane – du moins « une fois quitté ses studios de BFM/ RMC » nous rapporte le site des buralistes français. Cela donne ceci :

L’Amateur de Cigare: « En apparaissant dans L’Amateur de Cigare, vous n’avez pas peur pour votre image ? » – Jean-Jacques Bourdin: « Je m’en fous complètement. Je ne vais pas me cacher. Certains se cachent, pas moi. La police de la pensée commence à me fatiguer. »

Comment Jean-Jacques Bourdin en est-il venu au Havane ? Et, bien avant, comment est-il entré dans le tabagisme ? Confesse : « J’ai longtemps fumé la cigarette et vers 44 ans, comme tout fumeur de cigarettes, je cherchais comment arrêter. J’ai essayé dix fois et j’ai repris dix fois. Un jour, un ami m’a dit : moi j’ai arrêté grâce au cigare. J’ai trouvé ça étrange. Il a insisté (…) Depuis, je ne fume plus, je savoure des cigares (…)

Et encore : « Au moment où je le déguste, le cigare prend une place entière. C’est un moment de paix, d’observation et de réflexion (…) En fait, à part André Santini, je ne sais pas quels hommes politiques sont de vrais amateurs. La plupart n’assument pas … De la même manière, je ne fais partie d’aucun club. À mes yeux, le cigare est un plaisir assez solitaire. »

Le cigare affiché, solitaire, place entière, le cigare assumé… Cuba.. Un grand classique, hier, chez quelques journalistes devenus chefs. Le cigare aux antipodes des innombrables polices de la pensée ?

A demain

 

Tabagisme. Et c’est alors que, soudain, Manuel Valls «s’alluma un cigare» (résultat du premier tour des élections départementales)

Bonjour

Un aveu ? Une provocation ? Quoi d’autre encore ? La ministre de la Santé nous dit et nous redit son intention de lutter contre le tabac. Elle est décidément bien seule dans ce gouvernement.  Le Premier ministre fait quant à lui savoir qu’apprenant (avant tout le monde), les résultats du premier tour des élections départementales il « s’est allumé » un cigare. Et ce alors « qu’il ne fume pratiquement jamais ».

Distillation soupesée

Les spécialistes de l’addiction tabagique diront à quoi correspond cette envie soudaine. Ceux de la communication politique éclaireront sur cette distillation soupesée de la confidence. Churchill en référence ? Les données publiques (France Info) sont les suivantes :

« Quand il a vu les résultats, Manuel Valls s’est allumé un cigare. Pourtant, le Premier ministre ne fume quasiment jamais, mais là, quand il a découvert que le Front national n’était pas en première position, il s’est relâché. »

Le « Fumeur tranquille »

L’information fera sous peu la joie du site des buralistes, site qui vient d’inaugurer www.nous-sommes-13-millions.com. « Un nouveau site, réservé aux fumeurs adultes et responsables : avec un tas d’informations d’actualités et pratiques – quelques coups de gueule, aussi – susceptibles d’intéresser les fumeurs. Cette population des fumeurs dont on parle tant et auxquels on demande si peu leur avis … » Auto-présentation :

« Nous sommes 13 millions de fumeurs adultes et responsables en France. Il est souhaitable qu’une politique soit appliquée contre les dangers du tabagisme dont nous sommes, par ailleurs, amplement informés. « Mais le tabac est un produit légal. Et notre choix est respectable. Ce site d’informations et d’opinions est notre espace de libre expression contre la stigmatisation et le dénigrement. Quitte à y répondre avec le détachement et l’ironie du fumeur tranquille ». Son éditeur est la société « Porte-Plume », spécialisée en blogs et newsletters (le même que celui du « Monde du tabac », site des buralistes)

Cigarette électronique

On ne parlera pas, par définition, du cigare de Manuel Valls le 2 avril au restaurant « Chai 33 » de Bercy village, (33 cour Saint Emilion). Bercy, ministère des Finances et ancienne place-forte des vins et spiritueux. On parlera alors cigarette électronique. La presse y est conviée par Olivier Peyrat (directeur général du groupe AFNOR) et par Bertrand Dautzenberg (professeur en pneumologie à l’Université Pierre et Marie Curie et président de la commission de normalisation).

Les journalistes volontaires y découvriront alors «  les recommandations définies pour le bien du consommateur dans les normes volontaires ». Il s’agira des « premières normes volontaires concernant les cigarettes électroniques et les e-liquides ». « Des représentants du LNE (Laboratoire nationale de métrologie et d’essais), de la FIVAPE (Fédération interprofessionnelle de la vape) et de l’Institut National de la Consommation (à l’origine du projet), seront également présents et pourront répondre aux questions » nous dit-on.

 Jazz, cigares et gastronomie

Du 2 avril sautons au 13 juin. Se tiendra alors « la traditionnelle Nuit de l’Amateur de Cigare » et ce « dans un haut lieu historique de la gastronomie parisienne ». « La démarche hautement épicurienne qui préside à cet évènement sera donc respectée, nous annonce le site des buralistes. Dans une ambiance jazzy, qui plus est. L’Amateur de Cigare teste, goûte, classe et explore tout ce qui bouge sur la planète des cigares depuis 21 ans. » On notera le singulier du titre, gage de distinction.

Boîtes neutres

Le relâchement du Premier ministre au soir du premier tour des élections départementales? Ce moment de relâchement, le cigare qui en fut le symptôme et la conséquence conduisent à une autre question : le gouvernement prévoit-il, dans son plan de lutte contre le tabac, de rendre « neutres » (comme les paquets de cigarettes) et couvertes d’horribles clichés corporels les boîtes de cigares ? Si tel ne devait pas être le cas on aimerait, fumeurs ou pas, savoir pourquoi.

A demain