«Maladie sans nom» et cigarette électronique : la huileuse métaphore du Pr Dautzenberg

Bonjour

L’inquiétude monte outre-Atlantique sur les « cas possibles d’atteintes pulmonaires sévères potentiellement liés à l’utilisation de cigarettes électroniques». Pour l’heure les grands médias généralistes français n’ont pas jugé utile de se pencher sur le sujet. Pourquoi ? Peut-être parce qu’à la différence des CDC, rien ne bouge du côté de la Direction Générale de la Santé. Que penser ?

 « Cette enquête américaine est strictement obligatoire, indispensable, car il s’agit d’un mésusage massif qui semble être dû à l’utilisation d’huile de cannabis ou d’autres substances huileuses pas du tout adaptées à la vaporisation, avec des effets secondaires qui semblent bien réels, a pour sa part déclaré à Santé Magazine le Pr Bertrand Dautzenberg, tabacologue historique et ancien pneumologue à La Pitié-Salpêtrière (AP-HP).  L’enquête dira exactement ce qu’il s’est produit, mais au vu de ce que rapportent les médias américains, les premiers cas seraient tous dus à des produits ‘trafiqués’, à l’huile de cannabis notamment. A priori il s’agit de produits qui ne sont pas commercialisés aux États-Unis mais qui circulent sous le manteau. »

Huiles frelatées (Espagne, 1981)

La dangerosité de tels produits ? Il use ici d’une métaphore qui n’est pas sans rappeler le « syndrome toxique espagnol » (30 000 victimes, plusieurs centaines de morts en 1981) : « c’est un peu comme le fait de remplacer l’huile de friture par de l’huile de vidange: le fait de mettre de l’huile dans une cigarette électronique à la place d’un produit adapté peut, dans certains conditions, transporter des gouttelettes dans les poumons, et les poumons ont horreur des lipides ».

Pour ce pneumologue, il n’existe pas à ce jour de cas en France d’atteintes pulmonaires dues à ce type de produit à base d’huile. Pourquoi ? Peut-être à cause de la grande régulation des produits pour cigarette électronique et du grand panel de produits disponibles pour les vapoteurs. Pour autant l’auteur d’un opuscule sur la chicha 1 « déconseille fermement d’utiliser des huiles avec du THC ou du CBD dans une cigarette électronique » : ces produits ne sont pas conçus pour être vaporisés. Incorporer ces huiles à des « gâteaux » ou à du tabac est dangereux (en plus d’être illégal). En user pour vapoter ? Ce serait faire preuve d’une très grande inconscience.

A demain @jynau

1 Dautzenberg B, Nau J-Y, dessins de Charb (1967-2015 ) « Tout ce que vous ne savez pas sur la chicha » éditions Margaux-Orange, 2007,

Addictions: avec le Pr Dautzenberg, arrêtez de fumer tout en prenant du plaisir (2,99 €)

 

Bonjour

De la jouissance post-tabagique. Il faudra, un jour prochain, réactualiser le portrait du Pr Bertrand Dautzenberg. Médecin et enseignant (Université Pierre-et-Marine-Curie) c’est un spécialiste de pneumologie dans le temple de la Salpêtrière. C’est aussi un parcours atypique dans le cercle de la pneumologie, une volonté de sortir de la scientologie hospitalo-universitaire pour aller prêcher dans les déserts.

Après des années de prise en charge des cancers broncho-pulmonaires et des bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) il a fait le choix d’agir en amont. Non plus prendre en charge les conséquences mais s’attaquer à la cause première : l’addiction au tabac. Remonter dans l’échelle des causalités peut vous changer un homme.

Cigarette électronique

Car engager un tel combat (tous les prêcheurs le savent) c’est entrer sur le terrain politique – un sol sablonneux, montant, malaisé ; un terrain miné et parfois mal famé. C’est croiser le fer avec les puissants adversaires de la politique de réduction des risques. Et l’on sait qu’il en existe aussi, rémunéré sur des deniers publics, sous les marbres et les ors des ministères.

Bertrand Dautzenberg prêcheur est l’auteur de plusieurs livres sur le tabagisme 1. Il a coordonné en mai 2013 un rapport sur la cigarette électronique (une « revue bibliographique ») à la demande de Marisol Touraine, ministre de la Santé 2. Bientôt quatre ans ont passé. Marisol Touraine n’a (dramatiquement) pas changé. Le Pr Dautzenberg a, lui, découvert (via sa consultation e-cigarette de l’AP-HP) « l’importance du plaisir dans l’arrêt du tabac ».

Décortiquer sans stress

Comme souvent la découverte du plaisir peut vous changer un homme. Ici cela a conduit un médecin pneumologue « à repenser totalement son approche ».  Il publie aujourd’hui « Le plaisir d’arrêter de fumer » (First Editions) : « en finir avec le tabac, oui, mais sans stress et en y prenant du plaisir ! ». Soit un bréviaire miniature cédé pour 2,99 €. 3 Aux frontières du bénévolat ?  Avec un souci tout particulier pour la vape et les vapoteurs 4. Son éditeur présente l’opuscule ainsi :

« Vous êtes conscient des méfaits du tabac, vous savez qu’il met en péril votre santé et celle de votre entourage, qu’il est une dépense supplémentaire chaque mois et qu’il possède une véritable emprise sur votre mental et vos émotions. Peut-être avez-vous-même déjà fait des tentatives pour arrêter de fumer, sans succès…

Bertrand Dautzenberg, médecin et professeur de pneumologie, vous présente une méthode révolutionnaire pour rompre enfin avec le cercle vicieux de la cigarette. En plus de retrouver votre liberté, le but de la démarche est de vous faire prendre du plaisir à arrêter de fumer.

 « Comment ? Grâce à une approche psychologique et comportementale qui vous aidera à comprendre pourquoi vous fumez et à décortiquer les mécanismes de la dépendance. Vous serez ensuite invité à choisir un substitut nicotinique qui vous convient, afin de diminuer le nombre de cigarettes fumées chaque jour. En choisissant une autre forme de nicotine, l’arrêt se fait alors dans le calme, sans prise de poids, sans insomnie ni irritabilité.
Êtes-vous prêt à essayer ? »

A demain

Nous avons cosigné avec lui (dessins de Charb) : « Tout ce que vous ne savez pas sur la chicha »  éditions Margaux-Orange, 2007. Ouvrage épuisé.

2 « Cigarette électronique schizophrénique » Journalisme et Santé Publique 1er juin 2013.

3 « Nous avons lancé cette collection de petits livres il y a maintenant vingt ans – et son succès continue, précise-t-on chez First Editions. D’autres maisons d’édition se sont également lancées dans des collections à petits prix. »

4 A lire, la recension de Sébastien Beziau : http://www.vapyou.com/dautzenberg-plaisir-arreter-fumer-livre/