Pas d’ « amitiés » masculines pour les femmes mariées

Bonjour

La question qui nous est adressée par mail est la suivante :

« J’ai un mari qui m’aime beaucoup, des enfants. Je mène une vie active, mais je sens un tel vide en moi que je rêve d’une grande, d’une belle amitié masculine. J’ai cru la rencontrer. Mais l’homme jeune et si fin auquel j’ai écrit ne m’a répondu que par le silence. Ne devrait-il pas me répondre ? »

Via ce blog nous répondrons ceci :

« En gardant le silence, il a adopté le parti sage et digne qui, seul, convenait et que beaucoup d’autres peut-être n’auraient pas pris. Cette amitié qui, pour vous, prenait déjà la couleur de l’amour, était incompatible avec votre état de femme mariée et sa situation personnelle. Ce qu’il aura pensé de vous ? Que vous étiez une impulsive une rêveuse, incapable de maîtriser ses sentiments et qu’il devait se mettre à l’abri des tentations dont vous seriez devenue la cause et vous protéger en même temps contre vous-même.

Amour hors mariage

Bien des femmes connaissent les mêmes regrets que vous, la même impression de vide. Il faut dominer cela, sinon on se croit sûre de soi, on a la fierté de sa force et de sa droiture, et puis l’on succombe un jour au vertige enivrant et banal qui attend presque fatalement les « amitiés » de ce genre et dont les conséquences sont laides et torturantes. Cherchez des distractions saines et vivifiantes, telles que la musique qui vous en a procuré déjà ; travaillez à épanouir l’âme de vos enfants ; cessez de vous analyser vous-même. Appréciez ce qui vous est donné. Ne faussez pas votre conscience ; tous les raisonnements pour justifier l’amour hors du mariage sont faux, dangereux, propres à mettre le trouble dans votre vie et dans la vie de ceux qui vous entourent.

Pointer et grandir…

Cela ne signifie pas, bien entendu, qu’une femme mariée doit fuir d’une façon absolue toute conversation ou échange de pensée avec un homme ! Mais elle doit se maintenir sur un terrain franc et cordial, et tel que son mari n’en éprouve ni jalousie ni chagrin. (Je ne parle pas des jaloux morbides qu’il est sage de ne pas épouser !). Dès que le « seule à seul » commence à être souhaité, le danger pointe et il faudrait, tant d’un côté que de l’autre, une conscience et une maîtrise de soi bien exceptionnelles pour qu’il cesse de grandir, et très vite… »

Nous signerons « J. » évitant ainsi de choisir notre genre.

Explainer

Ces italiques sont celles qui figurent dans le N° 1, du 7 janvier 1951 du Petit Echo de la Mode. Hebdomadaire. 32 pages. Les courriers sont à adresser  1 rue Gazan, dans le 14ème arrondissement de Paris. L’abonnement annuel est à 450 francs (1000 francs pour l’étranger). L’explainer de ce numéro est consacré au  complexe d’infériorité « expression à la mode mais pas très claire ». Il est signé Berthe Bernage.

La partie histoire est consacrée aux femmes célèbres qui ont choisi de conserver le nom de leur mari pour signer leurs écrits. Comme Mme de Sévigné (née Marie de Rabutin-Chantal). Ou Marie-Madeleine Pioche de La Vergne (1634-1693). Marie Madeleine  qui préféra signer Mme de la Fayette (son comte de mari vivant presque toujours loin d’elle) sa Princesse de Clèves.

Rouge Baiser

On vante actuellement les gansés, les idées pour moderniser les rideaux, les jolis bavoirs, les robes avec de courts métrages. Les réclames sont celles de la « Crème Simon » (une « vraie crème de famille »), la « Jouvence de l’Abbé Soury », le catalogue (gratuit) de « Prénatal », « Vitapointe », « Dunn-Epi »l, « Nivéa » (« parce que c’est en hiver que vous avez le plus besoin d’être belle »), la masque facial « Végébom » (« pour garder son secret la quarantaine dépassé« ) et « Cutex » (« Jusqu’au bout des ongles soyez raffinée … »). Un seul « Cadum » vous convaincra  et « Rouge Baiser » qui « permet le baiser ».

Chienlit

Janvier 1951. De Gaulle n’est plus au pouvoir et n’y reviendra pas avant longtemps. C’est le temps des partis et de la chienlit. La France commence à exploiter le gaz de Lacq.

Soixante-trois ans plus tard la chienlit a disparu de France. Le gaz de schiste y est interdit mais les amitiés masculines assez largement autorisées. Une loi sur l’équité vient d’ailleurs d’être votée.

Janvier 2014. Qui veut entrer dans le monde merveilleux du Petit Echo de la Mode, le « Plus Grand Magazine Familial de l’Histoire » ?  C’est ici.

A demain