L’affaire des onze vaccins : Agnès Buzyn déjà accusée de «faire un cadeau aux laboratoires»

 

Bonjour

Mêmes causes, mêmes effets. En évoquant la possibilité de rendre obligatoires onze vaccinations pédiatriques Agnès Buzyn, ministre de la Santé (et des Solidarités) a relancé une polémique d’un particulière virulence. On retrouve ainsi, montant aux créneaux médiatiques, les leaders de la néo-contestation vaccinale. C’est un groupe hétérogène qui utilise, sans mal, les profondes incohérences de la situation actuelle ; un groupe où le raisonnable côtoie la pire mauvaise foi. Et c’est ainsi que l’on peut, à nouveau, observer l’émergence de nouveaux courants dénonçant (comme jadis) le pouvoir de l’Etat sanitaire sur le corps des citoyens.

Michèle Rivasi est l’une des personnalités les plus engagées dans ce combat. On la retrouve aujourd’hui dans les colonnes du Journal du Dimanche qui lui offre une tribune où elle fait, une nouvelle fois, feu de tout bois. Elle convoque notamment « les professeurs Philippe Even et Jacques Testart » pour fonder une nouvelle politique vaccinale des enfants. A la différence de l’actuelle, l’action publique immunisante serait alors basée :

« Sur des données épidémiologiques nationales évaluant objectivement les besoins de chaque vaccination ; sur l’évaluation de l’efficacité des vaccins non sur les seules réponses anticorps immédiates, mais sur les réponses cliniques et les résultats épidémiologiques ; sur l’analyse objective recensée et démontrée des risques neurologiques, psychiatriques, articulaires et musculaires éventuellement associés, qui pourraient être liés, comme le montrent certaines études scientifiques, aux différents types d’adjuvants utilisés ; sur l’analyse de la présence de nanoparticules métalliques non déclarées, et en particulier de mercure, dans les vaccins ; sur l’étude des réponses immunitaires générales et cérébrales des nourrissons soumis de façon croissante à plusieurs vaccinations simultanées alors que les réponses de leur système immunitaire ne sont peut-être pas matures et sont encore mal connues à cet âge. »

Tétanos du nourrisson

Ce n’est pas tout. Mme Rivasi estime que l’âge de la nécessité vaccinale doit aussi être revu. « Le tétanos du nourrisson reste à prouver et la vaccination contre l’hépatite B n’est peut-être pas nécessaire à cet âge, puisqu’il s’agit d’une maladie sexuellement transmissible, dit-elle (sans rire). Il faut enfin analyser l’opportunité d’associer chez le nourrisson des vaccins multivalents, les uns utiles (DTP) et d’autres qui le sont moins (oreillons, rubéole) ou d’efficacité mal démontrée et qui ne sauraient donc être rendus obligatoires ».

Mais rien n’est simple ici. Car, dans le même temps Mme Rivasi dit « savoir ce que les vaccins ont apporté en termes de progrès sanitaires au XXe siècle et de lutte contre la mortalité infantile ». « Je n’ai jamais remis en cause leur utilité » assure-t-elle.

Passons au chapitre politique. L’entretien donné par Agnès Buzyn au Parisien ? Mme Rivasi est sidérée. Elle y voit « un passage en force, accompagné de propos fermant la porte à tout débat sur le sujet ». Des propos tenus « alors que s’accentue la défiance de nos concitoyens envers les vaccins (suite aux divers scandales sanitaires et à la multiplication des conflits d’intérêts dans ce domaine) ». « La restauration de la confiance ne passe pas par l’infantilisation et le mépris des parents » ajoute-t-elle. Et d’expliquer que seules la pédagogie, la transparence et l’argumentation permettra de ramener la confiance et de sortir de « l’épidémie de conflits d’intérêt ».

Jackpot de Big Pharma

Cette épidémie est l’autre levier de l’argumentaire de Mme Rivasi. Elle voit dans la pré-annonce d’Agnès Buzyn « l’effet d’aubaine des vaccins pour l’industrie pharmaceutique ».

« Il faut savoir que le chiffre d’affaires de la « Big Pharma » dans cette catégorie d’activité est passé de 6 milliards d’euros en 2006 à 20 milliards en 2012 et à 42 milliards prévus fin 2016. Il ne faut pas que les vaccins deviennent le nouveau jackpot des laboratoires. On peut d’ailleurs s’interroger sur le cadeau fait aux laboratoires par une ministre qui a toujours été proche de l’industrie pharmaceutique et qui a même légitimé les conflits d’intérêts. »

Mme Rivasi n’est pas la première à laisser entendre que la nouvelle ministre de la Santé pourrait être plus ou moins concernée par des situations de conflits d’intérêts. Agnès Buzyn, a dans Le Parisien, répondu à ces allégations : « Je refuse qu’on me colle cette étiquette. Oui, les industriels gagnent de l’argent, mais on ne peut pas réduire la question de la vaccination à l’intérêt des laboratoires ». Il est fort possible que la ministre soit bientôt interrogée sur le même sujet. Mêmes causes, mêmes effets.

A demain

 

 

Demain, onze vaccins obligatoires: Agnès Buzyn aura-t-elle le courage de sa collègue italienne ?

Bonjour

Beatrice Lorenzin, 45 ans est la ministre italienne de la Santé depuis avril 2013. Elle est actuellement confrontée à des difficultés vaccinales qui ne sont pas sans rappeler celles abordées par Agnès Buzyn, nouvelle ministre française de la Santé, dans l’étrange entretien-coup de sonde qu’elle vient d’accorder au Parisien 1. Pour sa part Mme Lorenzin a le courage de parler sans fard, commente ses décisions et s’en  explique au Quotidien du Médecin (Ariel F. Dumont). Extraits :

« En Italie, certaines pathologies qui avaient quasiment disparu comme la rubéole, la coqueluche, la poliomyélite sévissent à nouveau. Nous avons en face de nous, une société diverse d’un point de vue social avec des familles jouissant d’un bon statut social qui refusent de faire vacciner leurs enfants. C’est inacceptable, un adulte ne peut pas mettre en danger la vie de ses propres enfants et celles des autres au nom de croyances dénuées de fondements scientifiques. Les vaccins permettent de sauver de nombreuses vies et on ne peut pas accepter que la couverture vaccinale au niveau national chute en dessous du seuil de protection. Ce qui malheureusement est le cas et pas seulement en Italie.

« Il y a comme une sorte de sous-culture en Italie qui pousse une partie de la population à refuser la vaccination pour des raisons absurdes. Je pense aux personnes qui dénient les affirmations et les résultats scientifiques et déclarent que tel ou tel vaccin provoque l’autisme par exemple. Mais je pense aussi aux enfants atteints d’un déficit immunitaire qui ne peuvent pas être vaccinés et qui sont condamnés à une sorte d’isolement social. Je pense aussi aux hommes devenus stériles à cause des oreillons, aux femmes enceintes qui attrapent la rubéole et perdent leur bébé. Ce sont des situations inacceptables aujourd’hui. Les oreillons par exemple avaient disparu en Italie depuis trente ans. Cette maladie est de retour à cause de la chute de la couverture vaccinale. Il faut agir et vite, combattre la désinformation, sévir contre les détracteurs des vaccins. »

Faux certificats médicaux

Ce ne sont pas là que des mots. Nous rapportions il y a peu que le gouvernement italien avait adopté vendredi 19 mai un décret-loi rendant obligatoires douze vaccinations. Ces immunisations seront dorénavant nécessaires pour l’inscription des enfants en crèches ou à l’école maternelle. A partir de 6 ans, âge de la scolarisation obligatoire, les parents des enfants non vaccinés devront payer de fortes amendes (entre 500 et 7 500 euros). Les parents réfractaires seront également signalés au tribunal des mineurs et pourront être temporairement déchus de leur autorité parentale

« Ce décret rend obligatoires certains vaccins qui étaient jusqu’à présent seulement conseillés [comme ceux contre la rougeole ou la méningite] » a déclaré le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, à l’issue du conseil des ministres.  Cette décision politique a été prise après l’émergence d’une vague rougeoleuse dans le pays.

« C’est un message très fort à la population » s’était alors réjoui Beatrice Lorenzin, qui faisait pression depuis des semaines pour cette mesure. Celle-ci était contestée (en partie) par sa collègue de l’Education et (avec vigueur) par le « Mouvement 5 étoiles » qui estime que cela constitue « un cadeau à l’industrie pharmaceutique ».

Pour débusquer les parents qui feraient de la « voltige anti-vaccins » et les médecins complaisants prêts à signer de faux certificats, le ministère de Mme Lorenzin annonce des contrôles perlés et ponctuels dans les établissements italiens. La ministre française de la Santé sera-t-elle sur la même ligne, aura-t-elle la même courageuse détermination que sa collègue italienne ?

A demain

1 « Rendre obligatoire onze vaccins ? Le piège s’est déjà refermé sur la ministre Agnès Buzyn » Journalisme et santé publique du 16 juin

Etat d’urgence : le gouvernement imposera-t-il onze vaccinations chez les jeunes enfants ?  

Bonjour

A la veille des élections législatives, Agnès Buzyn a choisi Le Parisien : « La ministre de la Santé Agnès Buzyn réfléchit à ‘’rendre onze vaccins obligatoires’’ » 1. C’est un entretien exclusif doublé d’une opération « coup de sonde ». La nouvelle ministre de la Santé (et des Solidarités) n’annonce pas une décision politique mais fait part de ses réflexions. Elle envisage d’élargir une obligation. Cela donne des phrases comme : « Je déteste la coercition. Ce n’est pas dans mon tempérament, mais là, il y a urgence ».

On connaît le dossier. Aujourd’hui, seuls trois vaccins sont obligatoires chez l’enfant (contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite). Or ces trois vaccins ne sont pas disponibles à eux seuls. Ils sont, sous différentes formes, associés à d’autres qui ne sont que recommandés (contre la coqueluche, l’hépatite B ou la rougeole) C’est là une incohérence qui alimente les nouveaux bataillons anti-vaccinaux. Agnès Buzyn :

« Ce double système est une exception française. Cela pose un vrai problème de santé publique. Aujourd’hui, en France, la rougeole réapparaît. Il n’est pas tolérable que des enfants en meurent : dix sont décédés depuis 2008. Comme ce vaccin est seulement recommandé et non obligatoire, le taux de couverture est de 75 % alors qu’il devrait être de 95 % pour prévenir cette épidémie. On a le même problème avec la méningite. Il n’est pas supportable qu’un ado de 15 ans puisse en mourir parce qu’il n’est pas vacciné. Nous réfléchissons donc à rendre obligatoires les onze vaccins pour une durée limitée, qui pourrait être de cinq à dix ans. L’Italie l’a fait la semaine dernière. »

La foudre et les éclairs

Reprenant une idée développée par le Pr Benoît Vallet, Directeur Général de la Santé la nouvelle ministre « se pose tous les jours la question » de savoir si elle ne va pas imposer à l’ensemble des professionnels de la santé la vaccination anti-grippale : « Je ne comprends pas ceux qui ne s’immunisent pas, ils font courir un risque à leurs patients. On réfléchit à ce que cela devienne obligatoire pour eux. J’en discuterai avec l’ordre des médecins et des pharmaciens. »

Sans même avoir pris une décision la ministre a d’ores et déjà déclenché la foudre.  « Dès que l’on parle d’obligation vaccinale cela déclenche des polémiques », prévient dans les colonnes du Parisien le Pr Alain Fischer, président de la récente Concertation citoyenne sur les vaccinations. Malheureusement, il n’y a pas d’autres solutions. » « Ce serait une hérésie, estime pour sa part Jacques Bessin, président de l’Union nationale des associations citoyennes de santé. Les vaccins ont des effets secondaires neurologiques, musculaires mal mesurés et parfois irréversibles ».

Le mépris et l’industrie

Et, déjà, il faut compter avec la réaction de Michèle Rivasi (« députée européenne EELV, biologiste normalienne et agrégée ») :

« Alors que la défiance des citoyens envers les vaccins est considérable suite à la multiplication des scandales sanitaires à répétition, la restauration de la confiance ne passe pas par l’infantilisation et le mépris des parents inquiets pour la santé et le système immunitaire de leurs enfants.

D’autre part, on peut s’interroger sur le cadeau fait aux laboratoires pharmaceutiques par une Ministre qui s’est toujours dit proche de l’industrie pharmaceutique et qui a même légitimé les conflits d’intérêts qui sont en partie à l’origine de la mise en péril de notre système de santé publique aujourd’hui. »

On attend la suite du dossier. Un dossier éminemment politique qui, à l’évidence, sera arbitré par le locataire du Palais de l’Elysée.

A demain

1 Vaccinations contre la poliomyélite, le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite B, et les infections par Haemophilus influenzae, un pneumocoque et le méningocoque C.

 

 

Déserts : à Laigneville (Oise) il est interdit de mourir à domicile (arrêté municipal)

 

Bonjour

Jusqu’où ne pas aller avec la symbolique des déserts ? Nous sommes dans celui de Laigneville, département de l’Oise. A mi-chemin de Paris et d’Amiens – sur une voie jadis empruntée par le jeune Emmanuel Macron. Entre quatre et cinq quatre mille habitants. Le maire se nomme Christophe Dietrich. Une affaire rapportée par Le Parisien.  

Sans étiquette le maire de Laigneville vient de prendre sa plume et de rédiger un arrêté : « Il est interdit aux Laignevillois de décéder en leur domicile ». Pourquoi en arriver à cette extrémité ? Pour, via les médias, « interpeller les pouvoirs publics ».

Il y a quelques jours, vers 7h30, Christophe Detrich est appelé : le corps sans vie de l’un de ses administrés, âgé de plus de 80 ans vient d’être découvert à son domicile. Impossible de trouver un médecin pouvant délivrer un certificat de décès. « Puisque les sapeurs-pompiers ont constaté des raideurs cadavériques, le Samu ne s’est pas déplacé, c’est normal » reconnaît l’élu, ancien pompier volontaire. Quant à la famille du défunt, elle ne pouvait pas être disponible avant le milieu de journée.

Le Parisien rappelle que la commune de Montataire avait connu un cas similaire en juin 2015. Il avait fallu attendre plus de cinq heures pour constater le décès d’un homme à son domicile. Depuis, rien n’a changé.

« Je me suis fait balader entre le Samu et l’Agence régionale de santé, peste M. Dietrich. Il a fallu cinq heures pour que cette ARS m’envoie une équipe du Smur de Clermont, dont ce n’est pas le boulot ». Pour sa part le Samu 60 explique avoir contacté quinze médecins, sans succès. Le maire, au Courrier picard :

« Vous imaginez les familles ?! La France devient un désert médical. À Laigneville, nous avons deux médecins. Tous deux partent en retraite et ne sont pour le moment pas remplacés. C’est un vrai problème de santé publique. M. Macron veut, en réponse, développer la télémédecine. Mais ce n’est pas ça qui réglera le genre de problème que je rencontre. »

Certains locaux dénoncent le caractère disproportionné de la réaction de l’édile ; se moquent de sa découverte du désert médical dont sa commune est la victime. L’édile n’en a cure. Dans une vidéo publiée via Facebook il qualifie la situation de « crise sanitaire sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale dans un certain nombre de cantons ». Il explique qu’il a eu des contacts avec des médecins, mais que ceux-ci demandaient à être et salariés et logés. « À part mettre un pistolet sur la tempe d’un médecin, je fais quoi moi ? ».

Nul ne sait, mais dans le désert périphérique de Laigneville, soixante kilomètres de Paris, on prie pour que l’élu n’en vienne pas à cette extrémité.

A demain

Combien de temps encore affichera-t-on des images de mort sur les paquets neutres ?

Bonjour

Les chantres du paquet neutre entrent-ils parfois dans les bureaux de tabac ? Observent-ils le comportement de celles et ceux qui ne peuvent, au quotidien, vivre sans leur dose de tabac brûlé à forte nocivité ? On peut, raisonnablement, en douter.  Un travail original eût été de comparer scientifiquement les comportements des acheteurs (et des buralistes) avant et après l’instauration du paquet neutre. A-t-il été mené ? Au Celtique rien n’a changé. Mêmes acheteurs, mêmes symptômes fébriles de l’addiction, mêmes commandes avides – paquet simple ou cartouches. Le paquet est neutre mais les interconnexions neurales demeurent. Et la marque du cigarettier reste le phare qui éclaire. Nul ne voit plus depuis longtemps ni les images ni les slogans.

C’est pourtant afin de «ne pas habituer les fumeurs aux différentes photographies présentes sur les paquets de cigarettes » que « quatorze nouvelles images choc vont remplacer les quatorze déjà en place » (information du Parisien / Aujourd’hui en France).

On verra notamment le visage d’une jeune femme sur son lit d’hôpital (« Fumer provoque neuf cancers du poumon sur dix »), ou une langue déformée en gros plan (« Fumer provoque le cancer de la bouche et de la gorge»). Et encore : un jeune enfant décédé dans une chambre d’hôpital (« Fumer peut tuer l’enfant que vous attendez ») ; un homme dans un cercueil, une femme et son bébé à ses côtés (« Arrêtez de fumer : restez en vie pour vos proches»).

Images de cigarettes électroniques

Pourquoi renouveler ? Ce mouvement est explicitement inscrit dans la directive européenne contre le tabagisme qui incite à changer tous les ans les « visuels » en conservant les messages associés aux pathologies associées au tabac. « L’an prochain, à la même époque, une troisième série arrivera donc sur les emballages » annonce, déjà, Le Parisien. Ira-t-on un peu plus loin dans l’exposition de l’horreur sur des paquets d’un toxique commercialisé par l’Etat ? Avec quel impact ? En viendra-t-on, un jour à plus de raison et d’efficacité : inciter sur les paquets neutres à avoir recours à des substituts nicotiniques (alors entièrement gratuits) ou à la cigarette électronique (au nom de la réduction des risques) ?

Le quotidien a reçu les confidences de la Direction Générale de la Santé : « Il est établi que le changement des visuels rend plus efficace leur effet sur la population, limitant le risque de s’y habituer ». Selon l’Union européenne, « l’efficacité de ces photos a été testée auprès de 8 000 personnes dans dix États membres. Il s’agissait d’un test en ligne comportant diverses mesures cognitives, émotionnelles et comportementales ». Mais au vu des premiers résultats réels au bout de trois mois, leur efficacité ne semble guère se confirmer.

Le site des buralistes cite, lui aussi, la Direction Générale de la Santé :

« Le paquet neutre vise à changer l’image du tabac, principalement en direction des plus jeunes. Son impact sur la consommation ne se verra qu’à moyen ou long terme. La plupart des consommateurs actuels sont dépendants du tabac et le changement de packaging n’est pas l’élément premier qui les poussera à arrêter de consommer, même s’il peut y contribuer ».

Les nouvelles « images-choc » apparaîtront à partir du 20 mai sur les paquets. Au Celtic ou ailleurs, songer à observer le comportement des consommateurs.

A demain

Le « frisson de la réanimation » au cœur de l’affaire des empoisonnements de Besançon ?

 

Bonjour

Pour l’heure, c’est encore « Frédéric P. , 45 ans ». Pour l’heure, l’affaire conserve son potentiel médiatique de sidération : un médecin anesthésiste soupçonné d’avoir empoisonné sept patients dont deux seraient morts suite à ses agissements. Comment parvenir à comprendre en dehors de tout contexte de fin de vie et d’aide à mourir dans la dignité ?

Le Parisien/Aujourd’hui en France (Louise Colcombet avec Stéphane Sellami) a enquêté et apporte quelques lumières.  Selon ses informations « les enquêteurs examineraient actuellement à la loupe pas moins d’une quarantaine d’autres cas suspects, dont une vingtaine mortels, survenus entre 2008 et 2017 à la clinique Saint-Vincent de Besançon (Doubs) ». Il a aussi interrogé Me Randall Schwerdorffer, l’avocat de Frédéric P. qui parle « d’horreur judiciaire ».

Selon l’avocat Frédéric P. est « un professionnel archi reconnu, de grande qualité, qui pratique 2 000 anesthésies par an, et dont le métier est plus qu’un métier : c’est une passion ». Ce dossier ne reposerait selon lui « que sur les impressions des enquêteurs qui se sont focalisés sur l’hypothèse criminelle au lieu d’explorer d’autres possibilités, une contamination accidentelle par exemple ». Et l’avocat ajoute, point clef :

« Cette affaire éclate uniquement parce qu’il est présent ou à proximité lors de ces incidents cardiaques, et parce qu’un collègue s’est étonné qu’il ait immédiatement posé le bon diagnostic. En clair, on lui reproche d’avoir été bon ! De là naît un parti pris chez les enquêteurs. On y raccroche ensuite des faits anciens pour lesquels il n’a pas été mis en cause, qui, subitement, deviennent des éléments à charge. (…) »

 « Garçon très professionnel »

La clinique Saint-Vincent vient d’annoncer avoir déposé une plainte alors même qu’une information judiciaire a été confiée à deux juges d’instruction. Le Dr Dreyfus Schmidt, président du comité médical de l’établissement et chirurgien orthopédiste a très souvent travaillé à ses côtés : « garçon très professionnel, très au fait des nouvelles techniques et sur le travail duquel nous n’avions jamais rien eu à redire », témoigne-t-il au Parisien. La suite :

« Mais le 11 janvier dernier, un premier incident éveille les soupçons : dans le bloc opératoire voisin de celui de Frédéric P., le patient endormi, pourtant en bonne santé, est victime d’un problème cardiaque grave. Appelé à la rescousse, Frédéric P. pose très vite le diagnostic et le ranime avec succès. Intrigué, l’anesthésiste en charge ordonne des analyses sur les poches perfusées à son patient pendant l’intervention.

 « Les résultats, reçus cinq jours plus tard, sont sans appel : celles-ci ont été contaminées à haute dose avec des produits dangereux. Un incident immédiatement signalé à l’agence régionale de santé (ARS) et au procureur de la République, qui pousse alors la clinique à remplacer l’ensemble des poches et à renforcer drastiquement les contrôles en interne. Mais le 20 janvier, le même scénario se répète, toujours en présence de Frédéric P., suscitant les doutes d’un deuxième anesthésiste. »

 Série télévisée

« Dans les deux cas, les analyses ont permis de retrouver de fortes quantités de potassium ou d’anesthésiques à doses létales », substances introduites « sciemment » dans ces poches « où elles n’avaient pas lieu d’être, a ensuite révélé Christine de Curraize, vice-procureure de Besançon, qui exclut l’erreur médicale. Il ne pouvait s’agir que d’actes volontaires de nature à entraîner la mort des patients. »

Les suspicions conduisent les policiers à faire le lien avec deux cas suspects survenus en 2008 et en 2016 dans cette même clinique, toujours en présence de Frédéric P. : un homme de 53 ans, opéré des reins, et une femme de 51 ans, hospitalisée pour une fracture, morts d’un arrêt cardiaque inexpliqué. Et puis une procédure ancienne, remontant à 2009, dans un autre établissement où Frédéric P. était présent. Et dans un communiqué voici la polyclinique de Franche-Comté qui évoque « trois événements graves » survenus sur « une courte période ». Des « faits troublants » qui avaient donné lieu à une enquête, classée sans suite.

 Depuis Besançon Le Parisien évoque, enfin, des policiers qui « s’interrogent notamment sur les motivations » de Frédéric P. Des policiers qui n’excluent pas « qu’il ait pu provoquer volontairement ces accidents cardiaques dans le seul but de se procurer le frisson de la réanimation ». Et voici que soudain, bien loin de Besançon, nous nous retrouvons comme projetés dans une série télévisée.

A demain

 

 

 

Radicalisation médicale: fin annoncée de la liberté d’installation et du secteur II (Manuel Valls)

 

Bonjour

Ironie : « Heureusement que Manuel Valls n’a pas été Premier ministre car nous aurions dégusté … » (Dr Claude Leicher, président de MG France).  Valls-Hamon-Peillon-Montebourg… Nous approchons du début de la primaire du Parti socialiste. Les gazettes ne publient plus de sondages mais nous susurrent que Manuel Valls serait peut-être sur le reculoir, que l’utopiste Hamon, soudain, séduirait ….

Plus loin, sur la droite, c’est Emmanuel Macron qui occupe le devant de la scène. Emmanuel Macron qui assure ne pas être une bulle mais bien une vague (montante).  Emmanuel Macron dont Le Monde (François Fressoz) affirme qu’il « rend fou les socialistes ».

Emmanuel Macron le séducteur, connecté-libéral, qui n’oublie plus le médical. Emmanuel Macron qui double Marisol Touraine sur le front de la Sécurité sociale. Marisol ministre avait rêvé le remboursement à 100 % des lunettes et prothèses auditives. Avec Emmanuel ce sera(i)t fait en 2022.

Santé administrée

Manuel Valls ? Désormais l’ancien Premier ministre érige l’accès aux soins en priorité des priorités. Il affirme sa volonté d’«en finir avec les dépassements d’honoraires en secteur II conventionné ». Il propose une « convergence tarifaire progressive vers un tarif unique et opposable ». Et puis, le 9 janvier, nouvelle salve, nouvelle recette radicale, cette fois contre la désertification médicale.

« Au vu des difficultés actuelles, nous n’avons plus d’autre choix que de limiter la liberté d’installation, déclare-t-il au Parisien Aujourd’hui en France. Je ne suis pas favorable à une santé administrée mais face à une forme d’impuissance, il faut avancer. » Dans son programme officiel, l’ancien Premier ministre  avait simplement affirmé vouloir intensifier la lutte contre les déserts médicaux et annonçait un « grand plan de la médecine de proximité avec les soignants et les patients ». Il s’était aussi déclaré pour la suppression du numerus clausus, en faveur d’une réforme des études médicales et des modes de rémunération afin de répondre aux aspirations des professionnels.

Impuissance-inefficacité

« En affichant sa ferme volonté d’encadrer la liberté d’installation, Manuel Valls tranche avec la politique du gouvernement qu’il a dirigé pendant les trois dernières années, rappelle Le Quotidien du Médecin. Lors des conclusions de la grande conférence de la santé, il y a moins d’un an (11 février 2016) le Premier ministre souhaitait alors mieux faire connaître les aides à l’installation des médecins, dans la foulée du pacte territoire-santé.

« Nous poursuivons ainsi notre objectif d’encourager l’installation des professionnels en secteur à tarifs opposables, afin de garantir l’accès aux soins à tous »,

Encourager hier, contraindre maintenant: cela s’appelle le changement. Et Manuel Valls ne prendre le risque d’affirmer chaque jour qu’il a changé.  Au-delà de l’ironie le Dr Claude Leicher, déplore la « démagogie politique poussée à l’extrême » de ce candidat socialiste : « C’est un discours d’impuissance et d’inefficacité. Il ne l’a pas fait car il ne peut pas le faire. Il faudrait obliger les gens à terminer leurs études de médecine, à choisir la médecine générale et à s’installer en médecine libérale là où on leur demande. Cela fait beaucoup d’obligations. »

Droit de chasse

Le président de MG France est dans le vrai : les responsables politiques français sont, sur ce front, dans une situation impossible. On vient de le voir avec la brutale reculade de François Fillon sur la Sécurité Sociale. Premier ministre Manuel Valls ne s’était guère intéressé aux questions médicales laissant Marisol Touraine ferrailler pendant des mois pour, in fine, obtenir un tiers payant généralisé que François Fillon entend détricoter.

Le responsable politique français n’est pas né qui pourrait exprimer sa volonté de toucher au secteur II et/ou à la liberté d’installation. Visser sa plaque où on le veut, être libre de dépasser ses honoraires comme on l’entend. Ce sont là des droits plus ou moins exercés mais auxquels le politique ne peut toucher sans prendre le risque d’être décapité. C’est l’équivalent de l’antique droit de chasse, des ces droits de passage dont on ne retrouve plus la trace dans le cadastre. C’est une relique d’un âge d’or qui n’a jamais existé, une symbolique qui doit rester hors des mains de l’exécutif.

On attend, sur ce front, les solutions d’Emmanuel Macron.

A demain