«Levothyrox» et obligation de onze vaccinations: voici le temps de la radicalisation

Bonjour

Combien seront-ils et quelle sera la médiatisation du rassemblement parisien d’« Ensemble pour une vaccination libre », déclinaison d’un mouvement européen . La « Grande Manifestation Nationale » est prévue le samedi 9 septembre à 14 h devant le Ministère de la Santé. Les organisateurs entendent ainsi « protester contre le projet liberticide » du gouvernement français

« Agnès Buzyn, ministre de la Santé, veut faire passer en force à l’Assemblée Nationale et au Sénat à l’automne, le projet de loi liberticide permettant de rendre obligatoires onze vaccins pour les enfants de moins de deux ans dont l’hépatite B ou le ROR et de poursuivre pénalement les parents récalcitrants, expliquent-ils. Ce projet de loi bafoue les droits fondamentaux de chaque personne, notamment celui de la liberté thérapeutique, de la liberté de disposer de son corps, sans qu’il y ait la moindre justification épidémiologique. L’Etat ne doit pas se substituer à l’autorité parentale en matière de santé. Face à la défiance, la pédagogie doit primer sur la coercition. »

Indisponibilité du corps humain

Et les opposants de développer leurs arguments : Selon la loi Kouchner, “Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment” ; La Convention d’Oviedo dispose dans son article 3 de la « Primauté de l’être humain  –  L’intérêt et le bien de l’être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science » ; L’arrêté Salvetti (Italie) de la Cour Européenne des Droits de l’Homme a rappelé “qu’en tant que traitement médical non volontaire, la vaccination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée, garanti par l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales ».

« Nous ne pouvons pas nous laisser voler notre droit fondamental à la liberté de disposer de notre corps » ajoutent-ils, oubliant ici étrangement les concepts de non patrimonialité et d’indisponibilité du corps humain.

Pour l’heure le pouvoir exécutif semble sans réponse face à cette contestation grandissante. Quand Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé développera-t-elle, sur le fond, un argumentaire de nature à soutenir véritablement le choix politique qui vient d’être fait – et l’entrée en vigueur de la mesure au 1er janvier prochain ?
« Ce dont nous avons besoin aujourd’hui pour faire des choix éclairés, ce n’est pas d’un discours sur la vaccination mais de faits, vaccin par vaccin », écrit fort opportunément la journaliste Lise Barnéoud, dans son récent « Immunisés, un nouveau regard sur les vaccins » (éditions Premier Parallèle). « Parler de la vaccination de façon globale génère des incohérences et des contre-vérités susceptibles d’alimenter la défiance, explique-t-elle dans Le Point. Chaque vaccin est spécifique en termes d’enjeu, d’avantages et d’inconvénients. Il ne faut pas avoir peur de rentrer dans la complexité du sujet et d’aborder les controverses. Pour chaque vaccin, on devrait trouver sur Internet les différents effets indésirables possibles et leurs taux de notification. Car, si on va dans le détail, on se rend bien compte que les risques sont très faibles à l’échelle individuelle (toujours inférieurs à 1 pour 100 000 concernant les problèmes graves) et que, le plus souvent, ils concernent des personnes prédisposées. »

Claude Malhuret et François Ruffin

Sur l’autre front de la contestation-dénonciation : l’affaire du Levothyrox. Elle aussi donne lieu à une forme d’extension radicalisation. Pour l’heure celle-ci est dirigée par Michèle Rivasi, « députée européenne écologiste et biologiste agrégée ». Elle dénonce « une nouvelle faillite de l’alerte sanitaire » et exige à la fois « un renforcement de la pharmacovigilance » et « le retour à l’ancienne formule ». Prochaine étape (à la veille de la manifestation parisienne contre la vaccination obligatoire) : une conférence de presse « suivie d’un rassemblement devant l’Assemblée nationale avec les associations de malades ».

Sur l’estrade sont annoncés  Marie-Odile Bertella-Geffroy (ex magistrate, responsable du Pôle santé du TGI de Paris, avocate spécialisée dans les questions sanitaires), André Cicolella (chimiste, toxicologue et chercheur français en santé environnementale, spécialiste de l’évaluation des risques sanitaires), Philippe Even (ancien doyen de la faculté de médecine de Paris et président de l’Institut Necker), Chantal Lhoir (présidente-fondatrice de l’association française des malades de la thyroïde –AFMT). Ainsi (sous réserve) que  Claude Malhuret (sénateur, Les Républicains),  Laurence Cohen (sénatrice, Groupe communiste, républicain et citoyen) et François Ruffin (député, La France Insoumise).

Où l’on voit, signe des temps agités que nous traversons, que certains combats peuvent étrangement réunir des personnalités que rien, jusqu’ici, ne semblait pouvoir rapprocher.

A demain

Perturbateurs endocriniens : et à la fin, le petit Paris s’inclina devant le très grand Berlin

Bonjour

Après les deux discours remonte-en-ligne du Président et du Premier Ministre, c’est une solide défaite qu’enregistre la France sur le front mouvant des perturbateurs endocriniens. Le Monde s’en indigne (Stéphane Horel et Stéphane Foucart) qui a fait de ce sujet un militantisme environnemental éditorial. Résumons: la Commission européenne a obtenu, mardi 4 juillet lors d’un « comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale », un vote favorable des Etats membres quant à son projet de définition réglementaire des perturbateurs endocriniens.

« La majorité qualifiée a été obtenue grâce au revirement de la France, résume le quotidien vespéral. Elle s’opposait pourtant depuis plus d’un an, aux côtés du Danemark et de la Suède, à un texte jugé trop peu protecteur de la santé publique et de l’environnement par les sociétés savantes et les organisations non gouvernementales. Berlin, favorable à une réglementation peu contraignante pour l’industrie, a eu gain de cause. » Et voici la lecture qu’en fait Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne :

« Après des mois de discussion, nous avançons vers le premier système réglementaire au monde pourvu de critères légalement contraignant, définissant ce qu’est un perturbateur endocrinien. C’est un grand succès. Une fois mis en œuvre, ce texte assurera que toute substance utilisée dans les pesticides et identifiée comme perturbateur endocrinien pour les humains ou les animaux pourra être évaluée et retirée du marché. »

Particulière virulence

C’est, pour tout dire un sujet d’une grande complexité scientifique, médicale, réglementaire et politique. Un sujet où les oppositions sont d’une particulière virulence et qui n’est pas sans faire songer aux polémiques inhérentes au dossier du réchauffement climatique.

Et d’abord de quoi parle-t-on ? L’exécutif européen avait proposé des critères de définition des perturbateurs endocriniens en juin 2016. Un an et quelques amendements plus tard, le texte est accepté par le comité technique chargé du dossier, au sein duquel siègent des experts représentant les Vingt-huit. Une fois appliqué, il « assurera que toute substance active (utilisée dans les pesticides) identifiée comme perturbateur endocrinien pour les personnes ou les animaux pourra être évaluée et retirée du marché », a expliqué le commissaire européen à la Santé Vytenis Andriukaitis.

Un certain nombre de scientifiques demandaient quant à eux qu’une échelle graduée soit mise en place, distinguant les perturbateurs endocriniens « suspectés », « présumés » et « avérés » – sur le modèle de la classification des substances cancérogènes par le CIRC. Qui plus est le texte adopté conserve une clause (ajoutée à la demande expresse de Berlin) permettant d’empêcher un retrait des pesticides « conçus spécifiquement pour perturber les systèmes endocriniens des insectes ciblés ». « Et ce, alors qu’ils sont aussi susceptibles d’atteindre ceux d’autres espèces animales, dont les humains » assure Le Monde.

Exemption allemande

Et le ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot ? Il a déclaré sur France Info que l’Allemagne avait « obtenu cette exemption parce que [son] industrie tient évidemment à les conserver le plus longtemps possible ». Le tout nouveau ministre a assuré que les experts français plancheraient sur ces pesticides et que « si leur dangerosité est avérée, nous les sortirons unilatéralement du marché ». M. Hulot a néanmoins salué l’adoption de ces critères comme « une avancée considérable », ouvrant « une brèche qui ne va pas se refermer ». Et en même temps la « Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme » (aujourd’hui dirigée par l’ancienne journaliste Audrey Pulvar) d’évoquer « une définition au goût amer ».

Dans le camp des géants industriels la colère n’est pas moins vive. « Les critères ne fournissent aucune protection supplémentaire pour la santé et l’environnement et ne servent qu’à avoir un impact disproportionné et discriminatoire sur les agriculteurs européens qui vont souffrir d’une nouvelle réduction arbitraire du nombre d’outils à leur disposition », a réagi Graeme Taylor, porte-parole de l’ECPA, organisation européenne qui réunit les grands du secteur (BASF, Dow, DuPont, Monsanto, Syngenta etc.).

Et les deux camps d’en appeler le Conseil (représentant les Vingt-huit) et le Parlement européen à rejeter le texte adopté. Réponse avant la fin de l’été.

A demain

 

 

 

Le mandarin et l’affaire des onze vaccins : faute de convaincre va-t-on oser contraindre ?

Bonjour

Obliger à vacciner les enfants et en même temps ne pas contraindre les parents qui s’y refuseraient… Comment un président jupitérien fera-t-il avec la somme des incohérences que lui ont laissée en héritage ses prédécesseurs décidément trop humains ? Tout se passe comme prévu : l’étrange entretien accordé il y a quelques jours au  Parisien – Aujourd’hui en France  par Agnès Buzyn a relancé la polémique et les incompréhensions, les diatribes et les excommunications.

La nouvelle ministre de la Santé (et des Solidarités) a tenu à informer la population qu’elle « réfléchissait » à rendre obligatoires onze vaccinations pédiatriques. C’était trop ou trop peu. Un ministre ne prend la parole que lorsqu’il a décidé (ou lorsqu’il démissionne, comme vient de le faire l’éphémère ministre des Armées). A peine Mme Buzyn avait-elle parlé qu’on l’accusait de faire des cadeaux aux géants de l’industrie pharmaceutique. Le conflit d’intérêts est le démon de notre époque. Il se niche partout, hier dans les bénitiers, aujourd’hui dans les détails.

Irréalisme ministériel

Jusqu’à présent personne (ou presque) ne montait au front médiatique dans le camp pro-vaccinal. C’était compter sans le Pr François Bricaire , ancien chef de service des maladies infectieuses et tropicales (hôpital de La Pitié-Salpêtrière) membre de l’Académie de Médecine, président de la commission des relations et opérations internationales du conseil d’administration de la Croix-Rouge française. Un médecin qui n’est pas sans rappeler ce que pouvaient être, jadis, les mandarins. Extraits d’un petit entretien accordé au Point :

« Il me semble utile d’imposer la vaccination puisque l’on n’arrive pas à convaincre les parents du bienfondé de cette pratique. Ce serait une décision courageuse. J’ajoute que je suis très réservé sur la possibilité laissée aux parents de s’opposer à la vaccination de leur enfant. En revanche, dire que cette obligation ne durera que cinq à dix ans ne me paraît pas réaliste. Dans quelques années, il y aura toujours autant d’arguments pour obliger les gens à se protéger de la rougeole ou de la méningite.

Philosophie politique

Pour le Pr Bricaire les onze vaccinations annoncées se justifient pleinement. « Et que l’on ne vienne pas m’opposer l’un des principaux arguments des anti-vaccinaux selon lequel on agresse ou on sature le système immunitaire des enfants avec ces pratiques, répond-t-il à ses adversaires. Il est soumis à bien plus rude épreuve avec tous les antigènes présents dans l’air, la terre ou encore les aliments et avec lesquels nous sommes en permanence en contact. Ce ne sont pas onze antigènes vaccinaux qui vont changer les choses. »

On lui demande s’il est favorable à une obligation du vaccin contre la grippe pour tous les professionnels de santé. « Oui, puisque les explications et les recommandations ne suffisent pas, répond-il.  J’estime qu’il est important de protéger ses malades, de protéger les gens que l’on fréquente, que l’altruisme doit exister, que nous évoluons dans une communauté que nous devons protéger. »

Question : peut-on imposer l’altruisme ? C’est une question philosophique et, en même temps, politique. Une question pour le président Macron.

A demain

 

Va-t-on abattre tous les macaques infectés par l’Herpès B vivant dans les zoos français ?

 

Bonjour

L’affaire a été révélée par Sud Ouest : plus de 160 macaques de Java d’un parc animalier français viennent d’être « euthanasiés ». Cela s’est passé le 18 mai à Labenne (Landes), à la « Pinède des singes ». Quelques explications ont été données par la sous-préfecture de Dax : « Il ne s’agit pas d’une suite du redressement judiciaire. Les singes ne sont pas euthanasiés pour des raisons économiques mais sanitaires, après des tests réalisés par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) ».

Une partie de la population landaise, qui ne disposait pas de l’ensemble des informations, a été très émue par la situation, certains habitants proposant de prendre des singes chez eux. L’agent d’accueil de la mairie a même été agressée verbalement. Une manifestation a failli être organisée. Sud Ouest :

« ‘’Certaines formes d’herpès peuvent effectivement être très dangereuses pour l’homme en cas de morsure », explique Emmanuel Le Grelle, directeur de La Vallée des singes, dans le département de la Vienne, une des références zoologique du pays. Impossible pour le moment de savoir comment ces macaques de Java ont contracté le virus : « Ce n’est pas une espèce particulièrement fragile. Mais les conditions d’hébergement, et même les conditions de détention, étaient exécrables. Les singes étaient dans des conteneurs non chauffés par exemple. C’était indigne. » »

Dans les Landes les 163 macaques de Java (Macaca fascicularis ou macaque à longue queue) étaient « porteurs sains » du virus de l’herpès B, potentiellement mortel pour l’homme. « A priori, la décision d’abattage semble sage. Mais voilà, la situation est bien plus complexe qu’il n’y paraît et il semble que des motifs économiques se cachent derrière ce choix, croit savoir Le Point (Frédéric Lewino). En effet, la prévalence du virus de l’herpès B parmi les macaques de Java des zoos du monde entier est très forte, sans qu’aucun cas de transmission à l’espèce humaine n’ait jamais pu être constaté. Les seuls cas avérés l’ont été en laboratoire. »

Méningo-encéphalites mortelles

Le risque, en cas de transmission à l’homme, est celui d’une méningo-encéphalite très souvent mortelle. A dire vrai l’affaire est prise très au sérieux par les autorités sanitaires américaines : « B-virus from Pet Macaque Monkeys: An Emerging Threat in the United States ? ». Le Point :

« Pendant des années, La Pinède des singes a attiré nombre de touristes venus observer une colonie de macaques de Java s’ébattant en toute liberté dans une forêt de six hectares. Personne n’a, alors, jamais rien trouvé à redire sur l’état sanitaire des singes qui étaient déjà porteurs du virus de l’herpès B, comme la plupart des autres macaques de Java en captivité. Au fil des années, les installations se sont délabrées. Après différentes procédures administratives suspensives, le parc animalier a été placé en avril 2016, en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Dax.

C’est un zoo voisin, de Labenne, qui a été chargé de s’occuper des macaques. C’est alors que les services vétérinaires départementaux se sont mis subitement à s’inquiéter des risques que pouvaient faire courir les macaques à leur soigneuse. La préfecture a demandé des analyses sanguines sur les singes. »

Deux macaques recherchés

Conclusions : 115 macaques positifs, 24 douteux et 17 négatifs. Confirmation demandée par les services préfectoraux à un laboratoire américain.  La DDCSPP (direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations) saisit alors l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire, alimentation, environnement, travail) qui émet un avis daté du 12 avril 2017 : « avis relatif à l’évaluation du risque lié à l’infection d’un groupe de macaques (Macaca fascicularis) par le Macacine Herpesvirus 1 ». On peut y lire ceci :

« L’euthanasie de macaques infectés par le MaHV1 représente un risque particulier d’exposition des personnes chargées de la réaliser. Si une décision d’euthanasie (quel que soit le nombre de singes concernés) était prise par les gestionnaires, les experts soulignent que tous les acteurs associés à une telle procédure devraient être formés à ce type d’opération et être informés du risque et prendre les mesures de précaution adaptées. Au-delà des risques sanitaires, le Groupe d’expertise collective d’urgence souligne le risque psycho-social pour le personnel du parc, en cas d’implication de ce dernier dans une telle opération. »

On apprend aussi que deux macaques ont été transférés dans un autre zoo, zoo fermé depuis. « Il conviendrait de rechercher et d’informer les détenteurs actuels de ces singes sur le risque d’infection par le MaHV1 » souligne l’Anses.

« Ce qui affole les protecteurs des animaux et différentes associations, c’est que la décision de la préfecture des Landes soit étendue à tous les parcs et zoos de France » précise Le Point. Pourquoi ne le serait-elle pas ? Et qui décidera ?

A demain

Marché et stérilité : abuse-t-on aujourd’hui de la procréation médicalement assistée ?

Bonjour

Cela commence par un éditorial dérangeant publié par l’European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology – un texte repéré par l’APM, reprise par  Le Point puis par le site pourquoidocteur.fr.

Célébrera-t-on, après-demain, les quarante ans de Louise Brown, premier « bébé-éprouvette » ? Mettra-t-on alors en perspective le phénomène considérable qu’est devenu la procréation médicalement assistée, les nouvelles « promesses de parentalité » et les évolutions du concept d’infertilité ? Et intègrera-t-on l’ensemble dans la dynamique offre-demande du marché ?

Pas d’alarme sur le sperme

« Entre 1997 et 2011, près de 900 000 enfants sont nés par FIV en Europe et ce nombre pourrait avoir dépassé 1,4 million aujourd’hui », précisent les auteurs, hollandais et autrichiens de l’éditorial. Ils exposent un paradoxe européen : il n’existe aucune baisse de la fertilité de nature à justifier une telle évolution. Ils ajoutent aussi que les annonces alarmistes (récurrentes et médiatisées) sur la baisse de la qualité du sperme ne sont nullement justifiées d’un point de vue scientifiques.

Comment comprendre ? Il y a certes le recul progressif de l’âge des premières maternités – mais il ne saurait, à lui seul, expliquer la progression du recours à la technique de la FIV. Sans doute faut-il aussi compter avec la facilité (et la rapidité) avec laquelle le diagnostic de stérilité (ou d’« hypofertilité ») est aujourd’hui porté ; une facilité d’autant plus grande qu’il faut désormais compter avec les pratiques ouvertement mercantiles de certains centres de PMA et le développement d’un tourisme procréatif se jouant des frontières éthiques nationales.

Le souhait du candidat Macron

Tout, en somme, converge pour que le marché de la PMA se développe et que des gestes initialement à visée thérapeutiques (la FIV et l’ICSI) soient mis en œuvre avant même que le diagnostic qui devrait les justifier soit porté et confirmé. Et c’est bien dans ce cadre qu’il faut aujourd’hui inscrire le souhait exprimé (avant son élection à la présidence de la République) par Emmanuel Macron : permettre aux femmes seules (et aux couples de femmes) de pouvoir avoir accès aux techniques de procréation médicalement assistée. La dimension thérapeutique s’effacerait alors un peu plus au bénéfice d’une demande individuelle et sociétale. Avec quelles conséquences ?

Emmanuel Macron candidat avait ajouté qu’une fois élu il attendrait, sur ce point politiquement crucial, l’avis du Comité national d’éthique. Il n’est pas le seul.

A demain

Football, alcool et publicité: des politiques préparent la rentrée des grands alcooliers

 

Bonjour

C’est un symptôme, il reste à l’interpréter. L’information est contenue dans un rapport que Le Parisien/Aujourd’hui en France (Ronan Folgoas) a pu consulter. Ce document est l’œuvre de trois sénateurs :  Dominique Bailly (PS, Nord), Jean-Jacques Lozach (PS, Creuse) et Claude Kern (UDI, Bas-Rhin). Un point les réunit : ils sont partisan d’une modification de la loi Evin de manière autoriser la vente d’alcool dans les stades.

« Ils ont, nous dit le quotidien, exploré ces derniers mois les arcanes du football professionnel français par le biais d’une trentaine d’auditions. Leur mission d’information, débouche sur diverses propositions innovantes et sujettes à controverse. Le trio de parlementaires se déclare d’abord en faveur d’une modification de la loi Evin pour ‘’permettre la vente d’alcool dans les stades ainsi que la publicité pour certaines boissons alcoolisées’’. » Nous ne sommes plus, ici, à l’époque de la buvette à l’ombre des vestiaires : la « manne supplémentaire » (sic) pour les clubs professionnels français est estimée entre 30 et 50 M€ annuels.

Logique républicaine

Le Point reprend l’information et fait quelques rappels pratiques. Il est interdit (depuis 1991 et la loi Evin) de distribuer de l’alcool dans les stades, dans les salles d’éducation physique, les gymnases et, plus généralement, dans tous les établissements d’activités physiques et sportives. Or, contrairement à toute logique républicaine, l’alcool (de luxe) peut couler à flots dans les loges et les salons des stades dès lors que ces espaces bénéficient des autorisations liées à la restauration.

Les clubs disposent également de dix dérogations par an, accordées par le maire ou le préfet, pour vendre des boissons alcoolisées dans tout le stade si la demande est formulée par son association (un club est une entité scindée en deux : une entreprise et une association). Diverses observations montrent que cette réglementation peut être contournée. Reste l’essentiel, parfaitement compris par les gros bonnets de la Ligue de football professionnelle : l’affichage des publicités qui pourraient être associées aux droits financiers des retransmissions télévisées.

Bière et convivialité

Mais, sans doute pour noyer le poisson, on s’attache à traiter d’autre sujets. A commencer par la sécurité et la nécessaire maîtrise des hordes de supporters éméchés.  Faux problème répond-on puisqu’aujourd’hui, pour contourner cette loi, de nombreux supporters boivent massivement en dehors du stade avant le match. Ainsi Arnaud Rouger, directeur des activités sportives de la Ligue dans Le Parisien  : « Ce n’est pas parce que vous vendez de la bière qu’il y a plus d’insécurité. Au contraire, jusqu’ici, certains spectateurs consomment en quantité avant de venir et arrivent complètement ivres, parce qu’ils savent qu’ils ne pourront pas boire à l’intérieur de l’enceinte. » Quant à Mathieu Ficot, directeur du développement économique de la Ligue, il assurait dans les colonnes de L’Equipe en avril 2016 que la bière « renforce le côté convivial de la soirée ».

Où l’on voit la complexité que peut, ici, revêtir le concept de convivialité.

A demain

 

Emmanuel Macron candidat, la symbolique électronique du prix du tabac et autres blablas

 

Bonjour

Dans le dernier numéro du Point notre confrère et ami Pierre-Antoine Delhommais consacre sa chronique économique au « ‘’Coût’’ de tabac d’Emmanuel Macron ». Il rappelle que le candidat de la politique-mystique, s’il est élu, a fait la promesse (sur RTL) d’augmenter de plus de 40% le prix du paquet de cigarettes. Il s’agit pour lui de porter l’objet de cette addiction à « une frontière symbolique, significative et dissuasive ». Où l’on retrouve les éléments de langage qu’affectionne l’ancien locataire de L’Elysée et de Bercy réunis.

Pas de plus beau sujet politique que le tabac quand on veut parler de santé et de prévention (80 000 morts prématurées par an, première cause de morts évitables). On se souvient peut-être qu’Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de la Présidence de la République française lorsque François Hollande lança, le 4 février 2014, un Programme national de réduction du tabagisme. Et qu’il était ministre de l’Economie quand Marisol Touraine tenta de le mettre en œuvre- contre la volonté des ministères de Bercy opposés à une augmentation des prix.

Dépendant avant emploi

Pour sa part Pierre-Antoine Delhommais nous donne des chiffres sur les liens étroits qui existent entre chômage et consommation de tabac. « Pa le traumatisme psychologique et social qu’il provoque, la dépréciation de soi qu’il entraîne et le stress qu’il génère, le chômage favorise l’addiction à toutes sortes de drogue, en particulier le tabac », écrit-il, fort justement. En 2014 : 30 % de fumeurs chez les travailleurs contre plus de 48 % chez les chômeurs. Les sans-emploi de longue durée sont les habitués des buralistes.

« En résumé, écrit Pierre-Antoine Delhommais, le moyen le plus efficace de lutter contre le tabagisme et ses dégâts consiste à faire baisser le chômage. Et non l’inverse, comme le laisse entendre M. Macron. » Est-ce bien certain ? C’est, notamment, faire bien peu de cas de la puissance de l’addiction au tabac et de la proportion qui deviennent dépendant avant même d’avoir trouvé un emploi.

Le chroniqueur du Point rappelle que les taxes sur alcools et tabac rapportent chaque année une quinzaine de milliards d’euros (trois fois plus que l’ISF) : « les impôts sur les pauvres rapportent plus que les impôts sur les riches ». Et il en tire la conclusion qu’augmenter massivement le prix des cigarettes n’est pas une mesure « de gauche » dans le sens où c’est pénaliser les plus défavorisés : « des personnes ayant des conditions de vie difficiles sont logiquement moins sensibles aux risques de décès prématurés liés au tabagisme ». Il ajoute que certains ménages (10% des plus pauvres) consacrent jusqu’à 25 % de leurs revenus (contre 2% pour les plus aisés).

Sirènes socialistes

Augmenter le paquet de 3 euros équivaut à une augmentation chez le dépendant moyen à une dépense annuelle supplémentaire de plus de 1000 euros. On comprend le raisonnement : parvenir à augmenter drastiquement le prix du tabac (en déjouant les mécanismes pervers des fabricants) serait « un facteur d’accroissement des inégalités sociales ». Mais on comprend aussi que, le chroniqueur nous pardonnera, que ce raisonnement ne tient pas.

Il y a, bien évidemment, le coût considérable des dégâts induits par l’addiction au tabac. Il y a l’évidente nécessité politique, sanitaire, éthique de voir un Etat agir contre ce fléau qu’il entretient tout en donnant l’illusion de lutter contre. Des pays qui n’ont pas succombé aux sirènes socialistes (le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Australie) mènent cette guerre avec des succès croissants. Dans une telle optique l’augmentation massive et constante des prix du tabac n’est que l’un des outils. Il ne prend son véritable sens (politique, sanitaire et éthique) que dans une approche générale de la réduction des risques et une aide multiforme aux personnes victimes de leur addiction. En y intégrant, ce que le quinquennat finissant s’est refusé à faire, la cigarette électronique.

A demain