Aluminium, vaccins et gros sous : un pré-brevet prédictif alimente une nouvelle polémique

 

Bonjour

A chaque jour ses polémiques sous-vaccinales. Pour l’heure on assiste aux prolongements de l’affaire dite « Aluminium-ANSM » : la révélation par Le Parisien d’un document daté de mars dernier qui témoigne de la présentation des recherches de l’équipe du Pr Romain Gherardi sur l’impact pathologique supposé de l’aluminium présent dans certains vaccins. On savait ces travaux sont controversés. En témoigne aujourd’hui une volée de prises de parole au sein de la communauté hospitalo-universitaire. Ce sont des déclarations parfois peu amènes, souvent légitimes.

Certains s’interrogent ainsi notamment sur la « fuite en avant » des chercheurs concernés qui, avec l’aluminium, passent « du muscle au système nerveux central » avec, en toile de fond, un cortège de symptômes aspécifiques. Pour d’autres la multiplication des doutes profanes légitimes induite par cette médiatisation devraient peut-être conduire à un travail entre journalistes  et scientifiques pour réfléchir à la façon de transmettre dans les média les controverses scientifiques. Bien vaste entreprise, souvent évoquée, jamais réalisée.

Contre-attaque

Quant au camp scientifique d’en face, il contre-attaque avec le soutien de l’association militante « Pour des vaccins sans aluminium ». C’est un communiqué de presse en forme de « mise au point » signé des Prs Romain Gherardi, Jérôme Authier et Baharia Mograbi. C’est aussi une réponse aux informations les concernant diffusées par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM).

« Le 8 mars 2017, nous avons présenté nos travaux au Conseil Scientifique de l’ANSM, rappellent les trois chercheurs. Ceux-ci portaient d’une part sur la biopersistance et la neurotoxicité des adjuvants vaccinaux à base de sels d’aluminium, et d’autre part sur des caractéristiques génétiques particulières intervenant dans le processus d’autophagie des particules d’aluminium. Dans son communiqué de presse du 22 septembre 2017, l’ANSM laisse entendre que nos travaux pourraient déboucher sur ‘’une activité privée lucrative’’, indiquant alors qu’il serait ‘’contraire à la bonne utilisation de la subvention publique versée par l’ANSM que de [la] supporter’’. »

Où l’on voit, pour la première fois, l’argent et le possible esprit de lucre alimenter cette polémique. Les chercheurs rappellent, d’entrée, une vérité : tous les chercheurs du secteur public sont encouragés depuis de nombreuses années à breveter systématiquement les inventions issues de leur recherche au nom des organismes publics qui les emploient. Ils ajoutent, ce qui n’est pas faux que cette politique de l’Université et des grands organismes de recherche vise à freiner le pillage de ses résultats valorisables, à évaluer la notoriété des laboratoires et des chercheurs, à financer les laboratoires et à faciliter la recherche de partenaires dans le cadre d’une politique générale de partenariat public-privé.

Le Bien Commun

Pour ce qui la concerne l’ANSM ne ment pas quand elle évoque l’existence d’un brevet. Il s’agit d’un « brevet sur les gènes de susceptibilité aux effets indésirables des adjuvants aluminiques ». Il en est, précisent les trois chercheurs concernés, « à la phase intermédiaire de la procédure de dépôt, et l’invention n’est donc pas protégée à ce jour ». « Toute divulgation pourrait compromettre cette protection » soulignent-ils. Et d’ajouter « qu’ils n’ont pas vocation à développer eux-mêmes ces tests » mais « désirent seulement les rendre accessibles à tous ». Et de conclure : « notre activité de chercheurs dans le secteur public ne vise que l’intérêt collectif et le Bien Commun, et aucune rumeur ne nous détournera de notre objectif ».

Le Pr Gherardi et ses équipes avaient reçu 150 000 euros de l’ANSM pour leurs travaux initiaux ; les besoins pour poursuivre les recherches se monteraient désormais à 550 000 euros supplémentaires – ce que l’ANSM refuse de donner. Une ANSM qui assure que les vaccins contenant de l’aluminium sont sûrs – mais dont le directeur général explique que « ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de problème de sécurité qu’il ne faut pas faire de recherches ». Une déclinaison de la célèbre formule d’un autre directeur d’Agence sanitaire : « ce n’est pas parce que nous démontrons qu’il n’y a pas de risque que ce risque n’existe pas ».

A demain

Vaccinations : à qui profitera la nouvelle polémique sur l’innocuité de l’aluminium ?

Bonjour

C’est un nouveau rebondissement, de taille, dans la polémique née de la volonté gouvernementale d’imposer, coûte que coûte et dès le 1er janvier prochain, onze vaccinations pédiatriques. C’est aussi un rebondissement exemplaire : la polémique se nourrit cette fois de nouvelles données scientifiques, elles-mêmes objet de controverses au sein de la communauté. Avec, en toile de fond, un sujet philosophique sur la liberté de chercher en l’absence de problème de sécurité… Eléments pour s’y retrouver.

Les faits

Dans un avis rendu en mars dernier que vient (seulement) de dévoiler Le Parisien (et dont l’Agence France-Presse a obtenu la copie) le conseil scientifique de l’Agence du médicament (ANSM) juge que des recherches sur d’éventuels effets neurologiques dus à la présence d’aluminium dans les vaccins nécessitent « des approfondissements ». Les recherches en question ont été menées dans le cadre du projet « BNAA-Vacc » et ont été supervisées par le Pr Romain Gherardi, chef de service à l’hôpital Henri-Mondor (Créteil). Très isolé sur ce point au sein de sa communauté le Pr Gherardi est de longue date convaincu que les particules d’aluminium présentes dans certains vaccins pourraient être à l’origine, chez certaines personnes génétiquement prédisposées, d’une série de symptômes hétérogènes (fatigues extrêmes, douleurs diffuses, troubles cognitifs…) qui, réunis, constitueraient une  nouvelle entité pathologique : la myofasciite à macrophages.

Les travaux étudiés par le conseil scientifique de l’ANSM ont fait l’objet de trois publications dans des revues scientifiques ; publications détaillées par Le Quotidien du Médecin :

« La première étude, Eidi et al. 2015, a été publiée dans « BMC Medecine » : elle montre, grâce à un complexe entre adjuvant aluminique et nanodiamants fluorescents, une translocation physique des adjuvants entre le muscle injecté et d’autres tissus, dont le cerveau, 21 jours après injection chez des souris. La deuxième publication, Crépeaux et al. 2015, publiée dans « JIB », est une étude longitudinale de long terme, chez des souris, qui observe aussi les translocations des particules injectées dans le muscle, vers les tissus, la rate, les ganglions lymphatiques, inguinaux, le cerveau, mais laisse suggérer un effet dose. La troisième étude, Crépeaux et al, parue dans « Toxicology » en 2017, teste cet effet dose en administrant des doses différentes à trois groupes de souris. »

« Globalement, il y a une véritable logique dans ce projet, même s’il peut sembler avancer par petites touches sans construire encore un ensemble abouti , note le Conseil scientifique de l’ANSM dans son avis rendu le 8 mars. L’apport de l’étude aux connaissances sur la sécurité des vaccins semble significatif, sans être encore déterminant. » Selon le Conseil scientifique « réplications et approfondissements sont nécessaires ».

La réaction de l’ANSM

 La médiatisation de ces données datant de six mois a aussitôt provoqué une réaction de l’ANSM : « Les vaccins contenant de l’aluminium sont sûrs – Communiqué ». Un texte qui, étrangement, aborde des questions d’argent ; un texte qui se veut rassurant mais qui pourrait in fine ne pas l’être.  Extraits :

«  L’ANSM tient à rassurer les patients. Les résultats des études de l’équipe du Pr Gherardi, ainsi que l’ensemble des rapports et publications disponibles à ce jour, ne modifient pas ce rapport bénéfice risque positif. (…) Dans le cadre de son programme de soutien à la recherche, l’ANSM a soutenu financièrement ces travaux de recherche fondamentale du Pr Gherardi. (…).

« L’ANSM précise que le conseil scientifique de l’ANSM, qui est indépendant de la direction de l’Agence, a pour mission de lui proposer des avis lui permettant d’orienter certaines de ses actions et/ou certains de ses financements (…)  Enfin, outre que les montants estimés par le Pr Gherardi dépassent de très loin les capacités financières de l’ANSM en matière de financement de recherche, il ne rentre pas dans ses missions de financer des programmes de recherche de manière pérenne. Il est important de souligner que cette équipe de recherche ayant déposé un brevet, cela pourrait ouvrir à un financement privé et il serait contraire à la bonne utilisation de la subvention publique versée par l’ANSM que de supporter une activité privée lucrative. »

Questions d’argent

Ce n’était sans doute pas suffisant. « Il s’agit d’une recherche très préliminaire fondamentale, essentiellement sur la souris, qui ne change rien à l’analyse bénéfice/risque des vaccins qui contiennent de l’aluminium », a précisé auprès de l’Agence France-Presse le Dr Dominique Martin, directeur général de l’ANSM. Cela ne remet pas en cause la sécurité des vaccins. » Il ajoute, ce qui ne manquera pas d’être commenté : Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de problème de sécurité qu’il ne faut pas faire de recherche. »

Le Pr Gherardi et ses équipes avaient reçu 150 000 euros de l’ANSM pour les travaux initiaux ; les besoins pour poursuivre les recherches se monteraient désormais à 550 000 euros supplémentaires – ce que l’ANSM refuse de donner.  Pour cette Agence, les choses sont simples et le citoyen doit être rassuré :  l’aluminium des vaccins est officiellement sans danger. Dans le même temps, forte de cette nouvelle polémique et avec le soutien du Pr Gherardi, se poursuit la campagne « Pour des vaccins sans aluminium » de l’association E3M, qui regroupe des personnes atteintes de myofasciite à macrophages.

Dans l’entourage d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, on indique que ces travaux « ne démontre pas le lien entre les adjuvants et la myofasciite à macrophages » . Certes. Mais ensuite ? Ce lien existe-t-il ? Est-il démontrable ? Faut-il le démontrer ?

A demain

L’affaire des onze vaccins : Agnès Buzyn déjà accusée de «faire un cadeau aux laboratoires»

 

Bonjour

Mêmes causes, mêmes effets. En évoquant la possibilité de rendre obligatoires onze vaccinations pédiatriques Agnès Buzyn, ministre de la Santé (et des Solidarités) a relancé une polémique d’un particulière virulence. On retrouve ainsi, montant aux créneaux médiatiques, les leaders de la néo-contestation vaccinale. C’est un groupe hétérogène qui utilise, sans mal, les profondes incohérences de la situation actuelle ; un groupe où le raisonnable côtoie la pire mauvaise foi. Et c’est ainsi que l’on peut, à nouveau, observer l’émergence de nouveaux courants dénonçant (comme jadis) le pouvoir de l’Etat sanitaire sur le corps des citoyens.

Michèle Rivasi est l’une des personnalités les plus engagées dans ce combat. On la retrouve aujourd’hui dans les colonnes du Journal du Dimanche qui lui offre une tribune où elle fait, une nouvelle fois, feu de tout bois. Elle convoque notamment « les professeurs Philippe Even et Jacques Testart » pour fonder une nouvelle politique vaccinale des enfants. A la différence de l’actuelle, l’action publique immunisante serait alors basée :

« Sur des données épidémiologiques nationales évaluant objectivement les besoins de chaque vaccination ; sur l’évaluation de l’efficacité des vaccins non sur les seules réponses anticorps immédiates, mais sur les réponses cliniques et les résultats épidémiologiques ; sur l’analyse objective recensée et démontrée des risques neurologiques, psychiatriques, articulaires et musculaires éventuellement associés, qui pourraient être liés, comme le montrent certaines études scientifiques, aux différents types d’adjuvants utilisés ; sur l’analyse de la présence de nanoparticules métalliques non déclarées, et en particulier de mercure, dans les vaccins ; sur l’étude des réponses immunitaires générales et cérébrales des nourrissons soumis de façon croissante à plusieurs vaccinations simultanées alors que les réponses de leur système immunitaire ne sont peut-être pas matures et sont encore mal connues à cet âge. »

Tétanos du nourrisson

Ce n’est pas tout. Mme Rivasi estime que l’âge de la nécessité vaccinale doit aussi être revu. « Le tétanos du nourrisson reste à prouver et la vaccination contre l’hépatite B n’est peut-être pas nécessaire à cet âge, puisqu’il s’agit d’une maladie sexuellement transmissible, dit-elle (sans rire). Il faut enfin analyser l’opportunité d’associer chez le nourrisson des vaccins multivalents, les uns utiles (DTP) et d’autres qui le sont moins (oreillons, rubéole) ou d’efficacité mal démontrée et qui ne sauraient donc être rendus obligatoires ».

Mais rien n’est simple ici. Car, dans le même temps Mme Rivasi dit « savoir ce que les vaccins ont apporté en termes de progrès sanitaires au XXe siècle et de lutte contre la mortalité infantile ». « Je n’ai jamais remis en cause leur utilité » assure-t-elle.

Passons au chapitre politique. L’entretien donné par Agnès Buzyn au Parisien ? Mme Rivasi est sidérée. Elle y voit « un passage en force, accompagné de propos fermant la porte à tout débat sur le sujet ». Des propos tenus « alors que s’accentue la défiance de nos concitoyens envers les vaccins (suite aux divers scandales sanitaires et à la multiplication des conflits d’intérêts dans ce domaine) ». « La restauration de la confiance ne passe pas par l’infantilisation et le mépris des parents » ajoute-t-elle. Et d’expliquer que seules la pédagogie, la transparence et l’argumentation permettra de ramener la confiance et de sortir de « l’épidémie de conflits d’intérêt ».

Jackpot de Big Pharma

Cette épidémie est l’autre levier de l’argumentaire de Mme Rivasi. Elle voit dans la pré-annonce d’Agnès Buzyn « l’effet d’aubaine des vaccins pour l’industrie pharmaceutique ».

« Il faut savoir que le chiffre d’affaires de la « Big Pharma » dans cette catégorie d’activité est passé de 6 milliards d’euros en 2006 à 20 milliards en 2012 et à 42 milliards prévus fin 2016. Il ne faut pas que les vaccins deviennent le nouveau jackpot des laboratoires. On peut d’ailleurs s’interroger sur le cadeau fait aux laboratoires par une ministre qui a toujours été proche de l’industrie pharmaceutique et qui a même légitimé les conflits d’intérêts. »

Mme Rivasi n’est pas la première à laisser entendre que la nouvelle ministre de la Santé pourrait être plus ou moins concernée par des situations de conflits d’intérêts. Agnès Buzyn, a dans Le Parisien, répondu à ces allégations : « Je refuse qu’on me colle cette étiquette. Oui, les industriels gagnent de l’argent, mais on ne peut pas réduire la question de la vaccination à l’intérêt des laboratoires ». Il est fort possible que la ministre soit bientôt interrogée sur le même sujet. Mêmes causes, mêmes effets.

A demain

 

 

Demain, onze vaccins obligatoires: Agnès Buzyn aura-t-elle le courage de sa collègue italienne ?

Bonjour

Beatrice Lorenzin, 45 ans est la ministre italienne de la Santé depuis avril 2013. Elle est actuellement confrontée à des difficultés vaccinales qui ne sont pas sans rappeler celles abordées par Agnès Buzyn, nouvelle ministre française de la Santé, dans l’étrange entretien-coup de sonde qu’elle vient d’accorder au Parisien 1. Pour sa part Mme Lorenzin a le courage de parler sans fard, commente ses décisions et s’en  explique au Quotidien du Médecin (Ariel F. Dumont). Extraits :

« En Italie, certaines pathologies qui avaient quasiment disparu comme la rubéole, la coqueluche, la poliomyélite sévissent à nouveau. Nous avons en face de nous, une société diverse d’un point de vue social avec des familles jouissant d’un bon statut social qui refusent de faire vacciner leurs enfants. C’est inacceptable, un adulte ne peut pas mettre en danger la vie de ses propres enfants et celles des autres au nom de croyances dénuées de fondements scientifiques. Les vaccins permettent de sauver de nombreuses vies et on ne peut pas accepter que la couverture vaccinale au niveau national chute en dessous du seuil de protection. Ce qui malheureusement est le cas et pas seulement en Italie.

« Il y a comme une sorte de sous-culture en Italie qui pousse une partie de la population à refuser la vaccination pour des raisons absurdes. Je pense aux personnes qui dénient les affirmations et les résultats scientifiques et déclarent que tel ou tel vaccin provoque l’autisme par exemple. Mais je pense aussi aux enfants atteints d’un déficit immunitaire qui ne peuvent pas être vaccinés et qui sont condamnés à une sorte d’isolement social. Je pense aussi aux hommes devenus stériles à cause des oreillons, aux femmes enceintes qui attrapent la rubéole et perdent leur bébé. Ce sont des situations inacceptables aujourd’hui. Les oreillons par exemple avaient disparu en Italie depuis trente ans. Cette maladie est de retour à cause de la chute de la couverture vaccinale. Il faut agir et vite, combattre la désinformation, sévir contre les détracteurs des vaccins. »

Faux certificats médicaux

Ce ne sont pas là que des mots. Nous rapportions il y a peu que le gouvernement italien avait adopté vendredi 19 mai un décret-loi rendant obligatoires douze vaccinations. Ces immunisations seront dorénavant nécessaires pour l’inscription des enfants en crèches ou à l’école maternelle. A partir de 6 ans, âge de la scolarisation obligatoire, les parents des enfants non vaccinés devront payer de fortes amendes (entre 500 et 7 500 euros). Les parents réfractaires seront également signalés au tribunal des mineurs et pourront être temporairement déchus de leur autorité parentale

« Ce décret rend obligatoires certains vaccins qui étaient jusqu’à présent seulement conseillés [comme ceux contre la rougeole ou la méningite] » a déclaré le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, à l’issue du conseil des ministres.  Cette décision politique a été prise après l’émergence d’une vague rougeoleuse dans le pays.

« C’est un message très fort à la population » s’était alors réjoui Beatrice Lorenzin, qui faisait pression depuis des semaines pour cette mesure. Celle-ci était contestée (en partie) par sa collègue de l’Education et (avec vigueur) par le « Mouvement 5 étoiles » qui estime que cela constitue « un cadeau à l’industrie pharmaceutique ».

Pour débusquer les parents qui feraient de la « voltige anti-vaccins » et les médecins complaisants prêts à signer de faux certificats, le ministère de Mme Lorenzin annonce des contrôles perlés et ponctuels dans les établissements italiens. La ministre française de la Santé sera-t-elle sur la même ligne, aura-t-elle la même courageuse détermination que sa collègue italienne ?

A demain

1 « Rendre obligatoire onze vaccins ? Le piège s’est déjà refermé sur la ministre Agnès Buzyn » Journalisme et santé publique du 16 juin

Etat d’urgence : le gouvernement imposera-t-il onze vaccinations chez les jeunes enfants ?  

Bonjour

A la veille des élections législatives, Agnès Buzyn a choisi Le Parisien : « La ministre de la Santé Agnès Buzyn réfléchit à ‘’rendre onze vaccins obligatoires’’ » 1. C’est un entretien exclusif doublé d’une opération « coup de sonde ». La nouvelle ministre de la Santé (et des Solidarités) n’annonce pas une décision politique mais fait part de ses réflexions. Elle envisage d’élargir une obligation. Cela donne des phrases comme : « Je déteste la coercition. Ce n’est pas dans mon tempérament, mais là, il y a urgence ».

On connaît le dossier. Aujourd’hui, seuls trois vaccins sont obligatoires chez l’enfant (contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite). Or ces trois vaccins ne sont pas disponibles à eux seuls. Ils sont, sous différentes formes, associés à d’autres qui ne sont que recommandés (contre la coqueluche, l’hépatite B ou la rougeole) C’est là une incohérence qui alimente les nouveaux bataillons anti-vaccinaux. Agnès Buzyn :

« Ce double système est une exception française. Cela pose un vrai problème de santé publique. Aujourd’hui, en France, la rougeole réapparaît. Il n’est pas tolérable que des enfants en meurent : dix sont décédés depuis 2008. Comme ce vaccin est seulement recommandé et non obligatoire, le taux de couverture est de 75 % alors qu’il devrait être de 95 % pour prévenir cette épidémie. On a le même problème avec la méningite. Il n’est pas supportable qu’un ado de 15 ans puisse en mourir parce qu’il n’est pas vacciné. Nous réfléchissons donc à rendre obligatoires les onze vaccins pour une durée limitée, qui pourrait être de cinq à dix ans. L’Italie l’a fait la semaine dernière. »

La foudre et les éclairs

Reprenant une idée développée par le Pr Benoît Vallet, Directeur Général de la Santé la nouvelle ministre « se pose tous les jours la question » de savoir si elle ne va pas imposer à l’ensemble des professionnels de la santé la vaccination anti-grippale : « Je ne comprends pas ceux qui ne s’immunisent pas, ils font courir un risque à leurs patients. On réfléchit à ce que cela devienne obligatoire pour eux. J’en discuterai avec l’ordre des médecins et des pharmaciens. »

Sans même avoir pris une décision la ministre a d’ores et déjà déclenché la foudre.  « Dès que l’on parle d’obligation vaccinale cela déclenche des polémiques », prévient dans les colonnes du Parisien le Pr Alain Fischer, président de la récente Concertation citoyenne sur les vaccinations. Malheureusement, il n’y a pas d’autres solutions. » « Ce serait une hérésie, estime pour sa part Jacques Bessin, président de l’Union nationale des associations citoyennes de santé. Les vaccins ont des effets secondaires neurologiques, musculaires mal mesurés et parfois irréversibles ».

Le mépris et l’industrie

Et, déjà, il faut compter avec la réaction de Michèle Rivasi (« députée européenne EELV, biologiste normalienne et agrégée ») :

« Alors que la défiance des citoyens envers les vaccins est considérable suite à la multiplication des scandales sanitaires à répétition, la restauration de la confiance ne passe pas par l’infantilisation et le mépris des parents inquiets pour la santé et le système immunitaire de leurs enfants.

D’autre part, on peut s’interroger sur le cadeau fait aux laboratoires pharmaceutiques par une Ministre qui s’est toujours dit proche de l’industrie pharmaceutique et qui a même légitimé les conflits d’intérêts qui sont en partie à l’origine de la mise en péril de notre système de santé publique aujourd’hui. »

On attend la suite du dossier. Un dossier éminemment politique qui, à l’évidence, sera arbitré par le locataire du Palais de l’Elysée.

A demain

1 Vaccinations contre la poliomyélite, le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite B, et les infections par Haemophilus influenzae, un pneumocoque et le méningocoque C.

 

 

Déserts : à Laigneville (Oise) il est interdit de mourir à domicile (arrêté municipal)

 

Bonjour

Jusqu’où ne pas aller avec la symbolique des déserts ? Nous sommes dans celui de Laigneville, département de l’Oise. A mi-chemin de Paris et d’Amiens – sur une voie jadis empruntée par le jeune Emmanuel Macron. Entre quatre et cinq quatre mille habitants. Le maire se nomme Christophe Dietrich. Une affaire rapportée par Le Parisien.  

Sans étiquette le maire de Laigneville vient de prendre sa plume et de rédiger un arrêté : « Il est interdit aux Laignevillois de décéder en leur domicile ». Pourquoi en arriver à cette extrémité ? Pour, via les médias, « interpeller les pouvoirs publics ».

Il y a quelques jours, vers 7h30, Christophe Detrich est appelé : le corps sans vie de l’un de ses administrés, âgé de plus de 80 ans vient d’être découvert à son domicile. Impossible de trouver un médecin pouvant délivrer un certificat de décès. « Puisque les sapeurs-pompiers ont constaté des raideurs cadavériques, le Samu ne s’est pas déplacé, c’est normal » reconnaît l’élu, ancien pompier volontaire. Quant à la famille du défunt, elle ne pouvait pas être disponible avant le milieu de journée.

Le Parisien rappelle que la commune de Montataire avait connu un cas similaire en juin 2015. Il avait fallu attendre plus de cinq heures pour constater le décès d’un homme à son domicile. Depuis, rien n’a changé.

« Je me suis fait balader entre le Samu et l’Agence régionale de santé, peste M. Dietrich. Il a fallu cinq heures pour que cette ARS m’envoie une équipe du Smur de Clermont, dont ce n’est pas le boulot ». Pour sa part le Samu 60 explique avoir contacté quinze médecins, sans succès. Le maire, au Courrier picard :

« Vous imaginez les familles ?! La France devient un désert médical. À Laigneville, nous avons deux médecins. Tous deux partent en retraite et ne sont pour le moment pas remplacés. C’est un vrai problème de santé publique. M. Macron veut, en réponse, développer la télémédecine. Mais ce n’est pas ça qui réglera le genre de problème que je rencontre. »

Certains locaux dénoncent le caractère disproportionné de la réaction de l’édile ; se moquent de sa découverte du désert médical dont sa commune est la victime. L’édile n’en a cure. Dans une vidéo publiée via Facebook il qualifie la situation de « crise sanitaire sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale dans un certain nombre de cantons ». Il explique qu’il a eu des contacts avec des médecins, mais que ceux-ci demandaient à être et salariés et logés. « À part mettre un pistolet sur la tempe d’un médecin, je fais quoi moi ? ».

Nul ne sait, mais dans le désert périphérique de Laigneville, soixante kilomètres de Paris, on prie pour que l’élu n’en vienne pas à cette extrémité.

A demain

Combien de temps encore affichera-t-on des images de mort sur les paquets neutres ?

Bonjour

Les chantres du paquet neutre entrent-ils parfois dans les bureaux de tabac ? Observent-ils le comportement de celles et ceux qui ne peuvent, au quotidien, vivre sans leur dose de tabac brûlé à forte nocivité ? On peut, raisonnablement, en douter.  Un travail original eût été de comparer scientifiquement les comportements des acheteurs (et des buralistes) avant et après l’instauration du paquet neutre. A-t-il été mené ? Au Celtique rien n’a changé. Mêmes acheteurs, mêmes symptômes fébriles de l’addiction, mêmes commandes avides – paquet simple ou cartouches. Le paquet est neutre mais les interconnexions neurales demeurent. Et la marque du cigarettier reste le phare qui éclaire. Nul ne voit plus depuis longtemps ni les images ni les slogans.

C’est pourtant afin de «ne pas habituer les fumeurs aux différentes photographies présentes sur les paquets de cigarettes » que « quatorze nouvelles images choc vont remplacer les quatorze déjà en place » (information du Parisien / Aujourd’hui en France).

On verra notamment le visage d’une jeune femme sur son lit d’hôpital (« Fumer provoque neuf cancers du poumon sur dix »), ou une langue déformée en gros plan (« Fumer provoque le cancer de la bouche et de la gorge»). Et encore : un jeune enfant décédé dans une chambre d’hôpital (« Fumer peut tuer l’enfant que vous attendez ») ; un homme dans un cercueil, une femme et son bébé à ses côtés (« Arrêtez de fumer : restez en vie pour vos proches»).

Images de cigarettes électroniques

Pourquoi renouveler ? Ce mouvement est explicitement inscrit dans la directive européenne contre le tabagisme qui incite à changer tous les ans les « visuels » en conservant les messages associés aux pathologies associées au tabac. « L’an prochain, à la même époque, une troisième série arrivera donc sur les emballages » annonce, déjà, Le Parisien. Ira-t-on un peu plus loin dans l’exposition de l’horreur sur des paquets d’un toxique commercialisé par l’Etat ? Avec quel impact ? En viendra-t-on, un jour à plus de raison et d’efficacité : inciter sur les paquets neutres à avoir recours à des substituts nicotiniques (alors entièrement gratuits) ou à la cigarette électronique (au nom de la réduction des risques) ?

Le quotidien a reçu les confidences de la Direction Générale de la Santé : « Il est établi que le changement des visuels rend plus efficace leur effet sur la population, limitant le risque de s’y habituer ». Selon l’Union européenne, « l’efficacité de ces photos a été testée auprès de 8 000 personnes dans dix États membres. Il s’agissait d’un test en ligne comportant diverses mesures cognitives, émotionnelles et comportementales ». Mais au vu des premiers résultats réels au bout de trois mois, leur efficacité ne semble guère se confirmer.

Le site des buralistes cite, lui aussi, la Direction Générale de la Santé :

« Le paquet neutre vise à changer l’image du tabac, principalement en direction des plus jeunes. Son impact sur la consommation ne se verra qu’à moyen ou long terme. La plupart des consommateurs actuels sont dépendants du tabac et le changement de packaging n’est pas l’élément premier qui les poussera à arrêter de consommer, même s’il peut y contribuer ».

Les nouvelles « images-choc » apparaîtront à partir du 20 mai sur les paquets. Au Celtic ou ailleurs, songer à observer le comportement des consommateurs.

A demain