Une édifiante métaphore du Mediator® à base de politique et de boissons alcooliques

Bonjour

23 septembre 2019 : tous les projecteurs médiatiques français braqués sur la salle d’audience du procès du Mediator®. Un procès hors norme, gigantesque, battant tous les records. Les médias se copient à l’envi : une « affaire emblématique de santé publique », « l’échec des autorités sanitaires », des « liens incestueux entre l’industrie du médicament et certains experts scientifiques et hauts dirigeants français », quatorze personnes physiques et onze personnes morales, dont les laboratoires Servier et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). 

« Tromperie aggravée » d’un côté ; de l’autre « homicides et blessures involontaires ». Sans oublier le nombre de parties civiles (près de 4 500), la durée (six mois programmés, soit, rappelle Le Monde (Emeline Cazi), « l’équivalent du procès de Maurice Papon en 1997 et 1998 ». , le nombre de Entre 1976 et 2009, cinq millions de personnes ont consommé du Mediator® prescrit par des médecins, délivrés par des pharmaciens. Un nombre de morts dont la liste n’est pas définitivement arrêtée et qui risque encore de s’allonger.

Et dans le paysage, atypique : Prescrire, mensuel qui vit le jour peu après la mise sur le marché de la funest spacialité des Laboratoires Servier. Prescrire indépendant dont la raison de vivre est très précisément aux antipodes du Mediator® mais qui (pourquoi ?) parle plus volontiers ici de « désastre » que de « scandale ». Prescrire qui donne aujourd’hui la parole à Me Charles Joseph-Oudin, avocat de 250 victimes. Comment ces dernières analysent-elles les responsabilités respectives de l’Agence nationale de sécurité du médicaemnt et des Laboratoires Servier ?  

Qui était en charge du contrôle des titrages alcooliques ?

« Les victimes que je représente sont convaincues de la coexistence, comme les deux faces d’une même pièce, de deux grands cercles de responsabilité : d’un côté les sociétés Servier, de l’autre l’Agence française du médicament, qui n’est pas parvenue à s’imposer, par exemple, en 1999, en n’obtenant pas de la firme une étude sur la pharmacocinétique du benfluorex. Ces deux cercles de responsabilité se recoupent. Au milieu se trouvent, entre autres, certains experts de la Commission d’autorisation de mise sur le marché de l’Agence. Ces experts, qui en même temps conseillaient Servier, devront, au procès, répondre de « prise illégale d’intérêts ».

« Le volet qui les intéresse le plus est le délit de « tromperie » reproché à la firme. La question est très simple : la firme Servier a-t-elle correctement informé les médecins et les consommateurs de Mediator®  (benfluorex) de sa dangerosité et de sa parenté avec d’autres dérivés de l’amphétamine, notamment sa métabolisation en norfenfluramine ?

En fait, dès 1993, une étude que la firme a commandée en Angleterre montre que le benfluorex se transforme en norfenfluramine, métabolite proche de deux autres médicaments de la même firme, la dexfenfluramine (Isoméride°) et la fenfluramine (Pondéral®).

« L’autorisation de mise sur le marché (AMM) d’Isoméride®  et de Pondéral®, suspectés de porter atteinte aux valves cardiaques, est suspendue en 1997. Pourtant, comme le montre l’enquête des juges, la firme répond en 1999 aux autorités françaises n’avoir jamais analysé la pharmacocinétique de Mediator®. Bien que parent d’Isoméride®  et Pondéral®, Mediator®  n’est alors pas retiré du marché. L’existence de l’étude anglaise sera révélée en 2011 dans la presse et versée à la procédure judiciaire. »

Pour l’avocat « c’est comme si on interdisait le vin rouge pour les femmes enceintes parce qu’il y a de l’alcool dedans, et qu’on mettait dix ans à se demander si le vin blanc aussi contient de l’alcool ». Où l’on perçoit la puissance de la métaphore. Et où l’on se demande qui, en France, était alors en charge des contrôles alcooliques.

A demain @jynau

« L’embryon humain est un sujet inflammable ». Qui mettra le feu au sujet de l’eugénisme ?

Bonjour

Depuis plus d’un quart de siècle, à échéance régulière on le retrouve dans les médias ou dans les couloirs des ministères : René Frydman, « grand spécialiste de la médecine de la reproduction, – en 1982 a donné naissance à Amandine, le premier bébé-­éprouvette français – fin connaisseur de la législation bioéthique ». Hier il était il est présent dans Le Journal du Dimanche (Anne-Laure Barret) : « L’obstétricien René Frydman sur la PMA : « C’est à l’humanité, et non à Dieu, de fixer les limites » » (sic).

Sans surprise le demi-père d’Amandine se félicite de l’ouverture de la PMA « aux célibataires et aux lesbiennes » (au nom du « progrès des droits des femmes »). Et à nouveau il  réclame, comme depuis des années l’autorisation d’un dépistage ADN dans certains cas de fécondation in vitro ». Extraits de l’entretien 

« Les anti-PMA craignent que le désir humain n’ait plus de bornes. Êtes-vous « no limit »?
Pas du tout : je suis contre la GPA, une aliénation de la femme ! Mais je pense qu’il faut laisser à l’humanité – et non à Dieu! – le soin de fixer les limites. A mon sens, tout ce qui concerne le don mérite réflexion car un tiers entre dans l’histoire. Ça vaut pour les couples hétérosexuels comme pour ceux de femmes. Un temps de recul est nécessaire ; chacun doit se retourner sur son passé, réfléchir à la notion de secret, de génétique. En Belgique, 15 à 20% des couples qui demandent à bénéficier d’un don se voient opposer un refus. La médecine n’est pas un bouton sur lequel on appuie. Le texte législatif prévoit qu’une équipe pluridisciplinaire puisse motiver un éventuel refus, quel que soit le type de couple concerné (…) »

Qui, de René Frydman et d’Agnès Buzyn ?

On en vient à la question de « la possibilité de dépister l’embryon ». « Le gouvernement s’y oppose en parlant d’eugénisme, précise le JDD. «Quelles sont les maladies que l’on ne souhaite plus voir vivre? C’est une dérive eugénique claire», s’est insurgée Agnès Buzyn au sujet d’un amendement MoDem qui visait à élargir le diagnostic préimplantatoire (DPI) aux anomalies chromosomiques (Le Figaro Agnès Leclair). René Frydman, pour qui « l’embryon est un sujet inflammable » 1 :

« Le point clé, c’est que l’espèce humaine n’est pas une très bonne reproductrice ; 60% des embryons ne donnent jamais de bébés. Dans certains cas, chez des femmes âgées de plus de 35 ans, une analyse génétique serait utile. L’idée n’est pas de tout passer au crible mais de traquer les anomalies chromosomiques afin d’éviter de transférer des embryons qui n’ont aucune chance de ­donner une grossesse mais aussi des fausses couches à répétition et des traitements lourds chez des femmes qui ne pourront pas tomber enceintes. Ceux qui parlent d’eugénisme, en pensant à la ­trisomie 21, ne sont pas opposés au dépistage ADN pratiqué au moyen d’une prise de sang au début de la grossesse. C’est absurde. Pourquoi préfère-t-on que des femmes souffrent, alors que l’on sait prévenir ces souffrances? »

Le DPI et l’embryon : ne faudrait-il pas voir en lui le grand sujet politique, plus politique encore que la « PMA pour toutes » ?

« L’embryon est au cœur d’une certaine idéologie religieuse, estime René Frydman. C’est un sujet inflammable. Notre pays est le seul à avoir une succession de lois bioéthiques qui deviennent très politiques : des alliances de circonstance se nouent à chaque fois. Ailleurs, on fait des réglementations et on les évalue. Je propose d’expérimenter ce dépistage pendant trois ans. Dans certaines ­circonstances, avec déclaration officielle à l’Agence de biomédecine. On sait déterminer le sexe d’un fœtus à la huitième semaine par simple prise de sang depuis des années mais personne ne s’est mis à le faire. Les médecins ont une éthique. »

Une « éthique » ? Sans aucun doute, mais une éthique hautement relative qui varie ce que le législatif autorise, laisse faire ou interdit. René Frydma le reconnaît lui-même qui estime qu’il y a « beaucoup d’excès », à l’étranger, dans le domaine de la marchandisation de de la PMA et des éléments du corps humain. « En Espagne, dit-il, les prix s’envolent avec des promotions pour les FIV comme au superamrché ou des quasi-ventes forcées d’examens génétiques inutiles ». Mais ici, doit dire ce qui est utile et ce qui ne l’est pas ?

Qui, de René Frydman ou d’Agnès Buzyn doit tracer la frontière entre ce qui est du ressort de l’eugénisme et ce qui ne l’est pas. La porte, ici, a été entrouverte avec la légalisation du DPI. Un quart de siècle plus tard la question se pose, comme on pouvait aisément le prévoir.  Elle se reposera. L’embryon est un sujet inflammable.

A demain @jynau

1 « Inflammable » : Qui est susceptible de prendre feu et qui brûle en produisant une flamme. − P. métaph. Nous, nous avons eu jadis le gnome à l’orgueil monstrueux qui (…) accumulait les papiers inflammables pour allumer un jour le feu de la guerre (Jaurès, Eur. incert.,1914, p. 388).

Le terme (effet du réchauffement planétaire ?) est à la mode. Ainsi, dans Le Monde (Solène Cordier)  peut-on lire : « Attention, sujet à potentiel inflammable. Faut-il ou non accompagner sur le plan médical les femmes célibataires qui veulent avoir un enfant toutes seules, en leur permettant d’accéder, comme les couples hétérosexuels infertiles, aux techniques de procréation médicalement assistée ? C’est ce que prévoit l’article premier du projet de loi sur la bioéthique, qui sera débattu à l’Assemblée à partir de mardi 24 septembre.  »

Mediator® : l’Agence du médicament promet de concourir à la manifestation de la vérité

Bonjour

C’est un peu banal communiqué de presse que vient de publier la direction générale de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Une initiative aux frontières du superfétatoire sinon du mélange des genres. Le voici :

« Le procès du Mediator s’ouvrira lundi 23 septembre 2019 au tribunal de grande instance de Paris. L’ANSM attend de ce procès que les souffrances des victimes et de leurs familles soient reconnues et que justice leur soit rendue (sic).

« L’ANSM a été créée en 2011 par la loi, en réponse au drame du Mediator, dans le cadre d’une continuité juridique avec l’Afssaps. Cette nouvelle structure a pour principal objet de renforcer la sécurité sanitaire afin qu’une telle affaire ne puisse se reproduire. L’ANSM, par la voix de son directeur général le Docteur Dominique Martin, participera aux débats judiciaires dans la transparence la plus totale, afin de concourir à la manifestation de la vérité et d’assumer sa responsabilité d’établissement public.

« La loi a doté l’ANSM de règles de gouvernance et de fonctionnement fondamentalement différentes de celles de l’Afssaps : les règles de déontologie et de gestion des conflits d’intérêt sont plus exigeantes en vue d’une parfaite transparence. A cette fin, l’agence a mis en œuvre des mesures extrêmement strictes visant à assurer son indépendance. Ainsi, elle ne reçoit aucun financement des industries de santé, qui par ailleurs ne participent à aucune instance de gouvernance.

« Enfin, l’ANSM échange en permanence avec les professionnels de santé et les patients, de manière à les impliquer dans les processus de décision et à garantir un accès sécurisé aux produits de santé. La préoccupation constante et quotidienne de l’ANSM et de ses agents est, et demeure, d’assurer la sécurité des patients. »

On rappellera, avec Le Monde, que conformément aux réquisitions du parquet, sont renvoyées devant le tribunal correctionnel quatorze personnes physiques et onze personnes morales, dont les Laboratoires Servier et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), les premiers pour « tromperie aggravée » et la seconde pour « homicides et blessures involontaires ».

Où l’on voit donc, aujourd’hui,  que pour l’ANSM, le Mediator® est synonyme de « drame ». Pour sa part Prescrire, célèbre mensuel indépendant de l’industrie pharmaceutique qui joua un rôle non négligeable dans la prise de conscience 1 qualifie aujourd’hui cette affaire de « désastre » – quand chacun, dans les médias, use aisément du terme de « scandale ».

Le communiqué de presse de l’ANSM aura-t-il un impact sur les juges ? Faut-il s’attendre désormais à un communiqué des Laboratoires Servier ? Qui s’opposerait, quarante-trois ans après la mise sur le marché du médicament, à la manifestation de la vérité ?

A demain @jynau

1 Prescrire fait la promotion de « Visages du Mediator », un ouvrage qui recueille, les portraits et les blessures de cinquante-deux personnes reconnues victimes à l’issue d’une expertise médicale – ainsi qu’une préface d’Irène Frachon, un résumé de l’histoire du Mediator et une postface du mensuel. Un ouvrage « sensible, fort et juste » commente le mensuel et dont la publication «  s’inscrit dans le droit fil des actions de Prescrire pour informer et sensibiliser, afin d’assurer à tous les patients un accès à des soins de qualité ». Prescrire s’engage d’autre part à affecter les bénéfices générés par la vente de cet ouvrage au dispositif « Abonnés Solidaires », qui vise à aider les soignants des pays à faibles revenus et les professionnels de santé en formation à obtenir une (in)formation pharmacothérapeutique de qualité. 208 pages – 195 x 265 mm – 24,50 €

«PMA pour toutes» : avant la «malédiction», le devoir de participer à la manifestation

Bonjour

Y aurait-il ici un grand architecte organisant la montée en pression médiatique ? Hier un philosophe catholique traite de la « malédiction » associée à la volonté gouvernementale de permettre « à toutes les femmes » (veuves exceptées) d’avoir accès aux techniques de procréation médicalement assistée (PMA). Aujourd’hui la voix au chapitre médiatique est prise par Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la la Conférence des évêques de France (CEF).

Cela s’est passé au célèbre Collège parisien des Bernardins. Un endroit, observe Le Monde (Cécile Chambraud)  qui « est en passe de devenir le cadre privilégié des relations entre l’Eglise catholique et la République macronienne ». Les fidèles des deux camps se souviennent encore que le 9 avril 2018le président de la République française y menait une étrange opération de séduction envers les catholiques – allant jusqu’à encourager ces derniers à nourrir de leurs réflexions critiques le débat sur la révision des lois de bioéthique.

Et c’est au même endroit que plusieurs « figures de l’épiscopat » ont exprimé, lundi 16 septembre, tout le mal qu’elles pensent du texte adopté samedi en commission par les députés, et qui viendra en séance publique à l’Assemblée nationale dès le 24 septembre.

Dissociation de la sexualité et de la procréation

« A ce stade du débat parlementaire, souligne Le Monde, le moment était propice pour s’adresser à l’opinion catholique et l’alerter en particulier contre l’extension de la PMA à toutes les femmes et contre les risques de manipulation du génome humain perçus dans les dispositions du projet de loi. Sur l’estrade du grand auditorium des bernardins, retransmis en direct par la chaîne de télévision KTO, le panel d’orateurs a élevé le ton. » A commencer par son président :

Mgr de Moulins-Beaufort : « Nous devons constater que nos responsables politiques restent aveugles aux enjeux de ce qu’ils vont décider et qu’ils ne tiennent pas vraiment compte du résultat des Etats généraux (…) On livre la procréation à la manipulation médicale et la filiation au bricolage que la sophistication de nos sociétés est capable d’imaginer par toute une ingénierie juridique ».

Dr Michel Aupetit, archevêque de Paris :  « Nous sommes dans l’ère du professeur Nimbus et des savants fous (…) Il faut donner un statut juridique à l’embryon humain ». 

Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes et spécialiste de la bioéthique à la CEF : « Une telle révolution dans le droit de la filiation est-elle voulue par le peuple français ? ».

Le devoir de le faire

Interrogé à l’issue de la réunion des Bernardins, Mgr de Moulins-Beaufort a apporté tout son soutien à la manifestation du 6 octobre à laquelle seront présents, à droite et plus, François-Xavier Bellamy et Marion Maréchal : « Je ne vois pas comment nous pourrions empêcher des citoyens, catholiques ou non, inquiets de ce projet de loi, de manifester s’ils pensent que c’est un moyen utile pour se faire entendre et pour faire progresser le débat. Et j’aurais tendance à dire qu’ils ont le devoir de le faire. » 

On aura compris qu’après son opposition séculaire à toute forme de dissociation de la sexualité et de la procréation humaines, la hiérarchie catholique française ne pouvait faire l’économie du combat contre l’extension de la PMA à « toutes les femmes » – en éclairant sur toutes les modifications qu’elle entraîne dans le champ de la parentalité avec la « suppression de l’ascendance paternelle ».

Pour en savoir plus, prière de se reporter au dernier livre en date rédigé par Mgr d’Ornellas, Bioéthique, quel monde voulons-nous ? (Codédition Bayard, les Editions du cerf, MAME). En attendant de manifester, ou pas.

A demain @jynau

«Aux Etats-Unis, cinq morts liées à la cigarette électronique» Le Monde (7 septembre 2019)

Bonjour

Cinq mille signes. L’Agence France Presse ne fait pas dans la dentelle pour couvrir l’affaire. « Aux Etats-Unis, cinq morts liées à la cigarette électronique » titre Le Monde, qui reprend la dépêche. Cinq morts, près de cinq cents cas et dans le même temps des enquêteurs fédéraux qui ne précisent pas « les marques ou substances susceptibles d’avoir causé les graves difficultés respiratoires ». Et l’affaire commence à se transformer en un équation sanitaire autant que politique : « principe de précaution » versus « réduction des risques tabagiques ».

Vendredi 6 septembre 2019. Les autorités sanitaires américaines font savoir qu’ « au moins » cinq utilisateurs de cigarettes électroniques sont morts, le nombre de malades frappés par de graves difficultés respiratoires a par ailleurs doublé pour atteindre 450 dans le pays. « Outbreak of Lung Illness Associated with Using E-cigarette Products. Investigation Notice. Posted September 6, 2019 at 9:50pm ET ».

Brouillard entretenu quant aux marques ou substancesprésentes  dans les liquides de vapotage, mais un dénominateur commun fréquent : inhalation de produits contenant du THC, substance active du cannabis. Et, parfois des personnes (relativement) âgées et en mauvaise santé. C’était le cas des deux victimes dont les décès annoncés le 6 septembre par les autorités sanitaires locales en Californie et dans le Minnesota.

« Un possible lien a été établi entre certains malades et une huile de vitamine E, qui se consomme normalement en gélule ou en huile pour la peau, précise l’AFP. La vaporisation à haute température de cet additif pourrait avoir endommagé les poumons des vapoteurs. Les responsables sanitaires de l’Etat fédéral ont toutefois appelé à la prudence dans l’attente d’analyses plus complètes. ‘’Aucune substance ou molécule unique, dont l’acétate de vitamine E, n’a été identifiée dans l’ensemble des échantillons analysés’’, a insisté Mitch Zeller, directeur du centre pour le tabac de la Food and Drug Administration, qui teste au niveau national les produits impliqués.

La piste de l’huile de vitamine E

« Nous n’avons pas encore toutes les réponses », reconnaissent les responsables des CDC qui « par mesure de précaution » recommandent « dans l’immédiat » de ne pas utiliser de cigarettes électroniques, quelles qu’elles soient.

Les symptômes respiratoires de « pneumonie lipidique » sont particulièrement frappants quand ils apparaissent souvent subitement, chez des patients  jeunes et sans problème de santé. Dans l’Illinois, la moitié des patients ont moins de 19 ans. « Sean Callahan, pneumologue à l’hôpital de l’université de l’Utah, a traité l’un de ces malades en juillet, âgé de 20 ans. La détresse respiratoire était telle que le jeune homme a dû être placé plus d’une semaine dans une machine qui oxygène le sang du patient hors de son corps, tant ses poumons n’arrivaient plus à fonctionner, rapporte l’AFP. ‘’Je n’avais jamais vu cela auparavant, a raconté le Dr Callahan. Habituellement, les malades qui ont besoin de cette machine ont des formes très avancées de grippe ou de pneumonie, ou bien ils ont des systèmes immunitaires affaiblis à cause d’un cancer ou d’une chimiothérapie’’. » 

La piste de l’huile de vitamine E ? Les autorités de New York ont diffusé des photos des recharges impliquées : elles ont des emballages très colorés sous le nom de Dank Vapes, une « marque » qui ne correspond apparemment à aucune entreprise légitime, mais « se distribue » dans la rue et sur Internet. Le mort de l’Oregon, en revanche, avait acheté son produit dans un dispensaire de « cannabis légal ».

Ces maladies pulmonaires s’ajoutent à la pression sur les fabricants légaux de cigarettes électroniques, accusés par les autorités d’avoir promu leurs produits chez les jeunes comme une alternative saine et cool à la cigarette. « Principe de précaution » versus « réduction des risques tabagiques ».

A demain @jynau

Vapotage et polémique : la Ligue contre le cancer a oublié de se réabonner au Lancet

Bonjour

Revenons un instant sur la  dommageable « MISE AU POINT » majuscule signée d’Axel Kahn, nouveau président (plus qu’hyperactif sur tweeter de La Ligue contre le cancer :

 @laliguecancer dénonce l’industrie du tabac. Sans faille. Elle n’y joint pas la pratique habituelle du vapotage sur lequel elle ne s’exprime pas. Comme sur mille autres sujets. La Ligue dénonce ce dont la pratique est cancérigène. Point final.

Ne pas s’exprimer ! Sur un sujet médical à ce point capital ! C’est peu dire que ces quelques mots passent mal. « Combien de temps la Ligue contre le cancer pourra-t-elle ignorer l’une des pratiques permettant la plus substantielle réduction du risque lié à la combustion du tabac s’interroge l’épidémiologiste franco-suisse Antoine Flahault. Je propose ce slogan: ‘’Vapoter au lieu de fumer c’est gagner des années à la vie et de la vie aux années !’’ ». Slogan retenu, avec les félicitations du jury de la réduction des risques.

Et puis, hasard ou fatalité, au moment où Axel Kahn mettait au point, The Lancet mettait, lui, les points sur les i, avec une prise de position on ne peut plus claire en faveur du vapotage dans la réduction des risques consubstantiels à l’épidémie tabagique :  « Nicotine without smoke: fighting the tobacco epidemic with harm reduction »  The Lancet ( IF 59.102 ) Pub Date : 2019-08-31 , DOI: 10.1016/S0140-6736(19)31884-7 Un papier sans ambiguïté signé de spécialistes : Robert Beaglehole, Clive Bates, Ben Youdan, Ruth Bonita.

La Ligue est centenaire et The Lancet fêtera bientôt ses deux siècles 1. La première ne devrait pas snober le second.

A demain @jynau

1 A lire, si ce n’est déjà fait : « ‘’The Lancet’’, machine à cash à la pointe de la médecine » de David Larousserie (Le Monde du 13 août 2019)

Alcoolisme et capitalisme : auriez-vous un jour imaginé vous enivrer à l’« eau alcoolisée » ?

Bonjour

« Hard seltzer ». Il suffisait d’y penser. Entre l’eau de source et l’alcool pur : voici l’ « eau alcoolisée ». Aux antipodes de la ferrugineuse. C’est « la boisson de 2019 » affirme le quotidien américain Washington Post. « The summer of hard seltzer is coming. Here’s how 4 of the top brands stack up » (Maura Judkis). Pas de fûts, d’amphores ou de bouteilles. Pas de millésime, de cépages ou de terroir. L’ivresse facile, à portée de main, sans interrogations organoleptiques. Un breuvage industriel vendu en canette, légèrement gazéifié. L’alcool ? On titre ici entre 4 % et 6 %. Il peut provenir du sucre fermenté ou du malt, précise le site britannique iNews. Résultat : « un goût subtil, et le même genre d’expérience qu’une vodka mélangée à un soda, avec un gros zeste de citron ». Assez proche, en somme, du n’importe quoi mondialisé.

L’objet a été introduit sur le marché en 2013. Et si l’on en croit le magazine Real Simple, elle a rencontré un succès foudroyant aux Etats-Unis, particulièrement ces derniers mois, sous les marques White Claw (qui représente 54 % du marché), Truly, Bon & Viv ou encore Pura. « Son aspect frais et inoffensif séduit ceux qui veulent consommer sain et peu calorique tout en ayant l’ivresse, résume Le Monde qui y consacre un bon billet. En 2018, les ventes ont augmenté d’environ 169 % par rapport à l’année précédente, pour atteindre près de 487,8 millions de dollars (443 millions d’euros), selon un rapport du groupe Nielsen de janvier. Le marché pourrait même atteindre 2,5 milliards de dollars d’ici à 2021, précisent les analystes d’UBS. Soit « une croissance annuelle de 66 % et un bond de 14 millions de packs à 72 millions en 2021 ».

Ralliement des barbecues estivaux

« Hard Seltzer ». Le breuvage est si populaire qu’il fait désormais l’objet de détournements sur Internet (« mèmes »), notamment sur Instagram. Le comédien américain Trevor Wallace, connu pour ses vidéos loufoques sur Facebook, a ainsi cumulé cet été plus de 150 000 vues et 300 000 commentaires avec une vidéo parodique sur les « gars qui boivent White Claw », inspirant, selon le Washington Post, un « cri de ralliement lors des barbecues estivaux : “Ain’t no laws when you’re drinkin’ Claws, baby” » (« Il n’y a pas de loi quand tu bois du Claw, bébé »).

Forte de son succès sur le marché américain, l’objet liquide s’exporte désormais au Royaume-Uni, rapporte le magazine britannique The Grocer une canette pour 1,70 livre (1,87 euro). « Le fait qu’il soit considéré comme plus haut de gamme que les autres produits d’alcool de malt aide à le vendre comme un produit ambitieux », estime le magazine Eater.

Le capitalisme étant ce qu’il demeure, de nombreuses grandes marques de bière ont adopté l’ « eau alcoolisée » ce type (comme MillerCoors, Sam Adams ou Mark Anthony Co) et d’autres se positionnent sur le marché : Corona a ainsi annoncé que sa marque d’eau alcoolisée « Refresca » serait commercialisée en mai.

Faut-il voir là une simple métamorphose des pré-mix ? Des addictologues, bientôt, nous diront si c’est là une nouvelle porte massivement ouverte sur l’esclavage alcoolique. « Le succès de ce type de boisson n’est pas nouveau, et s’inscrit dans la lignée d’autres boissons sucrées à faible teneur en alcool, souligne encore Le Monde. La différence, cette fois, c’est qu’il réussit à plaire autant aux hommes qu’aux femmes grâce à un packaging non genré. Non genré ? Il fallait le trouver ! Il suffisait d’y penser.

A demain @jynau