Quelques précisions sur « l’espoir fou » du vaccin contre le sida mis au point à Marseille

 

Bonjour

Nous rapportions hier les échos médiatiques qui avaient suivi une conférence de presse donnée à Marseille sur le thème d’un vaccin thérapeutique contre l’infection par le VIH.  La Provence révélait qu’un protocole mené depuis 2013 auprès de 48 patients avait livré des résultats encourageants (contenu payant). Ce vaccin expérimental aurait permis « de faire disparaître les cellules infectées du corps d’une dizaine de volontaires qui étaient porteurs du virus ». Une avancée qui permettait au quotidien de titrer en une « Un espoir fou ». Le Point avait repris l’information provençale :

« Sous la conduite du Dr Isabelle Ravaux à l’hôpital de la Conception de Marseille  et d’Erwann Loret, biologiste au CNRS, trois doses ont été injectées sur des patients volontaires. Ces 48 personnes ont donc arrêté leur trithérapie. ‘’Le résultat le plus remarquable est que les cellules infectées par le VIH ne sont plus détectables chez une dizaine de patients. Et ce, depuis deux ans, ce qui est tout à fait exceptionnel, détaille Erwann Loret à nos confrères de La Provence. Si des épisodes de ce type sont observés parfois chez des patients, cela ne s’était encore jamais produit sur une telle durée.’’ Le vaccin aurait donc eu un effet et diminué le nombre de cellules infectées par le virus. »

Le chercheur du CNRS est une personnalité qui a déjà été au centre de quelques controverses médiatiques 1. La dernière conférence de presse devait susciter une nouvelle polémique, l’entourage d’Erwann Loret laissant entendre qu’il avait été interdit de s’exprimer par la direction générale du CNRS.  Il expliquait aussi « proposer avec l’Agence du médicament, à des patients qui ont repris la trithérapie d’arrêter leur traitement, sous suivi médical. »

Les réponses du CNRS et de l’Agence du médicament

Censurer un chercheur est une affaire d’une particulière gravité. Nous avons demandé ce qu’il en était au CNRS. Voici sa réponse :

« Lundi 27 février, le CNRS a été informé de la tenue d’une conférence de presse organisée par la Société BIOSANTECH en présence d’un chercheur du CNRS, Erwann Loret. Le CNRS lui a demandé de ne pas participer à cette conférence de presse. En effet, à notre connaissance, l’essai clinique s’est terminé en fin de phase I/IIa depuis plus d’un an. Les résultats de l’étude adossés à cet essai ont été publiés le 1er avril 2016.

Le CNRS n’a connaissance d’aucun projet de poursuite d’essai clinique. Si cela était le cas, il serait conduit sous la responsabilité exclusive de l’entreprise BIOSANTECH, promoteur de l’essai, comme cela a toujours été le cas.

 « Le CNRS rappelle que les relations de partenariat établies entre la recherche publique et les entreprises s’inscrivent dans des cadres juridiques clairs, a fortiori lorsqu’il s’agit d’un produit de santé répondant à un enjeu aussi important que celui du sida. A ce jour, l’entreprise BIOSANTECH est titulaire d’une licence de brevet lui donnant l’autorisation d’utiliser la technologie. Il n’y a plus aucune relation de co-développement formalisé entre le CNRS et cette entreprise. Cette situation n’interdit en rien à Erwann LORET de présenter ses travaux dans des congrès tel que celui qui s’est tenu récemment à Berlin. »

 Nous avons également demandé à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) quel était le stade de développement des essais cliniques. Voici sa réponse :

« L’ANSM a autorisé cet essai en 2013. Il comportait deux parties, une première partie avec une recherche de doses, aujourd’hui terminée, puis une deuxième partie sur un groupe de patients différents avec la dose sélectionnée lors de la première partie. Le passage à la deuxième partie était subordonné à une nouvelle autorisation de l’ANSM. A ce jour, l’ANSM n’a pas reçu de demande d’autorisation pour débuter cette deuxième partie. » 

 Nous publierons bien évidemment, s’ils le souhaitent, les précisions des responsables de l’essai marseillais.

 A demain

1 « Vaccin sida : Biosantech avait-elle le droit de présenter ses premiers résultats à la presse ? » Journalisme et santé publique, 29 octobre 2015

 

Le Conseil d’Etat va-t-il ordonner de mettre fin à l’assistance respiratoire de Marwa ?

Bonjour

Soigner encore ou laisser faire la mort ? S’obstiner au risque de la déraison. Nous rapportions, le 10 février dernier, les termes de « l’affaire Marwa » – sorte de nouvelle affaire Vincent Lambert.

Marwa, bébé d’un an, avait été admise à l’hôpital de la Timone à Marseille le 25 septembre 2016, victime d’une grave infection virale. Devant l’évolution de l’état de l’enfant les médecins marseillais décident, le 4 novembre, d’arrêter les thérapeutiques mises en œuvre et de débrancher l’assistance respiratoire. La famille s’y oppose, saisit la justice. En référé, le tribunal administratif ordonne à la Timone la poursuite des soins, et diligente une expertise confiée à deux neurologues, et un neuropédiatre.

Handicap majeur

Ce tribunal considère alors que « de nombreuses incertitudes demeurent sur la pathologie initiale de l’enfant, sur les séquelles dont elle est atteinte, sur les examens pratiqués et sur son état actuel ». « La fiche de traçabilité des décisions prises de façon collégiale comporte une motivation très lacunaire », souligne-t-il, et des « indications divergentes » ont été données par l’hôpital. Selon le rapport des experts, relayé par l’AFP, l’évolution de la maladie de Marwa « va conduire à un handicap majeur ».

Elle « est consciente mais atteinte d’un déficit moteur majeur et irréversible », écrivent ces médecins, qui confirment « une atteinte neurologique sévère et définitive ». Partageant le « pronostic clinique extrêmement négatif » des médecins de l’hôpital de la Timone, les experts estiment que Marwa sera « incapable de faire des gestes de la vie courante et de pouvoir se déplacer, même en fauteuil électrique, restera dépendante d’une suppléance respiratoire, d’une alimentation artificielle et d’un nursing intensif ». Selon eux « l’évolution va conduire à un handicap majeur chez une enfant grabataire ».

Etrange pays

Mohamed Bouchenafa, le père de Marwa a mis en ligne sur Facebook une vidéo de sa fille et la famille a également lancé une pétition en ligne sur la plateforme change.org « Jamais sans Marwa » où des raisons budgétaires hospitalières sont, pour la première fois dans une affaire de ce type, évoquées 2. A l’heure où nous écrivons ces lignes (à la veille de l’audience du Palais Royal) cette pétition avait réuni plus de 240 000 signatures.

Aujourd’hui l’affaire arrive devant le Conseil d’Etat. Le jeudi 2 mars les magistrats débattront sur le sort de la petite patiente, lors d’une audience en référé qui se tiendra à huis clos. « Les médecins de Marseille ont sans doute raison sur le plan médical et juridique, mais au plan éthique, il est vraiment difficile d’aller contre l’assentiment des parents. On ne peut pas s’opposer comme cela frontalement à eux, il faut s’y prendre autrement, commente dans Le Monde, le Dr Véronique Fournier, présidente du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie. Car si le Conseil d’Etat leur donne raison, ils vont faire quoi ? Débrancher cette petite fille en cachette, la nuit, derrière le dos des parents ? »

Etrange pays qui voit une juridiction administrative suprême amenée à trancher des questions éthiques de vie et de mort. Etrange époque qui voit des responsables politiques candidats à la magistrature suprême partir en guerre contre la justice de leur pays.

A demain

« Tuer le cancer pour 486 euros » : quand une découverte n’est pas suivie de faux espoirs

Bonjour

Contre-exemple édifiant. C’est une information à situer dans le contexte de l’étrange affaire française du test ISET « de dépistage du cancer » commercialisé 486 euros 1. Un groupe de chercheurs californien vient d’annoncer avoir mis au point un test qui pourrait permettre de fournir des éléments originaux quant au potentiel de progression d’un processus cancéreux. Ce travail vient d’être évoqué par la BBC : « Cell ‘stickiness’ could indicate cancer spread » qui reprend une publication du Biophysical Journal : « Metastatic State of Cancer Cells May Be Indicated by Adhesion Strength ».

Ce travail est signé d’un groupe de chercheurs dirigés par Adam J. Engler, (Department of Bioengineering, University of California, San Diego, La Jolla, Californie). Le test mis au point se fonde sur les caractéristiques spécifiques d’adhésivité qui signeraient le caractère cancéreux de certaines cellules potentiellement métastatiques. Il y a là, expliquent-ils, une piste qui pourrait un jour aider à identifier les patients atteints de lésions cancéreuses qui justifieraient un traitement agressif à un stade précoce. Pour autant ils avertissent que leurs travaux sont à un stade très précoce et que, si l’espérance est bien là, on est encore loin d’une possible commercialisation.

« Il n’existe aujourd’hui aucun marqueur biologique commun qui indique qu’une tumeur est plus susceptible qu’une autre de se propager. Mais, notre dispositif montre qu’il peut exister un marqueur physique prédictif de la probabilité de propagation de la lésion, explique Adam J. Engler. Les patients doivent comprendre qu’il faudra encore plusieurs années avant que nos résultats atteignent le stade des premiers essais cliniques. »

A demain

1 « ‘’Tuer le cancer’’ pour 486 euros : sur France Inter, l’affaire du Pr Paterlini-Bréchot » Journalisme et santé publique, 19 janvier 2017

« Peut-on « tuer le cancer pour 486 euros » ? Interrogé l’INCA ne répond pas. Pourquoi ? » Journalisme et santé publique, 5 février 2017

« ‘’Tuer le cancer pour 486 euros’’ ? Le bon sens médical selon Patrizia Paterlini-Bréchot » Journalisme et santé publique, 18  février 2017

« ’Tuer le cancer pour 486 euros ‘’ : l’Académie de médecine se saisira-t-elle de l’affaire ? » Journalisme et santé publique, 18  février 2017

«  ‘’Tuer le cancer® pour 486 euros’’ : la surprise, le malaise et les questions d’un oncologue » Journalisme et santé publique, 19  février 2017

 

Vaccin anti-sida : l’Agence du médicament autorisera-t-elle l’expérience de Marseille ?

Bonjour

Trente ans après on pensait en avoir fini avec les révélations, via la presse régionale, des nouveaux et formidables espoirs vaccinaux  contre le sida. Or voici, une nouvelle fois, qu’un abcès médiatique est collecté à Marseille. La Provence révèle qu’un protocole mené depuis 2013 auprès de 48 patients a livré des résultats encourageants (contenu payant). Ce vaccin expérimental aurait permis « de faire disparaître les cellules infectées du corps d’une dizaine de volontaires qui étaient porteurs du virus ». Une avancée qui permet au quotidien de titrer en une « Un espoir fou ». Le Point a repris l’information provençale :

« Sous la conduite du Dr Isabelle Ravaux à l’hôpital de la Conception de Marseille  et d’Erwann Loret, biologiste au CNRS, trois doses ont été injectées sur des patients volontaires. Ces 48 personnes ont donc arrêté leur trithérapie. ‘’Le résultat le plus remarquable est que les cellules infectées par le VIH ne sont plus détectables chez une dizaine de patients. Et ce, depuis deux ans, ce qui est tout à fait exceptionnel, détaille Erwann Loret à nos confrères de La Provence. Si des épisodes de ce type sont observés parfois chez des patients, cela ne s’était encore jamais produit sur une telle durée.’’ Le vaccin aurait donc eu un effet et diminué le nombre de cellules infectées par le virus. »

Le chercheur est une personnalité qui a déjà été au centre de quelques controverses médiatiques 1. Il explique à La Provence que chez deux patients le taux d’anticorps a chuté, car leur système immunitaire « ne voyait plus les cellules infectées » : la « rétroconversion ».  « Nous allons, avec l’Agence du médicament, proposer à ces deux patients qui ont repris la trithérapie d’arrêter leur traitement, sous suivi médical, assure-t-il. Si, après trois mois, les cellules infectées sont toujours indétectables, on pourra alors parler de guérison fonctionnelle. » A l’évidence, Marseille ou pas, l’affaire doit être un peu plus compliquée que ce qu’il nous est donné d’en lire.

A demain

1 « Vaccin sida : Biosantech avait-elle le droit de présenter ses premiers résultats à la presse ? » Journalisme et santé publique, 29 octobre 2015

Plus d’un million d’euros pour «Mois(s) sans Tabac». 12 550 pour la cigarette électronique

 

Bonjour

Les buralistes sont de drôles d’oiseaux. Ils vivent, grâce à l’Etat, de la vente de tabac et ils applaudissent à l’opération « Moi(s) sans Tabac ». Ainsi se félicitent-ils, sur leur site, du fait que (quel que soit le nom du prochain président de la République) la même opération verra le jour l’automne prochain.

Santé publique France vient ainsi de lancer un appel à projets afin « d’accompagner le déploiement de Mois(s) sans tabac, en régions ». « Mise en œuvre, pour la première fois en 2016, par le ministère de la Santé, la Caisse nationale d’Assurance Maladie  et Santé publique France, avec l’appui des Agences régionales de Santé, l’opération ‘’Moi(s) sans tabac’’ a, notamment, permis d’inciter plus de 180 000 fumeurs à s’inscrire sur le site « Tabac Info Services »  et suscité plus de 3 200 commandes de lots de kits de communication par des collectivités, associations, services de l’État ou entreprises » croit savoir Santé publique France.

 Grand œuvre jacobin

L’appel à projets a donc pour objectif d’accompagner des déploiements régionaux. Déployer « en favorisant la mobilisation des acteurs de terrain ». Où l’on comprend que des opérations locales de communication  apparaissent désormais, depuis Paris, indispensables pour parachever le grand œuvre jacobin.  Les porteurs de projets ont jusqu’au 24 mars pour transmettre leur dossier à l’ARS de leur région et à Santé publique France. Notification des décisions avant le 18 juin. Quel que soit le locataire de l’Elysée.

L’enveloppe globale consacrée à cet appel à projets est connue : 1 100 000 €. Mais seuls les dossiers répondant aux critères du cahier des charges seront étudiés.  C’est, de fait, un obstacle majeur aux multiples incitations créatrices qui pourraient provenir du monde de la vape.

Parlons, précisément, de la cigarette électronique. Pour la deuxième année consécutive, l’association SOVAPE a réussi cette semaine son financement citoyen pour l’organisation du 2e Sommet de la Vape. Une initiative originale et citoyenne ne nécessitant aucune participation d’assistants parlementaires. SOVAPE :

« Plus 12 550 € récoltés dans les réseaux de vapoteurs Avec la vape, pour la première fois dans l’histoire de la lutte contre le tabac, ce sont les usagers qui sont en première ligne pour défendre “leur” solution : la cigarette électronique ! En France, un million de fumeurs sont sortis du tabac grâce au vapotage et deux autres millions sont sur la voie du sevrage en alternant encore vape et cigarettes. C’est un formidable espoir pour la santé publique, aujourd’hui 200 personnes par jour meurent du tabac, 78 000 par an, c’est la première cause de morts évitables.

Volonté des citoyens

« Pourtant les autorités entretiennent un discours trouble et anxiogène sur la vape et une nouvelle réglementation coercitive complique la vie des usagers, provoque l’augmentation des prix des produits et interdit toute publicité et “propagande”. La cigarette électronique subit depuis mai 2016 les mêmes restrictions que le tabac alors qu’elle est justement son meilleur ennemi. Un Sommet de la Vape par la volonté des citoyens Avec le financement participatif indépendant de toute industrie, c’est donc par la volonté des citoyens que les parties prenantes, instances et autorités, sociétés savantes, associations, professionnels de santé et acteurs de la vape, vont se retrouver. »

Le rendez-vous est fixé le lundi 20 mars 2017 au CNAM – Paris de 9h à 18h. A l’ombre de Denis Papin, génie de la machine à vapeur. Journée de présentations et de tables rondes. Le Pr Benoît Vallet, directeur général de la santé, sera courageusement présent. Il avait déjà initié après le 1er Sommet du 9 mai 2016 un « Groupe de Travail Vapotage » qui se réunit tous les trimestres. De nombreux autres participants sont également confirmés 1. Une bien belle somme que ces 12 550 €. Elle permet de prévenir les conflits d’intérêts tout en offrant le café.

A demain

1 Riccardo POLOSA – Université de Catane, Jean-Pierre COUTERON – Fédération Addiction, William LOWENSTEIN – SOS Addictions, Anne BORGNE – RESPADD, Stéphane PAPATHEODOROU – La Vape du Cœur, Brice LEPOUTRE – Aiduce, Gérard AUDUREAU – Droits des Non-Fumeurs, Pierre ROUZAUD – Tabac & Liberté, Nathalie NAVARRO – AXONE Group, Daniel THOMAS – CNCT, Astrid FONTAINE – LRSH, François BECK – OFDT, Françoise GAUDEL – Je Ne Fume Plus, Antoine FLAHAULT – Institut de Santé Globale, Jean MOIROUD – Fivape, Jean-François ETTER – Université de Genève, Gérard DUBOIS – Académie de médecine. Nous participerons à cette rencontre.

Les organisateurs, Jacques Le HOUEZEC, Bertrand DAUTZENBERG et Didier JAYLE, sont toujours en attente d’une réponse de Marisol TOURAINE, ministre de la Santé, qui a été officiellement invitée. Par ailleurs, les candidats à l’élection présidentielle et leurs équipes en charge des programmes de santé, sont également invités à participer à la journée.

Avant l’enfer du post-antibiotiques, l’Organisation Mondiale de la Santé prêche dans le désert

Bonjour

Quels sont, aujourd’hui, les noms de nos pires ennemis ?  Acinetobacter baumannii, Pseudomonas aeruginosa, et toutes les entérobactéries résistance aux carbapénèmes. Qui sont ceux qui suivront ? Enterococcus fæcium, Staphylococcus aureus, Helicobacter pylori, Campylobacter spp., Salmonella, Neisseria gonorrhoeae. Et après, pour ceux qui seront encore là ? Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae, Shigella spp.,

L’Organisation mondiale de la santé a, lundi 27 février, publié la liste des familles de bactéries contre lesquelles elle juge urgent de développer de nouveaux antibiotiques en raison des risques que fait peser leur résistance aux traitements actuels. Adoptant sa posture traditionnelle l’OMS souhaite « orienter » et « promouvoir la recherche-développement de nouveaux antibiotiques ». Que ne le fait-elle ? L’organe des Nations-Unies aimerait empêcher la résurgence de maladies infectieuses incurables. Qui ne le voudrait ?

« La résistance aux antibiotiques augmente et nous épuisons rapidement nos options thérapeutiques. Si on laisse faire le marché, les nouveaux antibiotiques dont nous avons le besoin le plus urgent ne seront pas mis au point à temps », prévient le Dr Marie-Paule Kieny, sous-directrice générale à l’OMS pour les systèmes de santé et l’innovation. C’est là une alerte dont on aimerait pouvoir tenir compte. Mais la « sous-directrice générale de l’OMS pour l’innovation » a oublié de nous dire comment on ne laisse pas faire le marché.

Rituel diplomatique

La nouvelle liste des bactéries « super-résistantes prioritaires » ? « Cette liste est un nouvel outil pour veiller à ce que la recherche-développement réponde aux besoins urgents de la santé publique », indique le Dr Kieny. On peine à comprendre le raisonnement de la sous-directrice. La publication de cette liste, évoquée par la BBC, est aussi une manière d’attirer l’attention sur un rituel diplomatique : le ballet des rencontres placées à l’agenda du G 20 cette année présidé par l’Allemagne.

Dans ce cadre des « experts de la santé » vont se réunir à Berlin. « Nous avons besoin d’antibiotiques efficaces pour nos systèmes de santé et nous devons prendre des mesures communes pour un avenir en meilleure santé, a déclaré Hermann Gröhe, ministre fédéral allemand de la Santé. C’est pourquoi, nous allons discuter et attirer l’attention du G20 sur la lutte contre la résistance aux antimicrobiens. La première liste mondiale de l’OMS sur les agents pathogènes prioritaires est un nouvel outil important pour assurer et orienter la recherche-développement en relation avec les nouveaux antibiotiques. »

Cette fameuse liste a été établie en collaboration avec la division des maladies infectieuses de l’Université de Tübingen (Allemagne) au moyen d’une technique d’analyse décisionnelle multicritère. Le Pr Evelina Tacconelli, chef de la division des maladies infectieuses de cette université : « Si on attend plus longtemps, les problèmes de santé publique vont s’aggraver et auront un impact dramatique sur les soins des patients ».

Pas plus que le Dr Kieny à Genève, le Pr Tacconelli ne nous dit à Tübingen, comment on contraint Big Pharma l’amorale à travailler dans un secteur qui ne l’intéresse pas.

A demain

 

Lutter contre le cancer réclame-t-il de dépenser l’argent public en «création publicitaire» ?

Bonjour

Nous n’avions pas compris : l’Institut National du Cancer (INCA) ne répond pas aux questions qu’on lui pose. C’est lui qui parle et dispose. Interrogé il y a plusieurs semaines sur le plus que controversé test ISET de dépistage du cancer (486 euros, non pris en charge) l’INCA n’a toujours pas répondu.  Aujourd’hui il annonce urbi et orbi lancer (avec le ministère de la Santé) une nouvelle campagne publicitaire. On appréciera le style du communiqué de presse :

« La campagne, prévue le 27 février en presse (sic) et le 12 mars en télévision (re-sic) , porte le message suivant : «le cancer colorectal, le dépister à temps peut vous sauver la vie ». Elle concentre son message sur le caractère meurtrier de ce cancer, qui se développe souvent sans symptôme et reste méconnu. La campagne rappelle que détecté tôt, un cancer se guérit dans 9 cas sur 10. La création publicitaire utilise un ton direct et informatif autour de l’enjeu (re-re-sic) et rappelle l’importance de se faire dépister dès 50 ans. 

« Le spot TV, programmé à partir du 12 mars sur les chaînes nationales et thématiques, évoquera à la fois la dangerosité de ce cancer et l’intérêt du dépistage. A découvrir bientôt. »

Facture de 483 euros

Autre message publicitaire à venir avec les  prochains Colon Days (pilotés par le Conseil national professionnel d’hépatogastroentérologie avec le soutien de nombreuses entreprises privées) : « Attention, vous êtes peut-être assis sur un cancer ! ».  Aucun commentaire.

On connaît l’argumentaire et la proposition faite à dix-sept millions de femmes et d’hommes, âgés de 50 à 74 ans, à parler tous les deux ans du dépistage du cancer colorectal avec leur médecin. « Celui-ci vérifie si son patient ne présente pas de risque particulier nécessitant un suivi adapté, puis lui remet le test de dépistage à faire chez soi, explique l’INCA. Le dépistage permet en effet de détecter un éventuel cancer colorectal à un stade précoce : les traitements pour le soigner seront alors moins lourds, les chances de guérison meilleures et les éventuelles séquelles moins invalidantes. Grâce au dépistage, il est aussi possible de repérer un polype et de le retirer avant qu’il n’évolue en cancer.

On sait aussi que certains développent des arguments circonstanciés pour conclure à l’inutilité voire à la dangerosité de telles campagnes de dépistage systématiques. N’entrons pas dans cette polémique et restons sur l’entreprise financée sur deniers publics. Pour résumer l’INCA fait appel à la créativité publicitaire pour, via ses supports « presse » et « télévision », inciter les plus de 50 ans à « parler dépistage du cancer colorectal » avec leur médecin. Où l’on voit que la publicité vient contrecarrer la logique soignante la plus élémentaire. Sans même parler du rapport coût-bénéfices des opérations publicitaires récurrentes.

Mais il faut aujourd’hui ajouter un autre élément, conséquence d’une autre forme, gratuite, de publicité-promotion médiatique. Que répondra l’INCA à celles et ceux qui, ayant appris qu’il existe un test ISET effectué à partir d’une simple prise de sang croiront pouvoir le préférer à celui, officiel, d’un maniement plus complexe ? On rappellera que le premier est facturé (hors consultation médicale) 486 euros tandis que le second est pris en charge par la collectivité solidaire.

A demain