Cannabis et récréation : voici la Note présentée à Emmanuel Macron et Edouard Philippe

Bonjour

Depuis vingt-quatre heures les médias généralistes ne traitent plus, ou presque, que du cannabis. Le « thérapeutique » comme le « récréatif ». Au risque d’ajouter à la confusion générale. Dans ce brouillard, un document officiel est à verser à l’épais dossier : une « Note » du « Conseil d’analyse économique » (CAE) 1. Son titre ne manque pas d’intriguer. La voici : « Cannabis : comment reprendre le contrôle ? ». Pitch :

« En dépit d’une des politiques les plus répressive d’Europe, les Français, et en particulier les mineurs, figurent parmi les plus gros consommateurs de cannabis de l’Union Européenne. Le système actuel de prohibition ne fonctionne pas : il est inapte à protéger les plus fragiles, il pèse lourdement sur les dépenses publiques et il profite au crime organisé. Dans cette nouvelle « Note du CAE », Emmanuelle Auriol et Pierre-Yves Geoffard explorent les réformes à entreprendre pour reprendre le contrôle de ce marché.

« En s’appuyant sur l’analyse économique et l’étude des expériences étrangères récentes, ils défendent l’idée selon laquelle la légalisation du cannabis récréatif, strictement encadrée, permet à la fois de restreindre l’accès au produit pour les plus jeunes, de lutter contre la criminalité, et de développer un secteur économique créateur d’emplois et de recettes fiscales. »

Cette « Note » a été présentée aux cabinets du Premier ministre et du Président de la république, ainsi qu’à celui du Ministre de l’Economie le 4 juin 2019. Elle a également été présentée au directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur et à celui de la ministre de la Santé les 5 et 12 juin 2019. Nous sommes le 20 juin. Edouard Philippe, Christophe Castaner et Agnès Buzyn gardent un religieux silence. Pour l’heure le président Emmanuel Macron rend hommage à la mémoire, au savoir et à la carrière de Georges Pompidou (1911-1974).

A demain @jynau

1 Placé auprès du Premier ministre, le Conseil d’analyse économique réalise, en toute indépendance, des analyses économiques pour le gouvernement et les rend publiques. Il est composé d’économistes universitaires et de chercheurs reconnus.