Gilets Jaunes : passé le temps de la jactance, une ferrandinade et pas de carabistouilles

Bonjour

Déclaration  spontanée ou travail de communicants ? Après l’Acte V des Gilets Jaunes voici Richard Ferrand dans un entretien au Journal du Dimanche. Le président de l’Assemblée nationale assure, dit France Info, « le service après-vente des annonces d’Emmanuel Macron ».

Voici Richard Ferrand et, avec lui, un nouveau terme destiné à faire parler, rire ou – une nouvelle fois- énerver.

Face à la colère des Gilets Jaunes « l’engagement du président sera tenu »  assure l’ancien journaliste et socialiste Richard Ferrand . « Il n’y aura pas de carabistouille »  ajoute-t-il, notamment l’augmentation de 100 euros pour tous les salariés au niveau du Smic. « L’enjeu, c’est que la totalité des salariés payés au Smic en bénéficient, bien au-delà de ceux qui touchent la prime d’activité. Crédit d’impôt, baisse des charges salariales… tout est à l’étude, souligne encore ce très proche du chef de l’Etat. Si nécessaire, nous modifierons la première tranche de l’impôt sur le revenu pour que personne ne soit pénalisé. On ne reprendra pas d’une main ce qui aura été donné de l’autre. »

Richard Ferrand aurait aussi pu parler d’entourloupe comme le fit le ministre de la Transition écologique François de Rugy sur BFMTV lors d’un ahurissant  débat (« Sortir de la crise ») avec quatre gilets jaunes. En ces termes : « Comme ça il n’y a pas d’entourloupe. Le président [de la République française] je l’ai eu au téléphone il y a quelques minutes. Il m’a dit: ‘’les gens ont eu l’impression qu’il y avait une entourloupe, qu’on leur disait c’est une suspension mais hop ça reviendra après’ » ».

Raymond Devos

L’entourloupe, on connaît bien en France (plaisanterie, mauvais tour, destiné à prendre avantage sur quelqu’un) – mais la carabistouille ? Richard Ferrand ou ses communicants savent-ils que c’est un belgicisme qui s’emploie surtout au pluriel (cf. H. Baetens Beardsmore, Le Français régional de Bruxelles, 1971, p. 400).

Sans doute eût-il mieux valu parler de calembredaine ou de galéjade. Mais Richard Ferrand use ici d’un mot qu’affectionne le président de la République. Ainsi Emmanuel Macron l’avait-il  utilisé (au pluriel) lorsqu’il était, en avril dernier, invité sur le plateau de Jean-Pierre Pernaut, «pour répondre aux questions que les Français se posent» :  « Il ne faut pas raconter de carabistouilles à nos concitoyens ». Le Figaro avait alors enquêté :

« Il serait dérivé de la contraction de deux termes ‘’cara’’, dont l’origine demeure obscure, et ‘’bistouille’’, c’est-à-dire le ‘’mauvais alcool’’. Un mot dont le suffixe ‘’-ouille’’ indique un usage dans le langage argotique, voire populaire.

Bien qu’aussi mystérieux que son confrère ‘’cara’’, le CNRTL tente une explication des racines du mot. Selon le dictionnaire, ‘’bistouille’’, né d’un dialecte du Nord à l’aube du XXe siècle serait probablement dérivé du préfixe ‘’bis’’ et du verbe ‘’touiller’’. »

 Mais Richard Ferrand ne s’arrête pas là. Concernant la suite du mouvement des « gilets jaunes », le président de l’Assemblée nationale dit respecter la liberté de manifester. Il ajoute toutefois : « Mais à force de rester sur les ronds-points on tourne en rond. » Ce qui n’est pas sans faire songer à un célèbre sketch de Raymond Devos centré sur le sens giratoire. Et qui pourrait conduire à l’éclosion d’un néologisme, dans l’ombre de la raffarinade, une ferrandinade ?

A demain

@jynau

 

 

Avez-vous une idée de l’audience télévisée du match « Macron contre Gilets Jaunes » ?  

Bonjour

Marqueront-elles une histoire politique sans cesse moins préhensible ? Douze minutes de face-à-face avec les Français. 10 décembre 2018, de 20h à 20h12, pour la deuxième fois de son quinquennat (hors vœux du 31 décembre) Emmanuel Macron, président de la République française  « s’est adressé directement à ses citoyens via une allocution télévisée ». Une allocution solennelle « face à la Nation ».

Une allocution quelque peu figée avec « télésouffleur ». Un spectacle qui, selon les médias spécialisés, a « drainé »  un flux inhabituel de téléspectateurs. L’intervention du chef de l’État a été suivie par 21,11 millions de Français. Dans le détail, 9,73 millions de personnes (34,3% de part d’audience) étaient « branchées » devant TF1. Elles étaient 8,27 millions (29,2% du public) à suivre l’allocution sur France 2. Enfin, 3,11 millions de téléspectateurs (11,0% de part d’audience) ont suivi l’intervention d’Emmanuel Macron sur M6.

France-Croatie

En volume, le cumul enregistré par l’allocution présidentielle est supérieur à l’audience de France-Croatie, la finale de la Coupe du monde de football, diffusée en juillet dernier sur TF1 et beIN Sports. Le match avait été suivi en linéaire et sur tous les écrans par 20,9 millions de personnes sur les deux chaînes. À titre de comparaison, le 16 octobre dernier, la précédente allocution d’Emmanuel Macron avait été suivie par 13,5 millions de Français sur TF1, France 2, M6 et les quatre « chaînes info ». Le précédent record datait du 11 mars 2007, date à laquelle Jacques Chirac a fait « son dernier discours aux Français ». Diffusé sur TF1, France 2, France 3 et M6, celui-ci avait été suivi par 22,43 millions de personnes.

Macron dépassera-t-il un jour l’audience de Chirac ? Si oui, contre quel adversaire ?

A demain

@jynau

 

L’archevêque de Paris, docteur en médecine, déclare la guerre au comité national d’éthique

Bonjour

Les fleurets catholiques ne sont plus mouchetés – la poudre confessionnelle commence à parler. C’est une longue interview dans Le Parisien dominical. Celle d’un homme en ascension dans le paysage politique et médiatique national : Mgr Michel Aupetit, 67 ans, « une voix de crooner », médecin et archevêque de Paris : « L’archevêque de Paris s’engage. ‘’Entretien exclusif’’ Mgr Aupetit appelle les catholiques à se mobiliser contre toute évolution des lois de bioéthique » (Propos recueillis par Christine Mateus et Vincent Mongaillard). Voilà qui est clair. Avec, d’entrée, une charge sans précédent :

« Il y a longtemps que je pense que le Comité national d’éthique (CCNE) n’est plus ce qu’il était. J’ai connu celui du Pr Jean Bernard. Il avait été voulu [par François Mitterrand, en 1983] comme un comité des sages qui puisse s’exprimer de manière indépendante. Je ne sens plus cela aujourd’hui. Le résultat était attendu, ce qui est un peu inquiétant. On se demande pourquoi on a fait des Etats Généraux, ils n’ont aucun impact sur la décision finale. »

 Le Pr Jean-François Delfraissy, président du CCNE appréciera d’être, sur la question de la « PMA pour toutes », accusé par un évêque, d’inféodation au pouvoir exécutif et au président Macron.

Dans cet entretien l’archevêque-médecin reprend des arguments connus (naissance programmée d’un enfant « sans père », utilisation-destruction croissante d’embryons humains à des fins de recherche, dignité de l’homme bafouée) et formule des menaces à peine voilées. Contre l’extension de la PMA, il « appelle les catholiques à se mobiliser par une parole » et laisse les citoyens appeler à manifester. Si tel devait être le cas l’évêque médecin y participerait en tant que simple citoyen.

« À 66 ans, c’est un homme décrit comme affable par tous ceux qui l’approchent, écrivait Le Quotidien du Médecin en décembre dernier après l’annonce de sa nomination. Avec cette dimension de pasteur, que le pape actuel entend privilégier. Mais ce fils de cheminot qui tient aujourd’hui le conseil ‘’famille et société’’ de la Conférence des évêques de France se montre plutôt conservateur sur la morale, hostile à l’IVG, et au ‘’mariage pour tous’’ ».

Une tendance confortée par les thèmes de ses nombreux ouvrages , son opposition ouverte à la loi Taubira et sa participation (remarquée et controversée) à la « Manif pour Tous » du 26 mai 2013.  Et La Croix rappelait qu’il écrivait alors :

« Il ne convient pas qu’au nom d’un individualisme exacerbé, on crée une loi pour chaque catégorie de personnes. Sinon, pourquoi pas la polygamie ? L’inceste ? L’adoption d’un enfant par un frère et une sœur ? Pourquoi pas, en effet, “puisqu’ils s’aiment”, pour reprendre l’argumentation des partisans du “mariage homosexuel” ? »

Croiser le fer

Cinq ans plus tard, devenu l’un des plus haut dignitaire de l’Eglise de France, en connexion directe avec Rome et le Pape,  le voici qui accuse le CCNE et le gouvernement de mentir quand ils affirment à l’unisson que la légalisation de la PMA « pour toutes » n’ouvrira en aucune façon la voie à celle de la Grossesse pour Autrui (GPA).

« Je n’y crois pas une seconde. Lorsqu’il y  au le mariage pour tous on nous avait déjà affirmé qu’il n’y aura pas de GPA. Au non de quoi refuserait-on aujourd’hui la GPA ? »

Interrogé sur la proposition de loi de sénateurs PS visant à supprimer la clause de conscience qui permet à des médecins de ne pas pratiquer d’IVG il répond :

« C’est terrible. Cela signifie qu’on entre dans une forme de dictature qui dit ‘’ Vous n’avez pas le droit de penser, votre conscience doit être éteinte. »

Humiliation

Difficile, dans ce contexte, de ne pas rappeler quelques éléments politiques essentiels autant que paradoxaux. A commencer par les propos, il y a un an, du chef de l’État qui prêchait l’apaisement. Dans un entretien accordé le 15 octobre 2017 à TF1, interrogé sur le possible accès des femmes seules à la procréation médicalement assistée (PMA), Emmanuel Macron disait souhaiter «avoir ce débat de manière apaisée» durant l’année 2018. Tout en estimant «normal de reconnaître ce droit aux femmes seules et aux couples de même sexe», il prévenait: «Sur ces sujets de société, le politique ne doit pas imposer un choix en brutalisant les consciences».

C’était là une allusion aux affrontements suscités par l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe, instaurée durant le quinquennat de François Hollande. Quelques mois auparavant, en février 2017, dans un entretien à L’Obs, le candidat Macron avait aussi expliqué que les adversaires du mariage homosexuel avaient alors été «humiliés» car on leur avait insuffisamment «parlé».

Puis le même président, officiellement en quête d’apaisement, lors d’un désormais célèbre discours tenu au Collège des Bernardins, incitait les évêques de France à pleinement s’engager dans le débat public. C’était en avril dernier. Cinq mois plus tard les évêques de France partent en croisade médiatique- avec celui de Paris en tête d’un cortège qui est d’ores et déjà opposé au projet à venir de révision de la loi de bioéthique. Et qui dénonce, pour la première fois (publiquement), le mode de fonctionnement du Comité national d’éthique. Le Pr Delfraissy osera-t-il croiser le fer avec son confrère et évêque Aupetit ?

A demain

 

 

 

« PMA » : Macron n’a rien fait pour obtenir le débat « apaisé » qu’il disait souhaiter

Bonjour

Il y a un an, le chef de l’État prêchait l’apaisement. Dans un entretien accordé le 15 octobre 2017 à TF1, interrogé sur le possible accès des femmes seules à la procréation médicalement assistée (PMA), Emmanuel Macron disait souhaiter «avoir ce débat de manière apaisée» durant l’année 2018.

Tout en estimant «normal de reconnaître ce droit aux femmes seules et aux couples de même sexe», il prévenait: «Sur ces sujets de société, le politique ne doit pas imposer un choix en brutalisant les consciences». Une allusion aux affrontements suscités par l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe, instaurée durant le quinquennat de François Hollande.

Quelques mois auparavant, dans un entretien à L’Obs, le candidat Macron avait aussi expliqué que les adversaires du mariage homosexuel avaient alors été «humiliés» car on leur avait insuffisamment «parlé». Un an plus tard, les affrontements ne sont en rien comparables à la virulence observée en 2013. Pour autant, ils prennent un autre visage.

 Lire la suite sur Slate.fr : «  Pour un ‘’débat apaisé’’  sur la PMA pour toutes, on peut toujours rêver »

A demain

 

Pathologies publiques : rechute alcoolique de Renaud, le cancer de Pernaut, la fièvre de Le Pen

Bonjour

Contagion des réseaux sociaux. Le temps n’est plus où certaines informations, plus ou moins privées, plus ou moins cryptées, n’étaient destinées qu’aux lecteurs, sur papier coloré, de France Dimanche ou d’Ici Paris.

« Renaud hospitalisé et ‘’très touché’’ dans un service spécialisé en addictologie, rapporte Le Figaro (Caroline Coupat). Le chanteur a été admis ce week-end dans une clinique près de Montpellier. Il n’en a pas fini avec son alcoolisme chronique. Il est entré ce week-end pour suivre une nouvelle cure de sevrage dans une clinique de Castelnau-le-Lez, près de Montpellier (Hérault), selon nos confrères du Midi Libre .

L’artiste serait en très mauvaise santé et pourrait rester dans le service plusieurs mois, selon France Bleu Hérault . C’est sa fille Lolita qui aurait poussé son père à prendre cette décision après sa rechute de l’été dernier. Selon Paris Match, ce dernier veut se soigner et s’est rendu à la clinique de son propre chef car il tient à enregistrer un album de chansons pour enfants, dont il envisage la sortie en 2019. »

Ses démons

La clinique « refuse catégoriquement » de communiquer sur la présence du chanteur entre ses murs mais certains patients ont reconnu un Renaud « affaibli et sur ses gardes ».  « C’est le deuxième séjour de l’interprète de Mistral Gagnant dans un service d’addictologie depuis le début de l’année, rappelle Le Figaro. Il a déjà été hospitalisé en février dernier dans un établissement de la région parisienne. À l’époque, son frère David expliquait dans les colonnes du Parisien que Renaud allait bien, apprenait ‘’à se passer de ce breuvage assassin qu’est la bière’’ mais avait ‘’besoin de se réparer’’. Sur sa page Facebook, son équipe parlait d’«une petite cure, rien de grave». Interrogés à la fin de semaine dernière, les responsables de sa maison de disques minimisaient son problème de santé, assurant que le chanteur venait de faire un check-up et qu’il se portait bien. »

Selon la métaphore communément employée Renaud, 66 ans, ne parvient toujours pas « à vaincre ses démons ». Lors de sa dernière apparition à la télévision, en avril,  il répondait difficilement aux questions et disait souffrir de «déprime» et de «mélancolie». Profondément marqué par le décès de son ami Johnny Hallyday en décembre, il aurait alors confié à son frère David « le prochain, c’est moi ».

Montrer l’exemple 

Entre autres médias généralistes Le Point rapporte que Jean-Pierre Pernaut est soigné pour un cancer de la prostate. Le célèbre présentateur (depuis trente ans) du 13 heures de TF1 (cinq millions de téléspectateurs) ne sera pas présent à l’antenne pendant plusieurs semaines, durant sa convalescence. C’est Jean-Pierre Pernaut lui-même qui l’a annoncé à travers une publication sur Twitter – un message destiné à rassurer ses téléspectateurs et ses abonnés. « Je dois m’absenter quelque temps de la présentation du JT de 13 H. J’ai en effet subi une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate. Tout va bien. »

Sa femme, Nathalie Marquay-Pernaut, s’est aussi exprimée à travers ses comptes sur Facebook et Instagram. Elle s’est également chargée de rassurer les fans concernant l’état de santé de son mari. « Rassurez-vous, il va bien, il est très bien entouré de sa famille et ses amis et est très bien soigné. Il m’a toujours soutenue dans mon combat pour ne pas considérer le mot cancer comme un tabou et souhaite montrer l’exemple en étant honnête sur sa situation. À mon tour de le soutenir dans ce combat, ensemble nous sommes plus forts. Son leitmotiv ? Retrouver au plus vite le plateau du JT de TF1 ».

Fièvre persistante

Jean-Marie Le Pen, 90 ans,  a dû être hospitalisé dans la soirée du 25 septembre, près de Paris. Il souffre d’une « fièvre persistante ». Ses proches ont indiqué à l’AFP que ses jours n’étaient « pas en danger ». « L’entourage médical de Jean-Marie Le Pen a estimé nécessaire une hospitalisation afin de prévenir toute complication », précise d’autre part, dans un communiqué, son cabinet.

Le cofondateur du Front National « est d’humeur positive » mais il a dû « reporter la plupart de ses engagements dans les prochains jours », a ajouté son conseiller Lorrain de Saint Affrique. Celui qui présidé le FN près de 40 ans, avait déjà été hospitalisé une dizaine de jours en juin pour une « complication pulmonaire dangereuse » d’origine bactérienne – et ce après une première hospitalisation pour une grippe. C’était en en avril.

A demain

Trop, c’est trop : Agnès Buzyn en assez du discours «catastrophiste» sur les hôpitaux

Bonjour

Le pouvoir exécutif au four et au moulin médiatique. Hier le Premier ministre dans Le Parisien pour affirmer que rien ne le ferait céder dans le conflit envenimé avec la SNCF « Nous irons jusqu’au bout ! ». . Jeudi le président de la République dans un exercice inédit chez … Jean-Pierre Pernaut (TF1)  Aujourd’hui Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé dans Libération.

Où l’on entend, pour la première fois, une femme en colère contre un discours médiatique dominant qui évoque la crise profonde que traverse le système hospitalier français. Et en même temps un hommage appuyé à une majorité des établissements qui œuvrent sans crier. « Un numéro d’équilibriste avant l’annonce, en mai, d’un plan de réformes ‘’conséquent’’» croit savoir Libé.

 « L’hôpital, c’est un monde que je connais très bien, j’y ai passé plus de trente ans », aime à dire la ministre. Le reconnaîtrait-elle aujourd’hui. Et pourquoi, depuis Paris, parler de cette immensité au singulier ? A-t-elle lu l’inégal mais profondément dérangeant « Hôpitaux en détresse, patients en danger » des Prs Philippe Halimi et Christian Marescaux (Flammarion). Comprend-elle les raisons profondes de ce qu’elle perçoit comme un dénigrement quand d’autres voient, avec raison, une succession d’appels au secours ? Ou une perte progressive de sens.

En quoi l’exercice du pouvoir exécutif modifie-t-il la vision de la réalité ? Morceaux choisis des propos tenus à Libé (recueillis par Eric Favereau – photo de Jérôme Bonnet).

« Si j’ai accepté ce poste de ministre, c’est notamment parce que, connaissant bien notre système de santé et l’hôpital, je souhaitais faire bouger les lignes. J’ai ouvert avec le Premier ministre un vaste projet de transformation du système de santé. Je vois bien que le problème n’est pas l’hôpital pris isolément et je ne veux pas faire une énième reforme qui ne traiterait en fait qu’un bout du sujet. L’hôpital s’inscrit dans un environnement. Et cet environnement dysfonctionne aussi. Les chantiers de transformation nous projettent à court et moyen terme (…)

« Il y a des secteurs hospitaliers qui sont en surchauffe comme les urgences, mais il y a aussi des services en sous-activité  1 (…) : il y a donc des lits qui devraient basculer. Il faut s’organiser différemment. En plus, avec le passage de la chirurgie vers l’ambulatoire – 70 % au moins de tous les actes chirurgicaux -, on aura moins besoin de lits. Voilà. Chaque hôpital doit se poser la question de ce changement et de sa réorganisation. (…) Un problème complexe s’ajoute : l’attractivité des carrières. Un groupe de travail doit nous remettre des propositions pour faire bouger les lignes aussi en matière de ressources humaines, afin de proposer des perspectives de carrière plus variées, plus ouvertes au sein de l’hôpital. »

Solidarité gouvernementale historique

Agnès Buzyn s’irrite : « J’en ai assez du discours catastrophiste sur l’hôpital. Nos hôpitaux publics font un travail remarquable (…) Oui, il y a des lieux qui dysfonctionnent, 10 % à 14 % des services d’urgences sont en surchauffe, mais pas tous, loin s’en faut. Partout ou presque, ce sont des lieux de soin de qualité et même des centres d’excellence. »

La suite ? Ce sera  Il « mieux les positionner et jouer la complémentarité entre les hôpitaux plutôt que la compétition » ; « maintenir des hôpitaux de proximité et des hôpitaux qui vont accueillir et traiter les maladies complexes, qui demandent des plateaux techniques et des compétences spécifiques » ; « avoir des hôpitaux flexibles » quant au nombre de leurs lits ; des hôpitaux « agiles ». On entend des hôpitaux intelligents, mais le mot n’est pas dit. Sans oublier une petite déflagration : « tout ne doit pas venir du ministère ou du directeur ».

Reste à comprendre le pourquoi profond de l’expression de ce malaise. Une nouvelle fois Agnès Buzyn dénonce le rôle malsain de la tarification à l’activité (T2A) – « Aujourd’hui, des hôpitaux veulent siphonner l’activité de leurs voisins, c’est absurde et ce n’est pas sain ». Une T2A qui sera non pas supprimée mais dont le poids sera « nuancé ». Et une Haute Autorité de Santé (que la ministre connaît bien pour l’avoir présidée) qui devra doit « aller beaucoup plus vers la pertinence des pratiques médicales ».

Pour le reste c’est tout simplement, selon elle, « le système qui arrive au bout ». C’est « l’hôpital, la médecine de ville et le parcours qui ne vont pas bien ». Mais aucun souci quant à l’exécutif : « Jamais un gouvernement n’a été aussi solidaire ». On aimerait savoir, précisément, depuis quand.

A demain

1 Agnès Buzyn : « Il y a des secteurs hospitaliers qui sont en surchauffe comme les urgences, mais il y a aussi des services en sous-activité. Regardez en hépatologie, on soigne et on guérit des hépatites avec des médicaments sans hospitaliser les malades ; il y a donc des lits qui devraient basculer.» Qu’en pensent les hépatologues hospitaliers en sous-activité.

 

Le président de la République parle aux malades et à ceux qui les soignent (extraits choisis)

Bonjour

Hier, 31 décembre 2017, le président de la République a présenté ses vœux aux Français. Extraits choisis :

« Mes chers compatriotes,

Alors que l’année s’achève, je suis heureux de vous retrouver pour vous présenter pour la première fois mes vœux pour l’année 2018. Je vous espère en famille, au milieu de vos proches, de celles et ceux qui vous aiment.

Je sais aussi que certains d’entre vous sont aujourd’hui au travail parce qu’ils font partie des forces armées ou des forces de l’ordre, parce qu’ils sont médecins ou personnels soignants, parce qu’ils sont en charge des transports ou de la continuité des services publics. Je veux ce soir les remercier pour cet engagement.

Je sais aussi que plusieurs d’entre vous ce soir sont seuls, souffrent ou sont malades et je sais que dans ces moments de fête et de retrouvailles, cette solitude et cette souffrance sont plus dures encore à supporter. Alors à nos concitoyens qui sont dans cette situation, je veux dire qu’ils appartiennent à une grande Nation et que les mille fils tendus qui nous tiennent, sont plus forts que leur solitude et je leur adresse une pensée fraternelle. (…)

Je veux aussi miser sur la fraternité. La fraternité, c’est ce qui nous unit, ce qui nous a fait un, ce qui nous tient ensemble. Je crois dans la réussite, dans les succès mais que valent ces succès s’ils ne sont en quelque sorte que les succès de quelques-uns ? Que s’ils nourrissent les égoïsmes ou les cynismes ? Rien de bien durable. Tant de Nations sont en train de se fracasser parce que seuls quelques-uns y réussissent ! Nous avons en effet besoin de repenser un grand projet social pour notre pays, c’est celui-ci que je déploierai durant l’année qui s’ouvre. C’est celui qui doit inspirer notre politique de santé, notre politique en faveur de celles et ceux qui vivent en situation de handicap, notre politique d’hébergement pour les sans-abri, notre politique sociale aidant les plus démunis. 

Exceptionnel

Sans cela, sans cette exigence humaniste, notre pays ne se tiendra pas uni. Cela implique des règles et de la rigueur aussi et je sais parfois quelques tensions éthiques que je ne sous-estime pas et que j’assume pleinement. Je veux que nous puissions apporter un toit à toutes celles et ceux qui sont aujourd’hui sans abri (…)Comptez sur ma détermination entière en la matière. (…)

Enfin, notre cohésion nationale dépend aussi de votre engagement. Oui, la cohésion de la Nation, ça n’est pas simplement le travail du président de la République, de son Premier ministre ou du gouvernement ; c’est le travail de chacune et chacun d’entre vous. Demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire pour le pays et au-delà de votre quotidien, de votre vie, parfois de ses difficultés, dites-vous toujours que vous appartenez à un collectif plus fort, plus grand que vous : la Nation française. C’est ce collectif qui vous a éduqué, qui vous soigne, qui quand vous tombez, vous aide à vous relever, qui vous aidera dans vos vieux jours et dites-vous à chaque instant que vous avez quelque chose à faire pour la Nation. J’ai besoin de cet engagement. (…) Nous sommes capables de l’exceptionnel.

Vive la République et vive la France. »

Pour ses premiers vœux aux Français en tant que Président de la République, Emmanuel Macron a rassemblé 11,2 millions de téléspectateurs, précise Le Figaro. Selon le site Ozap, c’est TF1 qui a rassemblé le plus de spectateurs, avec 4,1 millions de Français soit 24,1% de part d’audience. Tout juste derrière, France 2  a obtenu 23,6% d’audience soit 4 millions de personnes. Ensuite, 1,8 million de Français ont choisi France 3, et seulement 997.000 ont regardé les vœux sur M6. France Ô ferme enfin la marche avec 2000 téléspectateurs.

Un succès ? L’an dernier les derniers vœux de François Hollande avaient attiré 10,1 millions de spectateurs, et ceux de la fin d’année 2015 avaient rassemblé 11 millions de spectateurs. Nouveauté ? En plus des vœux télévisés, qui ont duré environ 20 minutes, Emmanuel Macron a, en même temps, diffusé des vœux raccourcis à deux minutes, sur les réseaux sociaux.

A demain