Liberté de la presse : pourquoi Nathalie Loiseau ne dit-elle pas quel est le prix de sa peau ?

Bonjour

Parfaitement à l’aise avec les médias le président de la République ne goûte guère les journalistes. Et les relations se tendent, en France, entre la presse et le pouvoir exécutif. L’actualité en témoigne à l’envi avec une liste qui ne cesse de s’allonger : ce sont désormais huit journalistes et le président du directoire du Monde qui ont été ou vont être convoqués par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), pour des soupçons d’atteintes au secret de la défense nationale, dans le cadre de deux enquêtes distinctes portant, d’une part, sur les armes utilisées au Yémen, de l’autre, sur les ramifications de l’affaire Benalla. Il s’agit:

d’une journaliste de Quotidien,Valentine Oberti, qui a révélé mercredi 22 mai avoir été convoquée en février par les policiers de la sécurité intérieure pour une enquête sur les ventes d’armes françaises à l’Arabie saoudite. L’ingénieur du son et la journaliste reporter d’images qui travaillent avec elle avaient eux aussi été convoqués, les 11 et 15 avril ; 
 

de la journaliste du Monde Ariane Chemin, qui a révélé la funeste affaire Benalla. « Cette enquête vise (…) notamment nos informations sur le profil d’un sous-officier de l’armée de l’air, Chokri Wakrim, compagnon de l’ex-chef de la sécurité de Matignon, Marie-Elodie Poitout », explique le directeur de la rédaction, Luc Bronner, dans un éditorial du quotidien vespéral. Le président du directoire du Monde, Louis Dreyfus, a également été convoqué le 29 mai, dans les mêmes circonstances ;

de trois journalistes ayant enquêté sur l’exportation d’armes françaises utilisées au Yémen – les deux fondateurs du nouveau média en ligne Disclose, Mathias Destal et Geoffrey Livolsi, et un journaliste de Radio France, Benoît Collombat – qui ont été convoqués par les services secrets français, le 14 et 15 mai. Ils ont été entendus sous le régime de l’audition libre – un régime moins contraignant que celui de la garde à vue –, un mois après que le média Disclose a publié une enquête journalistique comportant des informations et documents « confidentiels défense » ;enfin, Michel Despratx, un collaborateur du site Disclose, sera, lui, entendu comme témoin pour ses révélations dans l’affaire de la vente d’armes françaises au Yémen. Ce sera le 28 mai.

Atteinte à la liberté de la presse

Le gouvernement français est désormais accusé de porter atteinte à la liberté de la presse. Dans une tribune, une quarantaine de rédactions ont dénoncé « fermement ces convocations qui ressemblent à de nouvelles tentatives d’intimidation de journalistes qui n’ont fait que leur travail : porter à la connaissance des citoyens des informations d’intérêt public. »

« Nous rappelons une nouvelle fois que la protection des sources a été consacrée par la Cour européenne des droits de l’homme comme « l’une des pierres angulaires de la liberté de la presse » et que le secret-défense ne saurait être opposé au droit à l’information, indispensable à un débat public digne de ce nom, ni servir d’épée de Damoclès pour dissuader les journalistes d’enquêter et de publier. »

En écho le Syndicat national des journalistes (SNJ) a estimé qu’« il se passe quelque chose de très malsain dans ce pays. Nous y voyons la volonté d’intimider les journalistes et leurs sources, et c’est totalement scandaleux ». Le SNJ-CGT dénonce un « nouveau coup de canif insupportable contre le journalisme et la liberté d’informer ». La CFDT-Journalistes évoque « une procédure dont le but inavoué est de faire taire les journalistes dans l’exercice de leur mission d’informer. »

Face à ces inquiétudes légitimes et à ses accusations, que dit le pouvoir exécutif ? La réponse est venue jeudi 23 mai sur Europe 1 sur les ondes de laquelle la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye a pris la parole. Pour elle, « les journalistes sont des justiciables 1 comme les autres », et « il est normal qu’un Etat protège un certain nombre de données nécessaires à des activités de défense extérieure et militaires. »

Les sources et leur secret

« Pour le Yémen, il y a eu une note classée secret-défense qui s’est retrouvée dans la nature, ce n’est pas normal, a déclaré Mme Ndiaye. Il est normal que ce gouvernement, que l’Etat français s’interroge sur le fait qu’il puisse y avoir des fuites en son sein ».

« Aujourd’hui, c’est envers des journalistes, mais demain, est-ce que ce n’est pas envers une puissance étrangère ? Il faut qu’on soit capable d’aller chercher les causes. Ça ne remet pas en cause notre attention portée au secret des sources, c’est un droit important pour les journalistes, fondateur de leur activité, mais pour autant, l’Etat, c’est l’Etat. Et il y a des secrets qu’on doit aussi protéger. »

Et puis, pour compléter, Nathalie Loiseau, tête de liste LREM pour les européennes : elle a reconnu que la convocation d’une journaliste du Monde devant la DGSI, « ça fait beaucoup » – tout en se félicitant qu’« en France on a la chance d’être dans un Etat de droit ». « Il faut garder la tête froide, je ne sais pas l’objet de la convocation, a commenté Mme Loiseau sur France Inter. Ma conviction c’est qu’il y a un devoir de vigilance extrême sur la protection de la liberté de la presse, des sources, et ce danger existe aujourd’hui clairement en Europe, en Hongrie, en Pologne, où les extrémistes veulent la peau de la liberté de la presse ».

Mme Loiseau n’a malheureusement pas précisé quel était le prix de cette peau

A demain

@jynau

1 « Justiciable » : [En parlant d’une pers.] Qui est responsable devant la justice, qui a des comptes à rendre à la justice.  « Je ne m’opposerais pas (…) à ce qu’ils [les ambassadeursne devinssent justiciables qu’après une décision préalable d’une réunion des ministres et des hauts dignitaires de l’Empire » (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 812).

Affaire des prothèses-implants mammaires : comment faire la transparence pleine et entière ?

Bonjour

La transparence était presque parfaite. Aujourd’hui 7 février 2019 l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM) réunit les un comité d’expertes 1 « chargé d’émettre un avis sur la place et l’utilisation des implants mammaires texturés en chirurgie esthétique et reconstructrice ». Une réunion à laquelle journalistes et citoyens peuvent assister en direct via Internet (chaîne YouTube de l’ANSM). Les membres de ce comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) ont été choisis pour leurs compétences dans divers domaines. Ce comité est composé d’une sociologue, d’une psychologue, de représentantes d’associations de patientes et de médecins spécialistes en chirurgie plastique, en médecine générale et en gynécologie.

Une vieille histoire médicale et médiatique, déjà, que « l’affaire des prothèses/implants mammaires », comme en témoigne notamment ce texte publié sur ce blog le 17 mars 2015 : « Prothèses mammaires et « nouveaux cancers» : le curieux rebondissement d’une affaire connue depuis six ans ».  Question centrale : celle du lien de causalité pouvant ou non exister entre le port de certaines prothèses et l’apparition d’une forme rare de lymphome (LAGC-AIM)  – 673 cas déclarés dans le monde, 59 en France où 500 000 femmes seraient porteuses de tels implants.

Aujourd’hui, 7 février 2019, l’ANSM rappelle qu’elle avait lancé, le 21 novembre 2018, un appel à candidature pour les parties prenantes souhaitant être auditionnées. Et précise que le comité d’experts auditionnera l’ensemble des parties prenantes et notamment des patientes, des représentants associatifs, des professionnels de santé, des sociétés savantes, des représentants des industriels et plusieurs autorités de santé internationales. Puis l’avis du CSST sera remis à l’ANSM et sera consultable sur le site de l’Agence dans les jours qui suivent ces auditions. Et sur la base de cet avis, l’ANSM prendra une décision dans les semaines suivantes « sur l’utilisation des implants mammaires à enveloppe texturée en chirurgie esthétique et reconstructrice ».

La transparence extrême en somme, avec des expertes qui conduiront leurs travaux « à partir des auditions de l’ensemble des parties prenantes et des contributions écrites adressées à l’ANSM ».

La mise en scène était presque parfaite, mais c’était compter sans l’initiative annoncée le même jour par plusieurs médias bien informés (Le Monde et Radio France). Le Monde : (Emeline Cazi) :

« Une quinzaine de femmes porteuses de prothèses a décidé d’aller plus loin et de saisir la justice pour demander des comptes aux autorités et aux fabricants. Selon les informations du Monde et de Radio France, les pôles de santé publique des tribunaux de Paris et de Marseille devaient être saisis de deux séries de plainte pour « blessures involontaires », « tromperie », ou encore « mise en danger de la vie d’autrui », mercredi 6 et jeudi 7 février. »

« La première série de ces plaintes, dont le cas le plus emblématique devait être présenté au parquet de Marseille le 7 février, vise les délits de ‘’tromperie aggravée’’ et de ‘’blessures involontaires’’. L’avocat Emmanuel Molina a été saisi par onze femmes. Toutes ont entre 25 et 45 ans et ont eu recours à la chirurgie esthétique pour des seins jugés trop petits ou parce qu’elles rêvaient de retrouver leur poitrine d’avant grossesse. A la plupart, un lymphome a été diagnostiqué. La deuxième série de plaintes, déposées le 6 février à Paris, vise le délit de ‘’mise en danger de la vie d’autrui’’. Deux femmes implantées en 2010 sont concernées. »

Les plaintes parisiennes visent, outre le laboratoire Allergan, l’ANSM qui « n’aurait pas pris suffisamment de mesures pour protéger les femmes ». Les avocats espèrent, eux, la désignation d’un juge d’instruction. La transparence était presque parfaite.

A demain

@jynau

1 Mmes BERGERET-GALLEY (Catherine), BRUANT-RODIER (Catherine), DE BIAIS (Dominique), FASSE (Leonor),  MANIGHETTT VIVES (Joëlle), MATHELIN (Carole), PERRET DU CRAY (Christine) et SALLE (Muriel) en qualité de présidente.

 

 

«Radio France bleu Isère incendiée cette nuit». Pourquoi tant de haine envers les médias ?

Bonjour

28 janvier 2019. Rien ne permet de parler de lien de causalité. Pas même de corrélation. Et pourtant, coment ne pas y songer ? Une synthèse est offerte par Le Figaro. «Pas de radio ce matin». C’est ainsi que le site de France Bleu Isère a annoncé ce lundi avoir été victime d’un incendie, qui a «ravagé» dans la nuit de dimanche à lundi une partie de ses locaux, situés dans le centre-ville de Grenoble. «Heureusement, il n’y a aucun blessé, mais les dégâts sont conséquents et impossible pour le personnel d’accéder aux locaux», souligne la radio sur son site d’informations. Une dizaine de salariés travaillent habituellement à la radio.

L’incendie se serait déclaré vers 2h30 et aurait détruit le rez-de-chaussée du bâtiment, qui comprenait le studio de diffusion. Selon nos confrères, «l’origine criminelle ne fait guère de doute» car «il y a eu deux départs de feu à l’intérieur des locaux et une porte d’entrée a été fracturée». Interrogé par France Info, le rédacteur en chef, Léopold Strajnic, a indiqué qu’aucune menace particulière n’avait été prononcée ces derniers jours à l’encontre de la radio ou des journalistes. «Les relations qu’on avait sur le terrain, pendant les manifestations, étaient relativement saines. Il est beaucoup trop tôt pour émettre des hypothèses», a-t-il indiqué ce matin.

Aucune revendication n’a été retrouvée sur place. Une enquête a été ouverte. Pour continuer à émettre, la direction de la station envisage de délocaliser une partie de ses équipes à Valence ou Chambéry, et d’utiliser les studios de France Bleu Drome Ardèche ou France Bleu Pays de Savoie afin d’assurer une partie des programmes.

Destruction du langage

Rien ne permet de parler de lien de causalité. Pas même de corrélation. Pour autant Le Figaro souligne que cet incendie « s’inscrit dans un climat général de défiance envers les médias ». Il rappelle que ces dernières semaines, plusieurs journalistes ont été victimes de violences alors qu’ils couvraient les manifestations des Gilets Jaunes.

« Souvent traités de «collabos», ils sont soupçonnés de ne rapporter que la parole gouvernementale, de dissimuler les violences policières ou de mentir sur le nombre de participants aux manifestations. Parallèlement, des distributions de journaux ont été perturbées. Cette défiance se retrouve dans un des derniers sondages effectués auprès des Français par l’institut Kantar pour le journal La Croix. Interrogés sur les «critiques et agressivité» touchant les journalistes durant le mouvement des «gilets jaunes», 24 % des sondés les trouvaient justifiées.

Rien ne permet de parler de lien de causalité. Pas même de corrélation. On peut aussi, sur ce thème, conseiller la lecture d’un ouvrage remarquable 1, bientôt indispensable : « La Langue des médias. Destruction du langage et fabrication du consentement » d’Ingrid Riocreux. Editions de l’Artilleur.

A demain

@jynau

1 « Le journaliste l’ignore, mais les mots ont un sens » Jean-Marc Proust, Slate.fr 25 septembre 2016

 

Faudrait-il enfin croire les journalistes quand ils annoncent qu’ils ne sont plus crédibles ?

Bonjour

C’est une vertigineuse mise en abyme offerte par  La Croix (Aude Carasco) : « Baromètre médias, les journalistes sommés de se remettre en question ». Où l’on découvre que dans le 32e « Baromètre de la confiance des Français dans les médias » 1 pour le quotidien catholique, la crédibilité accordée aux différents supports et la perception de l’indépendance des journalistes sont « au plus bas ». Et ce alors même que l’intérêt pour l’actualité remonte après trois années de baisse.

« Insultes, menaces de viol, jets de projectiles, coups, scènes de lynchage… Après plusieurs agressions de journalistes, des agents de protection accompagnent des équipes de télévision ou radio lors de mobilisations de Gilets Jaunes. Une « ‘’escalade de la haine’’ dénoncée par l’ONG Reporters sans frontières, qui héberge sur son site la pétition  #Libresdinformer, lancée par des collectifs de journalistes et de citoyens pour défendre le droit d’informer. »

Journalisme morne plaine. Un quart seulement des sondés jugent que lesjournalistes sont indépendants du pouvoir et de l’argent. La radio, traditionnellement jugée comme le moyen d’information le plus fiable, sort à peine la tête de l’eau (avec 50 % de niveau de confiance, – 6 points sur un an), devant la presse écrite (à 44 %, – 8 points), la télévision (à 38 %, – 10 points), et Internet (à 25 %, comme en 2018). Interrogés sur les critiques et l’agressivité provenant d’une minorité de manifestants envers des journalistes, un petit quart des sondés (23 %) les jugent justifiées, une majorité (39 %) « pas vraiment », et un tiers (32 %) « pas du tout ».

Conseil de l’Ordre des Journalistes

Violences, fractures et paradoxes révélés par le phénomène des Gilets Jaunes. « Il y a un décrochage important entre les milieux culturels et les niveaux d’éducation, observe le sociologue Jean-Marie Charon. Les plus âgés et les moins diplômés regardent encore très majoritairement le petit écran. Les “intellos” n’ont pas les mêmes sources d’information que les milieux populaires : ils écoutent la radio et s’informent sur les sites de la presse écrite et auprès des médias créés sur Internet. Il y a bel et bien une information à deux vitesses, qui pose plus que jamais le débat de la qualité de l’information. »

Critique majeure : un manque de « terrain » et un plus que trop-plein de « journalisme de commentaire » 2. Pour autant l’utilité du métier de journaliste n’est pas niée. Critiqués voire honnis, les journalistes arrivent en tête des acteurs « qui devraient agir contre la propagation des fake news » (à 37 %), devant les organes de contrôle des médias (35 %), les citoyens eux-mêmes (31 %) et le gouvernement (23 %).

« À travers les critiques exprimées et les réponses faites à ce baromètre transparaît une demande d’évolution dans les modes de traitement (meilleure représentation de la diversité de la société et des opinions, moins de sensationnalisme, plus d’attention portée à la qualité des invités…) et la hiérarchisation de l’information (plus de sujets concernant les grands enjeux de société comme l’environnement et le vivre-ensemble, moins de sujets politiques » résume La Croix.

Et déjà, ici ou là, revient le vieux serpent de mer des périodes de grandes crises : la nécessité de créer un Conseil de l’Ordre des Journalistes comme il en a un, bien connu, des Médecins.

A demain

@jynau

1 « Le 32e Baromètre de la confiance dans les médias ». Étude réalisé par Kantar Sofres/Kantar Media pour La Croix entre le 3 et le 7 janvier 2019.  La méthode utilisée est celle des quotas, auprès d’un échantillon nationale de 1000 personnes, représentatif de l’ensemble de la population âgée de 18 ans et plus. Les entretiens ont été réalisés en face à face.

2 La Croix rappelle qu’à la faveur du mouvement des Gilets Jaunes de nouveaux débats sont entrés dans les rédactions. Dès la mi-décembre, Laurent Guimier, le vice-PDG d’Europe 1, et son conseiller Guy Birenbaum faisaient leur « média culpa » dans une tribune aux Échos,confessant un manque de terrain et un trop-plein de « journalisme de commentaire », et invitant les médias à se « réinvestir dans des missions » délaissées. Des discussions ont également été ouvertes à TF1 ou BFMTV. Une consultation a été lancée au sein de la radio France Info, qui possède sa propre agence de vérification. « Si les violences sont inexcusables, il est indispensable, sain et utile qu’un débat et un dialogue aient lieu, estime Vincent Giret, son directeur. Il y a une prise de conscience que le paysage de l’information a changé et qu’on ne peut plus travailler comme hier. »

Les subtiles techniques de Medtronic pour infiltrer le tissu français de l’Assurance-Maladie

Bonjour

Gilets Jaunes ou pas, la France conserve encore de bien beaux joyaux. Des entités qui suscitent les appétits capitalistes d’outre-Atlantique. Ainsi le géant familial Ricard qui, nous dit Le Monde (Laurence Girard) fait l’objet d’une agression caractérisée du fonds activiste américain Elliott qui vient de débourser 1 milliard d’euros pour acquérir 2,5 % du capital du géant jaune – Pernod Ricard aussitôt défendu par le gouvernement tricolore.

Et puis, plus original, ce lièvre levé par France Inter (Laetitia Cherel), la cellule investigation de Radio France et ses partenaires du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Début d’explication de texte ce 14 décembre : « Medtronic : comment le n°1 mondial des implants cherche à transformer notre système de Sécurité sociale ». Le sujet sera développé samedi 15 décembre à 13h20 dans Secrets d’info – une enquête sur un concept marketing qui permet à Medtronic d’augmenter le prix de ses prothèses.

France Inter avait déjà révélé de quelle manière  Medtronic, géant mondial des implants, prend pied dans les hôpitaux français à l’aide de méthodes offensives: il finance des équipements coûteux en échange de contreparties. Cette fois il s’agit d’un concept autrement plus ingénieux : la « Valeur en Santé » (« Value-based healthcare« ). Voici comment Medtronic s’explique :

« Chronicisation des pathologies, accès à l’innovation, évolution du rôle du patient et soutenabilité financière : notre système de santé – à l’image de beaucoup d’autres à travers le monde – est aujourd’hui confronté à des défis de taille qui mettent en péril sa pérennité. En tant qu’acteur responsable, Medtronic entend contribuer à la transformation nécessaire de notre système afin de mieux soigner, à moindre coût et dans le respect des attentes des patients.

« Notre réponse réside dans la Valeur en Santé, une approche qui propose de mettre en regard les résultats qui importent aux patients et les coûts nécessaires à l’atteinte de ces résultats. Basée sur les travaux de Michael Porter autour des conditions qui permettent de créer une concurrence saine et productrice de Valeur, la Valeur en Santé est d’abord une vision au centre de laquelle se trouvent les attentes des patients. 

« La Valeur en Santé, c’est aussi une ambition, d’ores et déjà adoptée par certains pays européens et outre-Atlantique, qui prend en compte trois éléments majeurs mais faisant aujourd’hui défaut à notre système de santé : le passage d’une logique de soins à une logique de santé ; la prise en compte du temps long ; la dynamique de parcours. »

La firme le dit autrement : la « Valeur en Santé », c’est surtout une méthode qui consiste à mesurer pour comprendre et donc améliorer ce qu’est la mission première des acteurs de santé : la réponse ajustée aux besoins de chaque patient.

Revoir à la hausse le prix des airbags

Pour Anne Chailleu, présidente du Formindep, association qui défend l’indépendance de l’information médicale, « La Valeur en Santé » est surtout un moyen pour Medtronic de facturer ses implants plus chers : « La ‘’valeur’’ du produit – et non plus son prix – c’est tout ce qui va permettre d’économiser au système de santé sur la vie entière du patient. C’est un peu comme si un vendeur d’airbags, au lieu de vendre l’airbag au prix des coûts plus des marges, se mettait à le facturer au prix de la vie qu’il sauve lors de son usage. »

France Inter : « Pour convaincre les hôpitaux d’accepter ses offres commerciales, Medtronic met les moyens. « Il y a beaucoup d’argent dépensé en interne pour former un nombre incroyable de cadres du marketing et de cadres commerciaux », assure une ancienne salariée qui a suivi une de ces formations internes. « On nous dit : si vous rencontrez le directeur d’un hôpital dans un ascenseur, vous lui faites un « elevator speech » sur la valeur en santé (ndlr : un argumentaire pour convaincre un temps éclair). Après cette formation, on va en faire la promotion dans les ministères, dans les agences régionales de santé, ou à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris. »

Pour promouvoir cette idée dans les hôpitaux, Medtronic a créé « La valeur en santé – Cercle de réflexion » : un think tank qui réunit une vingtaine de membres non rémunérés. On y trouve beaucoup de praticiens et de dirigeants d’hôpitaux, dont certains ont passé des partenariats avec la firme. Medtronic France n’a pas souhaité répondre aux questions de France Inter.

Quant à Éric Le Roy, directeur général du Syndicat national de l’industrie des technologies médicales (SNITEM), réagissant à l’enquête « Implant Files » du consortium international des journalistes d’investigation il a dit regretter des «inexactitudes» et des « énormités». Éric Le Roy fait toutefois une concession « Nous devons collectivement améliorer les bases de surveillance pour un système vertueux ».

 A demain

@jynau

 

Etrange : Jean-Luc Hees (ex- Radio-France) entre au comité d’éthique de radio Kremlin-France

Bonjour

Veille de Noël. C’est une information développée par Le Monde (Alexandre Piquard) : Jean-Luc Hees au comité d’éthique de RT (ex-RussiaToday). Plus que bizarre : étrange.  Jean-Luc Hees : un monument sonore sculpté par Wikipédia :

« Après des débuts en 1972 à l’ORTF, il est correspondant de France Inter à Washington dans les années 1980. À son retour en France, il présente le journal de 13h00 de France Inter en direct et en public, et le magazine Synergie de 1990 à 1999.

Il est nommé directeur de France Inter en 1999 par le PDG de Radio-France Jean-Marie Cavada. En 2003, il supprime brutalement de la matinale de France Inter la chronique scientifique Odyssée du médecin et romancier Martin Winckler, à la suite de pressions de l’industrie pharmaceutique. En tant que directeur de France Inter, Jean-Luc Hees a mis (ou remis) à l’antenne Pascale ClarkFrédéric BonnaudStéphane BernGérard LefortPhilippe Val et Michel Polac. En 2004, à l’arrivée de Jean-Paul Cluzel à la tête de Radio France, il est remplacé par Gilles Schneider.

En 2006, Jean-Luc Hees revient à l’antenne sur Radio Classique. En 2007, il est chargé sur cette antenne de l’émission culturelle « Hees bien raisonnable « de 18 à 20 heures. À la rentrée 2008, il est à la tranche matinale de 8 à 10 heures. En 2008, il tient une chronique dans Charlie Hebdo sur la campagne présidentielle américaine. Nommé président de Radio France en mai 2009 par Nicolas Sarkozy en mai 2009, Puis le CSA nomme Mathieu Gallet PDG de Radio France pour lui succéder à compter du 8 mai 2014.

Gracieusement, coups et rage

24 décembre 2017 : la chaîne russe RT, plus que controversée 1, vient de commencer à émettre. Elle dévoile la composition de son comité d’éthique. Notamment : Anne Gazeau, ancienne ambassadrice, le journaliste Jacques-Marie Bourget, l’ancien ministre des transports de François Fillon Thierry Mariani, aujourd’hui membre du bureau politique des Républicains, le journaliste Majed Nehmé et Jean-Luc Hees, ancien président de Radio France (2009-2014).

S’émouvoir ? S’indigner ? Ignorer ? Contacté par Le Monde, Jean-Luc Hees précise que sa fonction au comité d’éthique est exercée à titre gracieux. Il se défend d’être « acheté par une présence étrangère ». Il ajoute : « Je suis journaliste depuis près de cinquante ans. Je ne crois pas avoir jamais failli à l’honneur de notre métier. »

« Si j’étais dans une école de journalisme, je dirais que si on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage, mais si on est journaliste, on doit attendre qu’il ait réellement la rage pour le tuer”. » (sic)

Ce sont là des propos qui, au pays de Pasteur et des obligations vaccinales, peuvent être diversement interprétés. Pour ce qui est des critiques formulées sur « RT » dans la presse, le journaliste déclare en avoir « marre du chœur des vierges »« Je me suis dit : “Sois courageux”. Ce serait plus simple de ne pas être dans ce comité d’éthique. Il n’y a que des coups à prendre. Mais je m’en fous. » Même commentaire.

Selon lui : « Il vaut mieux regarder de l’intérieur que de constater de l’extérieur que quelque chose ne va pas. C’est une affaire de principes. » Il assure que « si un truc [le] dérange, [il partira] dans l’instant. Et alors, une preuve sera faite. » Idem.

 A demain

1 Déjà diffusée en langue arabe, espagnole et anglaise cette chaîne est régulièrement accusée de propagande pro-Kremlin. Au Royaume-Uni, l’organe de réglementation de l’audiovisuel a déjà émis quatorze mises en demeure et l’a menacée de sanction, pour des sujets notamment sur la Syrie et l’Ukraine, où l’armée russe est présente. Twitter est allé jusqu’à interdire les publicités provenant de RT et d’autres organes de presse financés par le gouvernement russe.

 

A quand les donneurs de sperme français qui laisseraient une «trace de leur paternité» ?

Bonjour

« Le Pr François Olivennes, grand spécialiste de la médecine procréative, a permis la naissance de milliers d’enfants grâce aux progrès de l’assistance médicale à la procréation, nous dit Le Point. Il n’a jamais dissimulé qu’il aidait parfois ses patientes, seules ou en couple homosexuel, à aller se faire inséminer à l’étranger. » Ancien de l’hôpital public passé au privé le Dr Olivennes (centre de FIV Eylau La Muette) a accordé un entretien au Point (Violaine de Montclos). Il y commente le dernier avis du Comité national d’éthique (CCNE) sur l’accès des femmes seules et/ou homosexuelles à l’insémination artificielle médicalisée avec sperme de donneur anonyme.

« Cela fait très longtemps que je plaide pour cette ouverture, rappelle le Dr Olivennes. La plupart de nos voisins européens l’ont déjà autorisée et nous, médecins, sommes constamment sollicités par nos patientes, notamment par les femmes seules, dont la demande est en augmentation exponentielle. Avant, je devais en recevoir une par mois. Aujourd’hui, c’est au bas mot deux patientes par semaine. »

Solitude du passage à l’acte

Qui sont ces femmes ? « Certaines femmes en demande d’insémination vivent dans un clair rejet des hommes, et cela peut poser problème dans la relation à l’enfant, surtout s’il s’agit d’un garçon, précise-t-il. Mais la plupart ne sont pas dans ce schéma : elles ont eu des relations avec des hommes, ont vécu des ruptures, ou vivent avec un homme qui les fait, comme on dit, ‘’mariner’’. Quand elles s’aperçoivent que l’horloge biologique tourne, elles décident de passer à l’acte seules. »

Mais accorder, comme le propose le CCNE, l’accès à des inséminations artificielles avec sperme de donneur anonyme n’est-ce pas prendre le risque de devoir « rendre des comptes, dans trente ans, à des enfants que la société aura sciemment privés de père » ? Le Dr Olivennes a, ici, une solution toute personnelle :

« La France pourrait adopter une position originale sur le sujet en autorisant l’AMP aux femmes seules ou en couple à la seule condition que le donneur soit connu, et même, pourquoi pas, qu’il soit un ami, une relation. Pas un père au sens légal, mais au moins une trace dans l’histoire de l’enfant. »

Un donneur « de circonstance », en somme. Or on sait que précisément, ceci est impossible puisqu’en France la loi impose l’anonymat (et la gratuité) pour les dons de sperme.

Faudrait-il, ici aussi, changer la loi ? Le Dr Olivennes ne le dit pas. Pas plus qu’il ne rappelle les raisons médicales et éthiques qui ont conduit le législateur (en 1994) à reprendre à son compte le système mis au point et développé à partir de 1973 par le par le Pr Georges David à l’hôpital de Bicêtre) – une époque qui voyait des gynécologues-obstétriciens avoir recours, pour des IAD,  à du sperme frais obtenu moyennant rétribution dans des cabinets privés.

Quatre à cinq fois par semaine

L’écrivain Gilles Paris, 58 ans, rapportait ainsi il y a peu qu’après son baccalauréat il avait, dans les années 1980, enchaîné des tas de « petits boulots » : manutentionnaire, testeur de médicaments et donneur de sperme. « A l’époque, on nous appelait les donneurs sauvages. J’ai appris que j’avais fait naître 148 enfants entre 1980 et 1992 », a-t-il confié sur les ondes de Radio France (et à Paris Match ).

« Je l’ai donné à des gynécologues. Les couples qui déposaient un dossier à la banque du sperme attendaient trop longtemps. Les médecins nous répertoriaient dans leurs calepins à la lettre S, comme sperme. (..) J’y allais quatre à cinq fois par semaine. C’était payé 350 francs (53 euros) par don. Les médecins avec qui j’ai sympathisé au fil du temps ont fini par me dire quand ça marchait. »

« Il apprend ainsi qu’il a fait naître 148 enfants… s’extasie Femme Actuelle. Des bébés aujourd’hui âgés de 25 à 37 ans. » Pour ceux qui douteraient peut-être de leur paternité, le magazine féminin offre la photo de Gilles Paris.

A demain