« L’embryon humain est un sujet inflammable ». Qui mettra le feu au sujet de l’eugénisme ?

Bonjour

Depuis plus d’un quart de siècle, à échéance régulière on le retrouve dans les médias ou dans les couloirs des ministères : René Frydman, « grand spécialiste de la médecine de la reproduction, – en 1982 a donné naissance à Amandine, le premier bébé-­éprouvette français – fin connaisseur de la législation bioéthique ». Hier il était il est présent dans Le Journal du Dimanche (Anne-Laure Barret) : « L’obstétricien René Frydman sur la PMA : « C’est à l’humanité, et non à Dieu, de fixer les limites » » (sic).

Sans surprise le demi-père d’Amandine se félicite de l’ouverture de la PMA « aux célibataires et aux lesbiennes » (au nom du « progrès des droits des femmes »). Et à nouveau il  réclame, comme depuis des années l’autorisation d’un dépistage ADN dans certains cas de fécondation in vitro ». Extraits de l’entretien 

« Les anti-PMA craignent que le désir humain n’ait plus de bornes. Êtes-vous « no limit »?
Pas du tout : je suis contre la GPA, une aliénation de la femme ! Mais je pense qu’il faut laisser à l’humanité – et non à Dieu! – le soin de fixer les limites. A mon sens, tout ce qui concerne le don mérite réflexion car un tiers entre dans l’histoire. Ça vaut pour les couples hétérosexuels comme pour ceux de femmes. Un temps de recul est nécessaire ; chacun doit se retourner sur son passé, réfléchir à la notion de secret, de génétique. En Belgique, 15 à 20% des couples qui demandent à bénéficier d’un don se voient opposer un refus. La médecine n’est pas un bouton sur lequel on appuie. Le texte législatif prévoit qu’une équipe pluridisciplinaire puisse motiver un éventuel refus, quel que soit le type de couple concerné (…) »

Qui, de René Frydman et d’Agnès Buzyn ?

On en vient à la question de « la possibilité de dépister l’embryon ». « Le gouvernement s’y oppose en parlant d’eugénisme, précise le JDD. «Quelles sont les maladies que l’on ne souhaite plus voir vivre? C’est une dérive eugénique claire», s’est insurgée Agnès Buzyn au sujet d’un amendement MoDem qui visait à élargir le diagnostic préimplantatoire (DPI) aux anomalies chromosomiques (Le Figaro Agnès Leclair). René Frydman, pour qui « l’embryon est un sujet inflammable » 1 :

« Le point clé, c’est que l’espèce humaine n’est pas une très bonne reproductrice ; 60% des embryons ne donnent jamais de bébés. Dans certains cas, chez des femmes âgées de plus de 35 ans, une analyse génétique serait utile. L’idée n’est pas de tout passer au crible mais de traquer les anomalies chromosomiques afin d’éviter de transférer des embryons qui n’ont aucune chance de ­donner une grossesse mais aussi des fausses couches à répétition et des traitements lourds chez des femmes qui ne pourront pas tomber enceintes. Ceux qui parlent d’eugénisme, en pensant à la ­trisomie 21, ne sont pas opposés au dépistage ADN pratiqué au moyen d’une prise de sang au début de la grossesse. C’est absurde. Pourquoi préfère-t-on que des femmes souffrent, alors que l’on sait prévenir ces souffrances? »

Le DPI et l’embryon : ne faudrait-il pas voir en lui le grand sujet politique, plus politique encore que la « PMA pour toutes » ?

« L’embryon est au cœur d’une certaine idéologie religieuse, estime René Frydman. C’est un sujet inflammable. Notre pays est le seul à avoir une succession de lois bioéthiques qui deviennent très politiques : des alliances de circonstance se nouent à chaque fois. Ailleurs, on fait des réglementations et on les évalue. Je propose d’expérimenter ce dépistage pendant trois ans. Dans certaines ­circonstances, avec déclaration officielle à l’Agence de biomédecine. On sait déterminer le sexe d’un fœtus à la huitième semaine par simple prise de sang depuis des années mais personne ne s’est mis à le faire. Les médecins ont une éthique. »

Une « éthique » ? Sans aucun doute, mais une éthique hautement relative qui varie ce que le législatif autorise, laisse faire ou interdit. René Frydma le reconnaît lui-même qui estime qu’il y a « beaucoup d’excès », à l’étranger, dans le domaine de la marchandisation de de la PMA et des éléments du corps humain. « En Espagne, dit-il, les prix s’envolent avec des promotions pour les FIV comme au superamrché ou des quasi-ventes forcées d’examens génétiques inutiles ». Mais ici, doit dire ce qui est utile et ce qui ne l’est pas ?

Qui, de René Frydman ou d’Agnès Buzyn doit tracer la frontière entre ce qui est du ressort de l’eugénisme et ce qui ne l’est pas. La porte, ici, a été entrouverte avec la légalisation du DPI. Un quart de siècle plus tard la question se pose, comme on pouvait aisément le prévoir.  Elle se reposera. L’embryon est un sujet inflammable.

A demain @jynau

1 « Inflammable » : Qui est susceptible de prendre feu et qui brûle en produisant une flamme. − P. métaph. Nous, nous avons eu jadis le gnome à l’orgueil monstrueux qui (…) accumulait les papiers inflammables pour allumer un jour le feu de la guerre (Jaurès, Eur. incert.,1914, p. 388).

Le terme (effet du réchauffement planétaire ?) est à la mode. Ainsi, dans Le Monde (Solène Cordier)  peut-on lire : « Attention, sujet à potentiel inflammable. Faut-il ou non accompagner sur le plan médical les femmes célibataires qui veulent avoir un enfant toutes seules, en leur permettant d’accéder, comme les couples hétérosexuels infertiles, aux techniques de procréation médicalement assistée ? C’est ce que prévoit l’article premier du projet de loi sur la bioéthique, qui sera débattu à l’Assemblée à partir de mardi 24 septembre.  »

Colères hospitalières : combien de temps encore avant qu’Agnès Buzyn ne soit dépassée ?

Bonjour

Il existe une dynamique des colères hospitalières françaises. Dynamique contagieuse face à laquelle l’exécutif semble chaque jour un peu plus désarmé. Ces derniers temps Agnès Buzyn avait dressé deux petites digues contre la marée montante de la crise des urgences. On découvre aujourd’hui, dans Le Journal du Dimanche, que les eaux grossissantes vers le bureau de la ministre des Solidarités et de la Santé.

Les revendications ne cessent de s’étendre et nul ne sait de quelle marge de manœuvre politique (financière) dispose encore la ministre. Une situation qui risque de devenir de plus en plus critique. Dernière information: près de 2.300 personnels de santé viennent de fonder le « Collectif Inter-Hôpitaux », lancent un « appel national pour des états généraux de l’hôpital public », et annoncent un mouvement de « grève-désobéissance » sans précédent connu. 

Nous publions ci-dessous, pour prendre date, le texte de leur appel et la liste des signataires.

A demain @jynau

« Nous, sous-signés chefs de services et responsables d’unités de soins, médecins hospitaliers, cadres de santé, infirmières, aides-soignantes, sage-femmes, kinésithérapeutes, diététiciens, psychologues , agents hospitaliers, secrétaires, assistantes sociales, etc.. alertons une nouvelle fois sur l’aggravation des conditions de travail des soignants,  médecins et personnels paramédicaux,  entraînant une dégradation inacceptable des conditions d’accueil des patients et de la qualité des soins. Un  point de rupture est aujourd’hui franchi. La sécurité n’est plus assurée.

La situation est la même sur l’ensemble du territoire,  conséquence d’une politique d’austérité appliquée de façon continue depuis 10 ans aux hôpitaux publics auxquels on demande toujours plus sans moyens supplémentaires.

Nous réclamons, en plus des plans annoncés par la ministre pour mieux organiser la médecine de proximité et améliorer la coordination entre les établissements de santé et la médecine de ville, un plan d’urgence pour l’ensemble des hôpitaux avec les mesures fortes suivantes :

1. La réévaluation des filières de soins, nécessitant l’ouverture de lits pour l’aval des urgences et pour l’aval des soins aigus pour les patients qui ne peuvent pas poursuivre leurs soins au domicile. Il faut  mettre fin au chaos actuel. L’objectif  d’un taux d’occupation  des lits à quasi 100%  et l’assimilation  d’un parcours de soins à une chaîne de production industrielle sont adaptés aux « usines à soins » mais sont incompatibles avec la mission d’accueil de tous par l’hôpital. Les soins urgents et non programmés supposent d’avoir en permanence des lits disponibles, si on ne veut plus que les patients continuent à passer des heures sur des brancards.

2. L’embauche en nombre suffisant de personnels soignants, de travailleurs sociaux et de secrétaires, en fixant des quotas minimaux de sécurité pour chaque unité de soins, après une évaluation précise actualisée de la charge de travail.

3. La revalorisation des salaires des personnels hospitaliers. Des mesures doivent être prises pour mettre fin à la distorsion non justifiée des revenus entre les rémunérations de ville et les salaires hospitaliers.

4. L’instauration d’une enquête annuelle dans chaque établissement sur le bien-être au travail dont les résultats doivent être rendus publics et être suivis d’actions concrètes.

5. La révision du mode de financement pour que chaque service  dispose d’un  budget annuel cogéré avec l’administration, permettant de répondre  aux besoins et de s’adapter à l’évolution de l’activité et des thérapeutiques. La règle doit être le juste soin pour le patient au moindre coût pour la collectivité et non la recherche du tarif rentable pour l’établissement.

Ce plan doit être élaboré dans chaque hôpital par l’ensemble des soignants.

Nous demandons l’organisation d’Etats généraux hospitaliers visant à rassembler les propositions concrètes en lien avec chaque territoire et à chiffrer leur financement en plus de la programmation du financement annoncée de la Sécurité sociale et  pas par simple redéploiement consistant  à déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Des économies doivent être faites grâce à la réduction des frais de gestion du système de santé (près de 16 milliards d’euros), la limitation des prix des traitements innovants et surtout l’amélioration de la pertinence des prescriptions et des actes dont plus de 20%, d’après la ministre, seraient injustifiés.

En attendant la mise en œuvre de ces mesures urgentes pour sauver l’hôpital public, nous déciderons de suspendre nos activités non médicales et non universitaires, y compris les activités liées à la T2A, aujourd’hui décriée par la ministre, mais toujours en place.

Nous appelons à un mouvement d’ensemble de tous les professionnels de santé, dans tous les territoires pour sauver l’hôpital public afin qu’il puisse jouer pleinement son rôle de recours  sur lequel peut s’appuyer la médecine de ville.

Nous appelons à des réunions des équipes de soin par service et par établissement pour décider des actions et solliciter le soutien des usagers, de la population et des élu-e-s. »

La liste des signataires :    « Appel pour des états généraux de l’hôpital public » 

Dr Olivier Véran : regrets des vapoteurs français qu’il ne soit pas, déjà, ministre de Santé

Bonjour

« Coup de grisou mondial sur la vape ». C’est un phénomène sanitaire, politique et sociétal sans précédent. Et les autorités sanitaires et politiques françaises sont muettes, prisonnières de l’invraisemblable déni dans lequel elles se sont murées depuis plus de cinq ans déjà. Un déni associé à une forme d’allergie au concept de réduction des risques. Il faut, pour avancer, lire Le Parisien du jour (Aline Gérard, Elsa Mari et Florence Méréo) :

« Cette machine, synonyme de délivrance pour les accros du tabac, est-elle en train de choir de son piédestal ? Selon nos informations, les autorités sanitaires françaises, sur le pont, renforcent la vigilance et expliquent « surveiller la situation attentivement ». Santé Publique France élabore actuellement, avec des pneumologues et réanimateurs, un outil d’alerte visant à faire remonter les cas suspects d’intoxication à l’e-cigarette. »

Sur le pont, les autorités sanitaires françaises ? Sans doute, mais sur quel bateau vogunat dans quelles eaux ? A quand le Directeur général de la santé aux messes télévisées du 20 heures ? A quand Agnès Buzyn délivrant un message clair et audible ? Il faut icin dans le champ politique, se reporter au Dr Olivier Véran, spécialiste de neurologie (CHU de Grenoble) devenu député (LREM,Isère ) après avoir frôlé d’un doigt le maroquin aujourd’hui détenu par sa consœur Agnès Byzyn. Il s’exprime sur le site du JDD (Gaël Vaillant). Extraits :

« Sur ce sujet, on mélange tout. Les récents décès à la suite de maladies pulmonaires aux Etats-Unis ne sont pas liés à des vapotages de e-liquide à base de nicotine, mais à base d’huile de THC. Et vapoter de l’huile, c’est très bête car le poumon a horreur de l’huile. Les parois des alvéoles pulmonaires sont en effet imprégnées d’eau et d’air qui permettent les échanges gazeux avec le sang. L’huile tapisse ces parois empêchant le poumon de fonctionner normalement. C’est donc un mésusage des cigarettes électroniques qui entraîne les risques sanitaires vus aux Etats-Unis. En France, le vapotage est mieux encadré et sécurisé qu’aux Etats-Unis.

« Le vapotage : un risque d’addiction ?
« Mais la très grande majorité des vapoteurs sont déjà accrocs au tabac et à la nicotine. Les études qui sortent plaident pour une bien moindre toxicité du vapotage que la cigarette. Et certains rapports relèvent même le fait que le vapotage permet une sortie du tabac. Ce n’est bien sûr pas dénué de risques : la nicotine est présente dans une partie des liquides commercialisés et la présence de particules fines qui atterrissent dans les poumons persiste. Mais les e-cigarettes ne sont pas une voie d’entrée dans la dépendance de la nicotine. Au contraire, la plupart des gens qui vapotent cherchent à arrêter de fumer du tabac. 

« Je regarde ce qui se fait ailleurs. On parle beaucoup des pays qui interdisent le vapotage, mais au Royaume-Uni, sous l’impulsion des autorités sanitaires, il a été promu comme un outil de sevrage au tabac. C’est pour ça que j’estime qu’interdire le vapotage n’aurait aucun sens. J’avais été ému par la décision récente de l’OMS qui a qualifié le vapotage de toxique. Dans son rapport, l’organisation assure qu’on ne peut pas recommander le vapotage comme un outil de sevrage tout en précisant que son jugement ne se fonde pas sur des données scientifiques, mais sur un seul principe de précaution! Comment a-t-on pu évacuer les médecins, les scientifiques de ce débat ? »

Qui pourra répondre à cette question éminemment politique ? Pour l’heure le Dr Olivier Véran fait une prédiction : « à terme, le vapotage sera considéré comme un outil de sevrage du tabac et ira de pair avec un remboursement ». On attend.

A demain @jynau

Bioéthique et promesse d’égalité bradée : une même tribune médiatique pour le prix de deux

Bonjour

C’est une rareté éditoriale (ou une simple bévue rédactionnelle) : le même texte publié aujourd’hui dans Le Journal du Dimanche et dans le Libé de demain. Dans les deux titres, le même titre : « Projet de loi bioéthique : une promesse d’égalité bradée ». Et une même auteure : Nadia Ramassamy, 58 ans, médecin et députée (LR, La Réunion) – par ailleurs membre de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale.

Que nous dit, à deux reprises donc, la Dr Ramassamy ? Que si la démocratisation de la « PMA pour toutes » prévue dans le projet de loi bioéthique est une bien « avancée », le texte du projet de loi « ne permettra pas de lutter contre les discriminations à l’égard des couples de femmes et des enfants conçus par PMA ». Extraits :

« Instaurer la PMA pour toutes est une chose, permettre l’effectivité de cette mesure d’égalité en est une autre. Aujourd’hui, pour une PMA, les couples hétérosexuels doivent attendre deux ans, au minimum, entre les premières consultations et l’insémination. De même, les taux de réussite des fécondations in vitro sont très variables d’un établissement de santé à un autre. Les parcours de PMA sont donc très souvent longs et difficiles, mais rien dans le projet du gouvernement n’est prévu pour accompagner administrativement et psychologiquement les parents. »

Pour l’auteure, aucun doute : l’une des causes principales de ces délais d’attente est le « manque criant de dons de gamètes ». Or l’ouverture de la PMA à toutes les femmes va mécaniquement augmenter la demande de ces gamètes. Et le texte de loi, en l’état, ne permet pas la démocratisation de la PMA « car rien n’est prévu pour encourager le don ».

Destructions des gamètes et levée de l’anonymat

De plus, sur l’accès aux origines, le projet de loi va permettre aux enfants conçus par PMA de pouvoir, à 18 ans, s’ils le souhaitent, connaître l’identité de leur donneur.

« Or, dans tous les pays où l’on a levé l’anonymat des donneurs, les dons ont à chaque fois considérablement chuté. En outre, une fois la loi promulguée, les dons recueillis avant cette promulgation seront intégralement détruits. La destruction des gamètes et la levée de l’anonymat vont donc créer une pénurie de gamètes et faire de l’ouverture de la PMA pour toutes un «coup d’épée dans l’eau». Les déplacements à l’étranger de couples ou de femmes seules continueront et réserveront cette méthode de conception aux ménages les plus aisés. La pénurie risque de créer une hiérarchie des demandes entre les couples ou les femmes seules, et donc une inégalité. »

L’auteure observe également que rien, dans le projet de loi, n’est prévu pour organiser des campagnes de sensibilisation et d’information sur le don, ni d’augmentation des moyens pour les Centres d’études et de conservation des œufs et du sperme (Cecos). Ce n’est pas tout. Selon elle la promesse d’égalité, de lutte contre les discriminations et les stigmatisations est dévoyée dans l’établissement de la filiation.

« Ce n’est pas une honte d’avoir été conçus par un don, mais pourquoi donc le gouvernement veut-il inscrire le mode de conception dans l’acte intégral de naissance uniquement pour les enfants de couples de femmes homosexuelles et non pour les couples infertiles hétérosexuels ? C’est une stigmatisation et une inégalité de traitement qui peut entraîner des discriminations. L’acte de naissance des enfants et l’établissement de la filiation des enfants nés par PMA doivent être identiques quelle que soit l’orientation sexuelle des parents. »

On peut résumer : le projet de loi actuel de révision de la loi de bioéthique ne fait qu’un petit pas. « Il reste encore beaucoup de pas à faire dans la reconnaissance de la diversité des familles, dans l’égalité de droits entre toutes les familles, entre les parents et entre les enfants, quels que soit l’orientation sexuelle des parents et le mode de conception des enfants. » Qui fera tous ces pas ? La médecin-députée LR le sait-elle ? Si oui elle ne nous le dit pas. Ni dans le JDD, ni dans Libé.

A demain @jynau

 

L’affaire du chirurgien pédophile de Jonzac : l’Ordre des médecins était bel et bien informé

Bonjour

« Le chirurgien pédophile de Jonzac ». C’est une affaire sans précédent connu, face à laquelle les médias avancent à pas menus. Il y eut, après les révélations de La Charente Libre (Antoine Beneytou), celles du JDD ( Pierre Bafoil) : « Les secrets effarants du chirurgien de Jonzac, accusé de viols sur mineurs ». Puis, aujourd’hui les déclarations faites au Quotidien du Médecin (Marie Foult) par le Dr Pascal Revolat, président du conseil départemental de l’Ordre des médecins de Charente-Maritime.

Le JDD avait eu accès à plusieurs pièces de l’enquête mettant en cause le Dr Joël Le Scouarnec, accusé de viols et agressions sexuelles sur mineures. Et les carnets retrouvés à son domicile, qui dévoilent les fantasmes cachés du médecin, pourraient mener à un grand nombre d’autres victimes.

« Lorsque les gendarmes font irruption dans la maison d’une rue tranquille de Jonzac, début mai 2017, ils ne s’attendent pas à découvrir un capharnaüm parsemé d’indices menant vers ce qui pourrait être, si les faits sont avérés, la plus grande affaire de pédophilie jamais mise au jour en France. Le propriétaire des lieux, Joël Le Scouarnec, chirurgien gastrique à l’hôpital de cette petite ville de Charente-Maritime, vient d’être interpellé pour une agression sexuelle, dénoncé par la fille de ses voisins, âgée de 6 ans.

Dans l’intérieur chaotique de la maison du médecin, ils trouvent des documents pédopornographiques ; des godemichets ; des films où il se met en scène affublé de longues perruques. Ils tombent également sur 20 poupées apprêtées, dont l’une a les poignets enchaînés. Une autre, plus grande, de 1 mètre environ, trône sur le canapé. A quoi servent-elles? « A remplacer une vraie petite fille lors d’un acte sexuel, lors de la masturbation », lâche Le Scouarnec aux enquêteurs le 30 mai 2017, lors d’une audition que le JDD a pu consulter. Tout au long de l’enquête, l’homme parle cru et affiche un penchant pédophile décomplexé et assumé. »

Egalement poursuivi pour le viol de sa voisine de 6 ans

Le Dr Le Scouarnec, aujourd’hui âgé de 68 ans, avouera bientôt cinq agressions sexuelles précises, outre celle de sa jeune voisine. Certaines correspondent à des récits et à des noms figurant dans les carnets. Trois sont prescrites. Deux non, qui concernent ses nièces. Il est mis en examen pour atteintes sexuelles sur l’une, viol aggravé sur l’autre. Au terme de l’enquête, il est également poursuivi pour le viol de sa voisine de 6 ans, après qu’une expertise gynécologique de la fillette a confirmé une pénétration. Il  parle alors d’ « autres attouchements sur des enfants hospitalisés » à Loches (Indre-et-Loire), où il a exercé auparavant.

« Devant les enquêteurs, le chirurgien, 68 ans aujourd’hui, fait remonter le début de ses penchants aux années « 1985-1986 », alors qu’il vit à Loches, sa première affectation en tant que praticien, précise le JDD. A cette époque, ses relations avec son épouse, la seule femme qu’il ait connue « intimement » et avec laquelle il s’est marié en 1974, se détériorent. « J’ai reporté ma sexualité sur cette petite fille, dit-il. [Elle] a été l’élément déclencheur. » Cette première victime, aujourd’hui quadragénaire, est sa nièce par alliance. »

Voici les informations données, sur ce sujet  par La Nouvelle République du Centre Ouest : « A Loches, le praticien a exercé de 1984 à 1989, à la clinique de La Fontaine, fermée depuis, et au centre hospitalier. L’hôpital de Loches indiquait ‘’s’être tenu à la disposition de la justice pour les besoins de l’enquête’’. Au conseil départemental de l’Ordre des médecins d’Indre-et-Loire  on explique que les membres « actuels » de l’instance n’ont pas connaissance de ce médecin ni de « plaintes enregistrées » à son encontre. »

Le JDD fournit ici quelques repères :

1983 : Première affectation à Loches, en tant que chirurgien gastrique 2005 : Condamnation à quatre mois de prison avec sursis pour détention d’images pédopornographiques 2008 : Arrivée au centre hospitalier de Jonzac Avril 2017 : Plainte de ses voisins pour agression sexuelle sur leur fille de 6 ans, requalifiée en viol Mai 2017 : Perquisition et découverte des carnets à son domicile Mars 2019 : Mise en accusation devant la cour d’assises de Charente-Maritime pour deux viols et deux agressions sexuelles sur mineurs

Tout le monde pointe l’Ordre du doigt !

Que peut répondre l’Ordre des médecins de Charente-Maritime ? Le Dr Pascal Revolat, président du conseil départemental depuis mars 2018 explique que con conseil avait bien eu connaissance de la première condamnation du chirurgien pour détention d’images pédopornographiques en 2005 ?

«  Oui, c’était connu. En 2008, l’Ordre de Charente-Maritime a eu les mêmes renseignements que l’Ordre du Finistère, c’est-à-dire la mention de sa condamnation en 2005 par le tribunal de Vannes. L’hôpital avait également cette information. Cette condamnation avait été transmise à l’époque à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales, sous l’autorité de laquelle se trouvaient les médecins hospitaliers jusqu’en 2009. Mais il n’y a jamais eu de réponse de l’administration ! »

Que se passe-t-il en 2008 lorsque le chirurgien s’installe à Jonzac ?

« Comme pour toutes les demandes d’inscription et les transferts de dossiers, le médecin a été reçu par un conseiller ordinal – aujourd’hui décédé – en entretien. Et l’Ordre départemental a ensuite validé son inscription. À l’époque, tout le monde a estimé que la décision judiciaire était souveraine. Le médecin était condamné avec du sursis, sans obligation de soins, suivi psychologique ni interdiction d’exercice. D’après Le Télégramme, les faits ont été à l’époque qualifiés d’infraction à la suite d’une jurisprudence de la Cour de Cassation selon laquelle la consultation de sites pornographiques mettant en scène des mineurs ne suffit pas à caractériser un délit. Cela a peut-être été vu comme moins alarmant… »

Le Quotidien du Médecin (Marie Foult) lui fait observer qu’il semble suggérer que c’est la justice qui a été défaillante. Réponse :

« Non, la justice n’a pas été défaillante. Mais je constate que tout le monde pointe l’Ordre du doigt et personne ne remet en cause l’institution judiciaire. Certes, elle a jugé en fonction des faits de l’époque, bien différents de ceux reprochés au médecin aujourd’hui. Et tous les médecins auteurs d’infraction ne sont pas interdits d’exercer… Cela aurait-il changé quelque chose ? À ce stade, les faits pour lesquels le médecin est en détention se seraient déroulés hors du cadre professionnel. S’il avait été interdit d’exercice, ces faits auraient malheureusement quand même pu se dérouler. »

« Je ne vois pas comment un chirurgien pourrait se retrouver en consultation seul avec des enfants – qui sont forcément accompagnés de leurs parents – ou pendant le trajet opératoire, que ce soit au bloc opératoire ou en salle de réveil, ajoute le président de l’Ordre. Je serais sidéré que cela ait pu se passer comme cela. Mais ce sera aux enquêteurs de le démontrer. Si tout cela s’est passé, c’est tout simplement ahurissant ! Cela met à mal l’image de la profession. C’est d’autant plus choquant au niveau éthique. Les médecins prêtent le serment d’Hippocrate 1…»

A demain @jynau

1 « Au moment d’être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité (…) Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité (…) Reçu à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs. (…) Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré et méprisé si j’y manque. »

Antalgiques opiacés, esclavage pharmaceutique : un grand reportage dans les Appalaches

Bonjour

Karen Lajon. Profession : grand reporter au JDD. « Elle parcourt la planète depuis plus de trente ans et a couvert les principaux conflits contemporains, dit-on d’elle. Elle pratique un journalisme de terrain et donne la parole aux gens, loin de la communication officielle des gouvernements. »

Aujourd’hui elle signe « Les zombies des Appalaches ». La démonstration des vertus du reportage « de terrain », cette discipline journalistique que l’on dit en perdition. Epidémie amaricaine d’antalgiques opiacés ? On avait eu vent du scandale américain et de la culpabilité de Big Pharma –  et notamment Purdue Pharma, avec son tristement célèbre OxyContin. On savait que depuis les années 1990 la distribution-prescription  massive d’antidouleurs hautement addictifs avait fait des centaines de milliers de morts prématurées par overdose outre-Atlantique. On apprend ici comment des laboratoires pharmaceutiques ont délibérément ciblé les classes moyennes et inférieures blanches du « South East » désindustrialisé.

Karen Lajon, envoyée spéciale à Saint-Charles (Virginie), Welch (Virginie-Occidentale) et Louisville (Kentucky). Elle nous a mandé un long papier porteur des lumières que peut transmettre un grand reporter. Elle narre ce que l’on pourrait nommer « la malédiction des Appalaches ». C’est, écrit-elle, « une guerre qui ne dit pas son nom ». C’est là, dans un régal de montagnes et de forêts que s’est nouée « l’une des pires tragédies de l’histoire moderne américaine ». La Virginie-Occidentale : épicentre de la crise-scandale des opiacés, le « ground zero » de la hillbilly heroin. « Une métaphore de l’Amérique » écrit l’écrivain Ron Rash, auteur de deux nouvelles prémonitoires Back of Beyong et The Ascent.

Puis vinrent les révalations du Washington Post, en juillet dernier, fondées sur des données de la Drug Enforcement Administration (DEA). « De 2006 à 2012, une dizaine de grand groupes pharmaceutiques ont bel et bien ciblé la région des Apalaches, écrit Karen Lajon. ‘’Ils ont apréhendé ce territoire comme n’importe quel autre marché, s’insurge l’écrivain. Ils n’on jamais eu l’intention de soigner les gens, mais plutôt de faire un maximum de cash’’. » Un un maximum de casse humaine.

Le nouveau marché du Narcan®

Au fil de ce grand reportage on croise un autre grand écrivain, apallachien : David Joy. « Il y a toujours eu une culture de la drogue aux Eats-Unis, explique-t-il. Mais pour la première fois les classes moyennes et supérieures ont été touchées. Et l’on était plus dans le fun, mais dans le désespoir. Les grans industriels étrangers, aux Appalaches, nous ont colonisés. Ils ont pris le charbon, le bois, et maintenant la dernières ressources, les gens. » Une métaphore de l’Amérique, une métaphore du capitalisme, une résurgence de l’esclavage qui fiat un maximum de cash.

On découvrira, sous la plume de Karen Lajon les premières observations du Dr Art Van Zee, l’action du shérif Martin West aux chuassures remarquables de sophistication, et celle de Me Mark Troy, avocat de Charleston. Et partout ce mal rampant face auquel l’exécutif et les politiques sont ongtemps restés les bras ballants. Comme le rapporte un autre journaliste, du Guardian, Chris McGreal, auteur du remarquable American Overdose (Public Affairs), malheureusement non traduit en français.

On lira la suite de ce remarquable grand reportage et le quotidien des anciens narcodépendants, la distribution de seringues, celles et ceux qui carburent désormais à l’héroïne ou à la meth, la proposition faite du Narcan ® (naloxone) qui, comme on le sait, permet de « récupérer » des overdoses. Les ventes de Narcan® sont passée de 21 millions de dollars en 2011 à 274 millions en 2016. Nouvel esclavage. Après le scandale, le marché continue.

A demain @jynau

Loi de bioéthique : l’Assemblée nationale, après René Frydman, se doit d’entendre Jacques Testart

Bonjour

Ainsi donc il existe une « Commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi relatif à la bioéthique. Forte de soixante-et-onze membres, présidente, vice-présidents et secrétaires. Et cette commission vient d’entamer le marathon de ses auditions – quelques dizaines de personnalités dont quelques unes inatendues et d’autres, incontournables :  Dominique Martin, directeur général de l’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) ; Geneviève Delaisi de Parseval, psychanalyste ; Pr Serge Uzan, Vice-président du Conseil national de l’Ordre des Médecins (CNOM) et Dr Anne-Marie Trarieux, présidente de la section Éthique et Déontologie.

Et encore : Haïm Korsia, Grand Rabbin de France ; Mgr Pierre d’Ornellas, responsable du groupe de travail sur la bioéthique, Conférence des évêques de France ; Pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France ; « X » Conseil français du culte musulman (en attente de confirmation) ; Fédération de la libre pensée : M. Dominique Goussot, responsable de la Commission « Droit et Laïcité » ;  Grande Loge Mixte de France : Mme Élise Ovart-Baratte, conseillère ; Grand Orient de France : M. Bruno Tavernier, vice-président de la commission nationale de santé publique et bioéthique ; Fédération française de l’Ordre Maçonnique Mixte International ;  Le Droit Humain : Mme Nadine Le Forestier, membre expert de la commission bioéthique ; « X » Grande Loge de France (en attente de confirmation) ; « X » Grande Loge Féminine de France (en attente de confirmation) ; « X » Association Philosophique Française Le Droit Humain (en attente de confirmation) ; « X » Grande Loge nationale Française (en attente de confirmation).

Eugénisme, transhumanisme et libéralisme intégral

Sans oublier le Pr René Frydman, pionnier-de-la-procréation-médicalement-assistée (PMA), que l’on ne présente plus, depuis très longtemps déjà. Et qui maîtrise suffisamment les médias pour avoir dit, la veille, via le site du Journal du Dimanche, ce qu’il dirait aujourd’hui aux députés de cette commission. 

« Je veux leur dire que la France est très en retard en matière de PMA et leur expliquer pourquoi. » Voici les trois points qu’il compte aborder :

1. La PMA donne de meilleurs résultats chez les femmes jeunes : Frydman plaidera pour que toutes les Françaises en soient informées par la Sécurité sociale. 2. Il demandera la légalisation des techniques permettant de détecter le « potentiel des embryons », des tests chromosomiques qui peuvent permettre « d’éviter de faire des FIV pour rien, des fausses couches, bref,de lancer des femmes dans le mur ». 3. Il réclamera « un soutien accru à la recherche » afin de « comprendre pourquoi les problèmes d’infertilité augmentent ».

Nul ne sera surpris : Frydman reprend et développe ces thèmes depuis des années dans les nombreux médias où il jouit du pouvoir médiatique de s’exprimer haut et fort. Où l’on en vient à regretter l’absence de cet autre « pionnier », son exact double inversé. Jacques Testart, qui guerroie sur d’autres fronts, défend d’autres nobles causes, nourrit d’autres polémiques dans le vaste champ de la bioéthique. Testart qui embrasse un horizon plus large aurait pu, sous les ors de l’Assemblée nationale, dessiller quelques députés en marche.

Nous ignorons, ici, les raisons de cette absence. S’il nous était possible de conseiller les soixante-et-onze membres de la commission spéciale nous leur indiquerions, en parfait écho des paroles du Pr René Frydman la lecture d’un texte du biologiste éthique Jacques Testart, disponible sur son blog. Un texte mesuré, politique et prophétique  : « L’eugénisme va dans le sens politique du libéralisme intégral ».

A demain @jynau